+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Le Christ est réellement né le 25 décembre !

La vérité sur tous les mensonges historiques dont l’Eglise est victime : ici

Vous entendez sûrement souvent dire que le Christ n’est pas né le 25 décembre et que c’est à l’origine la date d’une fête païenne. Voici quoi répondre :

Preuve irréfutable de la date du 25 décembre dans le Nouveau Testament par un sermon de saint Jean Chrysostome :

Le sermon complet : ici

Suivez le guide biblique !

Étape 1 – Un jour de l’année unique

Le Seigneur dit à Moïse :
« Parle à ton frère Aaron : qu’il n’entre pas n’importe quand dans le sanctuaire, au-delà du rideau, devant le propitiatoire qui se trouve sur l’Arche. Ainsi il ne mourra pas quand j’apparais dans la nuée, au-dessus du propitiatoire.
Lévitique 16:2
Il mettra l’encens sur le feu, devant le Seigneur : un nuage d’encens recouvrira le propitiatoire qui est sur le Témoignage. Ainsi Aaron ne mourra pas.
Lévitique 16:13
C’est pour vous un décret perpétuel : le septième mois, le dix du mois, vous ferez pénitence, et ne ferez aucun travail, ni l’israélite de souche ni l’immigré qui réside parmi vous.
Lévitique 16:29
C’est pour vous un décret perpétuel ; une fois par an, pour les fils d’Israël, on accomplira le rite d’expiation de toutes leurs fautes. » Et l’on fit comme le Seigneur l’avait ordonné à Moïse.
Lévitique 16:34
Le jour de Yom Kippour, le jour du grand pardon selon les hébreux, est le 10 Tishri (7e mois) du calendrier hébraïque. C’est un jour unique de l’année depuis Moïse, donc un jour précis de l’année qui existait bien avant la naissance de Jésus.

Étape 2 – Une année unique dans l’histoire

L’an 3761 du calendrier hébraïque est égal à l’an 0 du calendrier grégorien (chrétien), ou à l’an -1, car le zéro n’était pas défini à cette époque, et ce qui précédait le 1 n’était pas le 0, mais le -1 à cette époque. Selon l’église catholique, Jésus serait né en l’an 1, pas en l’an zéro. Notez que le chiffre zéro arrivera en occident vers l’an 1000 avec, entre autres, le pape Sylvestre II.
Ce que nous cherchons à ce moment, ce n’est pas l’année de naissance de Jésus, mais l’année de conception de Jean le Baptiste…

Étape 3 – Un moment de référence

Conformément à la règle du service liturgique des kôhanim, il a été désigné par le sort pour faire brûler l’encens, et il est entré dans le temple de YHWH, et toute l’assemblée du peuple était en train de prier au-dehors à l’heure de l’encens.
Et alors il s’est fait voir à lui le messager de YHWH, qui se tenait debout à la droite de l’autel de l’encens, et il a été épouvanté Zekar-iah lorsqu’il l’a vu, et la terreur est tombée sur lui.
Alors il lui a dit le messager : « N’aie pas peur Zekar-iah, parce qu’elle a été entendue ta supplication, et ta femme Eli-scheba va enfanter un fils pour toi, et tu appelleras son nom Iôhanan. »
Luc 1:9-13
Donc, le 10 Tishri de l’an 3761 du calendrier hébraïque est égal au lundi 25 septembre de l’an 0000 (ou -1) du calendrier grégorien, soit la date de la conception de Jean le baptiste. Il existe de nombreux convertisseurs de calendriers hébraïque et grégorien disponibles gratuitement par Internet pour vérifier cela.

Étape 4 – Lien avec la conception de Jésus

« Et alors il a répondu le messager, et il lui a dit : « c’est moi qui suis Gabriel, celui qui se tient debout devant la face de dieu, et j’ai été envoyé pour te parler et pour t’annoncer cette heureuse nouvelle »
Luc 1:19
Et après ces jours-là, elle a été enceinte Elischeba sa femme.
Luc 1:24
Et il est arrivé, au sixième mois, et il a été envoyé le messager Gabriel, de la part de Dieu, dans une ville de Galilée dont le nom c’est Natzareth, à une vierge qui était promise en mariage à un homme dont le nom c’était Iôseph, issu de la maison de Dawid. Et le nom de la vierge c’était Mariam.
Et il est entré dans sa maison et il a dit : « Schalôm lak. Paix à toi qui as trouvé grâce. YHWH est avec toi. »
Et alors, elle à cette parole, elle a été bouleversée, et elle réfléchissait pour savoir ce que pouvait bien être cette salutation.
Et il a dit le messager en s’adressant à elle :
« N’aie pas peur Mariam, car tu as trouvé grâce aux yeux de Dieu. Et voici que tu vas être enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu appelleras son nom Ieschoua. Et lui il sera grand, et fils du très-haut il sera appelé. Et il lui donnera, YHWH Dieu, le trône de Dawid son père, et il régnera sur la maison de Iaaqôb dans les durées éternelles à venir. Et de son règne il n’y aura pas de fin. »
Luc 1:26-33
« Et voici que Eli-scheba, ta parente, elle aussi elle est enceinte d’un fils. Dans sa vieillesse, et ce mois-ci c’est le sixième pour elle, elle qui était appelée la stérile. »
Luc 1:26-36
De la date de conception de Jean le baptiste, le 25 septembre 0000, à la date de conception de Jésus, il y a un délai de 6 mois. Donc, Jésus a été conçu, selon la Bible, le 25 mars de l’an 1.

Étape 5 – Lien avec la naissance de Jésus

Et il est monté aussi Iôseph, venant de la Galilée, de la ville de Natzaret, pour aller en Judée, dans la ville de Dawid, qui s’appelle Beit lehem, parce qu’il était issu lui de la maison et de la famille de Dawid, pour se faire inscrire avec Mariam qui lui était promise en mariage.
Et elle était enceinte. Et il advint, tandis qu’ils étaient là, alors ils ont été remplis ses jours pour enfanter, et elle a enfanté son fils, son premier-né.
Luc 2:4-7
Selon la Bible, Jésus est né à terme, donc 9 mois après sa conception le 25 mars de l’an 1, soit le 25 décembre de l’an 1.

Conclusion

Le jour de la fête chrétienne de la nativité, Noël, le 25 décembre, n’est pas un choix arbitraire fait par l’Église catholique. Cette fête est basée sur le contenu de la Bible. La fête chrétienne de la nativité n’a pas été choisie par rapport au solstice d’hiver (21 ou 22 décembre), ou une fête païenne, comme certains le prétendent faussement. Notez aussi que la fête romaine du Soleil invaincu, « Sol Invictus », a été instituée le 25 décembre 274, soit longtemps après la première fête chrétienne de la nativité.

« La naissance de Jean Baptiste et celle de Jésus. La date de la Nativité. » sur academai.edu

Démonstration de la réalité de la date du 25 décembre par l’abbé Rohrbacher dans Histoire Universelle de l’Église Catholique :

 « Nous voyons par l’Évangile que le vieil Hérode ne mourut qu’après la naissance de Jésus-Christ. Or, d’après les dates de l’historien Josèphe, Hérode mourut l’an 750 de Rome, qui est le quatrième avant notre ère ! Il ajoute que vers le temps de sa mort, il y eut une éclipse de lune, ce qui arriva le 13 de mars, à trois heures après minuit, de l’an de Rome 750, selon le calcul astronomique.

En outre, Josèphe et Dion s’accordent à dire que son fils Archélafis fut exilé en l’an de Rome 759, la dixième année de son règne; il avait donc succédé à son père l’an 750. Selon le même Josèphe, Hérode-Antipas, tétrarque de Galilée, fut exilé l’an de Rome 793. Ce prince était alors dans la quarante-troisième année de son règne, comme il paraît par ses médailles, qui datent jusque-là ; par conséquent il avait commencé à régner dès l’an 750. On tire la même conséquence d’autres médailles concernant son frère. le tétrarque Philippe.

Il paraît donc à peu près certain que le vieil Hérode mourut au printemps de l’an 750 de Rome, et que Jésus-Christ naquit le 25 décembre de l’année précédente, quatre ans et huit jours avant l’ère vulgaire. Ce qui ne doit pas trop étonner. L’usage de compter les années par celles de Jésus-Christ n’a commencé que tard; il n’a été introduit en Italie qu’au sixième siècle. par un particulier, le moine Denys le Petit, et qu’au septième en France où il ne s’est même bien établi que vers le huitième, sous les rois Pépin et Charlemagne. »

Démonstration courte et imparable de la réalité de la naissance du Christ le 25 décembre par un savant israélien :

En 1995, le savant israélien Shemaryahu Talmon a publié une étude sur le calendrier liturgique découvert dans la grotte 4 de Qumrân (4Q321). Il y trouva incontestablement les dates du service au Temple que les prêtres assuraient, à tour de rôle, encore au temps de la naissance de saint Jean-Baptiste et de Jésus. Selon ce document, copié sur parchemin entre les années 50 et 25 av. J.-C., donc contemporain d’Élisabeth et de Zacharie, la famille des Abiyya à laquelle ils appartenaient (Lc 1, 5 ; cf. 1 Ch 24,10) voyait son tour revenir deux fois l’an, du 8 au 14 du troisième mois du calendrier essénien, et du 24 au 30 du huitième mois. Cette seconde période tombe vers la fin de notre mois de septembre, confirmant le bien-fondé de la tradition byzantine immémoriale qui fête la « Conception de Jean » le 23 septembre.

Or ce fut, comme l’écrit saint Luc, le « sixième mois » de la conception de Jean que l’ange Gabriel apparut à la Vierge Marie. À compter du 23 septembre, le  » sixième mois  » tombe très exactement le 25 mars, en la fête de l’Annonciation. Dès lors, Jésus est bien né le 25 décembre, neuf mois plus tard. Noël n’est donc pas « la consécration religieuse et cultuelle d’un évènement cosmique, le solstice d’hiver qui marque la régression de la nuit ». Non ! le 25 décembre est l’anniversaire de la naissance du Christ, tout simplement… Une fois de plus la tradition séculaire de l’Église se trouve en parfait accord avec les plus incontournables découvertes scientifiques.

Noël, une fête païenne ?

Pour aller plus loin

Le mensonge des origines païennes de Noël (Yesus Kristus azu)

Quoi ! Le Christ serait ne un 25 décembre? (Yesus Kristus azu)

Démonstration que le 25 décembre n’est pas la christianisation d’une fête païenne (Ebior)

Le recenssement de Quirinius (Yesus Kristus azu)

22 commentaires sur “Le Christ est réellement né le 25 décembre !

  1. Bousquet de Rouvex
    30 juillet 2014

    Et Jean Baptiste est donc bien né le solstice d’été, ce qui a fait dire à celui-ci à peu près : »Je décline pendant que Jésus apparaît ! »

    • L'Apôtre des protestants
      30 juillet 2014

      Merci cher Bousquet de cette indication.

  2. Pingback: Démolition de tous les mensonges historiques sur le Catholicisme | +†+Yesus Kristus azu+†+

  3. Théodore
    31 juillet 2014

    Si le Christ était réellement né le 25 décembre, on aurait fêté Noël dès les apôtres (cela aurait d’ailleurs été le seul moyen de conservation de la date jusqu’à nos jours !). Et les chrétiens orthodoxes la fêteraient le 25 décembre, et pas le 6 janvier avec l’Epiphanie. Bizarrement, aucune trace de cette fête avant la christianisation de l’Empire romain.

    Et puis, même en Palestine, vous ne trouvez pas bizarre que des bergers fassent paître leurs moutons au solstice d’hiver ? :p

    Mes amis, il y a des choses bien plus importantes à défendre que l’origine de la date de Noël. Surtout quand c’est indéfendable.

    En tout cas, merci pour le fou rire en voyant le titre. Au moins, on sait que, quelque soit l’apparente solidité de la preuve, il ne faut avoir l’esprit critique. Quand je vois ce blog, c’est même une règle générale :p

  4. Théodore
    1 août 2014

    De toute manière, cela ne serait pas la première fois que l’Eglise aurait christianisé une fête païenne (voir ce qui se fit plus tard dans le Nouveau Monde). Cela n’a rien de choquant en soi, et c’est ce qu’il faut répliquer ; pas se perdre dans des démonstrations qui vous décridibilisent tant elles sont fantaisistes.

    J’ajoute que vous êtes bien les premiers a tenter de démontrer une telle chose, puisque les Pères eux-mêmes mentionnèrent plusieurs dates, et que l’ensemble des traditions liturgiques ne colle pas.

    Je rajoute que le caractère parfaitement lisse de vos dates (pile 9 mois après l’Annonciation, pile le jour du solstice, pile le temps qu’il faut d’ici la Visitation et l’Epiphanie) penche beaucoup plus en faveur d’un symbolisme liturgique que d’un lien avec une réalité concrète.

    Quant à la soi-disante fête de l’Annonciation le 25 mars 221 (il est fort surprenant, vu l’antiquité de cette date, de trouver une fête relativement mineure instaurée) je n’en trouve aucune référence en-dehors des sites apologétiques catholiques intégristes ; permettez-moi donc de demander des références précises, et des citations, car cela est plus que louche ; et ce ne serait pas la première fois que je verrai un mensonge dupliqué à l’infini, et presque sans modification de forme, sur la blogosphère intégriste.
    Quant bien même elle aurait existé, ce dont je doute, elle n’induit pas que Noël ait été fêté à cette date, ce qui vous fait un gros vide de 320 ans entre l’événement supposé et le premier témoin de conservation de sa date, avec mêmes des intermédiaires qui montrent qu’elle n’était même pas citée dans les hypothèses.

    • Bousquet de Rouvex
      1 août 2014

      Vous dites : Je rajoute que le caractère parfaitement lisse de vos dates (pile 9 mois après l’Annonciation, pile le jour du solstice, pile le temps qu’il faut d’ici la Visitation et l’Epiphanie) penche beaucoup plus en faveur d’un symbolisme liturgique que d’un lien avec une réalité concrète.
      Cela correspond bien à ma remarque ci-dessus : on est en plein symbolisme, comme en plein de passages des Evangiles…

  5. Théodore
    1 août 2014

    http://www.slate.fr/story/66311/jesus-est-il-vraiment-ne-un-25-decembre

    Origène, un des premiers pères de l’Eglise, s’est prononcé contre la célébration de la naissance de jésus:
    «Il n’y a que des pêcheurs comme le Pharaon ou Hérode qui célèbrent le jour où ils sont apparus dans ce monde.»

    • L'Apôtre des protestants
      2 août 2014

      Pour répondre dans l’ordre:

      – pouvez-vous préciser quelles fêtes païennes ont été christianisées dans le Nouveau Monde et ailleurs?

      – nous ne sommes absolument pas les premiers à vouloir prouver la réalité de la date du 25 décembre, la preuve est que nous ne faisons que relayer des textes d’autres auteurs (y comprit de saint Jean Chrysostome qui vécut au IVème siècle…)

      – il est vrai que les Pères mentionnent plusieurs dates. Et alors, ça ne prouve rien: il y a forcément une date qui est la bonne, et les Pères n’avaient peut être pas tous les éléments en mains pour juger.

      – je vous cite: « le caractère parfaitement lisse de vos dates (pile 9 mois après l’Annonciation, pile le jour du solstice, pile le temps qu’il faut d’ici la Visitation et l’Epiphanie) penche beaucoup plus en faveur d’un symbolisme liturgique que d’un lien avec une réalité concrète. »: n’avez-vous pas réfléchi au fait que Dieu aurait pu vouloir cette coïncidence? De toute façon, les éléments dont nous disposons nous permettent d’affirmer ces dates comme véridiques, mais pour cela, encore faudrait-il lire notre article, ce que vous n’avez visiblement pas fait.

      – celui qui rapporte l’Annonciation comme fêtée le 25 mars 221, c’est Sixte Jules l’Africain (mort en 240) dans Chronographiai.

      – de quels « mensonges intégristes » parlez- vous?

      – si l’Annonciation était fêtée le 25 mars en 221, Noël était « fatalement » fêté le 25 décembre ou au moins à une date environnante, car à moins que je soit une nullité irrattrapable en biologie, la gestation humaine dure 9 mois…

      – l’article de « slate » que vous citez est ridicule. Il commence par dire « Rien dans la Bible », ce qui est archi faux. Il suffit pour s’en rendre compte de lire l’article.

      – Origène n’engage que lui. Même saint Augustin et bien d’autres grands saints se sont trompés (en tenant des hérésies matérielles et non formelles).

      – je vous conseille sérieusement de lire l’article avant de répliquer à nouveau, à défaut, nous risquons de tourner un bon moment en rond sans que cela ne mène nul part.

      • Théodore
        2 août 2014

        Quelques réponses rapides avant d’examiner l’article :

        – Un exemple connu, la Toussaint, pour lesquelles furent acclimatées les célébrations populaires des morts au Mexique.

        – L’article en question est intéressant pour sa citation d’Origène, et sa mention de votre thèse. Il a raison quand il dit que rien dans la Bible ne permet de dire que le Christ est né le 25 décembre.

        – Dieu aurait voulu cette coïncidence, comme il aurait voulu que l’herbe soit rose ou que les hippopotames aient des têtes d’ours. Je doute que la durée de la grossesse ait eu pour Lui une importance quelconque ; et je ferai remarquer que les gestations de pile neuf mois (surtout après un voyage à dos d’âne de Bethléem à Nazareth 😀 ) sont d’une grande rareté.

        – Concernant Jules l’Africain, je sais très bien lire, aussi je ne vous demande pas de répéter votre assertion. je vous demande de la sourcer, c’est-à-dire de me donner un ouvrage digne de foi en faisant état, ou une citation, si possible analysant les soi-disant propos de Jules l’Africain.

        – Un petit exemple de mensonges – dont j’espère qu’ils sont juste le fruit d’une crédulité doublés d’un parfait manque de méthodologie ? La confirmation du miracle de Lanciano par un Haut-Conseil de l’OMS qui n’a… jamais été dans l’organigramme de l’OMS, plus les tombereaux de calomnies infâmes déversées sur les Réformateurs, et qui feraient mourir d’affliction toute personne un tant soit peu lectrice des oeuvres de ces gens.

        – Certes, Origène n’engage que lui, mais le problème est qu’il y a un très large consensus des sources patristiques pour dire qu’on ne savait pas la date de naissance du Christ ; et on pourrait s’attendre que la prétendue vraie date soit citée dans les hypothèses, or il n’en est rien.
        Si le Christ est réellement né le 25 décembre, et que sa date a été transmise par la Tradition, il ne devrait y avoir aucun débat parmi les Pères, ou si peu ; et ils devraient dans doute faire référence à la fête.

  6. Théodore
    2 août 2014

    Je rajoute que rien dans la citation de l’abbé Rohrbacher ne me semble concerner la date ; il affirme tout de go « 4 ans et 8 jours » sans démontrer la partie « 8 jours ». Son argumentation porte sur l’année, pas sur la date.

    • L'Apôtre des protestants
      2 août 2014

      – la Toussaint est fêtée depuis au moins le Vème siècle (pas toujours le 1er novembre il est vrai). Il est exact que la culture Aztèque s’est appropriée la fête de la Toussaint car elle leur rappelait leur culte pour les mort, mais ce fut plus un phénomène populaire que voulu par les autorités ecclésiastiques. Si nous prenons deux autres exemples toujours au Mexique: il y a le Vendredi saint des procession de pénitents se flagellant et le crucifixion d’un homme. Eh bien les autorités ecclésiastiques interdisent ces pratiques, mais malheureusement, les gens le font quand même.

      – l’article se trompe en disant que rien dans la Bible ne donne d’indication sur la date: elles voir notre article et lisez le contenu des trois premiers et du cinquième article, ainsi que la démonstration finale à la fin de l’article à partir des travaux d’un savant israélien.

      – votre parallèle avec l’herbe rose ou les hippopotames à tête d’ours n’a ni queue ni tête (d’ours bien sûr 😉 ). Le simple fait de pointer du doit ces coïncidences ne suffit pas à démontrer qu’il y a anguille sous roche… De plus Dieu est perfection, il peut se mettre au dessus des conséquences d’un voyage à dos d’âne.

      – pour l’affirmation de Jules l’Africain, je ne peux rien dire de plus: cette information se trouve dans le scan de la photocopie d’un article qui a fermé entre temps (https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2014/07/29/le-mensonge-des-origines-paiennes-de-noel/), pour plus de précision il faudrait contacter l’ancien administrateur, mais je ne le connais pas.

      – je n’ai pas besoin de l’OMS maçonnique (car rattachée à l’ONU) pour croire au miracle de Lanciano.

      – les réformateurs n’étaient pas des anges et encore moins des saints. C’est précisément en lisant certains de leurs écrits que nous nous en rendons compte (exemple: Propos de table de Luther). Les loups savent parfaitement se déguiser en agneaux, il ne faut pas forcément se fier à ce qu’ils ont écrit.

      – tous les pères n’avaient peut-être pas les éléments pour conclure au 25 décembre. Mais il est certains que la Bi le nous indique la deuxième quinzaine de décembre pour la naissance du Christ. De plus, un « Tradition immémoriale » byzantine place au 23 septembre la Conception de saint Jean-Baptiste: Conception de saint Jean-Baptiste -> Conception de Notre Seigneur = 6 mois (Luc: I, 26): 23 septembre + 6 mois = 25 mars (et non le 23 à cause du moi pas de février qui dure moins longtemps). 25 mars + 9 moins = 25 décembre: CQFD! Et c’est du 100% biblique! Pour ce qui est du voyage en à dos d’âne qui aurait dû causer un accouchement prématuré, soit, mais alors la vraie date de la naissance du Christ ne serait dans les quelques jours précédent le 25… et la Tradition ne parle pas cette naissance prématurée.

  7. Daniel PIGNARD
    18 août 2014

    Je me suis impliqué dans la date de la mort du Christ et voivi où j’en suis arrivé : Jésus est mort le 27 mars 32 et est donc né 33 ans1/4 auparavant en décembre -3.
    Louis de Montety dans le « Science et Foi » n° 55, à partir de recherche sur les lunes et mois hébreux, a dressé un tableau des 14 nisan depuis l’année -1 jusqu’à l’année 37 et il a recherché le 14 nisan qui était un vendredi pour la mort du Christ. J’ai simplement appliqué son tableau à la mort du Christ un jeudi (3 jours et 3 nuits dans le sein de la terre). Le tableau nous propose 3 jeudis 14 nisan : le 27 mars 32, le 11 mars 28 et le 15 mars 25.
    Les raisons du choix du jeudi 27 mars 32 sont fondées sur un faisceau de 4 éléments dont le dernier est décisif.
    • La proximité de la naissance du Christ avec l’an 1. En effet, on peut supposer que ceux qui ont fixé la date de l’an 1 ne se sont pas trompés de beaucoup.
    • Le temps calculé de séjour en Egypte pour une mort d’Hérode supposée en -4 et en +4, ces deux dates étant soutenues par différents auteurs.
    • La curiosité des astres. Les 4 planètes telluriques + le soleil vues au-dessus de l’écliptique forment une croix à la fois à la date du 27 mars 32 et à la date du 25 décembre -3. Les autres dates ne forment rien de particulier.
    • Unanimité des sources pour le début du règne de Tibère le 19 août de l’an 14. Luc 3 :1 parle du début du ministère de Jésus dans la 15è année du règne de Tibère, donc du 19-08-28 au 18-08-29, admettons en janvier 29 puisque Luc 3 :23 nous dit que Jésus avait environ 30 ans (25 déc 28). Le ministère de Jésus a duré 3 ans (3 pâques relatées avant sa mort Jean 2 :13 ; 5 :1 ? ; 6 :4 ) ce qui nous mène en mars 32 pour sa crucifixion. Il est parlé aussi de 3 ans en Luc 13 :7.

    Hérode est mort en -4 av J.C. d’après Flavius Joseph et les Chronologistes parce qu’ils privilégient la supputation de Varron (-116 à -26) qui a placé la 750è année de Rome en l’an -4. Mais la supputation de Fabius Pictor, le plus ancien des historiens romains vivant vers -220, voit la 750è année de Rome en l’an +4 de notre ère et non pas en l’an -4. (Dixit Louis de Montéty)
    Les 33 ans de la vie terrestre de notre Seigneur sont soutenus : Par Eusèbe qui dit que Jésus est né à l’olympiade 194/4 et est mort à l’olympiade 203/1 soit 32 +1 ans, par Jules l’Africain au 3è siècle, par Flavius Dexter au 4è siècle, et par Saint Jérôme au 4è/5è siècle. (Dixit Louis de Montéty)

  8. Pingback: « Jésus n’est pas né le 25 Décembre  | «Quelques petites raisons de croire…

  9. Narak
    23 décembre 2016

    Une précision…

    Les chrétiens Orthodoxes fêtent Noël le 7 janvier, le 6 Janvier c’est la veillée… et ce 7 Janvier correspond en fait au 25 Décembre selon le calendrier Julien.

    C’est, ici, un différent autour du calendrier et non pas une date différente.

    Le 7 Janvier 2017 prochain, ce sera le 25 décembre 2016 selon le calendrier Julien que suivent certains Orthodoxes… il y a 13 jours de décalage. Voilà…

  10. ALMatt
    3 mai 2017

    Merci pour cet article édifiant ! J’ai appris beaucoup sur les accusations au sujet du 25 décembre.
    Dieu vous bénisse

  11. fruro
    31 juillet 2017

    Que de mensonges, encore et encore venant des catholiques

    • Ressources Catholiques
      31 juillet 2017

      Waoh ! Je suis sidéré par la puissance de votre argument 😀

    • Darmanch
      22 décembre 2017

      fruro, pour porter une accusation valable, il faut la faire reposer sur la démonstration. C’est comme en criminalistique ou en médecine légale. Quelqu’un accuse quelqu’un d’autre de l’avoir roué de coups de poing au visage. Or il n’existe aucune ecchymose sur les échines et dans les zones péri-orbitaires ; la lèvre n’est pas enflée ni fendue et le nez est intact (absence de LeFort I, II, III). Vous ne devriez donc pas vous autoriser à porter une accusation sans l’étayer sérieusement, sauf si vous tenez à perdre toute crédibilité et à passer pour un individu farfelu.

  12. Pingback: Le recensement de Quirinius | +†+Yesus Kristus azu+†+

  13. Pingback: Quoi ! Le Christ serait né un 25 décembre ? | +†+Yesus Kristus azu+†+

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :