+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Explication de « N’appelez personne votre Père » (Matthieu XXIII, 9)

Vidéo de l’abbé PAGÈS: ici

Les contempteurs de la religion catholique accusent celle-ci de trahir l’Évangile car elle fait appeler les prêtres par ses fidèles « mon Père » ou « monsieur l’abbé » (abbé venant de abba, ce qui veut dire père en araméen) et le Pape « Saint Père » alors que l’Écriture Sainte proclame: « N’appelez personne votre « père » sur la terre : car vous n’en avez qu’un, le Père Céleste. » (Mathieu XXIII, 9).

À cela nous répondrons que ceux qui font ce reproche à l’Église n’hésitent pas à désigner leur géniteur comme leur « père ». Quel motif peuvent-ils invoquer pour une telle dérogation au principe ? Aucun ! Ils répondront que la chose est pourtant évidente, mais lorsque vous leur demanderez de développer, il en seront incapables. Certains tenteront peut être de dire que le Nouveau Testament lui-même offre des exemples de géniteurs appelés « pères ». En effet, en Luc I, 31, l’ange annonce à Marie que le fils qu’elle concevra se verra remettre par Dieu « le trône de David son père », c’est-à-dire son ancêtre, en Matthieu X, 37, le Christ parle de ceux qui ne sont pas dignes de Lui car ils l’aiment moins que – entre autres – leurs pères et leurs mères, le père étant ici à l’évidence le père biologique; ou encore en Matthieu XV, 4 où Il réprimande les pharisiens qui ne prennent pas soins de leurs parents. Nous pourrions ainsi multiplier les exemples: Matthieu III, 9; XV, 6; XIX, 5, 19, 19; XXI, 31; Marc XIII, 12; Luc IX, 42; XI, 11; XII, 53; I Thessaloniciens II, 11… Mais alors pourquoi le Nouveau Testament et parfois Jésus Lui-même se permettraient-ils de faire une telle entorse à la règle posée par ce dernier ? Nos adversaires ne sauront pas répondre, mais ironie de l’affaire: c’est nous qui leur fournirons plus tard dans cet article sur le motif pour lequel nous pouvons et devons appeler notre géniteur ainsi que d’autres personnes « père ».

Pour l’heure, montrons que le Nouveau Testament n’appelle pas seulement « pères » les géniteurs biologiques, mais qu’il emploie aussi ce mot en d’autres sens. En retrouvant Jésus au Temple, Marie lui dit: « Mon enfant, pourquoi avez-vous agi ainsi avec nous ? Votre père et moi, nous vous cherchions tout affligés. » (Luc II, 48) Or, saint Joseph dont il est question ici comme « père », n’est pas le père biologique de Jésus, ni même son père spirituel, il est cependant son père au sens que nous expliquerons plus bas. Jésus accuse ceux qui refuse de croire en Lui, d’avoir pour père le diable (Jean VIII, 44). Saint Étienne, le premier martyr de la Nouvelle Alliance, alors même qu’il est à ce moment là « plein de grâce et de force, faisait des prodiges et de grands miracles parmi le peuple. » (Actes VI, 8), appelle les Juifs « pères et frères » (Actes VII, 2), saint Paul fera de même en Actes XXII, 1. Saint Pierre, au sujet de l’Ancienne Loi, parle d’ « un joug que ni nos pères ni nous n’avons pu porter » (Actes XV, 10), Paul quant à lui, en évoquant son passé juif dit qu’il surpassait « dans le judaïsme beaucoup de ceux de mon âge et de ma nation, étant à l’excès partisan jaloux des traditions de mes pères. » (Galates I, 14)

Saint Pierre et saint Paul appelleront leurs « fils » saint Marc (I Pierre V, 13) pour le premier et saint Timothée (I Timothée I, 4, 12; II Timothée I, 2; I Corinthiens IV, 17; Phillipiens II, 19-22) ainsi que saint Tite (Tite I, 4) pour le second. Ici, Pierre est le père de Marc et Paul, celui de Tite et Timothée, mais au sens spirituel, comme les prêtres par rapport aux fidèles. C’est déjà au sens spirituel que Jésus parlait en Jean VIII, 44. Saint Paul nous donne deux autres exemples éclatants de la chose. D’abord en s’adressant au Corinthiens: « Car, eussiez-vous dix mille maîtres dans le Christ, vous n’avez pas cependant plusieurs pères, puisque c’est moi qui vous ai engendrés en Jésus-Christ par l’Evangile. » (I Corinthiens IV, 15): s’ils n’ont pas plusieurs pères [dans le Christ] puisque c’est lui qui les y a engendré, cela veut bien dire qu’il est leur père en Jésus-Christ. L’autre exemple est celui qui donne la clé du problème: « À cause de cela, je fléchis le genou devant le Père, de qui tire son nom toute paternité dans les cieux et sur le terre » (Ephésiens III, 14-15). C’est clair: il y en a qui doivent être appelés « pères » au Ciel et sur le terre, au sens biologique ou non, en participation à la paternité unique et absolu de Dieu ! Certains contesterons que Paul parle de « paternité » et diront qu’il parle en réalité de « famille », nous invitons le lecteur à lire notre réponse à cette objection en cliquant ici. Nous pouvons d’ailleurs noter que Saint Paul dit également au Corinthiens qu’il est – lui, Paul – leur père dans le Christ puisque c’est lui les a engendré en Jésus-Christ par l’Evangile: « vous n’avez pas cependant plusieurs pères, puisque c’est moi qui vous ai engendrés en Jésus-Christ par l’Evangile. » (I Corinthiens IV, 15)

Jésus veut ici nous inviter à vivre avec Dieu comme un enfant vis-à-vis de son père. C’est-à-dire dans la gratitude, l’humilité, l’obéissance et la confiance. Mais encore nous révéler la première personne de la Sainte Trinité comme étant « Le » Père en un sens absolu, c’est-à-dire père de Lui-même et en Lui-même, principe sans principe, de qui « de qui tire son nom toute paternité dans les cieux et sur le terre » (Ephésiens III, 15). En sorte que « Père » est son nom propre. De même donc que l’homme devient père en comminiquant la vie humaine, de même l’Église appelle « Pères » les prêtres parce que eux aussi, par le moyen de la prédication et des sacrements, communiquent la vie, mais non pas la vie naturelle et mortelle, mais la vie divine et éternelle.

C’est une dénonciation de ceux qui utilisent leurs titres pour exercer une autorité illégitime sur leurs proches et pour en tirer orgueil au lieu de les servir (Matthieu XXIII, 4-7). Jésus ne voulait donc pas interdire l’usage du mot ‘père’, mais rappeler qu’il est tout en référence au Père céleste, et faire remonter à Celui qui est l’origine de tout, la paternité de tout père terrestre. Tout un programme pour tous ceux qui doivent porter ce titre de ‘père’.

N’oublions pas que ce n’est pas le seul endroit du Nouveau Testament où nous voyons qu’une dignité, un titre ou une fonction appartenant en propre à Dieu ou au Christ est communiquée à d’autres: Dieu seul peut pardonner les péchés (Marc II, 7) et pourtant le Christ donne ce pouvoir à ses Apôtres (Jean XX, 23); le Christ est le seul maître (Matthieu XXIII, 8 et 10) et portant saint Paul parle aux Corinthiens de leur possibilité d’avoir « dix mille maîtres dans le Christ » (I Corinthiens IV, 15), le Christ seul est le fondement (I Corinthiens III, 11; I Pierre II, 4) et pourtant tous les Apôtres sont des fondements (Ephésiens II, 19-20; Apocalypse XXI, 14) et saint Pierre est particulièrement la Pierre de fondement de l’Église du Christ (Matthieu XVI, 18); Il détient les Clefs de David (Apocalypse III, 7) mais Il les confie à ce même Pierre (Matthieu XVI, 19); Il dit être le Bon Pasteur (Jean X, 14) et pourtant Il confie toujours à ce même saint Pierre le soin de paître ses agneaux et brebis (Jean XXI, 15-17); Il est la lumière, mais il dit à ses Apôtres qu’ils sont la lumière du monde (Matthieu V, 14); Il est le constructeur (Matthieu XVI, 18) mais les Apôtres sont aussi bâtisseurs (I Corinthiens III, 11); Il est la pierre d’angle (Actes IV, 11) mais les Apôtres sont aussi des pierres (I Pierre II, 4); Il est le temple (Apocalypse XXI, 22) mais les Apôtres aussi sont des temples (Ephésiens II, 21). Enfin, n’oublions pas l’épisode du Buisson Ardent: Dieu s’adresse à Moïse par le Buisson Ardent, Moïse qui ne sait pas qu’il a affaire à Dieu et ne comprend pas comment un buisson peut brûler sans se consumer et surtout parler comme un homme, il lui demande donc qui il est (Exode III, 13), et Dieu lui répond: « Je suis celui qui suis » (Exode III, 14). Or si moi, administrateur du site j’ai écrit cet article et si vous internaute le lisez, c’est bien que vous et moi avons l’existence, et pourtant ni vous ni moi ne sommes Dieu alors que seul ce dernier est l’être, mais il nous le communique… N’est-il pas écrit que « Puisque sa divine puissance nous a accordé tous les dons qui regardent la vie et la piété, en nous faisant connaître celui qui nous a appelés par sa propre gloire et par sa vertu, et qui par elles nous a mis en possession de si grandes et si précieuses promesses, afin de vous rendre ainsi participants de la nature divine, en vous soustrayant à la corruption de la convoitise qui règne dans le monde. » (II Pierre I, 3-4)

Advertisements

22 commentaires sur “Explication de « N’appelez personne votre Père » (Matthieu XXIII, 9)

  1. nadine
    26 août 2013

    Jésus même dans ces paraboles parlait du fils prodigue, qui retrouve son Père. Qui sont mon Père, ma Mère. Honorer votre père dans les 10 commandements. Cela à peut être un autre sens ce mot Père. Père de tous les pères. Notre Père. Mais il n’interdit pas d’appeler papa, père, mais que si on perd le père de la terre, on a un autre Le Père de tous .

  2. Kisito
    30 août 2013

    Je prend par défaut au premier degré ce que Jésus dit, et je l’applique avec la mesure de l’amour. Quand Jésus parle au second degré très souvent c’est explicitement dit dans les évangiles.
    il y a des mots et le sens qu’on donne aux mots. Le Père en tant que source vie, protecteur de la vie, que personne ne l’attribue à une autre personne qu’à Dieu. C’est comme « dieux » et Dieu. Donc je dirais que dans notre coeur et notre intelligence il doit avoir un Père et des « pères ». Et on ne doit pas faire des confusions. Quand j’appelle un prêtre père cela n’a pas la même signification que Père. Ce sont des homonymes. Donc je n’appelle personne Père, mais j’appelle plusieurs personnes père.

  3. Théodore
    29 avril 2014

    Rappelons également, pour faire bonne mesure, que l’apôtre Jean appelle les destinataires de ses lettres ses enfants, et que saint Paul se désigne comme le père dans la foi des chrétiens qu’il a engendré par la prédication.

  4. Grégoire
    29 juillet 2014

    Bonjour, merci pour cette explication, mais je pense que ce nos frères protestants critiquent plus c’est le fait que le Pape soit appelé Saint-Père et surtout avec le mot Saint, je voudrais savoir si c’est contradictoire à la Bible.Je vous remercie d’avance de votre réponse.

    PS:je suis un nouveau croyant.

    • Damien
      24 août 2014

      Bonjour, voici une réponse de l’excellent site anglophone Catholic Answers :

      Only God is holy by his very essence; however, by a person, place, or thing’s association with God, it too can be called holy. To be called holy is to express the idea of consecration, that someone or something belongs to God. That is why the Bible can call many persons, places, and things holy.
      (TRAD: Seul Dieu est saint/sacré par son essence propre; cependant, une personne, un lieu ou tout objet associé avec Dieu peuvent aussi être sacrés. Être appelé saint/sacré exprime l’idée de consécration, que quelqu’un ou quelque chose appartient à Dieu. C’est pour cela que la Sainte Bible peut nommer des personnes, des lieux et des choses saints/sacrés)

      In Genesis 28:16, the place God appears is « holy. » In Exodus 19:6, God tells the Israelites through Moses, « and you shall be to me a kingdom of priests and a holy nation. » God’s dwelling place in the Tabernacle is « holy » (Ex 28:43), as is the city of Jerusalem (Is 48:2). Even a goat, the victim of sacrifice to God, is called « holy » in Leviticus 10:17.
      (TRAD: dans la Genèse 28,16 le lieu où Dieu apparaît est « sacré ». Dans l’Exode 19,6 Dieu dit aux Israéliens à travers Moïse : « Je vous tiendrai pour un royaume de prêtres, une nation sainte » (Bible de Jérusalem). Le lieu où siège Dieu dans le Tabernacle est « sacré » (28,43), tout comme la ville de Jérusalem (Isaïe 48,2). Même un bouc, la victime du sacrifice à Dieu, est appelé chose très saintre » dans le Lévitique 10,17)

      After Christ’s death and resurrection the Christians called themselves and each other « holy ones » or « saints, » called by God to be his (Rom 1:7). In 1 Peter 1:16 we read, « it is written, ‘You shall be holy, for I am holy.’ »
      (TRAD: après la mort et la résurrection du Christ, les Chrétiens eux-mêmes s’appellent sacré (« … Aux saints par vocation… Épître aux Romains 1,7). Dans la 1ere épître de Pierre 1,16 nous lisons : « selon qu’il est écrit : Vous serez saints, parce que moi, je suis saint » (Bible de Jérusalem))

      Since we are his holy people, and his people are the Church, it is fitting that the head of his holy people be called Holy Father—not because of his own merit, but because Christ died for him and for the Church that he leads on earth.
      (TRAD: depuis que nous sommes le peuple saint de Dieu, que son peuple est l’Église, il est approprié que la tête/chef de son peuple saint soit appelé Saint Père – non pas par son propre mérite, mais parce que le Christ se sacrifia pour lui et pour l’Eglise qu’il dirige sur Terre)

      Voilà j’espère que la réponse est satisfaisante, désolé pour la traduction un peu trop littérale, si quelqu’un a une meilleure traduction à proposer vous êtes bienvenu

      • +++Yesus Kristus azu+++
        24 août 2014

        Bonjour Damien,
        En lisant le texte anglais, je traduis aussi exactement comme vous. Après évidemment, on peut améliorer pour éviter justement que ce soit très littéral ; mais cela reflète parfaitement l’idée originale du texte (extrait du site Catholic Answers, qui est effectivement un excellent site comme vous l’avez souligné)
        Merci de votre participation.
        Saint dimanche !

      • Grégoire
        27 août 2014

        Et merci à toi aussi Damien 😊

    • +++Yesus Kristus azu+++
      24 août 2014

      Toutes mes excuses cher Grégoire, je n’avais pas fait attention à votre commentaire qui date pourtant de fin juillet.
      L’explication n’est rien d’autre que celle que vient de vous fournir Damien.
      Bien à vous, en espérant que ces minuscules paragraphes vous ont aidés.
      Vous êtes un nouveau croyant? Alors, bienvenue dans l’univers de la Foi chrétienne 😀

      • Grégoire
        27 août 2014

        Bonjour à tous et merci pour votre réponse, en effet je suis un nouveau croyant et je serait baptiser à la prochaine veillée pascal.
        J’admire aussi votre site qui répond à toutes les allégations et qui est très explicite, continuer comme ça😉.

  5. Pingback: Réfutations des erreurs doctrinales des « chrétiens » anti-catholiques | +†+Yesus Kristus azu+†+

  6. dosssou yovo
    30 août 2014

    ce nest pas de sa qu’il sagit DIEU nous parle genre on ne doit pas appelé quelqu’un pere dans le sens spirituele car on apele DIEU pere donc on doit pas apelé un homme pere …et je suis sur que ce site est catholique car les catholique sont des apostates voici ce que dit la PAROLE DE DIEU
    colossiens2:8
    Prenez garde que personne ne fasse de vous sa proie par la philosophie et par une vaine tromperie, s’appuyant sur la tradition des hommes, sur les rudiments du monde, et non sur Christ.

  7. Pingback: Les fondements bibliques de la Papauté (2): Matthieu XVI, 19: le Christ donne les Clés du Royaume des Cieux à saint Pierre et en fait ainsi son premier ministre | +†+Yesus Kristus azu+†+

  8. Pingback: Les fondements bibliques de la Papauté (1): Matthieu XVI, 18: le Christ fait de Pierre la pierre de fondement de son Église | +†+Yesus Kristus azu+†+

  9. Pingback: Le sacerdoce catholique est biblique ! | +†+Yesus Kristus azu+†+

  10. Pingback: Ephésiens III, 15: saint Paul parle-t-il de « famille » ou de « paternité » ? | +†+Yesus Kristus azu+†+

  11. tuks
    16 septembre 2016

    La phrase de Jésus est très claire.

    Nous sommes tous Frères et personne n’a le droit de se faire appeler Père !

    D’ailleurs, l’on sent bien dans l’évangile sa volonté d’unifier les Hommes et qu’ils soient tous au même niveau.

    Il a pleinement conscience que seul Dieu peut avoir ce statut !!
    Celui qui donne la vie et qui nourrit.

    Pourquoi essayer de déformer ses propos.
    Admettre que l’on a tort est de l’humilité.

    ( Et pourtant je suis très pratiquant dans l’Eglise Catholique !)

    L’Orgueil est parfois ou l’on s’y attends le moins.

    • +++Yesus Kristus azu+++
      18 septembre 2016

      Bonjour,
      Malheureusement, nous ne pouvons pas grand chose pour vous aider (d’autant plus que vous affirmez être catholique – étrange !). Nous ne pouvons rien, parce que nous estimons que l’article est est très clair. A vous de faire un effort pour mieux le lire et, ainsi, mieux le comprendre. Plusieurs références y sont marquées qui mettent à mal votre présomption et votre accusation de « malformation » de propos.

      Faites un effort !

  12. francois
    3 novembre 2016

    La question du contexte de ce verset n’est pas abordé dans votre article… C’est pourtant essentiel pour comprendre ce que Jésus voulait dire par là.
    Car en effet, Jésus ne parle pas pour ne rien dire quand il parle il a un message important à nous donner.

    Matt 23:1 Alors Jésus, parlant à la foule et à ses disciples,
    2 dit : Les scribes et les pharisiens sont assis dans la chaire de Moïse.
    3 Faites donc et observez tout ce qu’ils vous disent ; mais n’agissez pas selon leurs œuvres. Car ils disent, et ne font pas.
    4 Ils lient des fardeaux pesants, et les mettent sur les épaules des hommes, mais ils ne veulent pas les remuer du doigt.
    5 Ils font toutes leurs actions pour être vus des hommes. Ainsi, ils portent de larges phylactères, et ils ont de longues franges à leurs vêtements ;
    6 ils aiment la première place dans les festins, et les premiers sièges dans les synagogues ;
    7 ils aiment à être salués dans les places publiques, et à être appelés par les hommes Rabbi, Rabbi.
    8 Mais vous, ne vous faites pas appeler Rabbi ; car un seul est votre Maître, et vous êtes tous frères.
    9 Et n’appelez personne sur la terre votre père ; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux.
    10 Ne vous faites pas appeler directeurs ; car un seul est votre Directeur, le Christ.
    11 Le plus grand parmi vous sera votre serviteur.
    12 Quiconque s’élèvera sera abaissé, et quiconque s’abaissera sera élevé.
    13 Malheur à vous, scribes et pharisiens hypocrites ! parce que vous fermez aux hommes le royaume des cieux ; vous n’y entrez pas vous-mêmes, et vous n’y laissez pas entrer ceux qui veulent entrer.

    Clairement Jésus vise le clergé juif et le fait d’appeler quelqu’un Père dans le sens de maitre, directeur, chef… De supériorité donc.
    Jésus dit que nous sommes tous frères et qu’aucun n’est supérieur à l’autre.
    Quiconque s’élévera sera abaissé… les signes de primautés sont aussi condamné l’habillement (logues frange) les places sur les trônes ou siège.

    Difficile de ne pas voir dans tout cela une critique de la papauté telle qu’elle a existé au cours des siècles.

  13. Pingback: Personne et Monothéisme trinitaire 1/3 | +†+Yesus Kristus azu+†+

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 25 août 2013 par dans Foi Catholique, et est taguée , , .
%d blogueurs aiment cette page :