+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Saint Thomas d’Aquin et l’immaculée conception

Certains ont prétendu et prétendent toujours que saint Thomas aurait nié l’Immaculée Conception, trois études théologiques ont été menées sur le sujet et démontre que cela est erroné (!), les voici : Saint Jean Eudes in l’Enfance admirable de la Très Sainte Mère de Dieu, paru en 1676 (4 pages); lcardinal Gousset in La croyance générale et constante de l’Eglise touchant l’Immaculée Conception, paru en 1855 (3 pages); le Révérend-Père Spada in Saint Thomas d’Aquin et l’Immaculée Conception,  paru en 1863 (317pages). Nous pourrons lire un exposé plus succin avant ces trois études :

thomas daquinoTous les enfants d’Adam sont conçus en péché, excepté la très pure et très digne Vierge Marie, qui a été entièrement préservée de tout péché originel et véniel. (Commentaires sur le chapitre troisième de l’Épître aux Galates, leçon sixième, premières éditions)

On peut trouver quelque créature si pure, qu’il ne puisse rien être de plus pur parmi les choses créées. Telle a été la pureté de la bienheureuse Vierge, qui a été exempté de tout péché originel et actuel. (I Sent., dist. 44, quaest 1, art 3.)

Dans le monde théologique, saint Thomas d’Aquin et son école ont passé pour les adversaires du privilége de l’Immaculée Conception accordé à la Bienheureuse Vierge Marie. Cet avis, partagé maitenant par l’opinion publique, est pourtant loin d’être exact. Plus d’une fois, les disciples de saint Thomas et les fils de saint Dominique ont voulu combattre cette opinion communément exagérée. C’est ainsi qu’encore, en 1854, le Révérend-Père François Gaude, de l’Odre des frères prêcheurs, recteur du séminaire Pontifical du cardinal Pie, s’en plaignait hautement : ‘Je ne sais par quelle fatalité l’opinion que les religieux de notre Ordre et les disciples de notre école sont les adversaires du sentiment de l’Immaculée Conception s’est répandue dans le public. Et ce bruit accusateur, qui a su faire a son chemin, est tellement accrédité dans plusieurs esprits, qu’il n’est rien de plus commun et de plus ordinaire que de l’entendre répéter. Pour le détruire et le ruiner rien n’a réussi : ni ceux de nos auteurs qui ont professé clairement leur croyance à ce privilége, ni la foule assez nombreuse de nos théologiens qui l’ont enseigné et dont on cite soit les paroles soit les noms, ni les panégyriques prononcés sur ce mystère, ni l’expression d’Immaculée Conception elle-même, introduits dans la liturgie…’

Et pourtant, d’éminents auteurs, tels que le Cardinal Gousset, saint Jean Eudes, le R.P Spada ont démontré qu’il était pour le moins douteux de soutenir que saint Thomas d’Aquin avait nié l’Immaculée Conception. Au contraire : ‘Si nous considérons bien sérieusement la doctrine de l’Angélique docteur, nous verrons sans en pouvoir douter qu’il a réellement enseigné l’Immaculée Conception de la Bienheureuse Vierge Marie’, car sa ‘doctrine constamment enseignée conduit inévitablement à professer le privilège de l’immaculée conception’.

Le R.P Spada, maître en théologie et procureur général de l’Ordre des frères prêcheurs, démontre dans un important ouvrage (Saint Thomas et l’Immaculée Conception) qu’il était ‘impossible que l’Angélique docteur ait admis, dans la Bienheureuse Vierge, la tache originelle, après l’avoir déclarée simplement exempte de la tache du péché véniel.’ La conclusion de sa complète et très sérieuse étude est sans appel :

De tout ce que nous avons dit jusqu’à présent, il est pleinement évident que notre Angélique maître a expressément enseigné, dans le premier livre des Sentences, que la Bienheureuse Vierge a été exempte du péché originel et du péché actuel, et qu’il n’a point rétracté cette doctrine dans ses ouvrages postérieurs ; bien mieux, que les principes de la doctrine exposée dans la Somme de théologie conduisent à établir cette immunité.

Beaucoup rétorqueront que saint Thomas d’Aquin a cependant nié formellement l’Immaculée Conception de la Très Sainte Viergeimmaculée conception2 Marie dans deux voire trois passages de ses manuscrits. Non seulement il a été démontré que des erreurs d’analyse et d’interprétation ont été développées par beaucoup mais que les écrits cités ne figuraient pas dans les éditions primitives publiées de saint Thomas. Le passage le plus souvent cité contre l’Immaculée Conception se trouverait dans la troisième Somme théologique ; dans les éditions récentes de la Somme (part. III, 9, 27, art. 2), on fait dire au Docteur Angélique que Marie n’a été sanctifiée et purifiée du péché originel, ni avant l’animation, ni dans l’animation, mais après l’animation, tandis que ces paroles ne se lisent point au lieu cité dans les premères éditions , ni dans le manuscrit de Séville, ni dans celui qui se conservait au couvent des Dominicains de Marseille, ni dans d’autres.

La difficulté [de supposées contradictions] disparaît si l’on compare entre elles les éditions anciennes et modernes de ses oeuvres, et si l’on reconnaît, comme on est forcé de le reconnaître, que plusieurs de ses ouvrages, notamment ceux où il parle de la Conception de Marie, ont subi des suppressions ou d’évidentes altérations. Ce fait s’appuie sur le témoignage aussi détaillé qu’authentique de plusieurs savants Dominicains. (Cardinal GOUSSET, La croyance générale et constante de l’Eglise touchant l’Immaculée Conception)

‘Si vous nous faites voir quelque autre lieu, dans les livres de saint Thomas, où il semble parler contre la Conception immaculée de notre divine Mère, nous aurons droit de le soupçonner de corruption, vu particulièrement que ce saint Docteur s’explique si clairement dans ses Commentaires sur le premier des Sentences où il dit que la bienheureuse Vierge a été pure de tout péché, et qu’elle a possédé le souverain degré de la pureté, c’est-à-dire, qu’elle est, comme dit saint Anselme, la plus éclatante pureté qui se puisse imaginer, après la pureté infinie de Dieu (Saint Jean Eudes, L’enfance admirable de la Très Sainte Mère de Dieu)

‘Nous ne serions pas surpris que, comme on l’a prétendu, le texte de saint Thomas n’ait été falsifié dans toute cette question, où l’on ne retrouve pas sa logique habituelle. Il est certain qu’il n’a pas mis la dernière main à cette troisième partie de la Somme théologique, qui n’a paru qu’assez longtemps après sa mort : aussi n’en trouve-t-on que de rares manuscrits, tandis que ceux de la deuxième partie et surtout de la première abondent…. Il est également certain qu’il a professé la doctine de l’Immaculée Conception dans son Commentaire sur l’Epitre aux Galates, où, s’exprimant comme le concile de Trente, il dit: ‘On excepte la Vierge très digne de louanges, la très-pure Marie, qui fut exempte du péché originel et du péché acctuel’. » (Petite Somme théologique de saint Thomas d’Aquin : à l’usage des ecclésiastiques et des gens du monde, T. IV, 1862)

Voici une compilation de citations de saint Thomas prouvant qu’il croyait en l’Immaculée Conception :

Tous les enfants d’Adam sont conçus en péché, excepté la très pure et très digne Vierge Marie, qui à été entièrement préservée de tout péché originel et véniel […] Entre toutes les femmes je n’en ai point trouvé qui fût tout à fait exempte, au moins du péché d’origine, ou du péché véniel ; j’en excepte toutefois la très-pure Vierge Marie, digne de toute louange, qui a été entièrement préservée de l’un et de l’autre.’ (Anciennes éditions du commentaire du chapitre III° de l’Epitre de St Paul aux Galates, cité notamment par Saint Jean Eudes dans L’Enfance Admirable de la bienheureuse Vierge, 1676, t. 5)

« On peut trouver quelque créature si pure, qu’il ne puisse rien être de plus pur parmi les choses créées. Telle a été la pureté de la bienheureuse Vierge, qui a été exempté de tout péché originel et actuel. » (I Sent., dist. 44, quaest 1, art 3.)

 « Marie a toujours été très pure de toute sorte de coulpe, parce que ni le péché originel, ni le mortel, ni le véniel, n’ont jamais eu aucune part en elle .» (Sur la Salutation évangélique)

« Le souverain ouvrier, voulant donner une preuve plus éclatante de son art, a fait un miroir plus resplendissant que la lumière, un séraphin si brillant qu’on ne peut rien imaginer de plus pur après Dieu, j’entends la personne de la très-glorieuse Vierge Marie.» (Dans un opuscule de saint Thomas)

« On ne saurait douter que la Sainte Vierge ne soit née sans le péché originel, parce que l’Église célèbre sa naissance. »

« Car nous savons que parce qu’elle a mérité de concevoir et d’enfanter celui qui n’a jamais eu de péché, elle a reçu une grâce très abondante pour vaincre entièrement le péché. » (Lib. De Natura et Gratia, cup. 36, n. 42)

« Que tous les enfants d’Adam sont conçus en péché, excepté la très pure et très digne Vierge Marie, qui à été entièrement préservée de tout péché originel et  véniel. » (Commentaires sur le chapitre troisième de l’Épître aux Galates, leçon sixième)

 « La bienheureuse Vierge a été sanctifiée dès le ventre de sa mère, lorsque son âme a été unie avec son corps. » (Somme Théologique, troisième Partie, quest. 27, art. 2)

 « Que celui qui, dans le cours de sa vie, n’a fait aucun péché actuel, ni mortel, ni véniel, doit être censé n’avoir point aussi contracté le péché originel. » (dans un livre contre Julien, évêque de Capoue : Contra Julianum, lib. 5, cap. 15.)

Publicités

2 commentaires sur “Saint Thomas d’Aquin et l’immaculée conception

  1. Pingback: Le culte de Marie est béni par Dieu | +†+Yesus Kristus azu+†+

  2. Pingback: L’immaculée conception, une invention ? 2/2 | +†+Yesus Kristus azu+†+

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :