+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Pie XI et Pie XII ont-ils accepté la laïcité des Etats ?

Dossier sur les accusations portées contre les Papes dans l’Histoire : ici

Un arguments récurent des « catholiques » libéraux et modernistes, en faveur de leurs thèses, est que les Papes Pie XI et Pie XII aurait accepté comme une chose bonne que l’Eglise et l’Etat soient séparés. Nous avons déjà exposé l’enseignement infaillible de l’Eglise sur ‘union de l’Eglise et de l’Etat, y compris ce qu’en disent Pie XI et Pie XII dans notre article L’union de l’Eglise et de l’Etat : ce qu’enseignent les Papes. Nous reproduisons ici ce que nous y disons pour réfuter l’affirmation que ces Papes auraient été en faveur de la laïcité.

Pie XI

Résultat de recherche d'images pour "pie XI"

Certains affirment que Pie XI accepta le principe de laïcité car dans sa Lettre encyclique Maximam gravissimamque du 18 janvier 1924 sur les Associations diocésaines, adressée à l’épiscopat français, il autorisait la création d’associations cultuelles. Ce que saint Pie X avait interdit à l’occasion de la loi de séparation de 1905 dans la Lettre encyclique Gravissimo officii munere du 10 août 1906 interdisant au clergé français de se constituer en associations cultuelles. A cela il faut répondre par les mots même de Pie XI qui, voyant venir la terrible erreur que pourrait engendrer une mauvaise lecture de sa décision, cru nécessaire de déclarer :

« Quoi qu’il en soit, que personne ne se permette de détourner, dans un sens qui est très loin de Notre pensée, Notre déclaration présente, comme si Nous voulions abolir les condamnations portées par Notre prédécesseur de sainte mémoire, Pie X, ou nous réconcilier avec les lois que l’on nomme laïques. Car, ce que Pie X a condamné, Nous le condamnons de même ; et toutes les fois que par « laïcité » on entend un sentiment ou une intention contraire ou étrangère à Dieu et à la religion, Nous réprouvons entièrement cette « laïcité » et Nous déclarons ouvertement qu’elle doit être réprouvée. Qu’on ne dise non plus que Notre permission est d’elle-même en contradiction avec les prohibitions de Pie X ; car celles-ci portent sur des objets bien différents et dans des circonstances non moins différentes. »

Cette seule déclaration de Pie XI suffirait à clore le débat. Toutefois il est intéressant de connaître le contexte de l’autorisation qu’il fit de constituer des associations cultuelles. Il s’agit d’un contexte où cette dernière apparait comme anecdotique, car elle n’est que la conséquence de la en 1921 de la reprise des relations diplomatiques entre le Saint-Siège et la république dite française, qui avaient été rompues en 1904 ! En effet, en 1904, la France était gouvernée par des anti-cléricaux qui multipliaient les lois anti-religieuses et préparaient la séparation de l’Eglise et de l’Etat qui se concrétisa en 1905. Tandis ce qu’en 1924, elle était gouvernée par des Ministères investis par la XIIè législature de la IIIè république, dont la majorité était détenue par le Bloc national, et dite « Chambre bleu-horizon », élue en 1919 et portant ce surnom car beaucoup de ses membres étaient des vétérans de la Première Guerre Mondiale, lors de laquelle les uniformes de l’armée française étaient bleu-horizon, mais également car elle était à Droite. Aussi la Chambre bleu-horizon était-elle favorable à un rapprochement avec l’Eglise : c’est déjà avec elle qu’en 1921 les relations diplomatiques purent être rétablies, et elle refusa d’étendre la loi de 1905 sur la séparation de l’Eglise et de l’Etat à l’Aslace-Moselle, récupérée par la France après la guerre. La constitution d’associations cultuelles qui aurait donc était une soumission à une idéologie perverse en 1906, n’était plus qu’une simple formalité en 1921. C’est cela que Pie XI veut dire lorsqu’il écrit : « Notre permission est d’elle-même en contradiction avec les prohibitions de Pie X ; car celles-ci portent sur des objets bien différents et dans des circonstances non moins différentes. »

De plus, nous renvoyons à notre article L’union de l’Eglise et de l’Etat : ce qu’enseignent les Papes, à la section consacrée à Pie XI, pour lire tout ce que Pie XI a pu écrire contre la laïcité et comment il a pu défendre le droit divin au fondement de l’union du trône et de l’autel !

Pie XII

Les catholiques défenseurs de la laïcité invoquent souvent l’autorité de Pie XII, affirmant que ce dernier plaidait en faveur d’une « saine laïcité ». Mais à la réalité cette expression n’a pas dans la pensée de Pie XII le sens qu’ils lui donnent. En effet, voici la citation complète :

« Il y en a qui s’agitent parce qu’ils craignent que le christianisme prenne à César ce qui est à César. Comme si donner à César ce qui lui appartient n’était pas un commandement de Jésus ; comme si la légitime et saine laïcité de l’Etat n’était pas un des principes de la doctrine catholique ; comme si ce n’était pas la tradition de l’Église de faire un effort continuel pour maintenir les deux pouvoirs distincts et toutefois unis, selon les vrais principes ; comme si, par contre, le mélange du sacré et du profane ne s’était pas le plus fortement vérifié dans l’histoire, quand une partie des fidèles s’est détachée de l’Église. » (Allocution à la colonie des Marches, 23 mars 1958)

Il saute aux yeux que dans ce contexte, la seule chose que Pie XII condamne est le gouvernement clérical, ou du moins l’empiétement du spirituel en dehors de son champ de compétence. Cela est pareillement affirmé par ses prédécesseurs condamnant la laïcité comme nous l’avons vu dans notre article déjà cité sur les Papes et l’union de l’Eglise et de l’Etat. Ici, la notion de « laïcité » est synonyme de « non-clérical » et pas de « non-religieux ». Selon cette définition le pouvoir séculier le plus catholique de tous les temps, le royaume de France sous saint Louis, était laïc !

Par ailleurs, de même que pour Pie XI, nous renvoyons à notre article L’union de l’Eglise et de l’Etat : ce qu’enseignent les Papes, à la section consacrée à Pie XII, pour lire tout ce que Pie XII a pu écrire contre la laïcité et comment il a pu défendre le droit divin au fondement de l’union du trône et de l’autel !

Publicités

2 commentaires sur “Pie XI et Pie XII ont-ils accepté la laïcité des Etats ?

  1. Pingback: Réponses aux objections historiques contre la primauté et l’infaillibilité du Pape (2) | +†+Yesus Kristus azu+†+

  2. CARLOS BEXIGA
    8 mars 2019

    Merci mes amis pour cette article!

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 23 février 2019 par dans Foi Catholique.
%d blogueurs aiment cette page :