+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Pour en finir avec l’Inquisition !

Réfutation des autres mensonges historiques sur l’Église catholique: ici

Voici la vérité sur les pseudo-« crimes » de l’Inquisition :

Tout d’abord, je vous invite à lire cet article qui fait un bon résumé des faits concernant le réel nombre de morts. Il y est démontré que les dizaines de millions auxquels on voudrait nous faire croire ne sont en fait que quelques milliers. Il contient en outre d’importantes références bibliographiques tant en français, qu’en anglais et qu’en espagnol.

« La Révolution française a fait plus de morts en un mois au nom de l’athéisme que l’Inquisition au nom de Dieu pendant tout le Moyen-Âge et dans toute l’Europe. », c’est ce que disait Pierre CHAUNU, historien protestant dans le quatrième numéro hors-série de L’Homme nouveau sur quelques mythes de l’histoire antichrétienne.

Notons que Pierre CHAUNU était spécialiste de l’Histoire sociale et religieuse, grande figure française de l’Histoire quantitative (c’est-à-dire des chiffres et des statistiques, ce qui est très utiles lorsqu’il s’agit de démystifier les mensonges sur l’Inquisition), membre puis président de l’Académie des sciences morales et politiques, professeur des universités et reconnu comme historien sérieux.

Mais d’où viennent tous ces mensonges sur l’Inquisition ? Toutes les histoires mensongères sur l’Inquisition viennent des auteurs anticléricaux du XIXème siècle. Même les menteurs antichrétiens du XVIIIème n’avaient pas osé. En effet, tout ce beau monde républicain, franc-maçon et anticlérical a suivis la consigne de son maître Voltaire: « Le mensonge n’est un vice que quand il fait mal. C’est une très grande vertu quand il fait du bien. Soyez donc plus vertueux que jamais. Il faut mentir comme un diable, non pas timidement, non pas pour un temps, mais hardiment et toujours. Mentez, mes amis, mentez, je vous le rendrai un jour. » (Lettre à Thiriot du 21 octobre 1736). C’est ainsi qu’on a vu apparaître sous la plus de Michelet et d’Étienne-Léon de LAMOTHE-LANGON (trouvable dans les conférences de Marion SIGAUT) qui était un « tireur à la ligne » (c’est-à-dire un auteur payé à la ligne) au XIXème siècle qu’a été écrite toute la légende noire de l’Inquisition telle qu’on la connait: en effet, ils avaient trouvé le bon filon pour se faire l’argent grâce aux menteurs précités…

Rappelons que la propagande protestante anticatholique du XVIème au XIXème siècle ne dit pas une ligne sur l’inquisition, alors que si tout ce qu’on dit était vrai, ce serait « l’argument en or » …

Il y a certainement eu des abus, mais ils étaient rarissimes eu égard au soin donné à la nomination des juges et surtout, ces abus étaient traqués et réprimés par l’Église (voir l’Inquisition elle-même).

Nous vous proposons ici une réfutation en profondeur de ces immondes calomnies:

Introduction:

L’Inquisition a évité de grandes horreurs, affirme une universitaire ATHÉE qui s’élève contre la Légende noire sur l’Espagne (Reinformation.tv)

L’Inquisition: contexte et bref historique (L’Inquisition pour les nuls)

Qu’est-ce que l’Inquisition ? (L’inquisition pour les nuls)

Les vrais chiffres des « victimes » de l’Inquisition:

L’Inquisition et ses (pseudo) millions de morts (Yesus Kristus azu)

L’Inquisition: combien de condamnés à mort ? (L’Inquisition pour les nuls)

Combien l’Inquisition a-t-elle fait de victimes ? (‘L’Inquisition pour les nuls)

La rareté des exécutions des peines capitales (Deus Vult)

L’Inquisition ou le fantasme des ignorants! (Démocratie Royale)

INQUISITION: LES VRAIS CHIFFRES (Démocratie Royale)

Quelles étaient les peines prononcées ? (L’Inquisition pour les nuls)

L’origine de l’Inquisition (L’Inquisition pour les nuls):

Partie 1: l’apparition de l’hérésie

Parie 2: de la lutte contre l’hérésie à la diabolisation

Partie 3: la naissance de l’Inquisition Romaine

Extraits de quelques études universitaires sur l’inquisition:

 Erreurs et mensonges historiques, Paris, Charles Blériot, Éditeur, 1881 par l’abbé Charles BATHÉLÉMYPartie 1Partie 2Partie 3Partie 4

L’Inquisition romaine SES ORIGINES, SON FONCTIONNEMENT Par Louis-Albert GAFFREPartie 1Partie 2Partie 3Partie 4

L’Inquisition LES TEMPS, LES CAUSES, LES FAITS par Maurice LANDRIEUX . Lettre de M. J. GUIRAUD, Professeur d’histoire à l’université de Besançon, Directeur de la « Revue des Questions Historiques ». Besançon, le 22 Mars 1911: Partie 1Partie 2Partie 3Partie 4Partie 5Partie 6Partie 7

Réfutation générale:

Vue d’ensemble par le Salon Beige

605 années d’Inquisition: reportage en anglais sous-titré (Youtube)

L’Inquisition (Christ-Roi.net)

La vérité sur « l’épreuve de l’eau » (L’Inquisition pour les nuls)

L’Inquisition: institution sainte, clémente et indulgente ! (la Question)

La sainte Inquisition: une institution nécessaire ! (La Question)

Les bienfaits de la Sainte Inquisition (Reconquête française)

L’Inquisition (Gesta Dei per Francos)

L’Inquisition (cosmovisions.com)

L’Inquisition, l’institution (cosmovisions.com)

La vérité sur l’Inquisition par le Père Henri Hello (Gloria.tv)

Inquisition: l’histoire contre la légende (Démocratie Royale)

La légende de l’Inquisition = oubli de la recherche historique (L’Inquisition pour les nuls)

La vérité de l’Inquisition (Abbé Pagès)

Pour en finir avec l’Inquisition (Le bréviaire des patriotes)

Bernard Gui (inquisiteur célèbre), quelques éléments biographiques mettant fin aux fantasmes (Wikipédia)

L’Inquisition: un péché de l’Église? Partie 1 (Gloria.tv)

L’Inquisition: un péché de l’Église? Partie 2 (Gloria.tv)

La malhonnêteté des médias sur l’Inquisition (Yesus Kristus azu)

Les détournements politiques de l’Inquisition (L’Inquisition pour les nuls)

La réalité des jugements d’Inquisition:

Qu’elle était la procédure ? (L’inquisition pour les nuls)

Comment se déroulait un procès ? (L’Inquisition pour les nuls)

Entre mythe et réalité: le tribunal de l’Inquisition (L’inquisition pour les nuls)

Pratique quotidienne: manuel d’Inquisiteur (L’inquisition pour les nuls)

Voici comment procédait le Grand Inquisiteur saint Jean de Capistran (Deus Vult)

L’Inquisition vue par le peuple:

Comment est vue l’Inquisition par le peuple au Moyen-Âge ? (L’Inquisition pour les nuls)

La Sainte Inquisition fut vécue comme une délivrance (Bibliothèque de combat)

L’Inquisition et le judaïsme:

L’Inquisition et les juifs (L’Inquisition pour les nuls)

Quand les Papes protégeaient les juifs (L’Inquisition pour les nuls)

« Les juifs du Pape » 1/2 (L’Inquisition pour les nuls)

« Les juifs du Pape » 2/2 (L’Inquisition pour les nuls)

Les mensonges ridicules de la série « Inquisitio »:

Réfutation de la série mensongère Inquisitio (Dreuz.info)

Critique de la série 1/2 (L’Inquisition pour les nuls)

Critique de la série 2/2 (L’Inquisition pour les nuls)

La vraie bande-annonce qui aurait dû être diffusée (L’Inquisition pour les nuls)

Une entreprise grotesque de décrédibilisation de l’Église (L’Inquisition pour les nuls)

« Inquisitio » : la fiction populaire, condamnée aux clichés antichrétiens ? (L’Inquisition pour les nuls)

Inquisitio: pauvre Moyen-Âge (L’Inquisition pour les nuls)

Réaction de Mgr Bernard PODVIN (L’Inquisition pour les nuls)

L’Histoire contre la légende (L’Inquisition pour les nuls)

Confusion chronologique de la série (L’Inquisition pour les nuls)

La secte des flagellant au XIVème siècle (L’inquisition pour les nuls)

L’Église et les dissection de cadavres humains (L’inquisition pour les nuls)

La dissection d’animaux était-elle interdite par l’Église ? (L’Inquisition pour les nuls)

Le costume du médecin de la peste (L’Inquisition pour les nuls)

La vérité sur Pierre de Luxembourg, l’ecclésiastique mort à 17 ans (L’Inquisition pour les nuls)

Revue de presse sur la série (L’Inquisition pour les nuls)

Réhabilitation de sainte Catherine de Sienne, odieusement caricaturée par cette série écœurante:

Qui était vraiment sainte Catherine de Sienne (L’Inquisition pour les nuls)

La vraie vie de sainte Catherine (L’Inquisition pour les nuls)

Sainte Catherine: femme actuelle 1/3 (L’inquisition pour les nuls)

Sainte Catherine: femme actuelle 2/3 (L’inquisition pour les nuls)

Sainte Catherine: femme actuelle 3/3 (L’inquisition pour les nuls)

Les grandes causes de sainte Catherine (L’inquisition pour les nuls)

Sainte Catherine et sa « famiglia » (L’Inquisition pour les nuls)

Chronologie de sainte Catherine (L’Inquisition pour les nuls)

La vraie posture de sainte Catherine (L’Inquisition pour les nuls)

Les mains de sainte Catherine (L’inquisition pour les nuls)

Les mains percées ? Enquête sur les prétendus stigmates de Catherine (L’Inquisition pour les nuls)

Sainte Catherine: maître spirituel (L’Inquisition pour les nuls)

Sainte Catherine et le blasphémateur (L’inquisition pour les nuls)

« L’amour du Sang » de sainte Catherine (L’Inquisition pour les nuls)

Sainte Catherine de la peste (L’Inquisition pur les nuls)

Sainte Catherine et la politique (L’Inquisition pour les nuls)

Sainte Catherine, les Papes Urbain VI, Clément VII et Avignon (L’Inquisition pur les nuls)

Histoire des Papes de Rome et d’Avignon 1/2 (L’Inquisition pour les nuls)

Histoire des Papes de Rome et d’Avignon 2/2 (L’Inquisition pour les nuls)

Les Papes d’Avignon 1/2 (L’Inquisition pour les nuls)

Les Papes d’Avignon 2/2 (L’Inquisition pour les nuls)

Bibliographie:

Bibliographie sur l’Inquisition (L’Inquisition pour les nuls)

– Henri-Dominique LACORDAIRE, Conférences de Notre-Dame de Paris, année 1835, De l’Eglise, 7e conférence, De la puissance coercitive de l’Eglise, Poussielgue, Paris, 1907, t. 1, pp. 121-143. Disponible sur le site Gallica : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k202679m/f000128.tableDesMatieres

Cette conférence, selon l’habitude du Père Lacordaire, joint les ressources du raisonnement philosophique (la puissance coercitive est de l’essence des sociétés) ; et théologique (les armes de l’Eglise sont spirituelles) ; aux enseignements de l’histoire (illustrations de la persécution de la vérité par l’erreur) ; et à la force rhétorique de conviction. L’argument-clé par rapport au recours au bras séculier est : la société civile a le devoir de laisser l’Eglise libre d’exercer sa mission de salut ; et en outre elle a le droit de faire de la vérité religieuse une loi fondamentale ; l’Eglise ne peut réclamer cette aide comme un droit (estime Lacordaire, voir sur ce point Journet), mais c’est à bon droit qu’elle en a bénéficié à l’époque où l’Europe était unanimement chrétienne.

– Prosper GUÉRANGER, Année liturgique, 29 avril, Saint Pierre Martyr, Henri Oudin, Poitiers-Paris, 1878, Le temps pascal, t. 2, pp. 479-487. Disponible sur le site de l’Abbaye Saint Benoît :
http://www.abbaye-saint-benoit.ch/gueranger/anneliturgique/paques/paques02/saints/044.htm

Cette notice du fondateur de Solesmes est de type informatif et exhortatoire. Pleine de souffle, sans manquer de sens théologique, elle permet en quelque sorte de communier au sentiment de charité ardente qui animait les Inquisiteurs : « Protecteur du peuple chrétien, [ô Pierre], quel autre mobile que celui de la charité vous dirigea dans vos travaux? Soit que votre parole vive et lumineuse reconquit sur l’erreur les âmes abusées, soit que marchant droit à l’ennemi, votre vigueur le forçât à fuir loin des pâturages qu’il venait empoisonner, vous n’eûtes qu’un but, celui de préserver les faibles de la séduction. » Le grand bénédictin ajoute : « Loin donc de nos cœurs catholiques cette lâcheté qui n’ose accepter les courageux efforts que firent nos pères pour nous conserver le plus précieux des héritages ! Loin de nous cette facilité puérile à croire aux calomnies des hérétiques et des prétendus philosophes contre une institution qu’ils ne peuvent naturellement que détester ! »

– E. VACANDARD, Dictionnaire de théologie catholique, article « Inquisition », Letouzey, Paris, 1927, t. 7, col. 2016-2068.

Cet article ne traite que de « l’Inquisition, telle qu’elle fonctionna jusqu’au XVe siècle contre les cathares, les vaudois, les sorciers, etc. » (col. 2016), et laisse de côté l’Inquisition espagnole (1478-1834) et Romaine (1542-1908). Plan : I. Les origines ; II. Le tribunal ; III. Les justiciables ; IV. La procédure ; V. Les pénalités ; VI. Jugement sur l’Inquisition. Cet article présente brièvement, de façon claire, une compilation de la documentation disponible. L’auteur est sévère sur le fonctionnement et le principe de l’institution elle-même. Il écrit toutefois : « A tout prendre, on peut penser que l’institution et le fonctionnement des tribunaux d’inquisition réalisaient un véritable progrès dans les mœurs ; non seulement ils avaient fermé l’ère des exécutions sommaires, mais encore ils avaient diminué considérablement les condamnations qui aboutissaient à la peine de mort ». Il appuie son jugement sur Lea, « que l’on ne saurait taxer d’indulgence excessive pour l’Eglise ». De fait, cet auteur anticatholique écrit : « Malgré cette extension de la peine de mort, je suis convaincu que le nombre de victimes qui périrent sur le bûcher est bien moindre que ce que l’on imagine ordinairement. […] Il est donc nécessaire de faire observer que, parmi les modes de répression employés à la suite de ses sentences, le bûcher fut relativement le moins usité. Les documents de cette époque de misères ont en grande partie disparu et il n’est plus possible aujourd’hui de dresser des statiques ; mais si elles existaient, je crois qu’on serait surpris de rencontrer si peu d’exécutions par le feu, au milieu de tant d’autres peines plus ou moins cruelles » (A history of Inquistion in the middle age, 1888, trad. fr. S. Reinach, Paris, 1900-1902, t. I, pp. 618-619 [549-550]). Et Vacandard d’ajouter : « Encore faut-il observer que parmi les sectaires qui tombèrent sous les coups du bras séculier, beaucoup avaient, par des crimes de doit commun, mérité la mort » (col. 2062).

– Jean GUIRAUD, L’inquisition médiévale, Librairie Jules Taillandier, Paris (1925) 1978.

Cet ouvrage a connu plusieurs rééditions. Il marque, en un sens, un tournant dans l’histoire de l’Inquisition. Profitant de recherches sur archives, il veut sans tenir au point le plus historique possible : « Faire fonctionner l’Inquisition sous les yeux des lecteurs, la montrant non pas telle que se la figurent ses détracteurs et ses apologistes, mais telle qu’elle fut en réalité, et non pas seulement à un moment déterminé mais dans le cours sans cesse en mouvement de son évolution » (p. 10). Il cherche à faire « comprendre les raisons d’ordre religieux, politique et social qui ont dressé l’une contre l’autre l’hérésie et l’Inquisition (p. 11). Il insiste sur la connaissance d’une « jurisprudence essentiellement variable » qui appliquait la « législation rigide » (p. 11), et sur les évolutions considérables de cette institution humaine, en fonction des circonstances et des époques. Il relève notamment comment l’Inquisition échappa de plus en plus au pouvoir pontifical pour être asservie au pouvoir royal (comme on le vit lors des procès des Templiers et de Jeanne d’Arc). Il oppose aux « affirmations simplistes de certains historiens les aspects très variés de la question », estimant « que les ignorer ou les dissimuler c’est ne donner de la réalité qu’une image mutilée et dès lors inexacte » (p 14).

– Charles JOURNET, L’Eglise du Verbe incarné, Desclée de Brouwer, 1941, tome I, La Hiérarchie apostolique, Chapitre VI, Eclaircissements sur les rapports du pouvoir canonique et du pouvoir politique, § IV, Le régime de la chrétienté sacrale, III, Le pouvoir coercitif de l’Eglise et son exercice médiéval, 1941, pp. 303-360.

Ce passage du maître ouvrage du théologien de l’Eglise est capital (et sans équivalent à notre connaissance) pour comprendre la vraie nature du recours au bras séculier par l’Eglise. Appuyé sur une étude théologique de la chrétienté médiévale, où « les valeurs chrétiennes entrent comme partie intégrante dans la cité » (p. 254), et sur le caractère très particulier que revêtait par suite l’hérésie à cette époque, l’auteur analyse ensuite l’autorité de l’Eglise sur le temporel en régime sacral (pp. 280-302), puis, dans le passage cité, les conséquences sur le pouvoir coercitif de l’Eglise notamment par rapport à la répression de l’hérésie. Plan : 1. Questions théologiques : le pouvoir coercitif en lui-même ; 2. Questions mixtes : l’exercice historique du pouvoir coercitif et l’inquisition (a/ Le recours au bras séculier pour les peines inférieures à la peine de mort, b/ La peine de mort et la répression de l’hérésie médiévale, c/ La torture et la cruauté au moyen-âge) ; 3. Résumé.

– Equipes Résurrection, 100 points chauds de l’histoire de l’Eglise, Desclée de Brouwer, 1979, Point 35, L’hérésie cathare et l’Inquisition (pp. 120-123) ; Point 59, L’Inquisition espagnole, une force de progrès ? (pp. 182-183III).

Cette petite somme d’apologétique pratique est due à des fils spirituels de Mgr Charles et du Père Gitton, engagés dans l’évangélisation et connaisseurs de ses difficultés actuelles. Ces deux brèves notices sont écrites dans un esprit de vérité, avec un grand souci pédagogique. Le style et la façon de raisonner les rendent accessibles aux esprits contemporains : elles peuvent constituer une première entrée en matière.

– Bartholomé BENNASSAR et ses collaborateurs, L’Inquisition espagnole, Hachette, Collection Marabout Université, 1979.

Ce travail collectif est le fruit d’importantes recherches d’archives et d’un changement de mentalité. « Les conditions de la recherche historique consacrée à l’Inquisition sont en train de se transformer radicalement grâce à l’avènement d’une nouvelle génération de chercheurs qui ont compris la nécessité de retourner aux sources […] et de les aborder avec une mentalité nouvelle que je qualifierait volontiers d’ethnologique » (p .7). « La nouveauté de ce livre ne concerne pas la lutte de l’Inquisition contre les minorités religieuses. […] Mais nous croyons avoir prolongé […] la piste féconde […] à propos du rôle politique de l’Inquisition, prodigieux instrument de contrôle social au service de l’Etat monarchique. […] La liaison étroite avec l’appareil d’Etat dont elle est un élément majeur, l’occupation de l’espace et l’emprise sur les esprits et les cœurs, ont assuré l’efficacité redoutable de l’Inquisition bien plus que l’usage de la torture, relativement peu fréquent et généralement modéré, ou le recours à la peine capitale exceptionnel après 1500. Ici nous produisons des chiffres presque définitifs […] : les comptes fantastiques et les omissions pieuses sont désormais impossibles » (pp. 11-12). Les auteurs ne sont manifestement suspects d’aucune complaisance apologétique pour le catholicisme. L’établissement des faits, résumé dans la conclusion de Bennassar, est de ce chef d’autant plus significatif. « Si l’Inquisition espagnole avait été un tribunal comme les autres, je n’hésiterais pas à conclure, sans craindre la contradiction et au mépris des idées reçues, qu’elle leur fut supérieure. Plus efficace sans nul doute. […] Mais aussi plus exacte, plus scrupuleuse, en dépit des faiblesses d’un certain nombre de juges, qu’ils fussent orgueilleux, cupides ou paillards. Une justice qui pratique un examen très attentif des témoignages, qui en effectue le recoupement minutieux, qui accepte sans lésiner les récusations par les accusés des témoins suspects (et souvent pour les motifs les plus minces), une justice qui torture fort peu et qui respecte les normes légales, contrairement à certaines justices civiles et qui, après un quart de siècle d’atroce rigueur, ne condamne presque plus à la peine capitale et distribue avec prudence le châtiment terrible des galères. Une justice soucieuse d’éduquer, d’expliquer à l’accusé pourquoi il a erré, qui réprimande et qui conseille, dont les condamnations définitives ne frappent que les récidivistes. Une justice difficile à abuser, dont la subtilité dialectique sauve la vie des accusés si elle dévalorise leurs discours » (pp. 377-378). Bennassar estime que l’Inquisition s’est rendu coupable « du péché contre l’esprit, celui-là même que poursuivait le Saint Office » (p 378), et il y voit le précurseur des Léviathan totalitaires modernes. Ce jugement personnel – il prend soin de préciser qu’il n’a pas voulu connaître la pensée profonde de ses collaborateurs – relève manifestement d’un autre registre que l’analyse historique.

– Jean DUMONT, L’Eglise au risque de l’histoire, Critérion, 1981 ; Deuxième partie, L’Eglise, maîtresse d’intolérance ?, chapitre I, La tolérance catholique et les Inquisitions françaises, pp. 171-231 ; et chapitre III, L’Inquisition espagnole, pp. 343-411).

Le livre de Dumont est une réaction militante contre une certaine « complaisance masochiste » (p. 7) du côté des catholiques, à reconnaître sans discernement toutes sortes de méfaits imputés à l’Eglise au cours de son histoire. L’auteur s’attache à montrer, sur quelques cas concrets, que ces crimes et erreurs, « tout aussi regrettables qu’incontestables », sont en définitive « infiniment moins nombreuses et moins monstrueuses qu’on a pu le fait croire, en allant parfois jusqu’à l’affabulation », et que « l’Eglise est d’ailleurs loin, très loin d’avoir l’exclusivité de l’horreur » (pp. 10-11). Sur les deux chapitres concernant les Inquisitions, Dumont met à profit le renouveau historiographique, complété par un travail personnel considérable sur la littérature ancienne et récente et sur les archives, notamment en langue espagnole. Il apporte et met en perspective une foule de faits (dont certains sont rarement mentionnés par les auteurs), accompagnant cette documentation d’un appareil de références et d’une sorte de glossaire dans la marge du texte. Le tout est accompagné d’un commentaire interprétatif suivi qui étaye la thèse de l’auteur. Ceci fait l’intérêt et la limite de l’ouvrage. Dumont semble parfois entrainé par son enthousiasme. Si le lecteur doit parfois faire la part entre le rapport rigoureux et le plaidoyer convainquant, le livre, remarquablement informé, mérite de devenir une référence.

– Grégory WOIMBÉE, L’Eglise et l’Inquisition, Collection La véritable Histoire, Tempora, Perpignan, 2009, 176 pages.

La perspective de l’auteur est précise : « Que ce soit dit et clairement dit, l’auteur n’a aucun désir apologétique. Il cherche à mettre à la portée d’un large public les acquis de la recherche historique sur un phénomène marquant de l’histoire occidentale » (p. 38). Il intègre les progrès des recherches contemporaines, qui ont dégonflé la caricature forgée par la propagande anticatholique des Lumières. Il peut aider à sortir d’une vision manichéenne sur l’Inquisition, ou plutôt sur les Inquisitions. Mais il appelle de substantielles réserves. Voir la recension dans Sedes Sapientiæ, n. 114, décembre 2010.

Dossier sur les cathares dont l’histoire est connexe avec celle de l’Inquisition: ici

Dossier sur l’affaire Giordano Bruno: ici

Dossier sur l’affaire Galilée: ici

Dossier sur la « Chasse aux sorcières » qui n’a d’ailleurs rien à voir avec l’inquisition, malgré ce qu’on en dit: ici

Advertisements

18 commentaires sur “Pour en finir avec l’Inquisition !

  1. Pingback: La vérité sur l’Inquisition, les Croisades, les cathares, Giordano Bruno, l’affaire Galilée et la Saint Barthélémy! | +†+Yesus Kristus azu+†+

  2. Pingback: Démolission de tous les mensonges historiques sur le Catholicisme | +†+Yesus Kristus azu+†+

  3. Pingback: Démolition de tous les mensonges historiques sur le Catholicisme | +†+Yesus Kristus azu+†+

  4. Pingback: Conseils ciné pour ce week-end ! | Bibliothèque de combat

  5. Pingback: L’Inquisition et ses centaines de millions de victimes | +†+Yesus Kristus azu+†+

  6. Lilly
    10 août 2015

    Toute personne qui étudiera d’une façon vraiment détachée, arrivera aux mêmes conclusions. On nous ment (ça fait complotiste de dire ça, mais ne pas mettre d’adjectif là-dessus avant d’avoir étudié la chose de façon détachée)
    J’y ai cru aussi à cette fable. Quand on s’aperçoit que ce n’est pas la vérité et que les gens en qui ont avait confiance pour nous transmettre le savoir ont été tout aussi bernés que nous, ça choque.

    • +++Yesus Kristus azu+++
      18 août 2015

      Le problème, à notre époque, réside sur le fait que, dire la simple vérité devient carrément synonyme de « complot ».
      Mais l’histoire est tellement entachée de mensonges…

      • Dan
        14 septembre 2015

        A votre article sur les vrai chiffres de l’inquisition!
        Vous n’arrivez pas à voir que l’église catholique ne peut pas répondre au critère de Jesus?

        C’est bien de vouloir dire la vérité mais au moins accepter que cette église catholique et plein de pêcher…

        Vos sources vous regarde et je veux bien les respecter mais franchement a près ce que vous écrivez celà ne fait que comfirmer
        votre amour à la foi catholique plutôt que votre amour à Jesus et à sa parole

        Vous dite:
        Pour l’historien, qui s’appuie sur de très nombreux documents d’archive du Vatican, les personnes jugées par l’Inquisition entre le 13e et le 19e siècle en Espagne sont au nombre de 125.000, et sur ce total, seul 1% d’entre elles ont été exécutées. D’autres experts, cités par le Guardian, ont expliqué que bon nombre des milliers d’exécutions traditionnellement attribuées à l’Eglise étaient en réalité le fait de tribunaux civils.

        1% Suffit pour condamner votre PAS Sainte église catholique

        Relisez votre bible l’église de Dieu ne peut être en accord avec ces barbarie

        Pour vous:
        Romain 12v17
        Ne rendez à personne le mal pour le mal. Recherchez ce qui est bien devant tous les hommes.

        Votre pas sainte église catholique l’a t’elle fait avec ces « seulement » 1%

        125 000 juger seulement

        Jesus à dit:
        Matthieu 7v1
        Ne jugez point, afin que vous ne soyez point jugés.

        Regarder les définitions de Juger et vous verrez la quelle correspond mieux a ces 125000 juger.

        Vous écrivez:

        D’autre part, l’usage de la torture était extrêmement réglementé dans les tribunaux de l’Inquisition : les bourreaux n’avaient droit qu’à… un quart d’heure, et sous surveillance d’un médecin.

        Vous voulez défendre quoi au juste avec cette phrases??
        Encore une fois
        Ou dans la bible Jesus à t’il ordonner cela? ou un apôtre?

        Pour votre pas sainte église

        Jesus dit au pharisiens
        Vous abandonnez le commandement de Dieu, et vous observez la tradition des hommes. 9Il leur dit encore: Vous anéantissez fort bien le commandement de Dieu, pour garder votre tradition

        Pour vous !! si du moins vous aimez la parole de Dieu et c’est elle qui fait autorité dans votre vie
        Jesus à dit

        Matthieu 22 v 34à40
        Les pharisiens, ayant appris qu’il avait réduit au silence les sadducéens, se rassemblèrent, 35et l’un d’eux, docteur de la loi, lui fit cette question, pour l’éprouver: 36Maître, quel est le plus grand commandement de la loi? 37Jésus lui répondit: Tu aimeras le Seigneur, ton Dieu, de tout ton coeur, de toute ton âme, et de toute ta pensée. 38C’est le premier et le plus grand commandement. 39Et voici le second, qui lui est semblable: Tu aimeras ton prochain comme toi-même. 40De ces deux commandements dépendent toute la loi et les prophètes.

        TU AIMERAS TON PROCHAIN COMME TOI MEME La barbarie de votre pas sainte église peut-elle avoir mise en pratique ce commandement de Jesus

        Evidement non car vous ne pouvez pas réponde Oui ou cela prouve que votre Dieu et le destructeur et l’accusateur des frères Satan

        A votre avis comment Dieu vas-t’il juger cette église?
        Vas t’il utiliser sa parole ou vas t’il utiliser vos chiffres aussi juste soit-il

        Cher George arrêter de défendre cette pas sainte église, par ce que ça ne fait que démontrer votre amour AVEUGLE pour des tradition humaine

        Actes des apôtre 22
        Paul donne sont témoignage:

        je suis Juif, né à Tarse en Cilicie ; mais j’ai été élevé dans cette ville-ci, et instruit aux pieds de Gamaliel dans la connaissance exacte de la loi de nos pères, étant plein de zèle pour Dieu, comme vous l’êtes tous aujourd’hui.
        4 J’ai persécuté à mort cette doctrine, liant et mettant en prison hommes et femmes.

        N’es pas la l’histoire de de l’église catholique?

        Ouvrez les yeux

      • +++Yesus Kristus azu+++
        16 septembre 2015

        Lire les articles sur l’inquisition ne vous fera pas de mal ! Allez courage… faites un effort !
        L’article que vous commentez recense des articles de haut niveau historique, pas ces âneries que vous trouverez sur le web, écrites par des personnes qui ne savent rien de l’inquisition, mais qui crient au scandale : l’ignorance volontaire, c’est tellement préférable, lorsqu’on refuse de se confronter à la réalité ; les textes ci-dessus vous invite. Lisez… ayez le courage ; cessez de monopoliser la parole sur ce site : vous ne dites rien de nouveau. Lisez au moins les articles que vous prétendez critiquer… au moins, juste pour faire semblant d’avoir lu…
        Je sais, les articles sont très longs… Ce n’est forcément pas fait pour ceux qui ont une paresse intellectuelle de changer leur point de vue de départ.

  7. Pingback: Chronologie des inventions et hérésies catholiques | +†+Yesus Kristus azu+†+

  8. Pingback: La vérité sur la « Chasse aux sorcières  ! | «+†+Yesus Kristus azu+†+

  9. Pingback: La religion est la cause de la plupart des guerres… FAUX ! | +†+Yesus Kristus azu+†+

  10. Pingback: POUR UNE FOI CATHOLIQUE BÂTIE SUR LE ROC (Mt.7, 25) | documentation.erlande

  11. Pingback: Sale Eglise Catholique ! | +†+Yesus Kristus azu+†+

  12. Michel Guillemard
    10 avril 2016

    Trop de liens même si il y a un semblant de travail !
    Continuez vous êtes sur la bonne voie !!!!
    😉

  13. francebls
    29 septembre 2016

    Pour ceux que cela intéresse, je conseille aussi de lire : Le fromage et les vers, de Ginzburg Carlo. On peut y voir l’histoire complexe d’un jugement par l’inquisition. Une inquisition qui n’est pas inhumaine bien qu’elle aboutisse sur une exécution. L’affaire dure des dizaines d’années. Le jugement donne lieu à des débats théologiques intéressants.

  14. Joe-Marie
    15 décembre 2016

    Salut ,
    Comme je l’ai déjà fait remarqué , j’aime votre site et votre audace !
    Vraiment, vous n’avez aidé a comprendre et défendre plein de chose sur notre Église !
    Dernièrement, un de mes farouche opposant ma balancé le nom d’Éric Lowen
    à la figure, je dois avoué qu’il fait fort pour convaincre que tout les religion sont mauvaise , il est pour l’euthanasie, c’est un conférencier très prisé!
    Plus je creuse a son sujet moins je trouve de chose ,voice quelque titre:

    De la violence dans la condition humaine aux religions comme source de violence,

    Qu’est-ce que la laïcité,

    L’athéisme comme refus de la croyance

    La dignité de l’homosexualité

    L’athéisme comme refus de la croyance

    Les religions et la vérité
    Document 2 : Au 16ème siècle, bûcher d’Anne Heinrichs accusée d’être une sorcière par l’église. Créée suite
    à l’hérésie cathare, l’Inquisition catholique broyait quiconque osait penser autrement que selon la sainte
    doctrine orthodoxe du catholicisme : hérétiques, marannes, sorcières, libres penseurs, savants et philosophes.

    La relativité des religions

    L’homme immortel, rêve de science-fiction ou réalité de demain ?

    Croyance et foi, ou de l’aveuglement volontaire

    LA RELIGION EST-ELLE UN OBSTACLE À LA SPIRITUALITÉ?

    LE PROCÈS DE GIORDANO BRUNO

    Et finalement cette espèce d’étude,duquel je ne sais trop quoi penser,
    tout y passe excepté la Tilma , drôle d’oublie mais bon ,
    http://benjamin.lisan.free.fr/EcritsScientifiques/pseudo-sciences/ParanormalDemystifieParLesSciences.htm#_Toc164672949
    Ces gens sont fort et probablement dangereux,
    Car ils prônent l’égalité,fraternité et liberté,
    qui selon moi son des fausse valeur ou des valeur maçonnique.

    Je sais que je peux réfuter une bonne parti de tout ces dires par contre
    dans mes humbles recherche , je ne trouve rien ,nie personne qui s’élève contre ces mensonges , c’est un européen Directeur de l’Université Populaire
    de Philosophie de Toulouse,philosophe et historien des révolutions.

    Je ne sais pas si vous pouvez m’aidez a discréditer quelque un de ces thèses .
    Suivant le courant de l’Esprit Saint ,
    Je vous fait part de mon incapacité a rivaliser devant ce genre de personnage !

    J’ai même envie de faire part de mon désarrois a Monsieur l’Abbé Jean-Luc Lafitte,
    qui lui bascule vers le sédévacantisme , par contre j’aime bien l’écouté de tant autre, il dit de bonne chose et il ne se prend pas la tète avec cela !

    Sur ce bonne journée et bon temps de l’Avent !

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :