+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

De pentécôtiste à Catholique

Par Yves

Je suis né dans une famille catholique et j’ai reçu durant ma jeunesse une éducation qui m’a bien éclairé sur les divers aspects de la foi catholique. Vers l’âge de 20 ans, j’ai commencé à avoir des doutes sur la réalité de Dieu. Ayant vu beaucoup de chrétiens se disputer, je n’arrivais pas à comprendre que ces gens soient habités par l’Esprit Saint. Ma conclusion a été, provisoirement, que l’Esprit Saint n’existait pas.

Pendant trois ans, j’ai peu à peu perdu la foi, jusqu’à devenir complètement agnostique. J’aurais bien désiré croire, mais je ne le pouvais pas. J’enviais ceux qui avaient la foi, mais cela ne pouvait rien changer en moi. J’ai essayé d’obtenir des réponses, à droite et à gauche, en particulier auprès de prêtres, ou de chrétiens convaincus. Ceux-ci marquaient une sorte d’étonnement, de souffrance, mais ne témoignaient pas de leur foi et ne répondaient pas à mon cri.

Un jour, j’ai pensé que, malgré mes doutes, si Dieu existait, je devais faire un pas vers Lui. Je suis allé me confesser. Une semaine plus tard, le Seigneur commençait à me donner une réponse concrète. Le témoignage dont j’avais besoin, je l’ai trouvé lorsque je suis passé devant un groupe de personnes qui évangélisaient dans la rue. C’étaient des pentecôtistes, donc de sensibilité protestante, qui disaient que l’on peut rencontrer la personne du Christ, vivre dans la mouvance de l’Esprit Saint.

J’ai été très secoué par ce témoignage que le Christ était vivant, et, après une semaine de lutte intérieure, j’ai donné mon cœur au Seigneur et ai vécu une effusion de l’Esprit extrêmement forte. Je ne passais plus un instant sans penser à Dieu. Je dévorais ma Bible. Je récitais le Credo et bénissais Dieu pour chacune des phrases qui s’y trouvaient. Cependant, un problème restait en suspens : devais-je devenir pentecôtiste ou rester catholique ? L’assemblée pentecôtiste à laquelle je participais était très fervente et fraternelle. D’un autre côté, j’avais reçu de la part du prêtre catholique auquel je m’en étais ouvert un accueil plus que mitigé et parfaitement froid.

Malgré cela, il m’apparaissait bien que la réponse ne résidait pas uniquement dans la chaleur d’une assemblée, fût-elle la plus fraternelle possible. J’avais une soif de la Vérité, ayant compris qu’il y a Une vérité, et que plusieurs vérités différentes ne peuvent cohabiter simultanément. Par exemple: y-a-t-il la présence réelle dans l’Eucharistie ou non ? Question importante, car je n’étais pas décidé à adorer un bout de pain, fût-il le symbole du Christ.

Je décidai donc de continuer à aller à la messe, même si les assemblées dominicales catholiques étaient très peu encourageantes pour ma foi. Puis, je me rendis compte que mes nouveaux amis pentecôtistes ne croyaient pas à la Trinité. Paradoxalement, ils me l’avaient fait redécouvrir, car dans leur prière ils s’exprimaient de façon très spécifique au Père, au Fils et à l’Esprit. Mais dans leur catéchisme, ils nous redisaient que ce n’était qu’une seule et même personne, et qu’il ne fallait pas verser dans l’hérésie « trinitarienne ». C’était d’ailleurs l’essentiel de leur catéchisme, dont je m’aperçus qu’il était finalement dirigé contre l’Église, et pas assez vers Dieu Lui-même.

Ne bénéficiant à l’époque d’aucun conseil spirituel là où j’étais, je me mis à chercher dans la Bible, et spécialement dans le Nouveau Testament, des éléments de réponse. J’en trouvai rapidement d’assez convaincants pour ma foi. En relisant les Actes des Apôtres avec attention, j’observai le processus de discernement de l’Eglise dès ses premiers temps, et me rendis compte que mes amis Pentecôtistes ne raisonnaient pas de la même manière que les premiers apôtres. Ceux-ci vivaient dans la soumission à l’Église qui existait avant eux et indépendamment d’eux. Au contraire, ces frères se rattachaient à un fondateur qui, finalement, avait proclamé un jour : « Suivez-moi car tout le monde s’est trompé avant moi. » Je découvrais que, dès les premiers temps, le prophète était soumis à l’autorité de l’Eglise, et non l’inverse. Il était discerné par l’Eglise comme prophète, quelquefois même après sa mort (comme un certain nombre de saints). Mais il ne se discernait pas lui-même comme prophète.

Peu à peu, je commençai à comprendre de l’intérieur que l’Eglise ne peut fonctionner selon la loi du plus intelligent ni du plus grand redresseur de torts, ni même du plus spirituel. Mais selon la loi du Christ dont la compréhension a été donnée à son Eglise, sous la houlette d’un chef, Pierre, qui n’était ni le plus intelligent, ni le plus perspicace, ni le plus spirituel. Sous aucun prétexte on ne pouvait dire que Jésus ait enlevé à Pierre sa primauté, ni à l’Eglise l’Esprit Saint, sous peine de faire mentir Jésus Lui-même.

J’ai gardé une immense reconnaissance à mes frères pentecôtistes, et tout d’abord celle d’avoir entendu de leur bouche la Bonne Nouvelle. Mais aussi celle de savoir pourquoi je suis catholique et non pas dans une autre Eglise. C’est grâce à eux, finalement, que je sais pourquoi je suis catholique. Qu’il y a des raisons objectives, historiques et scripturaires de croire que l’Eglise catholique a reçu de façon irréversible la promesse de Vérité. J’ai aussi changé mon regard vers mes frères des autres religions chrétiennes. Dans mon enfance, je pensais plus ou moins qu’ils étaient complètement dans l’erreur. Je crois maintenant qu’avec une parcelle de Vérité bien appliquée, l’homme peut déjà accéder à une grande sainteté. Mais il est dommage de ne pas pouvoir profiter de toute l’expérience, nous pourrions dire de la « Tradition » de l’Eglise, car celle-ci peut nous emmener vers une plus grande proximité avec Dieu, fidélité à sa Parole. Plus je vais, plus je me rends compte combien l’Eglise a su garder, par les saints, par l’enseignement des Papes, le trésor de l’Evangile, et la fidélité sans déformation au message du Christ. Combien l’Eglise a apporté d’amour dans l’histoire des hommes !

Je puis dire qu’aujourd’hui, plus de quinze ans après ma conversion, mon amour de l’Eglise est de plus en plus grand. Je comprends combien Dieu l’aime, et je souffre de voir qu’elle n’est pas aimée, qu’elle est si souvent le « bouc émissaire » des nations, et même aussi souvent des chrétiens. En cela, d’ailleurs, ne ressemble-t-elle pas à Son Sei­gneur, qui s’est fait « bouc émissaire », chargé des péchés des peuples, et même de son peuple, et a subi l’ignominie de la croix ? Seigneur, merci pour Ton Eglise, dont Tu veux encore te servir pour sauver tant d’hommes et de femmes.

Source : IL EST VIVANT 83-84(Mai-Juin 1991)

Publicités

5 commentaires sur “De pentécôtiste à Catholique

  1. scaletrans
    10 janvier 2014

    HS mais c’est pour prévenir que le lien vers « Chronologie des inventions et hérésies catholiques » ne marche pas

    • L'Aquinate
      11 janvier 2014

      J’ai dû faire une fausse manoeuvre, et l’ai supprimé par erreur… Je regarde, et je re-publie.

  2. scaletrans
    10 janvier 2014

    Après avoir lu l’article, je me sens rasséréné à la pensée que des personnes initialement trompées peuvent retrouver la Voie lorsqu’ils la recherchent avec honnêteté et un esprit prêt à suivre les inspirations du Saint Esprit.

  3. Vent Couvert
    11 janvier 2014

    Oui car il ne faut pas compter sur les prêtres modernises. « Comment vous voulez vous convertir? Oula la la! Mais pourquoi donc? » Tel est la première réaction des prêtres conciliaires.

  4. Pingback: Ils se sont convertis! | +++Yesus Kristus azu+++

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 10 janvier 2014 par dans Foi Catholique, Protestantisme, Témoignages, et est taguée , , , .
%d blogueurs aiment cette page :