+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

La prostituée de l’Apocalypse, qui est-ce ?

L’apôtre s. Jean, dans la Révélation qu’il reçut, connue dans la Bible comme Apocalypse, fait mention au chapitre XVII d’une Grande prostituée, aussi nommée Babylone la Grande. Les interprétations, sur l’identité de cette entité – qui est totalement anti-christ, ne manquent pas. Les interprétations protestantes sont quasi unanimes : il s’agit de l’Eglise catholique. Pourtant, le protestantisme, cette branche du Christianisme férue du « sola scriptura », imposture rationnelle comme nous l’avons moult fois démontré, souffre sévèrement d’une carence en versets bibliques qui laisseraient penser que la prostituée dont parle s. Jean, cette Babylone la Grande, désigne l’Eglise catholique. Rappelons les caractéristiques de la Prostituée selon la vision de s. Jean : elle est assise sur sept montagnes – qui représentent 7 rois, dont cinq sont déjà passés ; elle est riche, car est vêtue de pourpre et d’écarlate ; est munie d’une coupe en or, est couverte de pierres précieuses… ; elle a persécuté les prophètes, les martyrs du Christ, les saints (pour cet argument, on fait souvent appel, pour incriminer l’Église Catholique, à l’inquisition, la Saint Barthélémy etc.) ; elle est la cause des abominations sur la terre. Rappelons également que, de toutes les « dénominations » chrétiennes, seule l’Eglise catholique est identifiée à Babylone la Grande… Identifier l’Eglise catholique à Babylone la Grande est sans aucun doute l’accusation la plus abominable faite à notre Eglise : ce qui me fait penser aux paroles du Christ lui-même : On a dit au chef de famille : « Tu es Satan » Donc, on insultera encore plus les membres de sa famille (s. Matthieu X, 25) Pas donc étonnant que l’Eglise du Christ soit traitée de la sorte, puisque le Fils de Dieu lui-même a été accusé d’être Satan, de chasser des démons à l’aide des démons… tiens tiens…

Après cette introduction, venons-en au sujet ! La majeure partie des interprétations assimilent la Prostituée à Rome, mais on n’oublie souvent un autre candidat : Jérusalem. Ce qui, je l’avoue, me surprend de la part des protestants, les solacripturiens. Je ne suis pas catégorique sur ce sujet, mais, je m’engage à présenter quelques points (versets bibliques) qui laissent penser que lorsque s. Jean parle de Babylone la Grande, la prostituée, il désigne bel et bien la ville de Jérusalem.

Les sept têtes

Apocalypse 17, 9 affirme que les sept têtes sur lesquelles est assise la prostituée représente sept collines. Or, il est bien connu que Rome est une ville au sept « collines ». Petit problème néanmoins, le Vatican est construit sur une seule colline. Ceci pourrait dont désigner la Rome ancienne, et pas la Rome religieuse. Et Jérusalem alors ? Bien que la plupart l’ignorent, Jérusalem est bel et bien connue comme ville aux sept collines ! Dans un de ses articles, Ernest L. Martin écrit : « Dans le Pirke du Rabbin Eliezer, narration midrashique du huitième siècle (section 10), l’écrivain mentionne sans commentaire (ce qui démontre que la compréhension était répandue et ne requérait aucune justification), que « Jérusalem est située sur sept montagnes » (enregistré dans Le Livre des Légendes, édité par Bialik et Ravnitzky, p. 371, paragraphe 111). Et c’était vrai. Ces « sept montagnes » sont faciles à identifier. Si l’on débute par le Mont des Oliviers, juste à l’est de la Cité principale de Jérusalem (mais encore reconnu comme étant situé dans les environs de Jérusalem), il y a trois sommets à ce Mont des Oliviers. Le sommet (montagne) nord s’appelle Scopus [première montagne], le sommet (montagne) central s’appelle Nob[deuxième montagne] et c’est le point le plus élevé du Mont des Oliviers, et le sommet (montagne) sud s’appelle dans les Saintes Écritures le Mont de la Corruption ou la Montagne de Perdition (2 Rois 23:13) [troisième montagne]. Sur la crête centrale, entre les Vallées de Cédron et de Tyropoeon, il y avait (anciennement) au sud le Mont Sion[quatrième montagne] (le Mont Sion original et non pas la montagne au sud-ouest qui fut plus tard appelée de ce nom), puis le Mont Ophel [cinquième montagne] et ensuite, au nord de celui-ci, le Rocher autour duquel le « Fort Antonia » fut construit [sixième montagne]. Et, finalement, il y avait la montagne du sud-ouest elle-même [septième montagne] qui fut par la suite désignée, au temps de Simon d’Asmodée, comme le nouveau Mont Sion. Cela fait sept montagnes en tout. »

Le verset 10 du chapitre XVII dit que les sept collines représentent sept rois, parmi lesquels cinq sont déjà passés ! Eglise catholique, Vatican ? Impossible ! Car la Cité du Vatican n’était pas encore construite ! On voit donc que Jérusalem est aussi connue comme ville aux sept collines.

Vêtue de pourpre et d’écarlate ?

pourpre et ecarlateDans notre Église, le clergé se vêt exactement comme la prostituée (les cardinaux sont en rouge, et les évêques sont vêtus de pourpre) ; voilà un argument que nos adversaires lancent contre notre Église. Cet argument est si titubant qu’on en rit ! Car il suffit que l’Église change ses couleurs cérémonielles pour que l’argumentation soit caduque et dans ce cas précis, l’Église catholique ne serait donc plus la prostituée (!?) Si seulement les adversaires de l’Église catholique comprenaient la symbolique de l’habillement de notre clergé (!). Tout se rapporte à la Bible et de fait, le rouge symbolise le sang des martyrs et la pourpre symbolise la royauté de notre Seigneur Jésus-Christ. Veuillez donc nous épargner de vos fadaises – qui de plus sont fallacieuses – de personnes inexpérimentées obnubilées par la seule idée de détruire l’Église catholique ! Et qu’en dit la Bible ? Considérons ces paroles : Avec la pourpre violette et écarlate et le cramoisi, ils firent les vêtements liturgiques pour officier dans le sanctuaire. Ils firent les vêtements sacrés destinés à Aaron, comme Yahvé l’avait ordonné à Moïse. Ils firent l’éphod d’or, de pourpre violette et écarlate, de cramoisi et de fin lin retors (Exode 39, 1-2)

C’est Dieu lui-même qui commande de faire les vêtements liturgiques avec de la pourpre et écarlate. Il en est de même pour le sacerdoce (Cf. Exode 28, 4-8). En définitive et pour attiser une fois de plus la réfutation, nous rappelons à tous que la couleur dominante de l’Église catholique est le blanc ! Encore un peu de crédibilité qui s’en va… Et Jérusalem alors ?

La prostituée est aussi appelée la « Grande Cité » ! Ainsi, nous lisons : Et cette femme-là, c’est la Grande Cité, celle qui règne sur les rois de la terre. (Apocalypse 19, 18) Et pourtant, s. Jean nous assure également que la « Grande cité », c’est là où a été crucifié le Seigneur, si bien que nous lisons : Et leurs cadavres, sur la place de la Grande Cité, Sodome ou Egypte comme on l’appelle symboliquement, là où leur Seigneur aussi fut crucifié (Apocalypse XI, 8) Tiens tiens donc… Où a été crucifié le Seigneur ?

Prenant la parole, l’un d’eux, nommé Cléophas, lui dit : « Tu es bien le seul habitant de Jérusalem à ignorer ce qui y est arrivé ces jours-ci » – « Quoi donc ? » Leur dit-il. Ils lui dirent : « Ce qui concerne Jésus le Nazarénien, qui s’est montré un prophète puissant en œuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple, comment nos grands prêtres et nos chefs l’ont livré pour être condamné à mort et l’ont crucifié… » (s. Luc XIV, 18-20)

Voyez-vous ? Tout se met en place gentiment… La prostituée, c’est bel et bien Jérusalem ! Les Ecritures saintes le confirment ! Mais ne nous arrêtons pas là : que peut-on dire de la parure de la femme finalement ? Nous avons déjà montré que le fait que le clergé catholique s’habille de propre et d’écarlate ne prouvait absolument rien. Au contraire, tout était biblique. Par contre, l’Ancien Testament nous fournit un élément de réponse concernant l’habillement de la femme, la prostituée. D’abord, La femme est vêtue de pourpre et d’écarlate, étincelait d’or, de pierres précieuses et de perles (Apocalypse 17, 4) ; mais aussi, « Hélas, hélas ! Immense cité, vêtue de lin, de pourpre et d’écarlate, parée d’or, de pierres précieuses et de perles, car une heure a suffi pour ruiner tout ce luxe ! » (Apocalypse 18, 16) Et pourtant, parlant de Jérusalem, il est dit : « Et toi, la dévastée, que vas-tu faire ? Même si tu t’habilles de pourpre, te pares de joyaux d’or et t’agrandis les yeux à force de fard, c’est en vain que tu te fais belle ! » (Jérémie 4, 30). Ou encore, « Je te parai de bijoux, je mis des bracelets à tes poignets et un collier à ton cou. Je mis un anneau à ton nez, des boucles à tes oreilles, et sur ta tête un splendide diadème.Tu étais parée d’or et d’argent, vêtue de lin, de soie et de broderies. » (Ezéchiel 16, 11-13)

Persécutant les saints, les prophètes… ?

C’est généralement ici que les ennemis de l’Eglise sortent l’artillerie lourde, je parle évidemment de leurs documents sur l’inquisition, la saint Barthélémy ; documents dans lesquels le mensonge et la supercherie sont adulés, aucune place à la Vérité. Prenons un exemple sur les faits que nous venons de citer ; chez la plupart des protestants, il y eut des millions de morts sous l’inquisition, certains fondamentalistes, dans une estimation pléthorique, affirment qu’il y eut 95 millions de morts. Toutefois, personne ne m’a encore montré qu’il y eut un tel nombre de morts sous l’inquisition… Si ce n’est l’histoire trafiquée et falsifiée des protestants et des médias actuels. Soit, ceci est un autre sujet qui ne nous intéresse guère ici. Revenons à notre sujet…Étant donné que nos ennemis citent par exemple la Saint Barthélémy pour prouver que les Catholiques « ont persécuté les saints », devons-nous en conclure que les protestants sont des saints ? Si tel est le cas, pourquoi les Catholiques ne seraient-ils pas des saints eux aussi ? Puisque, avant le fameux massacre de la Saint Barthélémy – c’est à dire en 1567 et en 1569 – les protestants avaient égorgé leurs frères catholiques aux flambeaux, et ce, de sang-froid ; et ces mêmes protestants avaient ré-instauré le tribunal de l’inquisition. Et encore une fois, l’argumentation des ennemis de l’Eglise reste inique et vraiment honteuse !

Le deuxième point à souligner ici est de savoir que la Bible dit que la prostituée persécutait les saints, les témoins et les martyrs ; ce que les ennemis de notre Église omettent de mentionner est que la Bible dit aussi que cette même prostituée persécutait aussi les prophètes et les apôtres : Ô ciel, sois dans l’allégresse sur elle [la prostituée], et vous, saints, apôtres et prophètes, car Dieu, en la condamnant, a jugé votre cause (…) et c’est en elle que l’on a vu le sang des prophètes et des saints, et de tous ceux qui furent égorgés sur la terre. (Apocalypse 18, 20,24). Ceci détruit littéralement l’argumentation selon la laquelle la prostituée est l’Église Catholique. Puisque, les apôtres ont existé seulement au premier siècle ; la condition pour être qualifié d’apôtre était d’avoir vu le Seigneur ressuscité (I Corenthiens IX, 1). Quant aux prophètes, ils n’ont existé que dans l’Ancien Testament, jusqu’au premier siècle (Actes 11, 27). Enfin, la Bible déclare que tous les prophètes DOIVENT mourir à Jérusalem !

Mais aujourd’hui, demain et le jour suivant, je dois poursuivre ma route, car il ne convient pas qu’un prophète périsse hors de Jérusalem.  « Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et lapides ceux qui te sont envoyés… » (s. Luc 13, 33-34)

Mais encore :

« Malheur à vous, scribes et Pharisiens hypocrites, qui bâtissez les sépulcres des prophètes et décorez les tombeaux des justes, tout en disant : Si nous avions vécu du temps de nos pères, nous ne nous serions pas joints à eux pour verser le sang des prophètes. Ainsi, vous en témoignez contre vous-mêmes, vous êtes les fils de ceux qui ont assassiné les prophètes ! Eh bien ! vous, comblez la mesure de vos pères !« Serpents, engeance de vipères ! comment pourrez-vous échapper à la condamnation de la géhenne ?  C’est pourquoi, voici que j’envoie vers vous des prophètes, des sages et des scribes : vous en tuerez et mettrez en croix, vous en flagellerez dans vos synagogues et pourchasserez de ville en ville,  pour que retombe sur vous tout le sang innocent répandu sur la terre, depuis le sang de l’innocent Abel jusqu’au sang de Zacharie, fils de Barachie, que vous avez assassiné entre le sanctuaire et l’autel ! En vérité, je vous le dis, tout cela va retomber sur cette génération ! » Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et lapides ceux qui te sont envoyés, combien de fois ai-je voulu rassembler tes enfants à la manière dont une poule rassemble ses poussins sous ses ailes… et vous n’avez pas voulu ! Voici que votre maison va vous être laissée déserte. Je vous le dis, en effet, désormais vous ne me verrez plus, jusqu’à ce que vous disiez : Béni soit celui qui vient au nom du Seigneur ! » (s. Matthieu 23, 31-36)

La coupe d’or ?

En Apocalypse 17,4, nous lisons que la prostituée « tient une coupe en or » ; pourtant, l’Église catholique est connue pour les nombreux calices en or qu’elle possède… Il est très drôle de lire de telles accusations, nos ennemis prennent décidément tout au sens littéral ; si on le faisait tous, où en serions nous ? Nul ne le sait ! Premièrement, la Bible parle de « coupe en or », et non de « calice », le mot « calice » a été inséré par un certain Hunt qui voulait lui aussi prouver que la prostituée est l’Église Catholique. Mais la Bible le contredit, puisque le mot grec utilisé est traduit par coupe, « Poterion », et ce mot, dans le Nouveau Testament, est toujours traduit par « coupe » et non « calice ». Il faut arrêter de calomnier ! Et puis, les ustensiles en or ont fait partie – sous la demande de Dieu lui-même – de la religion d’Israël dans l’Ancien Testament (Nombres 31, 50 ; II Chroniques 24, 24). Mais encore une fois, tout semble accuser Jérusalem, ou Babylone :

Babylone était une coupe d’or aux mains de Yahvé, elle enivrait la terre entière, les nations s’abreuvaient de son vin c’est pourquoi elles devenaient folles (Jérémie 51, 7)

Oracle de Yahvé qui a tendu les cieux et fondé la terre, qui a formé l’esprit de l’homme au-dedans de lui. Voici que moi je fais de Jérusalem une coupe de vertige pour tous les peuples alentour. (Zacharie 12, 2-3)

Sortir de Babylone la Grande

Ici encore, l’Apocalypse nous dit : « Puis j’entendis une autre voix qui disait, du ciel : « Sortez, ô mon peuple, quittez-la, de peur que, solidaires de ses fautes, vous n’ayez à pâtir de ses plaies ! » (Apocalypse 18, 4), les ennemis de l’Eglise catholique utilisent souvent ce verset pour demander ou pousser des catholiques à quitter cette église. Mais, mais, ces protestants, qui aiment tant le « sola scriptura », ne font pas appel à lui pour argumenter : en effet, s. Luc nous dit :

Mais lorsque vous verrez Jérusalem investie par des armées, alors comprenez que sa dévastation est toute proche. Alors, que ceux qui seront en Judée s’enfuient dans les montagnes, que ceux qui seront à l’intérieur de la ville s’en éloignent, et que ceux qui seront dans les campagnes n’y entrent pas ; car ce seront des jours de vengeance, où devra s’accomplir tout ce qui a été écrit… (s. Luc 21, 20-23)

Les passants se lamenteront sur la Grande ville

s. Jean dit également que les passants se lamenteront sur la Grande cité, se moqueront d’elle ! Pourtant, cela s’applique encore à Jérusalem : « Je viderai de bon sens Juda et Jérusalem, à cause de ce lieu (…) Je ferai de cette ville un objet de stupeur et de dérision, tout passant en restera stupéfait et sifflera devant tant de blessures… » (Jérémie 19, 8-9) Voir également Lamentations 2, 15

En définitive, voilà des arguments bibliques ! montrant que Babylone la grande, la grande cité, la prostituée s’identifie plutôt à la ville de Jérusalem, pas à l’Eglise catholique comme le prétendent…

Comment est-elle devenue une prostituée, la cité fidèle ? Sion, pleine de droiture, où la justice habitait, et maintenant des assassins ! (Isaïe I, 21)

Voyez aussi : 666, est-ce le chiffre du pape ?

Advertisements

89 commentaires sur “La prostituée de l’Apocalypse, qui est-ce ?

  1. Baert
    29 septembre 2013

    Un mystère: Qui est Babylone la Grande, la prostituée?
    UNE FEMME, une prostituée infâme, qui influence la vie de milliards de personnes, est mise à mort. Mais ce n’est pas une exécution ordinaire. En quel sens? Le bourreau est un animal, une bête sauvage qui la met complètement à nu, dévore sa chair et abandonne ses restes au feu. Qui est cette femme influente? Pourquoi une bête sauvage l’attaque-t-elle? Qu’a-t-elle fait pour mériter cette fin violente? Apocalypse 17:16, 17.
    Il pourrait s’agir du début d’une mystérieuse histoire, mais ce n’est pas le scénario d’un roman à suspense. C’est un événement réel qui est sur le point d’avoir lieu et qui vous concerne, car, aujourd’hui, cette prostituée infâme est peut-être en train d’influencer votre vie. De plus, vous subirez la mort ou obtiendrez la vie selon que vous resterez avec elle ou que vous la fuirez. Qui est-elle donc?
    Les mystérieux clients de cette femme
    Cette femme fatale, cette séductrice éhontée, est décrite par Jean dans le livre prophétique de l’Apocalypse ; nous y lisons: “Et [l’ange] m’a emporté, par le pouvoir de l’esprit, dans un désert. Et j’ai aperçu une femme assise sur une bête sauvage de couleur écarlate qui était pleine de noms blasphématoires et qui avait sept têtes et dix cornes. Et la femme était revêtue de pourpre et d’écarlate, et parée d’or, de pierres précieuses et de perles, et elle avait à la main une coupe d’or pleine de choses immondes et des impuretés de sa fornication. Et sur son front était écrit un nom, un mystère: ‘Babylone la Grande, la mère des prostituées et des choses immondes de la terre.’” Apocalypse 17:3-5.
    “Babylone la Grande” doit donc être une femme redoutable, car le récit précise au verset 1 qu’elle “est assise sur de nombreuses eaux”. Qu’est-ce à dire? L’ange de Dieu expliqua à Jean: “Les eaux que tu as vues, là où est assise la prostituée, représentent des peuples et des foules et des nations et des langues.” (Apocalypse 17:15). Son influence s’étend sans aucun doute à toute la terre. Mais ce n’est pas une prostituée ordinaire. Elle est “la mère des prostituées”, celle qui dirige l’institution. Pour ce qui est de la fornication, c’est elle qui donne les ordres. Mais elle a aussi des clients bien particuliers.
    L’ange identifie les clients qui ont les faveurs de la grande prostituée. Comment les décrit-il? Il dit que Babylone la Grande est celle “avec laquelle les rois de la terre ont commis la fornication, tandis que ceux qui habitent la terre ont été enivrés du vin de sa fornication”. (Apocalypse 17:2.) Elle doit être attrayante et avoir beaucoup de relations pour être capable d’attirer les dirigeants politiques du monde, oui, les “rois de la terre”! Qui est-elle donc?
    L’ange précise qu’elle a un nom, un nom mystérieux: “Babylone la Grande.” Voilà donc deux indices sur son identité: le premier concerne ceux à qui elle accorde ses faveurs, le second est son nom, Babylone la Grande. À quelle conclusion ces deux indications nous mènent-elles?

  2. ER-Amandine
    4 octobre 2013

    Bonjour,

    Catholique, je le suis ! et j’ai toujours été partisane de l’interprétation qui faisait de Rome, la grande prostituée dont parle l’apocalypse. D’ailleurs la tradition patristique, la quasi totalité des pères sont unanimes à ce sujet : il s’agit bel et bien de Rome ! Car, Rome est bien connue pour avoir violemment persécuté les chrétiens (martyrs); on pourrait par exemple faire allusion à l’incendie provoquée par NERON CESAR afin d’accuser les Chrétiens. Et ne pas oublier le fait que nous reconnaissons que s. Pierre y est mort, peut-être s. Paul également….

    • +++Yesus Kristus azu+++
      4 octobre 2013

      Bonjour chère amie,

      Vous êtes catholique, c’est une bonne chose ! 🙂 Mais, il est une chose qui m’étonne : je ne savais pas que les pères de l’Eglise étaient infaillibles ! Vous êtes prête à nier toutes ces évidences bibliques – et surtout le fait que Jérusalem est appelée Grande cité, et que justement, ce titre s’applique à la Prostituée; et que, de plus, c’est là qu’est mort le Seigneur ? J’admire votre volonté de sceptique ! Mais retenez une chose : la Révélation, ce n’est pas seulement la Tradition, c’est aussi l’Ecriture sainte, et d’abord celle-ci d’ailleurs.

      Bref, réfléchissons un peu. Juste un peu ! La bible dit par exemple des Sept têtes, qu’elle représente SEPT collines (Apoc. 17, 9); mais la Bible dit aussi que les sept têtes représentent SEPT rois !!! Vous y êtes ? Vous voyez que, dans la Bible, il y a ce qu’on appelle la Double référence ! Une chose peut être appliquée à deux significations différentes. C’est le cas ici. Babylone la Grande, c’était ROME : C’ETAIT ! Raison pour laquelle les pères l’ont désigné ainsi. Mais il est évident que une petite partie de la prophétie concerne Rome – La Rome ANCIENNE, je présice, qui persécutait les Chrétiens (martyrs), mais la Grosse grosse et grosse partie concerne Jérusalem. Les Ecritures ne laissent AUCUN doute possible ! Tout s’applique à Jérusalem : le terme grande cité, là où a été crucifié le Seigneur, et tous les échos de l’Ancien Testament…

      Vous y êtes ?

      • ChristestSeigneur
        13 février 2014

        C’est qu’il est difficile à celui qui est perdu de s’indiquer le chemin du salut. le tout dépend de qui vous interprète les Écritures et sur quelle base. supposons que tous soyons dans la confusion par rapport à l’interprétation de « Babylone la grande »; mais quant à ses idolâtries et la nature idolâtre de l’église Catholique qui piétine majestueusement les Ecritures Saintes à son gré; qu’en pensez-vous cher défenseur? Notez bien que l’Apocalypse a parlé d’Israël ailleurs et non dans ce passage si clair. aucun idolâtre n’entrera dans le royaume des cieux a dit l’Ecriture. Sauve-toi mon ami.

      • +++Yesus Kristus azu+++
        14 février 2014

        Bonjour,

        Merci du conseil. Mais, se sauver, nous le refusons catégoriquement. Vous auriez dû, avant de commenter, lire l’avertissement du blog. C’est un blog dédié, non pas aux élus – comme vous par exemple, qui sont déjà sauvés,prédestinés à la vie, mais à ceux qui vont en enfer (c’est-à-dire, nous autres) ; prédestinés à l’enfer, à la damnation, c’est plus correct…

        Alors, non, Je refuse de me sauver !

        Salutations.

      • ChristestSeigneur
        19 février 2014

        Bonjour frère.
        Avant de continuer, je crois bien que votre site n’est pas un site d’insulte ou d’injure. Si non je vous dirai que s’insulter n’est pas chrétien. défendre ses opinions ne veut pas nécessairement dire insulter celui qu’on a en face. vous avez proposez un bon thème qui nécessite l’intervention des Ecritures Saintes en toute intégrité. Alors, elles interdisent à tous ceux qui croient en elles d’insulter « …celui qui dira à son frère: Raca ! mérite d’être puni par le sanhédrin ; et que celui qui lui dira: Insensé ! mérite d’être puni par le feu de la géhenne. » (Math 5:22). En ce qui concerne le salut, la Bible ne laisse aucun doute planer autour. Lisez ces passages suivants: « 12 Mais à tous ceux qui l’ont reçue, à ceux qui croient en son nom, elle a donné le pouvoir de devenir enfants de Dieu, lesquels sont nés, non du sang, ni de la volonté de la chair, ni de la volonté de l’homme, mais de Dieu. » (Jn 1:12,13);
        « Car Dieu a tant aimé le monde qu’il a donné son Fils unique, afin que quiconque croit en lui ne périsse point, mais qu’il ait la vie éternelle… Celui qui croit en lui n’est point jugé ; mais celui qui ne croit pas est déjà jugé, parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. » (Jn 3:16,18);
        « Il n’y a de salut en aucun autre ; car il n’y a sous le ciel aucun autre nom qui ait été donné parmi les hommes, par lequel nous devions être sauvés. » (Actes 4:12)
        « Si tu confesses de ta bouche le Seigneur Jésus, et si tu crois dans ton cœur que Dieu l’a ressuscité des morts, tu seras sauvé… Car quiconque invoquera le nom du Seigneur sera sauvé. » (Ro 10:9,13)
         » Et vous n’avez point reçu un esprit de servitude, pour être encore dans la crainte ; mais vous avez reçu un Esprit d’adoption, par lequel nous crions: Abba ! Père ! L’Esprit lui-même rend témoignage à notre esprit que nous sommes enfants de Dieu » (Ro 8:15,16)… Alors, voilà pourquoi j’accepte et je proclame haut et fort que je suis sauvé, l’Esprit Lui-même m’en rend témoignage et j’ai l’assurance de mon salut en Jésus-Christ mon Sauveur. Je sais aussi que rien ne pourra me séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus pour moi selon qu’il est écrit:  » Car j’ai l’assurance que ni la mort ni la vie, ni les anges ni les dominations, ni les choses présentes ni les choses à venir, ni les puissances, ni la hauteur, ni la profondeur, ni aucune autre créature ne pourra nous séparer de l’amour de Dieu manifesté en Jésus-Christ notre Seigneur. » (Ro 8:38,39). Avez-vous cru en Jésus seul? Possédez-vous cette assurance pour votre salut? pourrez-vous maintenant aller au ciel si la mort vous surprend? Si non sachez que Dieu ne vous a pas destiné à l’enfer. Seulement, comprenez ceci:  » Jésus lui dit : Je suis le chemin, la vérité, et la vie. Nul ne vient au Père que par moi. » (Jn 14:6). Merci pour votre compréhension et que Dieu vous bénisse. Amen!

      • +++Yesus Kristus azu+++
        19 février 2014

        Bonjour,

        Je ne crois pas qu’il était question d’insultes. Et je ne vois pas où vous l’avez vu. La question de savoir si vous êtes sauvés – vous ! a été tranchée par vous-mêmes. Vous êtes sauvés, nous, nous ne le sommes pas. Puisque vous dites : ‘Sauvez-vous mon ami!’, ou encore des à priori du genre : ‘Il est difficile à celui qui est perdu de s’indiquer le chmein du Salut’ ! Bref, non seulement, il est très malsain d’arriver sur un blog sans aucune salutation en guise d’introduction, surtout si c’est la première fois que vous y déposez un commentaire, mais votre commentaire transpirait un tel narcissisme intellectuel… (Hallucinant !) Vous êtes certainement celui qui sonde les reins et les coeurs (Apocalypse II, 23) : très fort quand même. Se baser sur un à priori, nonobstant le fait que la méthode biblique est fortement inspiré de la méthode à posteriori (mais bon, passons…), pour poser – dès le départ un jugement (Je vous admire…, j’aimerais aussi avoir cette clairvoyance : on n’a pas tous reçu les dons de l’Esprit, puisque d’ailleurs, vous le disiez, ‘d’autres’ interprètent pour nous catholiques. Et nous autres, fidèles, ne sommes que des moutons aveugles qui suivent (irrationnellement !) : très bien…

        Enfin, je ne crois pas qu’il était nécessaire de nous sortir la panoplie de versets. Ce qui semble inutile, justement à cause du fait que vous êtes certain d’être sauvés ! Cette certitude restant néanmoins très subjective (je me demande pour quelles raisons vous avez cité tous ces versets). De surcroît, et encore une fois, nous campons sur nos positions : le Salut – nous n’en voulons pas. Nous sommes égarés, vous êtes éclairé : voilà la boucle bouclée… Et de grâce, je veux éviter, au maximum, l’invective.

        Quand vous aurez un peu mûri en humilité intellectuelle, même si cela prend des années, vous reviendrez, et l’on discutera… Entre temps, j’ai des articles à écrire sur Ma Foi (Résurrection des corps, existence de Dieu etc…).

        Salutations.

      • Daniel PIGNARD
        16 juillet 2015

        Et croyez-vous que je vais vous passer ce que vous appelez « une maladresse dans le langage » alors que cet argument vous coinçait comme vous l’avez reconnu : « On serait coincé si cela est en essence le cas ! ».
        Cette maladresse dans le langage sortie de ma bouche aurait été un mensonge éhonté à vos yeux. Vous serez jugé comme vous avez jugé.

        L’évêque Saint Rémi l’a appelé l’Eglise Romaine, La prophétie de St Malachie l’appelle S.R.E. (Sainte Eglise Romaine), Nostradamus l’appelle Rome :
        Au C.5:Q.92, il a écrit :
        « Apres le siege tenu dix et sept ans,
        Cinq changeront en tel revolu terme :
        Puis sera esleu de mesme temps,
        Qui des romains ne sera trop conforme. »

        Il est donc admis que cette appellation n’est pas schismatique mais bien celle qui avait cours.

  3. Daniel PIGNARD
    2 décembre 2013

    2 prophéties éclaircies.
    Ci-dessous sont proposées deux résolutions partielles de prophéties bibliques.
    Les manifestations commencées en France contre le mariage homosexuel sont les prémices de la bataille qui se profile. A noter que ces manifestations françaises ont eu lieu le 18 novembre 2012, le 13 janvier, le 24 mars et le 26 mai 2013, avec leurs foules innombrables ce qui confirme la prophétie « le réveil et la crise » en lien plus bas qui annonçait le début en 2012.

    Les sept rois d’Apocalypse 17
    Le combat est pour bientôt et rappelé dans Apo 17 :14 ou l’agneau et les appelés, les élus et les fidèles combattront aussi. Or Apo 17 devient de plus en plus clair.
    Voici ce que je pense de la bête et la femme assise dessus, énigme ne pouvant être résolue que depuis la démission de Benoit XVI :
    Cette femme était vêtue de pourpre (évêques) et d’écarlate (cardinaux).
    Les 7 montagnes sur lesquelles la femme est assise représentent Rome ayant 7 collines. Pourpre et écarlate sont respectivement les couleurs des évêques et des cardinaux.
    Les 7 rois sont 7 papes à compter depuis que le Vatican est devenu un Etat par les accords de Latran du 11 février 1929.
    1- Pie XI (1922-1939) (17 ans). Tombé
    2- Pie XII (1939-1958) (19 ans). Tombé
    3- Jean XXIII (1958-1963) (5 ans). Tombé
    4- Paul VI (1963-1978) (15 ans). Tombé
    4’- Jean-Paul Ier (1978-1978). Non compté, règne insignifiant.
    5- Jean-Paul II (1978-2005) (27 ans). Tombé
    6- Benoît XVI (2005-2013) (8 ans). Existe
    7- François (2013-…) Doit rester peu de temps
    Donc cinq sont tombés (morts), un existe (a démissionné) et entre sa démission et la nomination de François a existé un temps où il n’était pas encore venu.
    La Bête qui était, qui n’est plus mais qui reparaîtra est (semble-t-il) le retour d’une autorité religieuse qui contraint par la force. Comme elle est un huitième roi et qu’elle est du nombre des sept, cela veut dire que le pape François est double et va révéler une relation avec des autorités temporelles de contraintes.

    Les 10 rois qui n’ont pas encore reçu de royaume dans Apo 17 :12-14 qui feront alliance avec la bête qui était, qui n’est plus, mais qui reparaîtra, et qui vont combattre contre l’agneau, les appelés, les élus et les fidèles sont (peut-être) les 10 chefs des différentes églises hors catholique romaine soit les chefs des : Protestants, évangéliques, orthodoxes, témoins de Jéhovah+Mormons+saints des derniers jours, Juifs, Musulmans, Bouddhistes, Hindouistes, Animistes, Francs-Maçons.

    Les clés que j’utilise sont :
    Le dragon = autorité morale qui contraint par le nombre.
    La bête = autorité contraignante par la force (politique = autorité sur la mer) ou la contrainte pécuniaire (patronat = autorité sur la terre).

    Les 10 rois de Daniel 7 et Apocalypse 13 :1-9
    Sachez encore que nous vivons en ce moment la pierre qui tombe (les appelés, les élus et les fidèles de Apo 17 :14) de la statue aux pieds d’argile de Daniel 2 et qui va détruire la statue.
    « Dans le temps de ces rois, le Dieu des cieux suscitera un royaume qui ne sera jamais détruit, et qui ne passera point sous la domination d’un autre peuple; il brisera et anéantira tous ces royaumes-là, et lui-même subsistera éternellement. C’est ce qu’indique la pierre que tu as vue se détacher de la montagne sans le secours d’aucune main, et qui a brisé le fer, l’airain, l’argile, l’argent et l’or. » (Daniel 2 :44-45)

    Une des clés des prophéties relatives à la fin des temps est que la France pour Dieu est le point de mire de l’Occident. https://sites.google.com/site/nouvellettre/prophetie/2012-le-reveil-et-la-crise
    Daniel 7 :23-28 parle de la démocratie sans le livre guide (4è royaume) et de la France pour ce qui est des 10 rois que je vois comme les 10 Présidents successifs de la 5è République : De Gaulle1, De Gaulle2, Pompidou, Giscard, Mitterrand1, Mitterrand2, Chirac1, Chirac2, Sarkozy, Hollande.
    Les 3 rois qui seront abaissés sont les 3 Présidents encore vivants dont on veut supprimer le siège au Conseil Constitutionnel. La petite corne serait un ministre de Hollande ou un Conseil.
    Le verset 27 dit qui aura désormais le règne, la domination et la grandeur de tous les royaumes.
    « Il prononcera des paroles contre le Très Haut, il opprimera les saints du Très Haut, et IL ESPERERA CHANGER LES TEMPS ET LA LOI; et les saints seront livrés entre ses mains pendant un temps, des temps, et la moitié d’un temps. Puis viendra le jugement, et on lui ôtera sa domination, qui sera détruite et anéantie pour jamais. » (Daniel 7:25-26)

    Ces mêmes 10 rois se retrouvent dans Apo 13 :1-9. Les sept têtes sont (je pense) les sept ministères principaux : l’intérieur, l’éducation nationale, la justice, l’économie et les finances, la santé, la sécu, la défense. Les noms de blasphème sur ces têtes sont dus aux grands écarts avec ce que devraient être ces ministères. Vous faut-il plus de détails ?
    L’une des têtes, blessée à mort sera (je pense) l’un de ces ministères. (Sciences ? Fisc ? Justice ?)
    Et oui, tout cela se passera en France avec sa Marseillaise qui était un hymne prophétique que Dieu avait caché pour dire à tous les Français que c’était par La France que Dieu allait parler au monde.
    Vous l’avez entendue notre Marseillaise comme elle tranche des autres hymnes aux manifestations sportives.
    42 mois ou un temps, des temps, et la moitié d’un temps, ça nous mène à novembre 2015 pour la fin du dixième Président français ainsi que de la gauche et de la droite en France puisque la domination sera donnée aux saints du Très-Haut.

    • L'Aquinate
      6 décembre 2013

      Cher Daniel,

      Merci pour votre commentaire. Cependant, c’est le premier et le dernier que je laisse de cette envergure – par respect ! Pourquoi ? C’est simple : ça saute aux yeux, vous n’avez pas lu l’article. Vous avez commenté par rapport au titre… et avez, à partir de là, donné votre point de vue… comment vous voyez les choses vous, grosso modo ! Sans tenir compte de ce qui était dit dans l’article (ce qui est normal, vu que vous ne l’avez pas lu, du moins avant de commenter).

      Deuxième chose : il apparaît également que vous avez triché pour rebondir sur la conclusion sur laquelle vous campez. Deuxième chose, si aviez lu, vous aurez aisément constaté que l’explication sur la pourpre et écarlate est donnée, ainsi que que les 7 collines : le Vatican étant bien sûr construit sur Une seule colline ! etc… Et la tricherie concerne les papes ! Le texte de l’Apocalypse est clair : CINQ sont tombés ! Pour déjouer cela, vous écarter Jean Pau Ier, et pour cause, son règne fut insignifiant : fâcheusement, le texte d’Apocalypse ne dit rien de tel, et ne le sous-entend même pas. En même temps, il faut reconnaître que vous étiez obligé de le faire, sinon votre belle théorie s’effondre (elle s’effondre d’ailleurs).

      Bonne suite, merci de vous être arrêté ici.

  4. Daniel PIGNARD
    9 décembre 2013

    « Pas lu », « triché » : Ces deux accusations vous seront retournées le jour venu car « Vous serez jugé du jugement dont vous vous serez servi »
    Vous aurez cependant un petit problème si l’actualité prochaine est d’accord avec mes interprétations. Ce jour-là, la nudité du tricheur sera vue. Amen.

    • L'Aquinate
      9 décembre 2013

      Bonjour,
      Il est apparu évident que d’après l’interprétation que vous avez servie, vous n’avez pas lu l’article. De plus, si vous l’aviez lu, vous aurez constaté que ce que vous affirmez, la réponse est donnée dans l’article ! Peut-être c’est une conjecture… Triché ? il est évident encore là que vous avez jonglé avec la Bible pour faire coller votre interprétation à la Bible… Car vous affirmez que les sept rois sont à compter depuis que le Vatican est un Etat… Vous parlez donc du VATICAN. Seulement, vous soutenez encore l’interprétation des sept collines de Rome, pas du Vatican… étrange… Car, vous devrez suivre la logique… qui devrait suivre votre interprétation. Mais, vous ne le faites, car elle pèche quelque part : le Vatican, sauf erreur, est construite sur UNE SEULE colline ! Bref, passons…

      Je devrais répondre des accusations ce jour là ? Je ne crois pas. Car, vous VENEZ encore de confirmer ce que je disais. En effet, dans mon article, il est écrit : Je ne suis pas catégorique sur ce sujet, mais, je m’engage à présenter quelques points (versets bibliques) qui laissent penser que lorsque s. Jean parle de Babylone la Grande, la prostituée, il désigne bel et bien la ville de Jérusalem.

      J’avertie DONC le lecteur… Vous m’excuserez si je vous accuse de ne point avoir lu : c’est justifié non ? Vous ne trouvez pas ? Si je me trompe donc, je n’aurais pas de compte, car j’avertis tout le monde que je NE SUIS pas catégorique. En sens contraire, si vous vous trompez – et l’actualité prochaine nous le révélera, vous serez en effet un faussaire… Qui vivra verra.

      Bonne suite.

  5. Daniel PIGNARD
    9 décembre 2013

    Voilà votre méditation du jour :

    « Vous pouvez tous prophétiser successivement » ( 1 Cor 14:29-33)
    « Aspirez au don de prophétie » (1 Cor 14:1)
    N’y a-t-il plus de prophètes dans l’église du Christ ?
    Pierre et de nombreux apôtres étaient-ils prophètes ? Sont-ils tous morts à Jérusalem ?

    « Et il a donné les uns comme apôtres, les autres comme prophètes, les autres comme évangélistes, les autres comme pasteurs et docteurs » ( Eph 4:11)
    1 Cor 12:28-31 suggère que les dons d’apôtre ne sont pas révolus et ne nécessitent pas d’avoir vu le Seigneur ressuscité, mais bien de marcher dans les pas du Christ et des apôtres précédents.

    • L'Aquinate
      9 décembre 2013

      Bonjour, merci pour cette méditation…. J’ai bien médité, et voici ce qui en ressort de cette méditation :

      Vous écrivez : « Pierre et de nombreux apôtres étaient-ils prophètes ? Sont-ils tous morts à Jérusalem ? » à cette méditation, je réponds que non ! s. Pierre et s. Paul n’étaient pas des prophètes, mais avaient la VOCATION d’apôtre ; Paul, lui-même se considère COMME un apôtre (I Corenthiens 9, 1). Mais encore nous lisons : Ô ciel, sois dans l’allégresse sur elle [la prostituée], et vous, saints, apôtres et prophètes, car Dieu, en la condamnant, a jugé votre cause (…) et c’est en elle que l’on a vu le sang des prophètes et des saints, et de tous ceux qui furent égorgés sur la terre. (Apocalypse 18, 20,24) Or, JÉSUS dit que les PROPHÈTES meurent à Jérusalem (s. Luc 13, 33-34). A votre question la réponse est donc NON ! Pierre et Paul ne sont pas morts à Jérusalem, car leur Vertu n’était pas d’être prophète ; tout prophète meurt à Jérusalem, c’est le Christ qui le dit ! Après, si vous voulez contredire les PAROLES du Christ, Verbe de Dieu, c’est à vous de voir…

      A propos d’Ephésiens 4, 11, Il n’y a rien à expliquer. Certains sont faits prophètes, d’autres apôtres (comme les douze, cf. saint Luc 6, 12-16), et cetera.

      Enfin, le sens premier et fort du mot « Apôtre » c’est le témoin de Jésus Christ ressuscité, c’est ce que Paul dit ! Ne suis pas apôtre, n’ai-je pas vu le Seigneur ressuscité (I Corenthiens 9,1), et s. Luc précise que les apôtres, ce sont les Douze (envoyés par le Christ, cf. Luc 6, 12-16). Cependant, le sens d’apôtre peut également être plus large, évidemment. Il n’en demeure pas moins qu’il y a de FAUX apôtres : « Car ces gens-là sont de faux apôtres, des ouvriers trompeurs, qui se déguisent en apôtres du Christ. » (II Corenthiens XI, 13)

      Bien à vous.

      • Daniel PIGNARD
        9 décembre 2013

        Oui, les paroles du Christ étaient pour les prophètes de l’ancien testament qui témoignaient à Jérusalem. « La loi et les prophètes ont subsisté jusqu’à Jean » (Luc 16:16). Dans le nouveau testament, il est maintenant des prophètes dans chaque église (« Dieu a établi dans l’église des prophètes » (1 Cor 12:28) et ils ne meurent pas tous à Jérusalem bien évidemment.

        « Je suis ton compagnon de service, et celui de tes frères les prophètes, et de ceux qui gardent les paroles de ce livre. »(Apo 22:9)
        Il apparaît donc que certains frères en la foi de Jean étaient des prophètes.
        « Il y avait dans l’église d’Antioche des prophètes » (Actes 13:1), Jude et Silas étaient prophètes (Actes 15:32)
        Il apparaît donc qu’il existe encore beaucoup de prophètes du nouveau testament et ils ne meurent pas à Jérusalem mais dans des lieux éloignés, à Rome par exemple ou de nombreux chrétiens ont été persécutés.

        Le Christ a dit aussi « N’appelez personne sur la terre votre père, car un seul est votre père, celui qui est dans les cieux. » (Mt 23:9) Or Pape veut dire père et tous les abbés se font appelés père. Je vous cite donc : « Après, si vous voulez contredire les PAROLES du Christ, Verbe de Dieu, c’est à vous de voir… »

        Bon, autrement la plupart des chrétiens, y compris des catholiques, pensent que la ville aux 7 collines est Rome au vu de la description qui en est faite. Si vous avez des doutes sur cette affirmation, demandez moi et je vous indiquerai des liens qui le confirment comme celui-ci dans les messages :
        http://lepeupledelapaix.forumactif.com/t20718-apocalypse-17-9-11

      • L'Aquinate
        9 décembre 2013

        Cher ami,
        J’ai bien cru qu’on en avait terminé… décidément, pas encore. Reprenons.
        Vous devez très mal comprendre mes commentaires, et les vôtres semblent si détachés l’un de l’autre, on ne sait pas vraiment ce que vous essayez de prouver ! Ce que vous dites des prophètes ne tient pas la route, car, parmi les prophètes jusqu’à Jean, vous avez oublié UN : Le christ ! oui oui… (il avait la Vertu du prophète : ***Prenant la parole, l’un d’eux, nommé Cléophas, lui dit : « Tu es bien le seul habitant de Jérusalem à ignorer ce qui y est arrivé ces jours-ci » – « Quoi donc ? » Leur dit-il. Ils lui dirent : « Ce qui concerne Jésus le Nazarénien, qui s’est montré un prophète puissant en œuvres et en paroles devant Dieu et devant tout le peuple, comment nos grands prêtres et nos chefs l’ont livré pour être condamné à mort et l’ont crucifié… »*** (s. Luc XIV, 18-20). Et lorsque vous dites que Jésus parlait des prophètes de l’A.T, c’est erroné; car, en disant que Jérusalem tues les prophètes, Jésus s’incluait parmi ces prophètes là. RAISON pour laquelle il dit EXPLICITEMENT : Mais aujourd’hui, demain et le jour suivant, je dois poursuivre ma route, car il ne convient pas qu’un prophète périsse hors de Jérusalem. « Jérusalem, Jérusalem, toi qui tues les prophètes et lapides ceux qui te sont envoyés… » (s. Luc 13, 33-34) Le Christ précise qu’il doit continuer son chemin, c’est à dire vers la Mort, car AUCUN prophète ne doit mourir HORS de Jérusalem ! C’est clair…

        Apocalypse 22, 9, je ne sais pas pourquoi vous le citez, il n’affirme aucunement que ces prophètes soient morts hors de Jérusalem.

        Ensuite, vous citez Actes 13, 1 et après Actes 15, 32, et vous affirmez, à partir de là qu’il y a des prophètes dans le N.T, et que Jude et Silas qui sont effectivement des prophètes (Ac 15, 32) ne sont pas morts à Jérusalem. Ceci est une affabulation ! car, cela ne repose sur aucun fait véridique, vous émettez une hypothèse, sans fondement quelconque comme quoi ils seraient morts à Rome, étant donné que Rome persécuta les chrétiens. Or, si vous aviez lu le verset suivant (c’est à dire Ac, 15, 33), vous aurez remarqué que Jude et Silas retournent à Jérusalem ! : ***Jude et Silas, qui étaient eux-mêmes prophètes, exhortèrent les frères et les affermirent par un long discours. Au bout de quelque temps, les frères les renvoyèrent avec des souhaits de paix vers ceux qui les avaient députés***

        En citant Mt 23, 9, vous croyez pouvoir ridiculiser votre interlocuteur en le renvoyant une phrase qu’il a dite au visage ? Mt 23, 9 à l’appui, vous me renvoyez : « Après, si vous voulez contredire LES PAROLES du Christ, Verbe de Dieu, c’est à vous de voir… »; Outre le fait le fait que ceci est complètement hors de propos, hors-sujet : je vous prierai de vous retenir, à l’avenir, de vos présomptions : https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2013/08/25/nappelez-personne-pere/

        Enfin, la plupart des Catholiques pensent que la ville au sept collines c’est Rome ! Ben oui, Rome est une ville aux sept collines ! Qui va le nier ? Seulement, ce n’est pas la seule comme indiqué dans l’article, ou encore ici; nous ne nions en effet pas : https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2012/08/31/babylone-la-grande-est-ce-leglise-catholique/?relatedposts_exclude=1291

        Il est évident que, et votre dernier paragraphe le montre, que vous n’avez pas compris ce que nous disions précédemment. Reexpliquons. Vous soutenez que les Sept rois ce sont les papes ! Ensuite, vous affirmez que ce sont les papes depuis que LE VATICAN est un Etat ! Or, fâcheusement, pour la ville aux sept collines, vous maintenez ROME ! C’est une contradiction flagrante avec vos propos. Car, puisque le Vatican est DEVENU un Etat, c’est à partir du VATICAN -et non de ROME – que vous devez faire suivre votre raisonnement : question de logique ! Mais, malheureusement, le Vatican est construite SUR UNE COLLINE, pas sept ! J’espère que c’est plus clair…

        Sinon, j’apprécie le commentaire que vous avez posté sur le forum catholique auquel vous me renvoyez : c’est exactement le même que vous avez posté ici ! C’est à croire que vous posté le même commentaire, partout où vous passez, nonobstant les lacunes dont ce dernier regorgent, et que nous venons de voir.

        Bien à vous.

      • Daniel PIGNARD
        10 décembre 2013

        Vous admettez que les paroles du Christ sont interprétables pour ce qui est de Mt 23:9 mais qu’elles ne le seraient pas lorsque je les interprète pour la mort des prophètes.
        Si donc d’après vous tout prophète meurt à Jérusalem et que très peu d’ecclésiastiques meurent à Jérusalem, j’en conclus qu’il n’y a pas beaucoup de prophètes chez les catholiques.
        Vous me dites que le siège du Pape est au Vatican mais pas à Rome et donc que je n’ai pas le droit de voir La ville aux sept collines pour le Vatican, Bon, il n’en reste pas moins que l’église catholique se fait appeler romaine, que St Malachie parle de la chute de l’église romaine dans son verset sur Petrus Romanus. Mais vous interdisez donc à l’église catholique de s’appeler romaine et vous interdisez à St Malachie de l’appeler romaine, il devrait dire vaticane tout au plus.
        Tout cela pour dire que sonder les choses cachées par Dieu ne se fait pas par le vocabulaire précis mais par le vocabulaire suggestif et qu’il tout à fait admissible de situer le Vatican à Rome comme d’ailleurs chacun le sait et le fait sauf vous apparemment et quelques autres.

        Admettons pour hypothèse de travail que Apo 17 veuille parler de Jérusalem :
        Qui sont les 7 rois ? Qui est le roi qui existe ? Que veut dire le 8è roi qui est du nombre des sept ? Qu’est la bête qui était, qui n’est plus mais qui revient et qui va combattre contre l’agneau et les saints ?
        S’habiller de pourpre et d’écarlate comme évêques et cardinaux ne prouve rien d’après vous, mais aux yeux de beaucoup d’autres, c’est l’évidence.
        Tenez quelques preuves à ce site quoique je ne partage pas l’interprétation d’Apo 17 : http://chretiens2000.over-blog.com/2013/11/r%C3%A9sum%C3%A9-sur-les-viii-rois-de-l-apocalypse.html

        « ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus » fait penser évidemment aux persécutions de l’église romaine contre les évangéliques et les Protestants.
        Qui est assise sur les eaux qui sont des peuples, des foules, des nations et des langues et a la royauté sur les rois de la terre ? En tout cas pas Jérusalem qui n’est pas d’influence mondiale au point de diriger tout ce monde.

        Je vous signale quand même que la première version de mon interprétation d’Apo 17 faisait commencer les rois à Pie XII en comptant Jean-Paul 1è mais apprenant que le Vatican est devenu un Etat en 1929, J’ai cru bon de la rectifier comme je l’ai dit sur ce même site dont je viens de livrer le lien.

        Votre passage d’Apo 11:8 n’a à mon avis rien à voir avec la Jérusalem en Judée puisque qu’il s’agit d’une ville appelée symboliquement Sodome et Egypte. J’ai ma petite idée sur la question mais tout n’est pas encore très clair.

      • L'Aquinate
        10 décembre 2013

        Bonjour,
        vous faites une belle récidive : comme à chaque fois que vous avez d’ailleurs commentez. Et plus on avance, plus on a vraiment du mal – à voir où vous voulez aller, tant les commentaires ne suivent pas un seul fil (sont détachés…). Bon, reprenons – encore une fois !

        Première chose, vous semblez ben féru des conjectures ! Où est-ce j’ai admis que les paroles du Christ sont interprétables à un endroit et pas à un autre ? Aucun endroit. Au contraire, l’interprétation est permise en Mt 23, 9, car le reste de la Bible indique que le sens du mot père n’est pas catégorique… Si vous avez lu l’article, vous le constatez – et une personne de bonne foi ne peut aller contre, ce serait de la pure mauvaise foi. Les Evangélistes nomment Josep « Père » de Jésus… Non ? Bref… Or, votre interprétation est fallacieuse comme je le disais car elle repose sur une pure affabulation : aucun autre passage biblique ne peut étayer vos dires. Vous avez en effet émis une hypothèse, selon laquelle Silas et Jude, parce qu’ils ont quitté Jérusalem, seraient par conséquent morts hors de Jérusalem (Ac 15, 32). Vous émettez l’hypothèse selon laquelle ils sont morts à Rome. Or, je me demande si vous avez vraiment lu le contexte de Actes 15, 32, car le verset suivant stipule clairement, et sans ambages que les prophètes sont retournés à Jérusalem (Ac 15, 33). Si vous voulez émettre une hypothèse sur leur mort, il serait beaucoup plus crédible de de dire qu’ils sont morts à Jérusalem, puisque dans cette ville, ils avaient une charge qui leur avait été confiée.

        Secondo, le sens du mot prophète n’est plus le même après le Christ. On pourrait penser que Silas et Jude sont morts hors de Rome, mais rien dans les textes bibliques ne le suggèrent. Et, de toute évidence, vous ignorez complètement le catholicisme : c’est patent ! Car, ce n’est pas tel ou tel ecclésiastique qui est prophète, mais c’est L’EGLISE elle-même qui est prophète ! Donc, tout semble bien être rendu obsolète – selon votre manière de voir les choses…

        Comment n’ai-je pas vu la prophétie de s. Malachie dans tout ceci ?!!!!! ou où avais-je la tête ! Bon, on va reprendre, et cette fois, essayez de bien comprendre, je vois ce n’est toujours pas clair ! Dans votre interprétation, vous parlez de Vatican comme Etant, vous opérez ainsi un clivage net avec Rome, puisque le Vatican est déjà un Etat, pourtant, vous continuez à baser votre interprétation sur Rome, 7 collines, qui, logiquement ne devrait plus faire partie de votre interprétation, puisque justement le Vatican est un Etat à part… Bref passons. Et je passe le viel argument : l’Eglise catholique se fait appeler Romaine. On serait coincé si cela est en essence le cas ! mais non ! c’est une apelLation schismatique ! puisque le nom officielle c’est Eglise Catholique. Point final.

        Vous dites : « ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus » fait penser évidemment aux persécutions de l’église romaine contre les évangéliques et les Protestants. » ==> J’hallucine ! la belle vielle manipulation historique ! Pas le choix, le mensonge historique domine le monde ! on ne peut pas vous en vouloir d’être tombé dans le sac du mensonge historique contre le Catholicisme qui s’est tissé au fil des âges ! Ce qui est étonnant, limite ridicule, c’est que vous dites « fait penser évidemment »; *évidemment*, comme si cela coulait de soi… Comme cela ne demandait aucune analyse ! Quel subjectivisme quand même… Bon, zut ! c’est vrai… j’avais oublier : les protestants n’ont jamais massacré les catholiques, Calvin, à Genève n’a pas tuer ceux qui s’opposaient à Lui, Henri VIII, c’est vrai n’a pas trancher la gorge à ces femmes, les unes après les autres… C’est vrai, les Protestants n’ont pas ré-instauré l’inquisition…; La Michelade ? C’est vrai ce sont des protestants qui sont morts ce funeste jour. C’est encore vrai que en 1567 et en 1569, les Catholiques n’ont pas été massacré par les protestants… Luther fondateur du protestantisme écrit « Von den juden und ihren Lugen »… Et que dans ce pamphlet, il inspire déjà HITLER… non non, il n’a pas fait cela, il n’a pas fait cela ! C’est vrai, ô ! sale histoire ! c’est vrai, que le Catholicisme est cruel, et que le Protestantisme est saint ! Le mensonge historique ne tiendra JAMAIS contre la véracité des faits !

        https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2013/07/17/la-saint-barthelemy-les-vrais-faits-14/

        https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2013/11/29/linquisition-13/?relatedposts_exclude=1273

        C’est à l’instar de la perfidie, du mensonge historique – et tout ce qui se relie avec cet infâme mal, qu’est inscrit le site auquel vous me renvoyez ! C’est limite pitoyable ! Vraiment le mensonge médiatique a réussi à castrer de cerveaux : à quel point ? Je n’ose même pas m’avancer…

        A propos d’Apocalypse 11,8, je ne sais pas, mais devez très mal lire les choses. Il y est dit que les DEUX DERNIERS prophètes Mourront dans cette ville… Mais, une interprétation n’est pas à faire, car s. Jean précise que c’est là où le SEIGNEUR a été crucifié ! Pas besoin d’avoir une opinion dessus : c’est parfaitement clair, il n’y point de place à la fantasmagorie ici. Jean donne lui-même la réponse !

        Vous croyez Jérusalem innocente ? Re-considérez votre position, sans partie pris au départ : vous verrez…

        A bientôt.

      • Daniel PIGNARD
        10 décembre 2013

        Je réitère mes questions sur votre interprétation à Jérusalem.
        Qui sont les 7 rois ? Qui est le roi qui existe ? Que veut dire le 8è roi qui est du nombre des sept ? Qu’est la bête qui était, qui n’est plus mais qui revient et qui va combattre contre l’agneau et les saints ?

      • L'Aquinate
        11 décembre 2013

        Ah ça, je n’en sais rien ! Aucune idée : je n’ai pas étudié la chose, qui s’avère, je vous l’accorde, ardue. On sait déjà que Jérusalem est aussi connu comme ville aux sept collines. C’est déjà pas mal. C’est à vous de voir, de juger. Vous proposez une interprétation; mais si une autre se présente à vous, vous devez la sonder !

        *C’est la gloire de DIEU que celer une chose, c’est la gloire des rois de la scruter* (Pr. 25, 2).

      • Daniel PIGNARD
        10 décembre 2013

        Je lis dans Apo 11 :8 « Là même ou leur Seigneur a été crucifié » et non pas « Là même où le Seigneur a été crucifié » comme vous le lisez. Ce détail a son importance.

      • L'Aquinate
        11 décembre 2013

        Mais, que faut-il pour comprendre que *Leur Seigneur*revient à Jésus CHRIST! Puisqu’on parle ici de prophètes.Les prophètes ont pour SEIGNEUR LE CHRIST,SEUL SEIGNEUR, SEIGNEUR DES seigneurs ! (cf. I Corenthiens 8, 6; Apocalypse 19, 16)

        Apocalypse chapitre 11 :

        **Puis on me donna un roseau, une sorte de baguette, en me disant : « Lève-toi pour mesurer le Temple de Dieu, l’autel et les adorateurs qui s’y trouvent ; quant au parvis extérieur du Temple, laisse-le, ne le mesure pas, car on l’a donné aux païens : ils fouleront la Ville Sainte durant 42 mois. Mais je donnerai à mes deux témoins de prophétiser pendant 1.260 jours, revêtus de sacs. » Ce sont les deux oliviers et les deux flambeaux qui se tiennent devant le Maître de la terre. Si l’on s’avisait de les malmener, un feu jaillirait de leur bouche pour dévorer leurs ennemis ; oui, qui s’aviserait de les malmener, c’est ainsi qu’il lui faudrait périr. Ils ont pouvoir de clore le ciel afin que nulle pluie ne tombe durant le temps de leur mission ; ils ont aussi pouvoir sur les eaux, de les changer en sang, et pouvoir de frapper la terre de mille fléaux, aussi souvent qu’ils le voudront. Mais quand ils auront fini de rendre témoignage, la Bête qui surgit de l’Abîme viendra guerroyer contre eux, les vaincre et les tuer. Et leurs cadavres, sur la place de la Grande Cité, Sodome ou Egypte comme on l’appelle symboliquement, là où leur Seigneur aussi fut crucifié, leurs cadavres demeurent exposés aux regards des peuples, des races, des langues et des nations, durant trois jours et demi, sans qu’il soit permis de les mettre au tombeau. Les habitants de la terre s’en réjouissent et s’en félicitent ; ils échangent des présents, car ces deux prophètes leur avaient causé bien des tourments. Mais, passés les trois jours et demi, Dieu leur infusa un souffle de vie qui les remit sur pieds, au grand effroi de ceux qui les regardaient.J’entendis alors une voix puissante leur crier du ciel : « Montez ici ! » Ils montèrent donc au ciel dans la nuée, aux yeux de leurs ennemis. A cette heure-là, il se fit un violent tremblement de terre, et le dixième de la ville croula, et dans le cataclysme périrent 7.000 personnes. Les survivants, saisis d’effroi, rendirent gloire au Dieu du ciel. Le deuxième « Malheur » a passé, voici que le troisième accourt ! Et le septième Ange sonna… Alors, au ciel, des voix clamèrent : « La royauté du monde est acquise à notre Seigneur ainsi qu’à son Christ ; il régnera dans les siècles des siècles. »16 Et les 24 Vieillards qui sont assis devant Dieu, sur leurs sièges, se prosternèrent pour adorer Dieu en disant : « Nous te rendons grâce, Seigneur, Dieu Maître-de-tout, Il est et Il était, parce que tu as pris en main ton immense puissance pour établir ton règne. Les nations s’étaient mises en fureur ; mais voici ta fureur à toi, et le temps pour les morts d’être jugés ; le temps de récompenser tes serviteurs les prophètes, les saints, et ceux qui craignent ton nom, petits et grands, et de perdre ceux qui perdent la terre. »Alors s’ouvrit le temple de Dieu, dans le ciel, et son arche d’alliance apparut, dans le temple ; puis ce furent des éclairs et des voix et des tonnerres et un tremblement de terre, et la grêle tombait dru… **

        Il est évident que *Leur Seigneur* c’est le Christ ! puisque ce sont SES prophètes ! Le doute n’est même pas permis.

      • Daniel PIGNARD
        11 décembre 2013

        Bon, je vois que vous n’avez pas la fibre pour résoudre les énigmes de la bible et notamment de l’Apocalypse. Vous faites des interprétations sur quelques versets, sans clarifier les autres, Vous vous permettez des libertés avec la parole (Appeler père) et vous ne la permettez pas aux autres, « le » et « leur » sont la même chose pour vous.
        Vous ignorez les prophètes actuels dans les églises donc la parole des apôtres parce que vous avez décrété de votre propre chef que les prophètes étaient maintenant l’église catholique.
        Vous ne reconnaissez pas les évidences comme les vêtements de pourpre et d’écarlate.
        Enfin vous vous permettez de reprendre les autres alors que votre nudité apparaît au grand jour. La lettre à l’église de Laodicée est décidément bien pour l’église catholique.

      • L'Aquinate
        11 décembre 2013

        Hallucinant ! Je n’ai jamais vu AUTANT de mauvaise foi dans un commentaire ! Vous êtes un troll ou quoi ? Vous avez parlé de nudité ! Gardons ce mot à l’esprit… gardons le.

        1° vous avez cru nous coincer en citant Matthieu 23, 9, mais la réponse vous a été donnée. Car, même les évangélistes ont utilisé le mot « Père » pour désigner Joseph – qui n’était pas le père céleste ! les paroles de Jésus ne sont donc pas catégoriques, et méritent qu’on leur donne un sens (ce qui est fait dans l’article auquel je vous ai renvoyé ! à cela, vous n’avez rien répondu ! Première preuve de mauvaise foi.

        Vous êtes de mauvaise foi, car vous voulez pinailler sur le mot « Le » et le mot « Leur » en Apocalypse 11,8. Or, pour que cela soit clair, j’ai cité tout le chapitre d’apocalypse 11, pour bien montrer que « Leur Seigneur » renvoie à Jésus Christ SANS DOUTE possible ! car, c’est le Seigneur des prophètes, QUI A ETE crucifié à Jérusalem : de surcroît l’Apocalypse et une révélation de Jésus Christ ! Nonobstant toute votre gymnastique intellectuelle et votre aveuglément patent (à vouloir nier que « leur Seigneur » c’est bien le Christ), dites-nous s’il y a deux Seigneurs (I co 6, 8). De grâce dites nous, ou alors taisez-vous une fois pour toute ! Le chapitre 11, que j’ai posté vous ridiculise, et quiconque lira ces commentaires s’en rendra compte !

        3° Vous m’attribuez des choses que je n’ai pas dites ! c’est l’Eglise qui est prophète pour le monde ! ce n’est pas une invention de ma part. C’est l’enseignement de l’Eglise !

        4° vous avez tronqué la Parole de Dieu pour la faire coller avec votre interprétation subjective; une interprétation qui souffre cruellement en versets bibliques. Pour ce faire, vous avez voulu faire croire que Silas et Jude étaient morts hors de Jérusalem en citant actes 15, 32. Croyant qu’on ira pas vérifier, la suite du verset vous anéantit puisqu’elle stipule que Silas et Jude sont retournés à Jérusalem (Actes 15, 33). Vous avez pour enjôler les gens émis des hypothèses qui n’étaient en effet pas sous-entendues dans la Bible ! en disant que les prophètes sont morts à Rome… sans preuve : affirmation gratuite, totalement !

        5° pour les habits de pourpre, ces vêtements n’étaient-ils pas des vêtements pour le sacerdoce de YAHVE dans l’Ancien Testament ? et justement, Jérusalem n’est-elle pas accusée de s’habiller en pourpre et écarlate ? La bible en apocalypse parle de pourpre et écarlate, or ces vêtements sont repris pour parler de Jérusalem – et pour blâmer cette ville de ces vêtements. Mais vous niez constamment ces évidences bibliques !

        vous avez manipulé l’Histoire, en baisant les pieds à la fantasmagorie ! Vous partez du fait que les catholiques ont massacré les protestants, et n déduisez qu’il s’agit de L’EGLISE CATHOLIQUE « ivre de sang » !! Le seul but été de manipuler l’histoire pour la faire coller avec votre interprétation, votre individualisme et subjectivisme est fourbe ! Vous avez donc été coupable de mensonge, de calomnie… car, en faisant une simple recherche vous aurez constaté que les protestants ont massacré les Catholiques en 1567 et 1569; Calvin a assassiné, mutilé, tué, tous ceux qui s’opposaient à lui…; Les protestants ot massacré des catholiques lors de la journée qu’on appelle la Michelade ! Luther, fondateur du Protestantisme, a écrit un pamphlet – l’un des plus antisémites de toute l’histoire de l’Humanité – qui a été repris par les nazis pour prouver leur haine envers les Juifs ! Henri VIII a tranché la tête à ses femmes, les unes après les autres… Vous avez donc été complice de la fourberie et du mensonge qui a été et qui est tissé autour du Catholicisme… en affirmant, et en tenant comme une évidence que ce sont les catholiques qui ont massacré les protestants, et pas l’inverse. C’est ignominieux !!!

        Tout cela, vous l’avez fait pour satisfaire vos désirs. Pour rendre votre interprétation crédible. Vous n’avez pas hésité à être complice de la fourberie et du mensonge, de la manipulation historique et des versets bibliques. Vous avez été négationiste des évidences patentes bibliques comme celle d’Apocalypse 11 :8, voulant nier de ce fait que « leur Seigneur », il ne s’agit pas du Christ ? qui est pourtant le SEUL Seigneur qui inspire les prophètes ! vous avez manipulé les versets bibliques… en émettant des hypothèses d’une mascarade sans nom, et ceci pour faire coller cela à votre interprétation utilitariste, individualiste et subjectiviste !! C’est affligeant !

        8° Pour finir, vous voulez faire la Morale sur les sept rois… comme quoi on ne les a pas trouvé ! Pourtant, l’Apocalypse stipule clairement qu’il FAUT DE la SAGESSE pour comprendre cela ! Mais, vous faites fi de cela pour servir vos prétentions et vos interprétations… quelle misère !

        Voilà, si je vous ai repris voilà pour quelles raisons !

        Revenons donc sur la nudité…. Qui est nu ? Tout ce qui vient d’être dit est résumé dans la première Lettre de Pierre :

        ***Il y a eu de faux prophètes dans le peuple, comme il y aura aussi parmi vous de faux docteurs, qui introduiront des sectes pernicieuses et qui, reniant le Maître qui les a rachetés, attireront sur eux-mêmes une prompte perdition. Beaucoup suivront leurs débauches, et la voie de la vérité sera blasphémée, à cause d’eux. Par cupidité, au moyen de paroles trompeuses, ils trafiqueront de vous, eux dont le jugement depuis longtemps n’est pas inactif et dont la perdition ne sommeille pas…*** (2 Pierre 1, 1-3)

        Sur ce, on en a terminé. Maintenant, out ============================>

      • Daniel PIGNARD
        12 décembre 2013

        Où sont morts Jude et Silas ? Le savez-vous pour me reprocher de m’être trompé ? Est-ce parce que la bible dit qu’ils sont retournés à Jérusalem que la question est close ?
        Comme Jude et Silas, il y a encore de nombreux prophètes dans les églises actuelles, et allez-vous m’affirmer qu’ils meurent tous à Jérusalem ?

        Pour le mot père, bien sûr que le père nourricier n’est pas inclus dans les interdictions du Christ, même un enfant est capable de reconnaître qu’il s’agit de père spirituel. Jésus a simplement dit qu’une fois enseigné, c’est Dieu lui-même, souvent par la révélation de sa parole, qui permet de diriger le chrétien et cette parole est supérieure à ce que peuvent enseignés les prélats, si hauts et honorés soient-ils. Souvenez-vous que Paul à repris Pierre que vous dites premier pape de l’église catholique.

        Si Apocalypse veut dire révélation de Jésus-Christ, pourquoi parlerait-elle des vêtements des sacrificateurs pourpre et écarlate de l’ancien testament plutôt que des religieux du nouveau testament ?
        Pourquoi les religieux du nouveau testament imitent-ils les sacrificateurs de l’ancien testament s’il fallait mettre le vin nouveau dans des outres neuves ?
        Les évidences bibliques du pourpre et écarlate à Jérusalem ne le sont que pour vous, les nombreux autres exégètes les voient à Rome avec beaucoup plus d’évidence, photos à l’appui.

        L’église prophète du monde ? Quelle église ? L’évangélique peut-être ?
        Non, ses membres sont lumière du monde sans doute mais les apôtres signifient absolument que Dieu suscite des dons de prophètes et que même il faut aspirer à avoir ce don de prophétie.

        Nier que l’église catholique a persécuté ceux de la réforme et même avant la réforme est un refus de la vérité. Je voudrais vous faire remarquer que de nombreux évêques ont fait brûler des Bibles pour les soustraire aux hommes. Dans « l’histoire de la bible » édition Maison de la bible, page 69 à 72, il est mentionné que les Bibles de Tyndale furent brûlées et que lui-même a été brûlé en 1536. Je vous pose la question : Peut-on encore prétendre à l’honneur devant Dieu, quand on a tenté d’éliminer sa parole ? Certes Paul a agi ainsi avant l’épisode de Damas, mais combien a-t-il agi après, pour que cette parole se répande, et que beaucoup d’hommes soient régénérés par elle. Olivétan sera lui aussi arrêté par l’inquisition. Quel mal avait-il fait ? Il avait traduit la Bible en Français ( page 81). Pourquoi Grégoire XI a-t-il excommunié Wycliffe en 1382 ? Pour avoir traduit la Bible en anglais. L’honneur de l’église catholique est donc tombé très bas.

      • L'Aquinate
        12 décembre 2013

        ENCORE une fois, vous faites preuve de malhonnêteté flagrante ! je me demande bien pourquoi continuer à insister… Tout ceci me fait perd de temps à des choses qui ne sont que platitudes, alors que je pourrais faire des choses plus intéressantes… Premier point, l’Eglise catholique n’est pas tombé très bas. ça c’est vous qui le dites, parce que vous avez un esprit enfantin, qui ne sait pas comment analyser les faits. Puisque que toute analyse doit être faite sur les notions de fond et de forme… J’y vais un peu fort : je doute vraiment me faire comprendre, hélas pas le choix. Et question de fond, le Catholicisme est pur, niveau doctrinal ! les doctrines éclatent de beauté rationnelle, et d’une blancheur indicible… dans les autres mouvements, ce n’est pas trop le cas. Alors que ce que vous faites, ce n’est que vous baser sur la forme pour ensuite déduire… : technique primaire grosso-modo; car, comme nous l’avions relevé, le Protestantisme est aussi cruel – plus cruel – que le Catholicisme. La pureté doctrinal de ce dernier ne la disqualifie donc pas ! Pas comme les mensonges et impostures rationnelles comme le sola sriptura. ou encore, des doctrines immondes non catholiques sur le Salut… Allez va forniquer, va te souiller, de toute façon tu n’y peux rien . c’est une inclination naturelle. Tu seras quand même sauvé… et bla bla bla. Ou encore, dis toit que si tu as beaucoup de fric, un réfrigérateur bien garni, une belle blonde canon au yeux bleux, deux porches, tout ça signifie que Dieu t’aime beaucoup…; ou encore, on s’en fout reste devant ta TV, ou travaille ou non ton salut c’est pareil… Tu es destiné soit à l’enfer, soit au Paradis, c’est déjà décidé pour toi… bon j’arrête.

        Nous n’allons pas entrer dans l’étude de chaque livre Biblique hein… Je risquerai de choquer les esprits pas encore prêts. Si, je vous dis par exemple que dans l’évangile de s. Matthieu, on parle d’une annonciation de l’Ange à Joseph, et si je vous disais qu’en fait, cette annonciation n’a pas eu lieu ? s. Matthieu l’intègre par ce qu’il écrit aux Juifs, et qu’une annonciation faite (à une femme, Marie) serait scandaleuse ? Vous allez crier au scandale hein ? c’est l question de fond qu’il faut bien sûr regarder, le fond que les Évangélistes veulent donner. Je suppose que selon vous Jésus s’est assis un beau Jour, au sommet d’une montagne et a enseigné un Sermon (Matthieu chap. 5 à 7); vous devez croire ça, et c’est bien. Parfois, vaudrait pas trop taquiner la foi de l’enfant, il pourrait finir par la renier. J’imagine… Restons donc terre à terre…

        Si Apocalypse veut dire révélation de Jésus-Christ, ce qui est vrai (c’est ainsi que commence l’Apocalypse). pourquoi les choses de l’A.T : allez faites fonctionner votre cerveau, en poussant un peu la réflexion plus loin… Pourquoi la théologie de s. Matthieu semble s’adresser qu’aux Juifs…?

        Comme je le disais plus haut, vous êtes malhonnête, et vous m’attribuez des choses que je n’a pas dites : c’est de la pure calomnie ! La prochaine calomnie, je vous expulse de ce blog. Comme ils n’ont pas hésité à vous foutre à la porte sur le forum catholique auquel vous me renvoyiez précédemment. Ils n’ont pas attendu longtemps, et disons que je suis courtois de laisser toutes ces mensonges reposer sur ce blog. Vous dites en effet :

        « Nier que l’église catholique a persécuté ceux de la réforme et même avant la réforme est un refus de la vérité »

        Or, si vous me montrez UN SEUL endroit où je l’ai nié, je reconnais ma faute; et si vous en êtes INCAPABLE, alors vous êtes bien calomniateur. J’ai, je crois, sauf si vous ne savez pas lire, précisé que les faits que vous racontiez n’étaient pas objectifs ! c’est normal en même temps, vu votre esprit peu formé scientifiquement, qui ne se base que sur la forme des faits, et non, sur le fond ! Et, de plus, il est patent de voir à quel point vous ignorez les faits… ou alors pourquoi l’Eglise a condamné ces traductions, vous ne voulez pas voir plu loin que votre nez : de la petite histoire, et l’amateurisme historique vous suffit ! Vous vous contentez de ou!i-dires. Si l’on peut condamner les méthodes employées par l’Eglise, il faut c^voir pour quoi elle craignait… elle craignait la FALSIFICATION des textes ! et il faut dire que cela n’a pas duré. On a en effet vu Luther le fondateur du protestantisme, FALSIFIER Romains 3, 28; Il a banni de son CANON de la Bible, l’épître de Jacques la qualifiant d’ *épître de la paille*, la lettre de Jude, il a jeté l’Apocalypse de Jean (tiens tiens…) à la poubelle, disant que l’Esprit saint n’aurait pas pu produire un tel livre ; il a banni une des deux lettres de s. Pierre, la lettre aux Hébreux… Voilà, ce que craignait l’Eglise, et faut dire qu’elle avait raison… et la dérive a continué : la falsification s’est poursuivi. Alors j’espère du moins que le livre auquel vous renvoyez parle de ces faits ! J’espère qu’ils ont le mérite de souligner que, au XVIè sicèle quand même, l’Eglise avait affirmé l’autorité des écrits de la sainte Bible. Ce que l’Eglise faisait, c’est de s’assurer que les versions en circulation étaient fiables. Gutenberg n’a-t-il pas imprimé la Bible ? Et n’a t-il pas dit :

        **Dieu souffre parce qu’une grande multitude ne peut être atteinte par la parole sacrée. La vérité est captive dans un petit nombre de manuscrits qui renferment des trésors. Brisons le sceau qui les lie, donnons des ailes à la vérité, qu’elle ne soit plus manuscrite à grands frais par des mains qui se fatiguent, mais qu’ils volent multipliés par une machine infatigable et qu’ils atteignent tous les hommes.*** ???

        Et ceci plus de 10 ans avant la naissance de Luther ? C’est vraiment machiavélique, surtout lorsqu’on ne sait pas de quoi on parle… Tous les points que j’ai énumérés dans le précédent commentaire se clarifient petit à petit : victime de l’histoire subjectiviste des médias, et des ouï-dires, ce qui est d’ailleurs malheureux, car Dieu a créé l’homme à son Image… Mais de nos jours, avec le mensonge, les petits se font avoir par l’image que Les hommes leur donnent. Kyrie eleison

        Bon, je crois qu’on arrêtera là.

      • Daniel PIGNARD
        12 décembre 2013

        On a beaucoup de mal à comprendre ce que vous voulez dire dans votre précédent commentaire. Mais je vais vous poser une petite question :
        Si seule l’église catholique romaine peut mener au salut, pourquoi le Seigneur marche au milieu de sept églises très différentes dans l’Apocalypse et auxquelles il propose aux membres d’en sortir vainqueur au point d’y être récompensé avec à l’évidence le salut gagné ?
        L’église de Philadelphie n’est-elle pas le bon exemple à suivre avec la sola scriptura : « Parce que tu as peu de puissance, que tu as gardé ma parole, et que tu n’as pas renié mon nom,… Parce que tu as gardé la parole de la persévérance en moi,… »
        L’église de Laodicée ne ressemble-t-elle pas a l’église catholique, l’église de Sardes à l’église protestante, l’église de Thyatire à l’église évangélique ?

      • L'Aquinate
        12 décembre 2013

        C’est normal que vous ayez du mal… voilà pourquoi il fallait rester terre à terre !

        Bon, on va procéder comme Jésus le Christ le faisait… Faites nous un historique du canon des Ecritures… Peut-être que vous aurez enfin compris… et ça vous aidera à comprendre la « petite » question que vous avez posée. Après, il est évident que si vous faites preuve – comme vous l’avez déjà montré moult fois – d’ignorance patente de l’histoire, ça ne sert à rien…

        Ensuite, faudrait savoir de quel protestantisme on parle…

      • Daniel PIGNARD
        12 décembre 2013

        Désolé, je ne comprends plus ce que vous nous dites, mis à part que vous avez la volonté de ne pas être clair.
        Je possède une bible de Luther en Allemand et elle comporte l’épître de Jacques, l’épître de Jude, les 2 épîtres de Pierre et l’Apocalypse. Alors qu’il ait ensuite classé ces livres par l’importance qu’il en voyait, sans doute, mais qu’il les ait sorti du canon des écritures, certainement pas. Et puis de toute façon, le chrétien ne doit appeler personne sur la terre son père car un seul est son père, Dieu qui est dans les cieux, ce qui veut dire que le chrétien retient ce qui est bon des écrits qui ne sont pas dans le canon des écritures et rejette ce qui en est mauvais. Faites de même pour les écrits et les oeuvres de Luther, de Calvin et d’Henri VIII et vous vous en trouverez bien.

      • L'Aquinate
        12 décembre 2013

        ** … ce qui veut dire que le chrétien retient ce qui est bon des écrits qui ne sont pas dans le canon des écritures et rejette ce qui en est mauvais. Faites de même pour les écrits et les oeuvres de Luther, de Calvin et d’Henri VIII et vous vous en trouverez bien.**

        Juste énorme !

      • L'Aquinate
        12 décembre 2013

        Après, je comprends si vous ne comprenez pas… Ça arrive parfois… surtout lorsqu’on demande à l’interlocuteur de faire pour les lecteurs un historique du Canon des écritures… Ca s’explique parfaitement…

      • Daniel PIGNARD
        12 décembre 2013

        Je vous ai posé de nombreuses questions, et claires celles-là, auxquelles vous n’avez pas daigné répondre. Quant à l’histoire du canon des écritures, elle est mieux exprimée dans les livres que je ne saurais surpassé, dont « l’histoire de la bible » édition Maison de la bible. Vu que je n’ai pas assisté en personne à toutes ses péripéties, je suis donc obligé de croire des témoins, et si possible des témoins honnêtes qui rapportent l’histoire telle qu’elle a été et non telle que l’on aurait voulu qu’elle fut. Je ne vois d’ailleurs pas à quoi cela nous mènerait d’en faire état. Vous nous faites miroiter un secret à ce sujet, mais je crains pour vous qu’elle ne serve en rien vos démonstrations, ou alors exprimez-vous clairement comme je vous le demande depuis deux commentaires.

      • L'Aquinate
        12 décembre 2013

        !! A-MA-ZING !!

        Vous m’avez posé de nombreuses questions ? Ah bon ? lesquelles ? si ce n’est celle sur les églises de l’apocalypse ? sur ce je vous ai demandé de faire un historique sur le canon des Ecritures, pour mieux vous éclairer…

        A quoi ça sert de plus à vous répondre, au vue de la mauvaise foi dont vous faites preuve… sans passer sous silence les calomnies et autres ? L’histoire du canon est exprimée dans les livres – en ne citant finalement qu’un seul. Ironique tout de même. Vu ce qui est ressorti de ce livre, genre des gens ont été excommuniés parce qu’elles traduisaient la Bible… ça ne doit pas voler très très haut… Quand vous aurez fait une recherche – objective pour une fois, vous aurez vous-mêmes trouvé une réponse. Mais la question n’est pas là…

        De nombreuses questions – mais lesquelles ? celles auxquelles on a répondu, ou encore celle où vous donnez la légitimité à Luther de faire son canon dans le Canon ? Celles où vous tronquez l’histoire ? Celles des sept rois de Jérusalem, alors qu’il faut de la sagesse ?

        Il faut croire que je n’y ai pas répondu à ces questions 😛

      • Daniel PIGNARD
        20 décembre 2013

        Vous avez dit le 10/12/13 à 12h58:
        « Et je passe le vieil argument : l’Eglise catholique se fait appeler Romaine. On serait coincé si cela est en essence le cas ! Mais non ! C’est une appellation schismatique ! Puisque le nom officielle c’est Eglise Catholique. Point final. »
        Or je viens de retrouver dans les paroles de l’évêque Rémi à Clovis lors du pacte de Reims les paroles suivantes à ce lien : http://la-nouvelle-france.fr/le-pacte-de-reims/
        « Apprenez mon fils, que le royaume de France est prédestiné par Dieu à la défense de l’Eglise Romaine, qui est la seule véritable Eglise du Christ. Ce royaume sera un jour grand entre tous les royaumes. Et il soumettra tous les autres peuples à son sceptre. Il durera jusqu’à la fin des temps. il sera victorieux et prospère tant qu’il sera fidèle à la foi romaine. Mais il sera rudement châtié toutes les fois où il sera infidèle à sa vocation. »

        Il apparaît donc que L’évêque Rémi parle de l’Eglise Romaine et de la foi romaine. Rémi a donc utilisé une appellation schismatique d’après vos commentaires. Confirmez-vous mon interprétation ou revenez-vous sur vos affirmations du début ?

      • Ressources Catholiques
        15 juillet 2015

        C’est tout à fait vrai que saint Rémi a dit ça, et c’est exactement ce que Dieu à voulu. https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2014/07/01/demonstration-de-la-primaute-de-pierre-et-de-la-papaute/

        En quoi est-ce schismatique?

      • Daniel PIGNARD
        15 juillet 2015

        Oh mais ça n’est pas du tout schismatique, mais un aigrefin de chez vous a dit que appeler l’église catholique romaine « est une appellation schismatique puisque le nom officiel est Eglise Catholique. Point final. »
        Vous avez dit le 10/12/13 à 12h58:
        « Et je passe le vieil argument : l’Eglise catholique se fait appeler Romaine. On serait coincé si cela est en essence le cas ! Mais non ! C’est une appellation schismatique ! Puisque le nom officielle c’est Eglise Catholique. Point final. »
        https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2013/09/29/la-prostituee-de-lapocalypse-qui-est-ce/#comment-540

      • +++Yesus Kristus azu+++
        16 juillet 2015

        Excuses pour le temps.
        J’avais complètement oublié ceci ; vous auriez tout de même pu trouver la réponse.
        Il y a certes une maladresse dans le langage. Mais je répète, la véritable appellation c’est « Eglise Catholique ». Lorsque S. Rémi parle d’Eglise Romaine, il précise ensuite, « véritable ». C’est-à-dire, il faut accepter de faire un saut dans le passé et savoir qu’à ce moment, la primauté de Rome sur les « autres » églises était contestée. Mais S. Rémi, ici, suit S. Irénée de Lyon et S. Augustin, en soutenant que c’est avec l’Eglise de Rome que les autres « Eglises » doivent concorder. Lorsque donc on parle d’ « Eglise Romaine » c’est parce qu’elle est vue par certains comme schismatique, sinon, officiellement, je le redis, l’appellation c’est Eglise catholique ! Mais lorsqu’on précise « romaine », c’est pour montrer que, d’une part, il y a d’autres églises prétendument catholiques – et que celles-ci peuvent considérer Rome comme schismatique… : à l’époque de S. Rémi, il y avait déjà eu Chalcédoine durant lequel il y a eu la querelle monophysite, certains trouvaient donc que, Rome, ayant adopté ce concile, était « schismatique » et ne méritait plus vraiment de représenter l’Eglise Catholique. Mais S. Rémi soutient quant à lui, dans la suite des ces débats, que c’est la véritable ! Donc, l’appellation officielle c’est Eglise, ou « Eglise Catholique » (y ajoutant une, sainte, apostolique…). D’ailleurs, il me semble que, c’est bien à partir des hérétiques protestants du XVIe siècle qu’on ajoute « romaine ». Ainsi l’appellation officielle de l’ Eglise Catholique n’a jamais été « catholique, apostolique et romaine », « romaine » vient, il me semble, de l’Edit de Nantes – pour mieux mettre en évidence l’autre mouvement, le protestantisme ; encore une fois à cause des erreurs.
        D’autres parts, vous trouverez vraiment très peu de textes de l’Eglise catholique dans lesquels on utilise « romaine », sauf de rares exceptions comme Pie XI et J. Paul II… Cela vaut également pour le terme « catholicisme » (que nous utilisons) mais qui marque simplement une reconnaissance des « autres » religions…

      • Daniel PIGNARD
        16 juillet 2015

        Et croyez-vous que je vais vous passer ce que vous appelez « une maladresse dans le langage » alors que cet argument vous coinçait comme vous l’avez reconnu : « On serait coincé si cela est en essence le cas ! ».
        Cette maladresse dans le langage sortie de ma bouche aurait été un mensonge éhonté à vos yeux. Vous serez jugé comme vous avez jugé.

        L’évêque Saint Rémi l’a appelé l’Eglise Romaine, La prophétie de St Malachie l’appelle S.R.E. (Sainte Eglise Romaine), Nostradamus l’appelle Rome :
        Au C.5:Q.92, il a écrit :
        « Apres le siege tenu dix et sept ans,
        Cinq changeront en tel revolu terme :
        Puis sera esleu de mesme temps,
        Qui des romains ne sera trop conforme. »

        Il est donc admis que cette appellation n’est pas schismatique mais bien celle qui avait cours.

      • +++Yesus Kristus azu+++
        16 juillet 2015

        C’est vrai que si vous ne lisez pas ce qu’on vous dit, c’est un peu difficile.
        Et, comme je l’ai dit, S. Rémi parle d’Eglise Romaine parce que, à son époque, elle était vue comme « schismatique » par les autres églises – qui se disaient également catholiques après avoir refusé le concile de Chalcédoine. Il précise donc, « Eglise romaine… véritable ».
        Vous ne trouvez pas de textes officiels où l’Eglise catholique elle-même se nomme « romaine », sauf quelques exceptions comme Pie XI… Sinon l’Eglise elle-même parle toujours de « Eglise Catholique », ou « Eglise » tout simplement. L’appellation « Eglise catholique ‘romaine' » vient pour la plupart du temps de ceux qui ne sont pas catholiques ; en gros, c’est ainsi que nous appellent les « autres ». Mais réellement, et officiellement, l’Eglise elle-même, ne se désigne pas ainsi : je le répète encore une fois. Et cette appellation prend forme au XVIe siècle (à l’heure de l’hérésie protestante, tiens !). Et à partir de là, « Eglise catholique ‘romaine' » devient en quelque sorte l’appellation officielle, à cause de la reconnaissance des « autres » chrétiens, dont les hérétiques protestants ; mais l’appellation officielle c’est « Eglise catholique ».

        P.S : Nostradamus c’est le XVIe siècle, si jamais. Et même les premières publications de la prophétie de S. Malachie, datent du XVIe siècle également… Ne vous en faites donc pas pour le « coinçage », ni pour le « jugement ».

      • Daniel PIGNARD
        16 juillet 2015

        Quand les arguments qu’on me présente ne tiennent pas devant l’évidence démontrée, il est inutile de lire plus avant. Saint Rémi et St Malachie étaient élevés dans la hiérarchie catholique et Nostradamus étaient catholique si je ne m’abuse. Or donc, ils n’avaient aucune raison de faire référence à un quelconque schisme en utilisant le qualificatif « Romaine » pour l’Eglise Catholique. Vous nous faites des inventions pures et simples et les prenez pour vraies alors que je les ai démontrées fausses historiquement.

      • +++Yesus Kristus azu+++
        16 juillet 2015

        Vous n’avez absolument rien démontré ; ce que vous avez démontré, c’est que vous vous contredisez. Vous vous êtes donc tué tout seul. Les inventions ne sont donc pas de moi, mais de vous. Relisez plus haut ce que j’ai écrit sur S. Rémi…

      • Daniel PIGNARD
        16 juillet 2015

        Je lis dans wikipédia :
        Le nom officiel est « Église catholique, apostolique et romaine » (Régis Burnet, Catholicisme in Encyclopædia Universalis) depuis la fin du XVIe siècle, lorsque le pouvoir politique a organisé la pluralité religieuse. En 1595, l’édit de Nantes reconnaissait deux religions : la « Religion catholique, apostolique et romaine » et la « Religion prétendue réformée », c’est-à-dire le protestantisme. C’est sous cette désignation qu’elle est reconnue comme religion officielle dans la constitution de certains pays comme Malte et l’Argentine ou est mentionnée dans le droit des cultes à Madagascar.
        Le Vatican emploie parfois l’appellation « Église catholique, apostolique et romaine » mais se qualifie plus souvent simplement d’« Église catholique ».
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Composition_de_l%27%C3%89glise_catholique

      • +++Yesus Kristus azu+++
        16 juillet 2015

        Vous avez tort de ne pas lire, car c’est vous-même qui démontrez que vous faites des inventions. Et puisque vous vous contredisez en citant cet article de Wikipedia. Je recopie ce que vous avez pris de Wikipedia :

        « Je lis dans wikipédia :
        Le nom officiel est « Église catholique, apostolique et romaine » (Régis Burnet, Catholicisme in Encyclopædia Universalis) depuis la fin du XVIe siècle, lorsque le pouvoir politique a organisé la pluralité religieuse. »

        Donc, Wikipedia renvoie à l’encyclopédie universalis. Or, si vous accordez du crédit à Wikipedia, celui-ci vous dit que le nom officiel, c’est-à-dire, « Eglise catholique romaine », l’est depuis la FIN DU XVIe siècle et donc pas avant le XVIe siècle donc ? Ainsi, vous reconnaissez que « romaine » vient spécifiquement de la fin du XVIe, c’est bien cela ? Et voici ce que j’ai dit :

        « Et cette appellation prend forme au XVIe siècle (à l’heure de l’hérésie protestante, tiens !). Et à partir de là, « Eglise catholique ‘romaine’ » devient en quelque sorte l’appellation officielle, à cause de la reconnaissance des « autres » chrétiens, dont les hérétiques protestants ; mais l’appellation officielle c’est « Eglise catholique ». »

        Voilà comment vous vous trahissez tout seul ! XVIe siècle = époque du protestantisme ! Il fallait me lire, cela évite de s’auto-foudroyer !

        Lorsque vous dites : « Le Vatican emploie parfois l’appellation « Église catholique, apostolique et romaine » mais se qualifie plus souvent simplement d’« Église catholique » » : vous copiez encore Wikipedia, d »accord. Mais l’encyclopédie a renvoyé à deux textes, un chirographe de Pie XI et une lettre de Jean Paul II aux Catholiques de France… Donc, vous venez de confirmer ce que je disais. L’Eglise Catholique n’emploie quais jamais l’appellation « romaine », mais parle toujours, dans les milliers de textes officiels, de « Eglise catholique ».

        P.S : Nostradamus c’est le XVIe siècle, la prophétie de S. Malachie est éditée en ce même siècle. Si vous suivez Wikipedia que vous avez pris à témoin, l’Eglise Catholique, l’appellation avec « romaine » remonte seulement à la fin du XVIe siècle – c’est vous qui avez pris Wikipedia à témoin, et il vous contredit, en tout cas elle devient officielle – elle le devient seulement en vue de la reconnaissance des hérétiques protestants, ce qui signifie donc qu’elle n’était pas officielle avant cela… Pourquoi ne cherchez-vous pas les pléthores de textes où l’Eglise Catholique se dit « romaine », vous n’en trouverez pas beaucoup, il y a une bonne raison à cela. Je n’invente donc rien, ce ne sont que vos accusations infondées d’inventions qui valent ici.

        Dernier conseil : lisez-moi bien ; vous dites que vous ne lisez pas. Du coup, vous tombez dans la contradiction. Ce n’est pas bien grave !

      • Daniel PIGNARD
        16 juillet 2015

        Mais vous n’avez pas vu que je cite L’évêque Saint Rémi (596 baptême de Clovis), Le légat apostolique Saint Malachie mort en 1148 dont les prophéties commencent en 1143 avec Celestin II, deux témoins qui ont existé bien avant le 16è siècle comme vous le voyez et qui utilisent déjà le terme « Romaine » pour l’Eglise Catholique.
        N’importe qui d’honnête a donc la preuve que l’église catholique s’appelait elle-même « Romaine » bien avant le 16è siècle. Apparemment pas vous, comme c’est bizarre.

      • +++Yesus Kristus azu+++
        17 juillet 2015

        Ne vous en faites des « n’importe qui d’honnête ». Car, tout Catholique vous dira que le dimanche il professe la théologie des quatre notes lorsqu’il prononce le Credo, la voici : « Qui cum Patre et Filio simul adoratur, et conglorificatur : qui locutus est per Prophetas.
        Et unam, sanctam, catholicam, et apostolicam Ecclesiam. » Il sait donc qu’il n’y a pas de « romanicité » de l’Eglise, comme donc le symbole de Nicée-Constantinople : « Nous croyons au Saint-Esprit, Seigneur et vivifiant, qui procède du Père, doit être adoré et glorifié avec le Père et le Fils, qui a parlé par les saints prophètes. Et l’Église, une, sainte, catholique et apostolique… » (Constantinople I). Ne vous en faites donc pas, car les honnêtes gens sauront reconnaître que vous avez fait appel et avez pris à témoin Wikipédia (qui a infirmé vos dires, en stipulant que l’appellation « Eglise catholique…romaine » est en vigueur depuis le XVIe siècle. Et je rajoute, à l’époque du protestantisme. C’est la manière dont nous appelle les « autres » (notamment les protestants) ; de même l’expression « Catholicisme romain » vient des « autres » en particulier des protestants, évangéliques et autres, mais encore une fois l’Eglise elle-même évite d’user de ces termes. Pour deux raisons, la première déjà cité ci-haut (credo Nicée-Constantinople). La deuxième parce que lorsqu’on dit « Eglise catholique romaine » cela sous-entend qu’il y a d’autres églises catholiques, mais qui ne sont pas romaines, et donc qu’il y aurait plusieurs églises, indépendantes et vraies : or l’Eglise ne se situe pas dans cette ligne de pensée : c’est une vision type des protestants (XVIe) qui diront que l’Eglise catholique romaine n’est pas la seule vraie, mais qu’il y en a d’autres. Ainsi, c’est une appellation mise en place dans un contexte de pluralisme religieux. Et comme je l’ai déjà dit, S. Rémi parle de l’Eglise Romaine… et précise ensuite la VERITABLE. A votre avis, pour quelles raisons ? C’est parce que à son époque certains disaient qu’il y avait des églises catholiques, et considéraient même Rome comme schismatique ayant adopté le concile de Chalcédoine. Et aussi parce qu’il suit strictement S. Irénée, S. Augustin…
        Nostradamus c’est le XVIe siècle ;
        Le texte des prophéties de S. Malachie (bien que mort en au XIIe) et bien que commençant avec Celestin II, ne sont publiées qu’au XVIe.
        Deuxième chose par rapport aux-choses que je viens juste de dire. Lorsque vous affirmez : « N’importe qui d’honnête a donc la preuve que l’église catholique s’appelait elle-même « Romaine » bien avant le 16è siècle » => Non ! L’Eglise Catholique ne s’appelait pas ELLE-MÊME « romaine », puisque quiconque connaît la Foi catholique saura que ni S. Rémi, ni S. Malachie, ni même aucun Docteur (peu importe son rang) n’est en lui-même l’Eglise catholique, S. Rémi n’exerce pas le Magistère extraordinaire, S. Malachie non plus : désolé, l’Eglise Catholique, elle-même, c’est aussi le Magistère solennel, les promulgations ex cathedra… Vous vous auto-foudroyez donc, voilà ce qu’il y a de « bizarre ».
        Vous ne voyez même pas que même Vatican II qui est dans une grande perspective de pluralisme religieux, et de « liberté religieuse », ce Concile ne parle pas de « romanicité » de l’Eglise. Au contraire il dit : « C’est là l’unique Église du Christ, dont nous professons dans le symbole l’unité, la sainteté, la catholicité et l’apostolicité, cette Église que notre Sauveur, après sa résurrection, remit à Pierre pour qu’il en soit le pasteur (Jn 21, 17), qu’il lui confia, à lui et aux autres Apôtres, pour la répandre et la diriger (cf. Mt 28, 18, etc.) et dont il a fait pour toujours la « colonne et le fondement de la vérité » (1 Tm 3, 15). » (Lumen Gentium, I, 8, §2) Apparemment, ils ont oublié la « romanicité » ? Arrêtez donc vos « bizarreries » et arrêtez de prendre vos désirs pour des formules dogmatiques et officiels de l’Eglise. L’appellation « Eglise catholique.. romaine » n’est pas une appellation officielle de l’Eglise Catholique ou alors, tout simplement L’Eglise !

      • Daniel PIGNARD
        16 juillet 2015

        Errare : Le baptême de Clovis était en 496.

      • Daniel PIGNARD
        18 juillet 2015

        Ecoutez ! Moi-même, un ennemi m’a appelé « con » et « menteur » et je ne m’appelle pas moi-même con et menteur sinon ironiquement, il n’est donc pas raisonnable de prendre le nom « Romaine » prétendument donné par ses ennemis, pour désigner dans des textes officiels l’Eglise Catholique.

        D’ailleurs, ajouter « Romaine » à la désignation « Eglise Catholique » démonte que celle-ci n’est plus vraiment catholique puisqu’elle reconnaît implicitement une église qui ne serait pas « Romaine ».

      • +++Yesus Kristus azu+++
        18 juillet 2015

        Je constate – avec stupéfaction – que vous n’avez donc plus rien à répondre ? Si ce n’est jouer à essayer d’avoir le dernier mot : cela, au moins, je vous l’accorderais peut-être. Vous avez eu tort de vouloir re-lancer le débat vous imaginant avoir « coïncé » qui que ce soit, puisque finalement vous vous êtes encore tiré une balle dans le pied… Officiellement, elle ne s’appelle pas « romaine »…
        Soit dit en passant, j’ai survolé l’article de Wikipedia que vous aviez précédemment cité et j’y ai lu :

        « Enfin, l’expression « Église catholique romaine » n’est jamais employée dans les textes officiels de l’Église, mais elle apparaît dans des textes d’auteurs protestants ou orthodoxes adressés aux catholiques dans le cadre du dialogue œcuménique et publiés sur le site du Vatican. »

        Je crois que… oui, je crois que cela résume bien tout !

        Vraiment dommage Daniel ; essayez encore…

      • Daniel PIGNARD
        18 juillet 2015

        Wikipédia dit :
        Le nom officiel est « Église catholique, apostolique et romaine » depuis la fin du XVIe siècle,
        Le Vatican emploie parfois l’appellation « Église catholique, apostolique et romaine »
        Le Vatican est con ou quoi ?

        Je lis de plus :
        L’expression « Église catholique apostolique romaine » est parfois employée également dans les textes officiels du Saint-Siège.
        Le Saint-Siège est con ou quoi ?

        https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%89glise_catholique

        Décidément, en histoire, vous avez du mal à croire les témoins même dans la haute hiérarchie catholique. Comment se fait-ce ?

      • +++Yesus Kristus azu+++
        18 juillet 2015

        Le nom « officiel » est « église catholique… romaine » l’est depuis le XVIe siècle. Ah bon ? Donc, sur le coup, l’argument qui veut que cela soit valable avant le XVIe (argument que vous avez utilisé) ne vaut plus ? – S. Rémi et autres… Il faut savoir. Le Vatican emploie l’expression, après le XVIe siècle donc ? Ah oui ! Donc après l’hérésie qu’est le protestantisme, c’est bien cela ? Confirmez-le-moi.
        Après, pour savoir si le Vatican est « con », il faut voir les choses sous deux angles. D’abord il a utilisé cette appellation dans un chirographe et un discours, c’est-à-dire ce qui n’engage pas Le Magistère solennel. L’a-t-il fait par hasard ? Si oui, le doute de savoir s’il est « con », bien que non certain, reste permis ; s’il l’a fait de manière rationnelle, alors, il n’est pas « con », ou du moins, l’est moins que vous. Evidemment, vous l’avez compris : je me situe plutôt sous l’égide du deuxième point de vue, même le Concile de Vatican II, LG I, 8, §2, ne parlant pas de « romanicité » de l’Eglise… au contraire, il renvoie à Nicée-Constantinople. Peut-être, c’était un hasard… mais, personnellement, j’en doute…
        Enfin, si vous avez de la peine à lire, ce n’est pas bien de ma faute. Je n’ai pas du mal à croire les témoins de la haute hiérarchie. Puisque, si vous aviez pris la peine de me lire plus haut, vous auriez lu ceci :
        « Vous ne trouvez pas de textes officiels où l’Eglise catholique elle-même se nomme « romaine », sauf quelques exceptions comme Pie XI… Sinon l’Eglise elle-même parle toujours de « Eglise Catholique », ou « Eglise » tout simplement ».
        Et donc, ne vous en faites si vous vous cassez toujours la figure en essayant d’ « argumenter ». Ainsi votre question se trouve dans les premiers commentaires que j’ai écrit sur ce sujet, à savoir que j’admets qu’il y a des exceptions où il parle de cette appellation, sauf que celles-ci n’engagent pas le Magistère solennel. Là, vous avez suivi ? Ou je suis allé trop vite.
        Sinon, enfin, en citant votre « wikipédia », j’ai voulu vous mettre en évidence que votre « source » chérie, non seulement vous contredit – puisque vous soutenez que cette appellation était applicable avant le XVIe – mais la source vous dit que cela est faux, et votre source elle-même, se contredit également. Double contradiction. Après, évidemment, si vous avez une source qui se contredit, comment vous-même ne serez-vous pas corrompu ? Vous connaissez la formule paulinienne : « Si les racines sont saintes, les branches également ; si les racines sont pourries, les branches également », sans oublier les maximes christiques allant dans ce sens.

        Est-ce plus clair ? Ou il faut encore continuer à répondre à vos contradictions ?

      • Daniel PIGNARD
        19 juillet 2015

        Ah bon ! Pie XI l’a appelé aussi « Romaine », mais c’est merveilleux, il n’y a plus guère que vous pour refuser cette appellation historique.
        J’ai hâte de lire de votre main les « sauf quelques exceptions » restantes.

      • Daniel PIGNARD
        19 juillet 2015

        Appelée Romaine en 496 par Saint Rémi évêque.
        Appelée Romaine vers 1143 par Saint Malachie Légat Apostolique.
        Appelée Romaine par Nostradamus vers 1550.
        Appelée Romaine en 1595 par l’Edit de Nantes.
        Appelée Romaine par Pie XI vers 1929.

        Au suivant ….

      • +++Yesus Kristus azu+++
        19 juillet 2015

        …et le Magistère solennel de l’Eglise !
        – C’est difficile à comprendre…
        – Appellation officielle de l’Eglise = Eglise (Catholique).
        – S. Rémi précise : véritable, et parle dans un contexte précis (cf. commentaires précédents), et n’est pas le Magistère, ni le Concile.
        – Prophétie de Malachie éditée au XVIe, Nostradamus, XVIe, Edit de Nantes : XVIe ; ce que j’ai dit : appellation née dans un contexte de reconnaissance des hérétiques, appellation devenant « officielle » au XVIe, mais pas avant – Edit de Nantes fait exactement cela ! nom venant des « autres », mais jamais utilisé dans les textes engageant le Magistère extraordinaire de l’Eglise : ce n’est si difficile…, à comprendre…
        Pie XI, XXe siècle, donc après le XVIe ! dans un chirographe – donc, un texte n’engageant pas le Magistère extraordinaire, ni même encore un « appellation » DÉFINIE par ce Magistère, la définition étant celle de Nicée-Constantinople !
        – Il n’y a pas que moi pour refuser, puisque j’ai bien dit dans les autres commentaires (il suffit de lire !) que l’on l’utilise, dans de rares exceptions, mais qu’il ne s’agit en AUCUN cas de l’appellation de l’Eglise. Cessez donc d’attribuer des thèses à l’interlocuteur devant vous pour espérer « gagner » le débat que vous aviez déjà perdu dès les premiers commentaires force de vos contradictions émanant de vos sources contradictoires. Même Vatican II, ne parle pas de « romanicité » (LG, I, 8, §2).
        – Je répète donc, si les racines sont pourries, les branches le sont également !
        Après, évidemment, étant donné que que je répète à chaque commentaire la même chose – et que j’ai déjà montré que vous vous foudroyez vous-même, entre contradiction et le fait de feindre de ne pas lire ou comprendre ce que je dis, dites-moi si absolument vous voulez avoir le dernier mot, je comprendrais et je vous l’accorderais…

      • Daniel PIGNARD
        19 juillet 2015

        Dans l’Histoire de l’église et des auteurs ecclésiastiques du 16è siècle page 89, il est parlé de l’église Catholique Romaine du temps de Charlemagne soit vers l’an 800. Encore une preuve historique.
        Vous allez avoir très mal sur ce coup-là.
        https://books.google.fr/books?id=aQUVAAAAQAAJ&pg=PA89&lpg=PA89&dq=%C3%A9glise+catholique+romaine+Charlemagne&source=bl&ots=HUfOqm1amk&sig=3_7O9zZKXajeSxFfVb5BeRk6wVQ&hl=fr&sa=X&ved=0CDoQ6AEwBGoVChMIsZOH99PnxgIVij0UCh24YQIL#v=onepage&q=%C3%A9glise%20catholique%20romaine%20Charlemagne&f=false
        « Que Childebert contraignit les Visigoths d’abjurer l’arianisme et de s’unir à l’Eglise Catholique Romaine. » PAN ! encore un mauvais coup de l’histoire. C’est avant l’an 800 tout ça et en plus c’est pas dans wikipédia. Il est vrai que celui qui reconnaît à peine l’historicité de la Saint Barthélemy ne va pas accepter que les livres d’histoire parle de l’Eglise Catholique Romaine.
        En histoire, en tout cas, c’est pas très fort. Faudrait un peu mieux se documenter.

      • +++Yesus Kristus azu+++
        19 juillet 2015

        J’admire votre engouement à faire des recherches…
        – Si vous avez de la peine à lire ce que j’ai écrit, à savoir que l’appellation officielle est « Eglise Catholique », et non « catholique romaine… », alors, je n’y peux rien. Là ce n’est pas une question d’histoire, mais de lecture…
        Je n’ai donc pas de « mal sur ce coup-là », puisque le texte cité ici n’engage pas le Magistère : vous savez ce dont je parle à chaque commentaire…? Encore une fois, les livres d’histoire, des Catholiques, des évêques,… peuvent parler de l’ « Eglise catholique romaine », cela ne change rien à ce que ce n’est pas son appellation, son appellation se trouve à Nicée-Constantinople… Voilà encore une fois que je le répète.

      • Daniel PIGNARD
        19 juillet 2015

        « lorsque Boniface VIII (1294-1303) écrit dans la bulle Unam Sanctam que « toute créature humaine est soumise au pontife romain » et fait ciseler une troisième couronne à sa tiare, »
        PAN ! Encore un vers 1300 et c’est pas dans wikipédia
        http://docfox.free.fr/old_renardweb/histoire/catholique/etat.htm
        Ah ! on rigole hein ! Et ça veut donner des leçons d’histoire. On voit ce que ça donne.

      • +++Yesus Kristus azu+++
        19 juillet 2015

        Euh… oui ! Il est bel et bien parlé de Pontife romain, mais où est le lien ? Je ne suis pas… Vous devriez plutôt chercher l’appellation « Eglise catholique romaine » dans Unam sanctam, non ?
        Au fait, la bulle commence ainsi :

        « Bonifatius, Episcopus, Servus servorum Dei. Ad futuram rei memoriam.
        Unam sanctam ecclesiam catholicam et ipsam apostolicam urgente fide credere cogimur et tenere, nosque hanc firmiter credimus et simpliciter confitemur, extra quam nec salus est, nec remissio peccatorum, sponso in Canticis proclamante: Una est columba mea, perfecta mea… »

        La bulle dit que nous sommes tenus, obligés de croire que l’Eglise est UNE, SAINTE, CATHOLIQUE ET APOSTOLIQUE ! pas de « romanicité »…! Et vous, ne voyez-vous pas que dans un texte engageant le Magistère il n’est pas fait fait question de « Catholique romaine… » ? Et que c’est de cela que je vous parle depuis ?

        Le terme « Eglise » revient, dans ce court texte, moult fois, mais jamais avec « romain ». Dommage… Arrêtez de vouloir biaiser la discussion et de dire ensuite « On rigole hein » : vous rigolez sur ce que vous avez vous-même posé comme thèse, mais pas la mienne – qui est claire depuis le départ. « Rigolez » donc… c’est toujours mieux que de pleurer sur soi-même et ses tentatives sophistes.

      • Daniel PIGNARD
        19 juillet 2015

        Les Rois qui ont fait la France , c’est pas dans wikipédia ça !
        « Apprenant sa venue à Rome, Hadrien manifesta la plus grande joie. « de même avait-il écrit, qu’au temps heureux du bienheureux Silvestre, Pontife Romain, la Sainte Eglise Catholique, apostolique et romaine, fut élevée et exaltée par le grand, le très pieux Empereur Constantin. »
        https://books.google.fr/books?id=9SXTBAAAQBAJ&pg=PT75&lpg=PT75&dq=%C3%A9glise+catholique+romaine+Charlemagne&source=bl&ots=KmuGIpPIyG&sig=upoDqj4NP71qqKmcowb7laeusGk&hl=fr&sa=X&ved=0CDQQ6AEwAzgKahUKEwjRw4OO3OfGAhVKaxQKHSclBHU#v=onepage&q=%C3%A9glise%20catholique%20romaine%20Charlemagne&f=false
        PAN ! Ah ! on rigole hein ! Et ça veut donner des leçons d’histoire. On voit ce que ça donne.

        Si vous voulez que je vous apprenne à faire des recherches, n’hésitez pas à me demander comment je fais pour réussir là où vous avez échoué.

      • +++Yesus Kristus azu+++
        19 juillet 2015

        Oui, et alors (encore une fois !) ?
        On est dans le cas de quelqu’un qui parle… de l’église catholique romaine, mais qui ne représente pas le Magistère. Où est donc le problème ? J’ai bien dit, dans les commentaires précédents que ni S. Rémi, ni Nostradamus, ni même les Docteurs de l’Eglise ne SONT l’Eglise Catholique : contrairement à ce que vous croyez ; ensuite, j’ai précisé que l’Eglise et sa Foi c’est également le Magistère ! Le fait que l’appellation soit officielle ne dépend pas d’une personne lambda. Des leçons d’histoire ? Votre imaginaire vous joue des tours. C’est malheureusement ce qui arrive lorsqu’on ne lit pas son interlocuteur de manière attentive… Ce serait donc plutôt à moi de vous demander là où vous avez échoué, non pas dans l’effort fourni (on se demande le temps que vous prenez) pour faire ces recherches – qui finalement ne servent de rien, étant aisément réfutables (oui, lorsque l’interlocuteur ne comprend pas ce qu’on dit ou qu’il pervertit notre position, c’est toujours assez facile de le réfuter), mais dans la lecture attentive. Sur ce point, vous avez encore du progrès à faire. Lisez-moi bien attentivement, et vous verrez que vous avez un peu l’air ridicule, étant donné que j’ai bien dit que S. Rémi utilise cette expression, mais que S. Rémi, et tous ceux qui ont utilisé le terme avant et après lui, n’est pas l’Eglise ! Il faut relire : bonne chance. Il demeure donc toujours que l’Eglise elle-même NE SE DEFINIT pas ainsi. La seule preuve que vous auriez pu apporter a été la bulle Unam Sanctam : malheureusement, c’est encore une preuve qui vous contredit. Au moins, vous avez la bonne manière d’apporter les sources qui infirment votre position tout en confirmant la mienne : Unam Sanctam parlant de l’Eglise, Une, Sainte, Catholique, et Apostolique (définition OFFICIELLE de l’Eglise).

        En tout cas, vous, lire attentivement, ce n’est pas votre point fort. Prenez votre temps, pourtant, cela ne fait pas de mal à quiconque !
        Je peux dire : PAN !?
        D’accord, j’attends encore !

      • Daniel PIGNARD
        19 juillet 2015

        « Charlemagne supplie le pape Adrien Ier (772-795) de lui envoyer des chanteurs expérimentés. Ceux-ci apportent avec eux, de Rome, un antiphonaire en grégorien. Le chant grégorien qui tire son nom du saint pape Grégoire le Grand (596-604) est le chant liturgique monodique de l’Église catholique romaine. »
        http://www.schola-carolina.de/charlemagne-franccedilaise.html
        PAN !

      • +++Yesus Kristus azu+++
        19 juillet 2015

        Oui, et alors ? – Cela souligne que le terme Eglise catholique romaine est officiel ? J’y ai déjà répondu, l’appellation ici ne vient pas d’un texte du Magistère solennel : cela va faire la Nème fois que je le souligne.
        Relisez de grâce mes commentaires précédents, que de verser dans la conjecture – qui vous fait vouloir avoir le dernier mot quitte à biaiser le débat.

      • Daniel PIGNARD
        20 juillet 2015

        Je rappelle que vous avez refusé l’appellation Romaine à l’Eglise Catholique dans le but de faire mentir Apocalypse 17 qui nous décrit la fin de l’Eglise Catholique Romaine comme je l’avais démontré plus haut à ce lien :
        https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2013/09/29/la-prostituee-de-lapocalypse-qui-est-ce/#comment-525
        Il n’est donc pas nécessaire que le magistère l’appelle Romaine pour qu’il s’agisse de l’Eglise Catholique, mais il est utile qu’elle soit couramment appelée ainsi par tous les gens pour pouvoir faire la relation de la ville aux sept collines avec Rome qui abrite le siège de l’Eglise Catholique.
        Dieu veut se faire comprendre du peuple et non du magistère seulement.

        Vous avez dit plus haut :
        « Dans notre Église, le clergé se vêt exactement comme la prostituée (les cardinaux sont en rouge, et les évêques sont vêtus de pourpre) ; voilà un argument que nos adversaires lancent contre notre Église. Cet argument est si titubant qu’on en rit ! Car il suffit que l’Église change ses couleurs cérémonielles pour que l’argumentation soit caduque et dans ce cas précis, l’Église catholique ne serait donc plus la prostituée (!?) »
        Votre raisonnement avec le « si » est grotesque et montre votre mauvaise foi et votre rire insignifiant, car l’Eglise justement ne change pas ses couleurs et elles sont devenues à la vue de tous les couleurs de cette église.
        De la même façon, suffit-il que le magistère ne l’appelle pas Romaine pour que celle-ci ne soit pas appelée Romaine par une grande partie de la chrétienté ?
        Dieu, en faisant écrire l’Apocalypse a vu 2000 ans avant que les couleurs de l’Eglise Catholique étaient pourpre et écarlate et c’est ce qui importe. Oui, si l’Eglise Catholique avait choisi la couleur verte, cela poserait problème, mais elle n’a pas choisi la couleur verte.
        Au fait le magistère a-t-il reconnu que les couleurs des évêques et cardinaux sont pourpre et écarlate ?

      • +++Yesus Kristus azu+++
        20 juillet 2015

        Salut, il est difficile à vous suivre, puisque vous changez sans cesse de sujet, dès que vous êtes largué sur un autre. Ainsi, vous revenez à l’article de base en essayant d’y relever du « grotesque », mais en tronquant ce qui est écrit. Oui, effectivement, ce n’est non seulement pas nécessaire. Et j’ai déjà précisé que :
        – Lorsqu’on dit « Eglise romaine » comme le fait S. Rémi, c’est toujours pour préciser qu’elle est la véritable.
        – lorsqu’on parle des autres Eglises non romaine, mais qui sont en pleine communion avec Rome – cela suivant S. Irénée ou par exemple S. Augustin : on parlera également d’Eglise romaine dans ces cas-là, pour donc préciser ces autres Eglises en pleine communion avec Rome. Mais lorsqu’on parle de l’Eglise elle-même, on ne dit pas souvent « Romaine ». Mais par rapport à tel ou tel, le caractère de la véracité étant, je l’ai déjà dit (Nicée-Constantinople) : Une, sainte, Catholique, et apostolique. Et même, lorsqu’on parlera de « Eglise romaine », on précisera souvent qu’elle est APOSTOLIQUE ! Je l’ai déjà assez dit.

        Lorsque vous qualifiez ce qui est écrit dans l’article de « grotesque », après avoir tronqué le texte, c’est malhonnête. Car, le but était de relever l’absurdité d’une telle argumentation. Et après, j’ai ajouté que : « Si seulement les adversaires de l’Église catholique comprenaient la symbolique de l’habillement de notre clergé (!). Tout se rapporte à la Bible et de fait, le rouge symbolise le sang des martyrs et la pourpre symbolise la royauté de notre Seigneur Jésus-Christ ». Puis je cite les Ecritures où l’on rencontre ce type d’habillement : « Et qu’en dit la Bible ? Considérons ces paroles : Avec la pourpre violette et écarlate et le cramoisi, ils firent les vêtements liturgiques pour officier dans le sanctuaire. Ils firent les vêtements sacrés destinés à Aaron, comme Yahvé l’avait ordonné à Moïse. Ils firent l’éphod d’or, de pourpre violette et écarlate, de cramoisi et de fin lin retors (Exode 39, 1-2). C’est Dieu lui-même qui commande de faire les vêtements liturgiques avec de la pourpre et écarlate. Il en est de même pour le sacerdoce (Cf. Exode 28, 4-8). En définitive et pour attiser une fois de plus la réfutation, nous rappelons à tous que la couleur dominante de l’Église catholique est le blanc ! »

        C’est presque trop clair que, d’autres parts, j’admets totalement que l’Eglise se vêt ainsi, mais je montre par un verset biblique qu’on s’habillait ainsi sous ordre même de Dieu, et d’autres parts, je souligne que la « couleur » dominante est le blanc ! Rien de « grotesque » donc ; ça l’est uniquement lorsqu’on tronque le texte sans prendre en considération la suite !

        Enfin, Dieu n’a pas « vu » 2000 avant que les couleurs de l’Eglise Catholique étaient pourpre et écarlate, puisque Dieu nous avait déjé averti, avant S. Jean de qui s’habillait ainsi, et qui se prostituait :

        Car une voix publie depuis Dan et annonce des ruines depuis la montagne d’Ephraïm ; faites-le savoir aux nations ; holà ! faites-leur dire : A Jérusalem ! Des assiégeants arrivent d’une terre lointaine et poussent leurs cris contre les villes de Juda ; comme des gardes des champs, ils sont à l’entour de Jérusalem ; car elle s’est rebellée contre moi, dit l’Eternel. Voilà ce que te vaudront ta conduite et tes actes ; voilà l’effet de ta méchanceté ; oui, cela est amer ; oui, cela atteint jusqu’à ton coeur ! (..) Et toi, dévastée, que fais-tu de te vêtir de pourpre, de te parer d’ornements d’or, de border tes yeux de fard ? C’est en vain que tu te fais belle ; tes amants te dédaignent ; c’est ta vie qu’ils veulent. Car j’entends une voix comme celle d’une femme en travail ; un cri d’angoisse, comme de celle qui enfante une première fois ; c’est la voix de la fille de Sion ; elle est haletante, elle étend les mains : Malheur à moi ! car mon âme succombe aux coups des meurtriers.” (Jérémie 4 : 15 – 31)

        Ce n’est donc pas nous qui « faisons mentir » Apocalypse, mais c’est vous qui faites mentir le Seigneur Lui-même lorsqu’Il dit sans ambages qu’il s’agit de Jérusalem…

      • Daniel PIGNARD
        20 juillet 2015

        Au fait, savez-vous comment les apôtres appelaient l’Eglise ? Eh ben non, pas comme le magistère. Les apôtres l’appelait l’Eglise du Seigneur ou l’église de Dieu ou encore l’Eglise du Dieu vivant.
        Alors, pourquoi le magistère l’appelle différemment ?

        La bulle du pape Boniface VIII :
        « Dès lors, nous déclarons, disons, définissons et prononçons qu’il est absolument nécessaire au salut, pour toute créature humaine, d’être soumise au pontife romain. »
        https://fr.wikipedia.org/wiki/Unam_Sanctam

        Veuillez nous expliquer ce que veut dire pontife romain puisque l’Eglise Catholique ne serait pas romaine ?
        Si l’Eglise Catholique n’est pas Romaine, les Catholiques sont donc décharger d’être soumis au pontife romain comme déclaré dans la bulle du pape (et non pas la mule du pape).
        Donc, vous tous les Catholiques, êtes déchargés d’être soumis au pontife romain, grâce à la perspicacité de +++Yesus Kristus azu+++. Voilà donc une grande oeuvre de délivrance dont vous pourrez remercier ce grand personnage.

      • +++Yesus Kristus azu+++
        20 juillet 2015

        C’est simple ! L’Eglise du Dieu vivant est Une – tout comme il y a un seul corps – (S. Jean 17), Elle est Sainte ; Elle est Catholique (universelle) ; elle est Apostolique (remonte aux Apôtres du Christ Lui-même). C’est ainsi que Nicée-Constantinople définit l’Eglise, où est donc le problème ? Je n’en vois pas ! Or, cela fait une pléthore de commentaires que je martèle : « Une, Sainte, Catholique, Apostolique ».

        Dans Unam Sanctam, vous ne voyez pas qu’on dit : « Bonifatius, Episcopus, Servus servorum Dei. Ad futuram rei memoriam.
        Unam sanctam ecclesiam catholicam et ipsam apostolicam urgente fide credere cogimur et tenere, nosque hanc firmiter credimus et simpliciter confitemur, extra quam nec salus est, nec remissio peccatorum, sponso in Canticis proclamante: Una est columba mea, perfecta mea… »

        Je l’avais déjà dit précédemment.
        « Si l’Eglise Catholique n’est pas Romaine, les Catholiques sont donc décharger d’être soumis au pontife romain… », sauf que vous n’avez pas compris ce qu’est l’Eglise. Elle n’a justement pas de lieu précis. Puisque l’Eglise se retrouve en France, en Belgique, au Congo, au Brésil, en Argentine, en Chine, en Ethiopie… etc. Alors que le Souverain Pontife lui, se trouve à Rome. C’est élémentaire, voyons. D’autant plus que l’Eglise traverse les âges, l’Eglise ce n’est pas seulement nous, maintenant, mais c’est également ceux qui nous ont précédés (la tradition apostolique y compris, évidemment), et qui vont nous suivre ; Le Corps comprend également ceux qui sont déjà en présence du Seigneur, ou ceux qui sont au Purgatoire : un Seul corps, enfin vous savez… En ce sens donc, on dira : Eglise Universelle : ne se trouvant point dans un lieu x ou y. Sinon, concernant l’appellation « Romaine », j’ai déjà dit que cela était employé dans un contexte précis, souvent pour préciser qu’il y a des Eglise qui sont en lien avec l’Eglise de Rome, dès lors, on parlera d’Eglise Catholique tout simplement. Je répète les mêmes choses.
        Donc, non ! Aucun Catholique n’est déchargé d’être soumis au Pontife romain et pour cause, 1° vous manquez de perspicacité, 2° s’il a compris que l’Eglise n’est pas une réalité simplement singulière : mais de l’ordre de l’universalité. Dommage. C’était pourtant assez aisé de voir que votre raisonnement était réfutable pour quiconque, du moins, a un peu, je dis bien « un peu », de perspicacité !

      • Daniel PIGNARD
        20 juillet 2015

        En effet, L’église est universelle et non simplement romaine, mais je vous ferais remarquer que les pontifes, eux sont romains comme le dit aussi Unam Sanctam, et Apocalypse 17 parle justement des pontifes romains mais pas vraiment de l’Eglise de Rome. Il en résulte donc que votre argument de dire que l’on ne peut voir la hiérarchie de l’Eglise Catholique (donc les papes) dans les sept rois d’Apocalypse 17 et les sept collines comme les sept collines de Rome tombe en quenouille. Puisque Rome est bien la ville des pontifes romains. CQFD.

      • Daniel PIGNARD
        20 juillet 2015

        Jérusalem en pourpre, peut-être avant J.C. mais maintenant, il ne s’agit pas de sa caractéristique qui la ferait reconnaître vers les temps de la fin, alors que les vêtements pourpres et écarlates sont bien les caractéristiques connues de tous de la haute hiérarchie catholique romaine pour les temps de la fin. Les vêtements de ces deux couleurs collent donc parfaitement et confortent la résolution de l’énigme d’Apo 17.

      • PGB
        20 juillet 2015

        Bonjour,

        Nous savons que les juifs vont construire un nouveau temple.
        Et comme vous êtes le fils du dragon de l’Apo 12 vous aimez vous acharner sur la descendance de la femme qui a écrasé la tête du serpent et je vous comprend.
        Respectez la mère du Seigneur vous est en horreur alors vous devez faire le travail que votre père vous recommande càd dispersez les croyants.
        Vous n’arriverez pas parce que la promesse faite à Pierre est d’actualité.

        Cordialement,

  6. Daniel PIGNARD
    2 janvier 2014

    L’année 2014 commence fort. Voici ce que je lis sur internet, que le pape François ne reconnaît pas la réalité de l’enfer et que Adam et Eve serait une fable.
    Rappelez-vous mon interprétation d’Apocalypse 17 du 2/12 :2013 à 20h43

    http://leschroniquesderorschach.blogspot.fr/2014/01/le-pape-francois-declare-que-lenfer.html#more

    http://africeleb.com/lenfer-nexiste-pas-et-adam-et-eve-sont-pas-reels-revendique-le-pape-francis/

    • L'Aquinate
      2 janvier 2014

      Bon, j’avais décidé de ne plus répondre.Car, il est dit : Ne réponds pas à l’insensé SELON SA FOLIE (Proverbes 26,4)… Mais je vais le faire encore une dernière fois… selon cee que dit le verset 5.

      Des deux liens, un est invalide ! on se demanderait pourquoi… On se demanderait pourquoi ; l’auteur aurait-il pris conscience qu’il s’agit d’une intoxication ?

      Bref, je lis :

      ***Dans un discours choquant qui résonne à travers le monde, le Pape François a déclaré que :

      « Toutes les religions sont vraies, parce qu’elles sont vraies dans les cœurs de tous ceux qui croient en elles. Quel autre type de vérité y’a t-il? Dans le passé, l’église a été dure à celles qu’elle jugeait moralement répréhensible ou pécheresse. Aujourd’hui, nous ne sommes plus juge. Comme un père aimant, nous ne condamnons pas nos enfants. Notre église est assez grande pour les hétérosexuels et les homosexuels, pour les pro-vie et pro-choix ! Pour les conservateurs et les libéraux, les communistes sont les bienvenus et même nous ont rejoints. Nous aimons tous et adorons le même Dieu. »

      Au cours des six derniers mois, les cardinaux, les évêques catholiques et les théologiens ont délibère dans la Cité du Vatican, en discutant de l’avenir de l’église et de redéfinir les doctrines et les dogmes catholiques de longue date. Le Troisième Concile Vatican II, est le plus grand et le plus important depuis que le Concile Vatican II a été conclu en 1962.

      Le Pape François a convoqué le nouveau conseil à « enfin terminer le travail du Concile Vatican II. »******

      L’auteur continue en écrivant :

      **Le Troisième Concile Vatican II a conclu avec le Pape François annonçant que …

      Le catholicisme est maintenant une «religion moderne et raisonnable,…**

      AIE…. Heureusement que le ridicule ne tue pas ! Il y en ait qui seraient déjà morts il y a longtemps ! C’est carrément à se masturber l’esprit tout ça. Le troisième concile de Vatican II, tiens ; celle-là, je la retiendrai… Et e la garde pour le bêtisier du blog. Un peu de rires ici bas, ça n’a jamais fait de mal à personne…

      Effectivement, 2014 commence bien ! je dirais même très bien, puisqu’il n’y a rien de nouveau sous le soleil : l’ignorance crasse, la diffamation, la perfidie et le mensonge étant toujours les maîtres sur cette terre. Oui, effectivement, on ne pouvait mieux commencer… la roue tourne toujours

      • Daniel PIGNARD
        3 janvier 2014

        Je constate donc que vous infirmez ces nouveaux dogmes et que même vous contestez ces paroles comme venant du pape. Donc l’enfer existe bel et bien et Adam et Eve ont été une réalité, Ouf ! Et tous ceux qui diraient le contraire, qu’ils soient anathèmes.

      • L'Aquinate
        3 janvier 2014

        Sincèrement, vous êtes con, ou vous le faites exprès ?

        En même temps, je comprendrais que si vous vraiment con, vous compreniez pas l’ironie : on ne vous en voudra pas ! Quels dogmes j’infirme ? Vous êtes un troll ou quoi ? Apprenez à lire. Les dogmes catholiques ne sont pas contestables, car ce sont des vérités de Foi. Ici, je ne conteste rien, puisqu’il n’y a rien à contester…! Oui, oui, ça saute aux yeux que votre information est un INTOX (Et pafff dans la face !). Je ne voulais pas le dire directement, espérant que vous l’aviez compris du précédent message que j’ai posté (apparemment non).

        Les nigauds qui ont répandu cet intox que vous venez déversé ici écrivent que le pape Francois a parlé du Troisième concile de Vatican II ! Mouhahaha ! Heureusement que le ridicule ne tue pas ! – je le martèle encore une fois. Le troisième concile de Vatican II ?????????????!!! IL a lieu quand celui-là ?!!!! J’ai beau chercher dans tout le Magistère, je ne trouve rien ! Auriez vous vu dans le Futur, ce que nous ne connaissons pas encore ? A mourir de rires… Alors, excusez-moi monsieur le fantasmeur, je ne connais pas de troisième concile de Vatican II (les nigauds qui ont écrit une telle ânerie, tacitement, affirment qu’il y a eu 2 conciles de vatican II, ensuite un troisième ; et de surcroît, il y a aussi eu des conciles Vatican I) => Ahaha ! Qu’est-ce que je me gausse ! J’avais pourtant décidé de ne plus répondre à ces platitudes : mais, vu comme on se marre, on ne s’en lasse pas ! Désolé, je ne connais que Deux conciles : Le concile Vatican I (1869-1870, interrompu à causes des troupes italiennes qui envahirent Rome), et le Concile Vatican II (1962-1965). Et il y a eu UN SEUL Concile Vatican II, pas trois ! S’il devait y avoir un troisième concile au Vatican, ce serait VATICAN III (3) !!!!!!! (et paff, claque !)… Alors, il est évident que le pape Francois n’a prononcé ces mots ! De plus, des deux sites auxquels vous renvoyez, un est invalide ! Vous voulez savoir pourquoi ?! L’auteur s’est rendu compte qu’il s’agissait d’un intox, et a supprimé l’article… Tiens encore un mensonge qui prend une sacré claque dans la figure..

        Il est étonnant que les sites pourris auxquels vous renvoyez ne cite AUCUNE SOURCE ! Mort de rires… étonnant !

        Oui, vous aviez donc raison : 2014 commence fort ! Les menteurs, les raisonnement perfides, la fantasmagorie, et les amateurs de prophéties sont toujours sur la toile – rien de nouveau sous le soleil ! Allez… rendormez vous ! cette fois j’arrête. A trop perdre du temps avec des cons, on le devient. QUI S’ASSEMBLE, se ressemble. Je vais donc éviter – comme je l’avais commencé !

        Aux oreilles de l’insensé, ne parle pas. La Sagesse de ton discours, il le mépriserait‘ (Proverbes 26, 4)
        Quand un chef accueille des rapports mensongers, tous ses serviteurs sont mauvais‘ (Proverbes 29, 12)

  7. David Vincent
    3 janvier 2014

    Les déclarations du pape sont un hoAX. C’est à dire de fausses rumeurs qui circulent sur Internet.

  8. David Vincent
    3 janvier 2014

    Pour revenir au sujet, j’avais aussi écrit un article à ce sujet, et j’en viens aux mêmes conclusions, la grande prostituée ne peut être que Jérusalem :

    http://philochristos.wordpress.com/2013/05/11/sortez-de-babylone-mon-peuple/

    • jean
      14 octobre 2014

      LA GRANDE PROSTITUÉ
      CETTE FEMME
      DÉCRITE DANS L’APOCALYPSE 17 !
      IL NE FAIT AUCUN DOUTE
      QUE CETTE FEMME EST EN TANT
      QUE VILLE, MAIS AUSSI EN TANT QUE
      QUE SYSTÈME RELIGIEUX.
      MAIS CETTE FOIS, L’ÉGLISE ROMAINE NE SERA PAS SEULE; ELLE SERA ENTOURÉ DE PLUSIEURS AUTRES RELIGIONS QU’ELLE AURA RÉUSSI A S’ASSOCIER A TRAVERS L’HISTOIRE PAR
      LE BIAIS DE L’ŒCUMÉNISME
      CETTE UNITÉ RELIGIEUSE MONDIAL, L’ŒCUMÉNISME, EST D’UNE IMPORTANCE CAPITALE POUR LA BÊTE.
      CETTE FEMME POSSÈDE, SANS L’OMBRE D’UN DOUTE, UNE INFLUENCE DES PLUS IMPORTANTES SUR UNE BONNE PARTIE DE LA POPULATION DU MONDE QUE LA BÊTE S’APPRÊTE A SUBJUGUER.
      CETTE DERNIÈRE VA DONC SE SERVIR DE CETTE FEMME POUR ASSEOIR SON CONTRÔLE POLITIQUE !
      Bonjour !
      Je vous laisse voir ce PDF http://pdf.lu/874E
      Sous le signe de la séduction de la « paix et la sécurité »
      Petite aperçu de l’apparition du faux prophète et de la bête !
      De la marque de la bête ! (verichip) OBAMACARE MACHINE solohealth,
      DANS LES WALMART AUX ÉTATS-UNIE !
      De la mise place du royaume de la bête (synomyme du nouvel ordre mondial

  9. ChristestSeigneur
    13 février 2014

    C’est qu’il est difficile à celui qui est perdu de s’indiquer le chemin du salut. le tout dépend de qui vous interprète les Écritures et sur quelle base. supposons que tous soyons dans la confusion par rapport à l’interprétation de « Babylone la grande »; mais quant à ses idolâtries et la nature idolâtre de l’église Catholique qui piétine majestueusement les Ecritures Saintes à son gré; qu’en pensez-vous cher défenseur? Notez bien que l’Apocalypse a parlé d’Israël ailleurs et non dans ce passage si clair. aucun idolâtre n’entrera dans le royaume des cieux a dit l’Ecriture. Sauve-toi mon ami.

    • +++Yesus Kristus azu+++
      13 février 2014

      Bonsoir,

      Outre votre impolitesse, nous acquiesons totalement ce que vous dites ! savoir, vous êtes sauvés, c’est patent ! nous, nous ne le sommes pas : encore plus patent. De surcroît, c’est vous qui l’avez décidé ! Je sens d’ici, d’un seul commentaire et quelques mots, un narcissisme qui force le respect…

      La conclusion est claire : vous êtes sauvés, nous ne le sommes pas 🙂 La boucle est bouclée. « Sauve-toi mon ami », dites vous, cependant, nous refusons de nous sauver.

      Salutations.

  10. Pingback: L’Eglise catholique n’est pas la prostituée de l’Apocalypse! | +++Yesus Kristus azu+++

  11. caro
    27 mars 2014

    La prostituée de l’Apocalypse c’est le pouvoir et l’orgueil de tous ceux qui par le fric marchandent et vendent alors qu’avec Christ tout doit être DON. Vous connaissez sûrement ce que veut dire en notre époque le G7 et le G8 ?
    caro

  12. Pingback: Le top 10 des articles depuis 2014 ! | +++Yesus Kristus azu+++

  13. Gabriel Martin
    14 septembre 2015

    Bonjour,

    Suite à vos discussions, j’ai essayé d’y voir plus clair sur ce sujet en envisageant trois candidats possibles pour la grande prostituée : Jérusalem, la Rome antique et l’Eglise romaine. Je ne prétends pas du tout être certain du résultat obtenu, mais simplement d’aider à y voir plus clair, tout en restant ouvert à toutes les objectons que l’on pourrait me faire… je me suis seulement contenté d’examiner certaines affirmations de Apocalypse 17-18.

    Jn 17, 1 : Tout d’abord, le terme de « grande prostituée ». Il s’agit bien évidemment ici d’une prostitution spirituelle, c’est-à-dire de l’idolâtrie. Ce terme ne peut convenir à la Rome antique, car le reproche de prostitution, dans la Bible, s’applique uniquement à un peuple avec lequel Dieu a passé une alliance, et qui se détourne du vrai Dieu pour se « prostituer » avec de faux dieux. Parler de grande prostituée ne peut donc avoir de sens que pour Jérusalem, ou pour la Rome chrétienne qui s’est détournée du vrai Dieu alors qu’une alliance avait été passée avec elle. Jamais les peuples païens, qui n’ont pas passé d’alliance avec Dieu, ne sont accusés de prostitution, alors qu’Israël l’est constamment dans l’AT… Que penser du culte marial et du culte des saints, de l’adoration du saint sacrement, de la vénération des reliques ? Ne peut-on pas y voir des pratiques idolâtres, s’il est vrai que le Christ ne nous demande de rendre de culte « qu’à Dieu seul », comme il le rappelle à Satan lors de la tentation dans le désert ? Mais cela vaut aussi pour Jérusalem quand il se détourne du culte prescrit par Dieu pour se tourner vers les idoles.
    Conclusion : Rome antique, Eglise Romaine et Jérusalem.

    Jn 17, 3 : La femme (la grande prostituée) est « assise sur la bête ». Il s’agit ici de montrer que la femme a succédé à la bête, sur laquelle elle s’est désormais assise. Or la bête désigne probablement l’empire romain, persécuteur des premiers chrétiens. Par extension, les « cornes » de la bête désignent les rois et empereurs qui ont succédé au démantèlement de l’empire romain. On peut penser, d’une manière plus générale, que la bête désigne le « pou-voir politique », en tant qu’il se met au service du « grand dragon » (Satan). Si la grande prostituée est assise dessus, cela signifie qu’elle a pris l’emplacement de la bête, en lui succédant. (Or l’Eglise romaine a pris la succession de l’empire romain en devenant religion officielle de l’empire romain – sous Constantin – et en reprenant, dans ses rites, certaines « traditions » de l’empire romain ou babylonien : la tiare pontificale, le titre de souverain pontife – emprunté aux empereurs de Rome, Maximus Pontifex…).
    Conclusion : Rome antique et Eglise Romaine.

    Jn 17, 4 : La femme est vêtue de « pourpre et d’écarlate ». Le pourpre et l’écarlate sont les couleurs de la prêtrise et de la royauté dans l’AT, mais ce sont aussi les couleurs de la robe des évêques et cardinaux, qui sont légions au Vatican. Par contre, ces couleurs n’ont pas de signification particulière pour l’empire romain. Il ne peut donc s’agir que d’une manière symbolique de désigner Israël ou l’Eglise romaine.
    Conclusion ; Eglise Romaine et Jérusalem

    Jn 17, 5 : « Babylone la grande ». Dans les écrits des apôtres, Babylone désigne Rome, comme on le voit dans la salutation de Pierre en I Pierre 5, 13 (A moins de nier que Pierre se soit rendu à Rome, et qu’il soit resté à Jérusalem, qui serait désignée sous ce nom, mais cela signifie alors que la tradition catholique nous ment sur ce point). Mais le terme peut aussi s’appliquer à la Rome antique, il est vrai….
    Conclusion : Rome Antique et Eglise romaine.

    Jn 17, 5 : « Elle tenait dans sa main nue coupe d’or pleine d’abominations : les souillures de sa prostitution ». Dans la mesure où je ne crois pas à la présence réelle du Christ dans le pain et le vin (ce sont pour moi des symboles : le pain représente le corps du Christ rompu sur la Croix, le vin représente le sang du Christ versé sur la Croix. Il s’agit seulement d’un « mémorial »), présenter le pain et le vin, que contiennent la coupe (ou le calice) en or, comme étant réellement le corps et le sang de Jésus ne peut être qu’un horrible blasphème, qui conduit d’ailleurs à l’idolâtrie (à travers le « culte » de l’adoration eucharistique, qui n’a aucun fondement biblique, Jésus n’ayant jamais demandé d’adorer le pain, même en supposant qu’il soit réellement présent, mais seulement de le manger).
    Conclusion : Eglise romaine

    Jn 17, 6 : « Ivre du sang des saints et du sang des témoins de Jésus ». On peut voir là une allusion à la « persécution » des chrétiens par la Rome antique. Mais on peut aussi y voir le fait que l’Eglise catholique se glorifie de ses « saints », qu’elle s’enivre de leur sang comme pour mieux faire croire à sa propre « sainteté ». L’Eglise catholique a aussi persécuté les vaudois et certains protestants.
    Conclusion : Eglise romaine et Rome antique

    Jn 17, 7 : «  A sa vue, je restais stupéfait ». La stupéfaction de Jean demande à être inter-prétée : Jean ne s’attendait pas du tout à cela, il est « surpris ». Pourrait-il être « surpris » s’il s’a-gissait de la Rome antique, qui était pleine d’idoles ? De même l’identité « mystérieuse » de cette Babylone nous invite à y voir quelque chose de caché, qui n’est pas immédiatement « visible » pour les chrétiens, une sorte de « séduction mensongère ».
    Conclusion : Eglise romaine

    Jn 17, 9 : « Les sept têtes, ce sont sept collines ». Assise sur sept collines, la ville aux sept collines désigne Rome, de manière proverbiale. Il est vrai que Jérusalem est aussi construite sur sept collines. Dire que le Vatican est construit sur une seule colline n’est pas un argument suffisant, car on parle bien de l’Eglise romaine. Il peut donc s’agir aussi bien de Jérusalem, de la Rome antique et de la Rome papale.
    Conclusion : Jérusalem, Rome antique et Eglise romaine

    Jn 17, 15 : Jean explicite sa vision, et il faut nous prendre cette interprétation dans un sens littéral. Les « eaux » sur lesquelles est assise la prostituée sont « des peuples, des foules, des nations et des langues ». On voit que l’influence et le rayonnement de la prostituée est très vaste puisqu’elle domine une foule de nations. Cela ne peut s’appliquer à Jérusalem, qui n’a jamais eu un tel rayonnement. Il ne peut s’agir que de Rome ou de l’Eglise romaine.
    Conclusion : Rome antique et Eglise romaine

    Jn 17 16 : « Les dix cornes que tu as vues et la bête haïront la prostituée et se retourneront contre elle ». Il s’agit ici d’une prophétie qui peut s’appliquer à la Rome antique (les peuples sous la domination de Rome finiront par se retourner contre elle et par la mettre en pièces – vandales, wisigoths, ostrogoths, etc. Il peut aussi s’agir de Jérusalem, suite à la destruction du temple par les romains en 70,la bête désignant alors l’empire romain. Mais il peut aussi s’agir de l’Europe, qui, après avoir été au service de la prostituée (durant le saint Empire romain germanique) finit par se retourner contre elle et à la déchiqueter (on peut penser à l’Europe des francs maçons, hostile à l’Eglise catholique, et qui se met au service de la bête après que le saint-Empire romain germanique ait été au service de la « prostituée » : la révolution française marquerait alors un « tournant » dans ces rapports). Les « cinq rois » rois déjà tombés désignent cinq empereurs, le sixième, qui règne actuellement, désigne Néron. Le septième, « qui doit régner peu de temps », ne pourrait-il pas faire référence à Mussolini, dont on sait qu’il chercha à restaurer la « grandeur de l’empire romain » durant les quelques années de son (court) règne ? Du coup, le « huitième roi », qui se mettra au service de la bête, ne pourrait-il pas désigner le futur président de l’Europe, si un jour il y en a un ? Ne serait-ce alors pas lui l’Antéchrist ?
    Que la bête désigne l’Europe, comprise comme empire romain « reconstitué », peut être confirmé par certains signes surprenants : le parlement européen reproduit la tour de Babel, l’Europe a vu le jour grâce au « traité de Rome », les contours de l’Europe ressemblent de plus en plus aux contours de l’empire romain, etc.
    Conclusion : Jérusalem, Rome antique et Eglise romaine

    Jn 18, 3 : « Les rois de la terre se sont prostitués avec elle ». Référence possible aux nom-breuses alliances passées entre le saint Siège et les rois et empereurs, qui étaient couronnés par les évêques et les papes. Ces alliances ont permis de conforter la puissance de l’Eglise romaine, et sa domination (spirituelle) sur les peuples.
    Conclusion : Eglise romaine

    Jn 18 4 : « Sortez de cette cité, ô mon peuple ». Cette invitation à sortir de Rome ne peut s’appliquer à la Rome antique (de fait, les chrétiens sont toujours restés à Rome !). D’une part, c’est un rappel de Jérémie 50, et de l’invitation adressée au peuple d’Israël à sortir de la Babylone antique, pour ne pas se compromettre avec ses pratiques. Mais on peut aussi y voir u appel, adressé aux protestants, à quitter l’Eglise catholique et la cité du Vatican qui en est le coeur, compromise par des pratiques idolâtres (culte marial, culte des saints, culte des reli-ques, prière des défunts, adoration du saint sacrement, etc…). Cette sortie s’est d’ailleurs fai-te, pour un grand nombre de chrétiens, lors de la Réforme protestante… Mais on peut aussi appliquer cette prophétie à Jérusalem, que Jésus nous invite à fuir pour ne pas participer à ses péchés.
    Conclusion : Jérusalem et Eglise romaine

    Jn 18, 7 : « Puisqu’elle dit en son cœur : je trône en reine et ne serait point veuve ». La Reine est l’épouse du Roi. Le Roi, c’est le Christ, et l’épouse du Christ, la « Reine », c’est la véritable Eglise, celle avec laquelle le Christ célébrera ses noces. L’Eglise catholique prétend être l’épouse du Christ, donc la Reine, sans reconnaître pourtant son « veuvage », le fait qu’elle a été délaissée par Dieu suite à son enrichissement et à ses pratiques idolâtres. Dans la mesure où Dieu s’est fiancé à Israël, on peut aussi appliquer cette prophétie à Jérusalem, mais c’est plus délicat, car Dieu a fait alliance avec le peuple d’Israël plutôt qu’avec le peuple de Jérusalem.
    Conclusion : Eglise romaine et, peut être, Jérusalem

    Jn 18, 23 : « La lumière de la lampe, on ne luira plus chez toi et la voix du jeune époux et de sa compagne, on ne l’entendra plus chez toi ». Possible allusion à la lumière du taber-nacle censée « contenir » la présence de Dieu, et aux « mariages religieux » qui se célèbrent dans l’enceinte des Eglises catholiques. « Parce que tes sortilèges ont séduit toutes les nations ». Les « sortilèges renvoient ici aux « pratiques magiques » directement contraires à l’enseignement biblique : transubstantiation, invocation des « morts » lors de la sainte Cène, on « refait » le sacrifice du Christ (tout en affirmant qu’il ne s’agit que d’une simple réac-tualisation de l’unique sacrifice du Christ), prière des défunts, prière pour les âmes du purgatoire (le purgatoire étant un dogme sans aucun fondement biblique) « rites de consécration », prières récitées mécaniquement (comme le rosaire) en contradiction avec ce que demande le Christ, etc. Toutes pratiques qui n’ont aucun fondement dans l’Ecriture sainte. Les « miracles eucharistiques », qui sont nombreux (il suffit de regarder sur internet…), et qui sont censés renforcer la foi des fidèles en la transubstantiation, ne sont-ils pas plutôt l’indice qu’il y a bien quelque chose de « magique » dans le rite de consécration ? C’est une question qui mériterait d’être posée…
    Conclusion : Eglise romaine

    Total :

    Eglise romaine : 14
    Rome antique : 7
    Jérusalem : 6

  14. michel
    15 septembre 2015

    Ce n’est pas un plaisantin qui à écrit et développé cette belle étude à lire et à relire et même à se recopier
    Il y a bien d’autres études qui ont été écrites, avec en plus cette belle étude de Gabriel Martin surement un théologien,c’est la liberté de chacun de se faire sa conviction, les évènements qui vont se produirent dans les temps qui viennent risquent d’êtres effrayants…Je crois qu’il ne faut pas s’obstiner il ne faut pas oublier ce qu’a dit Jésus « désormais je ne boirai plus avec vous de ce fruit de la vigne jusqu’à ce que j’en boive avec vous du nouveau dans le royaume de mon Père… ev St jean 10:27-28 « Mes brebis entendent ma voix; je les connais, et elles me suivent. Je leur donne la vie éternelle; et elles ne périront jamais, et personne ne les ravira de ma main »…

  15. Grandgab
    10 janvier 2016

    Messieurs,
    Après une longue lecture de vos analyses, je voudrais apporter un peu d’eau au moulin.
    AVez-vous remarqué le logo du CERN 666,:
    «  » Martin Bible
    Et ils adorèrent le dragon qui avait donné le pouvoir à la bête, et ils adorèrent aussi la bête, en disant : qui est semblable à la bête, et qui pourra combattre contre elle? » »
    Ils recherchent la dimension de l’esprit et donc à ouvrir une porte. aie aie aie!!! Il s’agit d’une coopération européenne.
    Le 666 deviendra t’il le logo de l’euro??
    De plus Paris repose aussi sur 7 collines. et les prêtres francs maçons sont vêtu de rouge. Mais il y a aussi le fameux vicarius filii dei du pape, qui en lettres romaines donne 666, si c’est çà la marque serait alors reçus lors du baptême.
    «  » Saint Jean a alors la vision d’une femme en train d’accoucher d’un enfant mâle et d’un dragon prêt à dévorer le nouveau-né. » » »
    Et pour conclure avec mes hypothèses, il y a certains islamistes, qui portent une inscription sur le front, qui ferait référence au 666. apparemment décodé guerre au nom d’Allah.

    Qu’en pensez-vous?

    Bien à vous les ptits loups.
    Que dieu me pardonne pour mes hypothèses inexactes.

  16. Pingback: Saint Pierre a-t-il écrit sa Ière Épître de Babylone ou Rome ? | +†+Yesus Kristus azu+†+

  17. K.role
    26 décembre 2016

    Ça y est, j’ai tout lu, article et commentaires, pfiou!
    Effectivement l’interprétation selon laquelle il s’agirait fr Jérusalem semble bibliquement fondée. Mais l’application moderne reste énigmatique. Qui sont les 7 rois? En quel sens Jérusalem continue t elle d’influencer le monde entier? Si l’on considère l’influence de certaines familles juives multimiliardaires et la montée du sionisme, ça peut coller. Mais je reste perplexe.
    Mais que dit l’église? Aucune allusion à ça dans le catéchisme officiel. Est ce que les papes se sont positionnés un jour par rapport aux prophéties très complexes de l’Apocalypse?
    Étant ancienne Témoin de Jéhovah, j’avais pour habitude d’avoir comme support des tas de livres expliquant la bible, en long en large et en travers. Ils ont édité des analyses de chaque livre prophétique, c’est assez poussé. Alors, certes ils sont sûrement dans l’erreur sur pas mal de choses. Mais ils ont le mérite de décortiquer la bible.
    Donc ma question est: quelle interprétation l’église catholique a t elle du livre de l’Apocalypse et notamment au sujet de la Bête 666 et de la prostituée Babylone la Grande?
    Merci

  18. michel
    26 décembre 2016

    La nouvelle
    Babylone
    révélée dans les
    cathédrales
    SCHOENEL 2012….

    pour recherche avec Google (vous le savez bleutez ces lignes en titres…)

    La monnaie
    européenne…
    … et ses symboles
    religieux
    SCHOENEL 2012…

    pour recherche avec Google…(vous le savez bleutez ces lignes en titres…)

    voila qui est très intéressant …très belles études… » lettres à l’épouse…

    • Ressources Catholiques
      27 décembre 2016

      Vous pouvez préciser ?

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :