+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Le Pape Nicolas V a-t-il autorisé l’esclavage des Noirs ?

 Dossier complet sur l’Église et l’esclavage: ici

imageSur de nombreux sites de propagande anticatholique, vous trouverez affirmé que le Pape Nicolas V autorisa l’esclavage des Noirs. Il aurait fait cela dans les Bulles Dum Diversas du 18 juin 1452 et Romanus pontifex du 8 janvier 1455, toutes deux adressées au roi du Portugal. Certains vont même jusqu’à dire qu’il s’agit de l’acte fondateur de la traite des Noirs par les européens.

Analysons donc de plus prêt ces deux textes:

Dum Diversas fut écrite car Nicolas V avait appris qu’Alphonse V était prêt à attaquer les Sarrasins ennemis du Christ et à les soumettre si le Siège apostolique l’y autorisait, le Pape écrivit qu’il « approuva cette intention, concéda au roi d’une façon très générale l’autorisa­tion [facultas] d’attaquer, de conquérir et de soumettre les Sarrasins païens et autres infidèles ennemis du Christ, de s’emparer de leurs territoires et de leurs biens, de soumettre leur personne en perpé­tuelle servitude et de transmettre territoires et biens à ses successeurs. »

Pontifex Romanus tient des propos similaires mais plus développés:

« Nous avions jadis, par de précédentes lettres, concédé au Roi Alphonse du Portugal, entre autres choses, la faculté pleine et entière d’attaquer, de conquérir, de vaincre, de réduire et de soumettre tous les sarrasins, païens et autres ennemis du Christ où qu’ils soient, avec leurs royaumes, duchés, principautés, domaines, propriétés, meubles et immeubles, tous les biens par eux détenus et possédés, de réduire leurs personnes en servitude perpétuelle, […] de s’attribuer et faire servir à usage et utilité ces dits royaumes, duchés, contrés, principautés, propriétés, possessions et biens de ces infidèles sarrasins et païens…

Beaucoup de Guinéens et d’autres Noirs qui avaient été capturés, certains aussi échangés contre des marchandises non prohibées ou achetées sous quelque autre contrat de vente régulier, furent envoyés dans les dits Royaumes. »

Un lecteur non averti verra dans ces lignes une immonde légalisation de l’esclavage signée d’un Pape ! Cependant, l’étude de l’affaire nous révèle qu’il n’en ai rien.

Commençons par faire un rappel historique pour remettre les choses dans leur contexte. Ces deux Bulles (surtout la deuxième) interviennent à une époque où l’Occident Chrétien doit faire face à la menace de plus en plus importante et violente d’un islam conquérant. Cette véhémence se faisait particulièrement sentir à l’Est où les Turcs prirent d’ailleurs Constantinople en 1453. Pour contourner la mainmise ottomane sur les routes du commerce avec l’Orient, le prince Henri le Navigateur finança l’exploration maritime des côtes atlantiques dès 1422. Il voulait aussi s’allier à l’Éthiopie, royaume du légendaire prêtre Jean et contenir l’expansion mondiale de l’islam au détriment de la chrétienté. (Gomes EANES de ZURARA, Chronique de Guinée, éd. IFAN, Dakar, 1960, chapitre VII, « Dans lequel sont exposées cinq raisons qui poussèrent le seigneur Infant à faire découvrir les terres de Guinée »). Ces conquérants eurent à affronter des ennemis, tant durant le voyage qu’en Guinée. Et ce sont ces ennemis militaires et eux seuls que le Pape autorise à « réduire en servitude perpétuelle ».

Nous pouvons d’ailleurs remarquer deux choses à ce sujet. Premièrement, les individus visés par cette autorisation ne sont pas les Noirs mais « les sarrasins, païens et autres ennemis du Christ »: le critère est politico-religieux et non racial ! Deuxièmement, il faut savoir ce que signifie « perpétuelle servitude ». Il me semble que l’article « Remarques sur les esclaves à Gênes dans la seconde moitié du XIIIe siècle », de Michel BALARD, peut aider à comprendre. J’imagine sans peine qu’un certain nombre de captifs musulmans devaient se retrouver sur les galères. Ainsi, ces captifs pour des motifs politico-religieux et non raciaux étaient des prisonniers de guerre comme il y en a toujours eu dans l’Histoire, pas des esclaves. Il se pourrait même que le mot « servitude » soit une mauvaise traduction du latin, pour désigner le statut de prisonniers de guerre Sarrazins musulmans (et nullement Noirs).

Pour ce qui est du deuxième paragraphe de Pontifex Romanus que nous avons cité, le Pape CONSTATE, tout à fait incidemment d’ailleurs, que les Portugais ont fait prisonnier et parfois acquis des Noirs de Guinée. Que beacoup d’entre eux se sont convertis à la vraie foi. Ce qui ne veut nullement dire qu’il continuaient à rester esclaves, mais bien au contraire qu’ils étaient libérés du joug que faisait peser sur eux les musulmans. On peut du moins le supposer compte tenu de l’habitude islamique de l’esclavagisme des Noirs et de l’interdiction de l’esclavagisme par la Papauté. Le Pape se félicite même que de nombreux noirs soient devenus catholiques (ceux ci donc ne pouvaient « juridiquement » être esclaves). Naviguant et combattant, les Portugais ont réussi à capturer des Noirs ou les ont achetés (non prohibitarum rerum permutatione su alio légitime contracta emptio-nes) et les ont ramenés au Portugal où grand nombre d’entre eux ont embrassé la foi catholique ; d’où espoir de conversion des populations entières ou au moins d’un grand nombre d’individus » (S.U. Abramova, His­toire générale de l’Afrique, Études et Documents, Unesco, 1979, 1985, page 429).

Les « marchandises non prohibées » désignent les marchandises non stratégiques que les chrétiens étaient autorisés à échanger avec les musulmans. Il s’agit donc d’affranchissement et non de mise en esclavage ! Exactement l’inverse de ce qui est prétendu sur les sites anti-catholiques ! Car sur au moins deux sites Internet, j’ai lu « schiavitù » et « esclavage », comme si le pape Nicolas V avait encouragé l’esclavage ! Alors que « ad dictum » signifie « aux ordres » et seuls « servitus » et « servitudo » signifient « esclavage » (« servitus » signifiant « condition d’esclave »). Ces deux termes sont absents du texte latin et pourtant se retrouvent dans les « traductions » françaises et italiennes que j’ai pu consulter. C’est comme si l’on disait qu’un sujet d’un roi devenait l’esclave de son roi. De plus ce passage de la bulle est évidemment descriptif et non normatif, il s’agit de l’exposé des motifs.

Avant de conclure, nous laisserons la parole au Père Alphonse QUÉNUM, jésuite béninois:

« Deux liens rattachent la bulle « Romanus pontifex » à la bulle « Dum diversas » : le but ultime qui, dans les deux cas, reste le même, vaincre l’islam belliqueux et le moyen juridique mis en œuvre est la concession du droit de conquête.

Cependant, apparaissent ici des préoccupations nouvelles que nous appellerions aujourd’hui coloniales, d’ordre à la fois économique et spirituel. Dans l’esprit des solliciteurs portugais de la couverture pon­tificale, ces préoccupations occupent certainement le premier plan. Le Maroc qu’avait en vue la première bulle est discrètement exclu de la seconde et cède la place à la côte atlantique de l’Afrique (15).
En réalité, dès 1444 au moins, l’Infant cherchait à entrer en con­tact direct avec la Guinée, « le pays des Nègres ». Ce ne fut pas facile. Car la chronique de Guinée de G. Eanes de Zurara se termine par le récit de plusieurs expéditions malheureuses au sud du Cap-Vert où les Blancs sont reçus à coup de flèches empoisonnées (16).
Don Henrique devait savoir qu’il se heurtait là à des populations animistes pas encore ou à peine effleurées par la propagande de l’islam. C’est pourquoi la bulle « Romanus pontifex » parle « des peu­ples gentils ou païens nullement infectés par la secte de l’abomina­ble Mahomet » que l’Infant aurait à soumettre avant de leur prêcher l’Évangile (17).
La bulle « Romanus pontifex » fut un instrument efficace entre les mains du prince Henri. Une charte du roi Alphonse lui avait assuré, dès 1443, le monopole de la navigation au-delà du cap Boja­dor, mais encore fallait-il faire respecter ce privilège par les corsaires étrangers.
Cette bulle est avant tout un outil juridique qui devait permet­tre à Henri le Navigateur de procéder avec sécurité et protection contre des intrus et un instrument de droit international.

(15) S.U. Abramova, His­toire générale de l’Afrique, Études et Documents, Unesco, 1979, 1985, p. 432.
(16) Idem, p. 433. Il cite Eanes de Zurara, op. cit., cap. 27, p. 14l : mission de Conçalo de Sintra. cap. 30, p. 153 : mission de Nuno Tristao, cap. 31, p. 158 : mission de Dinis Dias. La date de 1444 a été fixée par D. Leite, op. cit., p. 429 (Acerca da « Cronica dos feitos de Guinée », Lisbonne, 1941).
(17) Idem, n° 51, p. 433, note 5, cite Charles de la Roncière, « La découverte de l’Afri­que au Moyen Age, tome I, Le Caire 1925 »
» (Les Église chrétiennes et la traité Atlantique du XVème au XIXème siècle)

Il aurait de plus été très difficile de comprendre comment et pourquoi Nicolas V aurait pût autoriser l’esclavage, lorsqu’on sait que juste deux décennies plus tôt, le Pape Eugène IV l’interdisait dans la Bulle Sicut Dudum (13 janvier 1435) où il déclara entre autre: « Sous peine d’excommunication, tout maître d’esclave a quinze jours à compter de la réception de la bulle pour rendre leur liberté antérieure à toutes et chacune des personnes de l’un ou l’autre sexe qui étaient jusque-là résidentes desdites îles Canaries […] Ces personnes devaient être totalement et à jamais libres et devaient être relâchées sans exaction ni perception d’aucune somme d’argent. ». Par ailleurs, les Papes lui ayant de peu succéder ont de même condamné l’esclavage sans que jamais personne ne crut voir de contradiction avec Nicolas V leur prédécesseur. Nous pouvons citer parmi eux le Pape Pie II qui déclara en 1462 que l’esclavage était un « grand crime » (magnum scelus) ou le Pape Paul III qui le condamna en 1537 dans Sublimus Dei. Plus tardivement, en 1639 Urbain VIII l’interdit ; en 1741 Benoît XIV également ; en 1815 Pie VII demanda au Congrès de Vienne la suppression de la traite d’esclaves ; dans la bulle de canonisation du jésuite Pierre Claver, un des plus illustres adversaires de l’esclavage, Pie XI dénonça la « suprême horreur » (summum nefas) des traiteurs d’esclaves ; en 1839 Grégoire XVI condamna l’esclavage dans In Supremo Apostolatus ; et en 1888 Léon XIII dans In Plurimis.

Nous pouvons enfin noter que de fait, aucune de ces deux Bulles n’ont jamais été employées par les marchands d’esclaves, ni par aucun maître esclavagiste pour justifier leurs pratiques. Étonnant pour certains qui étaient catholiques et qui ont ainsi laisser passer l’argument en or pour se justifier ! D’ailleurs, aucun de ces deux documents ne figurent dans aucun des ces deux importants ouvrages sur l’esclavage:

– Sibille (Cl.) dir., Guide des sources de la traite négrière, de l’esclavage et de leurs abolitions, La Documentation Française, Paris, 2007 (un énorme et remarquable ouvrage – d’étude, en aucun cas de vulgarisation – recensant à peu près tout ce que l’on peut trouver comme sources à ce sujet, et pas seulement en France. Des sources, des références, très peu de commentaires, 6 centimètres d’épaisseur…)

– Salmoral (M.-L.), Les Codes noirs hispaniques, UNESCO, Paris, 2005.

Advertisements

8 commentaires sur “Le Pape Nicolas V a-t-il autorisé l’esclavage des Noirs ?

  1. Pingback: La vérité sur l’Eglise et l’esclavage | +†+Yesus Kristus azu+†+

  2. Daniel PIGNARD
    11 avril 2016

    Rien de grave, l’apôtre Paul accepte aussi l’esclavage et pourtant il est apôtre.

    • Ressources Catholiques
      26 avril 2016

      Ah bon, où avez-vous lu ça ?

  3. Pingback: Réponses aux objections historiques contre la primauté et l’infaillibilité du Pape (2) | +†+Yesus Kristus azu+†+

  4. Louison
    23 octobre 2016

    Vous savez lorsque j’ai appris ce qui se disait sur le Pape Nicolas V et l’esclavage des Noirs. Je n’ai pas tout de suite bêtement penser que c’était vrai surtout quand je voyais qu’on mettait entre parenthèses « noirs » pour sarasins qui je le savais avec mon peu de connaissances d’histoires qu’il s’agissait des musulmans et non des Noirs en tant que tel, étant moi-même musulman. C’est ce qui m’a poussé à chercher pour en savoir plus et j’ai vu votre site qui confirmait ce que je pensais mais je regrette presque lorsque je vois que vous citez : « C’est pourquoi la bulle « Romanus pontifex » parle « des peu­ples gentils ou païens *nullement infectés par la secte de l’abomina­ble Mahomet* » ». Vous pouvez avoir du respect pour vos visiteurs musulmans bienveillants et bien intentionnés au lieu de lâcher de tels blasphèmes. Surtout que votre doctrine dit : « aimez vos ennemis ». C’est tout le contraire là ! Si vous considérez le Prophète Mohammed comme votre ennemi, aimez-le !

    • Ressources Catholiques
      23 octobre 2016

      Bonsoir Louison,

      Merci de votre commentaire.

      Nous ne parlons nulle part dans notre article de « la secte de l’abomina­ble Mahomet ». En revanche, cette formulation existe dans une texte pontifical, oui. Mais il faut savoir qu’à l’époque c’était la guerre entre l’Occident chrétien et l’islam. De plus, à l’époque, le mot « secte » n’avait pas la même connotation qu’aujourd’hui. Enfin, à l’époque toujours, les esprits étaient beaucoup plus « francs » qu’aujourd’hui et n’étaient pas « effrayés » par ce genre de formulation…

      Bonne soirée.

  5. Ndomo Ndomo
    28 décembre 2016

    Joli essai pour se sauver de cette accusation, mais ce n´est pas aussi facile que ça, sinon pourquoi les occidentaux ne sont pas aller en orient faire des esclaves ? c´est bien de ce côté que se trouvait l´origine de leur malheur.

    Vous oubliez juste qu´a cette période les sarrasins, ici évoqués étaient des Maures(noirs) convertis à l´islam et habitant l´Afrique du nord. Preuve en est que la présence Maures dans la Péninsule Ibérique est prouvés, d´ou viennent ils comment y sont ils arrivés si ce n´est pas une victoire militaire ???

    Les sarrasins venus de la péninsule arabique ont plutôt pris la Turquie, donc venaient de l´orient. En plus, tout ce qui n´étaient chrétien, ne passe t´il pas dans l´appellation de païen dans votre univers ???

    • Ressources Catholiques
      28 décembre 2016

      « pourquoi les occidentaux ne sont pas aller en orient faire des esclaves ? » Pour deux raisons: la première c’est que les occidentaux n’ont fait aucun esclave sur la base de ces documents pontificaux, comme indiqué dans l’article, il s’agissait de prisonniers de guerres réduits en servitude, ce qui est tout à fait différents. La seconde c’est que l’Occident catholique n’était pas en lutte avec les musulmans d’Orient. En effet, les Croisades ont ris fin en 1270 et lors du règne du Pape Nicolas V, en Orient ceux qui se battaient contre les musulmans n’étaient pas des catholiques mais les schismatiques orthodoxes sur lesquels le Pape n’avait aucune autorité.

      Puis, vous donnez vous-même la réponse à votre objection en disant: « a cette période les sarrasins, ici évoqués étaient des Maures(noirs) convertis à l´islam et habitant l´Afrique du nord. Preuve en est que la présence Maures dans la Péninsule Ibérique est prouvés, d´ou viennent ils comment y sont ils arrivés si ce n´est pas une victoire militaire ??? »: le Pape a autorisé DE FAIT et non pas DE DROIT la réduction en servitude d’ennemis noirs. Il a autorisé ça car c’était des ennemis militaires, pas parce qu’ils étaient noirs. Si ça avait été des blancs, ça aurait été pareil. À ce moment là, le rois de Portugal était aux prises avec des maures, c’était une circonstance et rien de plus.

      Il aurait de plus été très difficile de comprendre comment et pourquoi Nicolas V aurait pût autoriser l’esclavage, lorsqu’on sait que juste deux décennies plus tôt, le Pape Eugène IV l’interdisait dans la Bulle Sicut Dudum (13 janvier 1435) où il déclara entre autre: « Sous peine d’excommunication, tout maître d’esclave a quinze jours à compter de la réception de la bulle pour rendre leur liberté antérieure à toutes et chacune des personnes de l’un ou l’autre sexe qui étaient jusque-là résidentes desdites îles Canaries […] Ces personnes devaient être totalement et à jamais libres et devaient être relâchées sans exaction ni perception d’aucune somme d’argent. ». Par ailleurs, les Papes lui ayant de peu succéder ont de même condamné l’esclavage sans que jamais personne ne crut voir de contradiction avec Nicolas V leur prédécesseur. Nous pouvons citer parmi eux le Pape Pie II qui déclara en 1462 que l’esclavage était un « grand crime » (magnum scelus) ou le Pape Paul III qui le condamna en 1537 dans Sublimus Dei. Plus tardivement, en 1639 Urbain VIII l’interdit ; en 1741 Benoît XIV également ; en 1815 Pie VII demanda au Congrès de Vienne la suppression de la traite d’esclaves ; dans la bulle de canonisation du jésuite Pierre Claver, un des plus illustres adversaires de l’esclavage, Pie XI dénonça la « suprême horreur » (summum nefas) des traiteurs d’esclaves ; en 1839 Grégoire XVI condamna l’esclavage dans In Supremo Apostolatus ; et en 1888 Léon XIII dans In Plurimis.

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :