+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

La vente des Indulgences était-elle un scandale ?

Dossier sur erreurs doctrinales des protestants et apparentés : ici

Dossier sur les mensonges historiques dont l’Eglise est victime : ici

C’est une tarte à la crême : « Jusqu’au XVIè siècle, l’Eglise catholique a vendu des indulgences pour le pardon de ses péchés et acheter son salut ! » Cette affirmation est presque autant répandue et crue… qu’elle est fausse ! Voyons ce qu’il en est.

Qu’est-ce qu’une indulgence ?

Lorsqu’un humain commet un péché, il contracte une dette envers Dieu, qu’il doit acquitter en plus du pardon qu’il a reçu de Dieu, de la même manière que le roi David du subir la souffrance de la mort de son fils comme expiation de son adultère et de son meurtre, alors même qu’il était déjà pardonné (II Samuel XII, 13-15). Aussi, on peut obtenir une « Indulgence » pour la rémission de la peine temporelle due à notre propre péché, ou pour la rémission des péchés de ceux qui sont morts alors que leurs péchés déjà pardonnés n’ont pas été expié, et qui pour cette raison se trouvent au Purgatoire pour y terminer de payer leur dette. Pour en avoir toutes les preuves, nous renvoyons à notre dossier sur le Purgatoire. Une Indulgence est donc un moyen de payer la dette temporelle due au péché, pour un vivant ou pour un mort : elles ne permettent donc ni d’acheter son salut ni de se faire pardonner ses péchés :

« Une indulgence est-elle la permission de commettre le péché?

Non, les indulgences ne se rapportent pas au péché passé, présent ou futur. Elles sont la rémission totale ou partielle de la peine temporelle due au péché pardonné ; elles sont accordées par le pape et les évêques puisant au trésor spirituel de l’Eglise, formé des mérites infinis de la rédemption de Jésus-Christ et des mérites surabondants des saints. C’est plus que la simple rémission des œuvres canoniques de pénitence ; elle remet réellement en entier ou en partie la peine imposée par Dieu au pécheur ici-bas ou au purgatoire.

Le concile de Trente enseigne que puisque le pouvoir d’accorder des indulgences a été concédé par le Christ à l’Eglise et que, dès les temps les plus anciens, elle s’est servi de ce pouvoir, il ordonne le maintien des indulgences si salutaires pour le peuple chrétien, et approuvé par l’autorité des saints conciles, et il condamne ceux qui enseignent que les indulgences sont inutiles ou qui nient l’existence d’un tel pouvoir dans l’Eglise.

Ce pouvoir divin qu’a l’Eglise de concéder des indulgences se comprend mieux si on le compare à la coutume de l’Etat de remettre en tout ou en partie le châtiment infligé à un criminel par la loi civile : l’Etat remet une partie d’un châtiment pour bonne conduite en prison.

Les fonctionnaires de l’Etat peuvent pardonner à un criminel, même s’il ne regrette pas son crime, par déférence pour les amis puissants; l’Eglise au contraire ne remet jamais la peine à moins que le pécheur ait manifesté son repentir. » (Père Adrien MALO, OFM, La Boîte aux Questions. Librairie de l’Action catholique. Québec, 1938. Pp. 295-296)

Pour en savoir plus, nous invitons nos lecteurs à consulter les trois articles suivants :

On a toujours pu gagner des indulgences par différents moyens spirituels ou temporels : prières, pèlerinages, aumônes, assistance à des nécessiteux, à des paroisses etc. Le paiement d’une somme d’argent est un sacrifice comme un autre et il consiste en une aumône faite à l’Eglise.

Mais Luther n’a-t-il pas dénoncé la ventes des Indulgences comme un scandale dans ses 95 thèses ?

Cette idée également très répandue est également complétement fausse ! Dans les 95 thèses Luther ne fait que dénoncer les abus de certains prédicateurs d’Indulgences. Mais en la matière il n’innovait pas  ces abus qui étaient déjà rares étaient également réprimés par Rome ! C’est Luther lui-même qui le reconnaît dans ces fameuses thèses, je vous laisse constater par vous-mêmes :

50. Il faut enseigner aux chrétiens que si le Pape connaissait les exactions des prédicateurs d’indulgences, il préfèrerait voir la basilique de Saint-Pierre réduite en cendres plutôt qu’édifiée avec la chair, le sang, les os de ses brebis.

51. Il faut enseigner aux chrétiens que le Pape, fidèle à son devoir, distribuerait tout son bien et vendrait au besoin l’Eglise de Saint-Pierre pour la plupart de ceux auxquels certains prédicateurs d’indulgences enlèvent leur argent.

[…]

67. Les indulgences dont les prédicateurs vantent et exaltent les mérites ont le très grand mérite de rapporter de l’argent.

[…]

69. Le devoir des évêques et des pasteurs est d’admettre avec respect les commissaires des indulgences apostoliques.

70. Mais c’est bien plus encore leur devoir d’ouvrir leurs yeux et leurs oreilles, pour que ceux-ci ne prêchent pas leurs rêves à la place des ordres du Pape.

71. Maudit soit celui qui parle contre la vérité des indulgences apostoliques.

[…]

73. De même que le Pape excommunie justement ceux qui machinent contre ses indulgences,

74. il entend à plus forte raison excommunier ceux qui, sous prétexte de défendre les indulgences, machinent contre la sainte charité et contre la vérité.

75. C’est du délire que d’exalter les indulgences du Pape jusqu’à prétendre qu’elles délieraient un homme qui, par impossible, aurait violé la mère de Dieu.

Après avoir soulevé 8 questions de laïcs contre la vente d’indulgences (81 à 89), il dit :

90. Vouloir soumettre par la violence ces arguments captieux des laïques, au lieu de les réfuter par de bonnes raisons, c’est exposer l’Eglise et le Pape à la risée des ennemis et c’est rendre les chrétiens malheureux.

Et il rappelle bien que tout cela ne sont que des abus et non la vrai volonté du Pape :

91. Si, par contre, on avait prêché les indulgences selon l’esprit et le sentiment du Pape, il serait facile de répondre à toutes ces objections ; elles n’auraient pas même été faites.

La vente des indulgences était donc parfaitement légitime, et les tristes abus auxquels cela donnait lieu étaient des insultes aux volontés de l’Eglise et du Pape ! C’est Luther qui le dit !

Publicités

4 commentaires sur “La vente des Indulgences était-elle un scandale ?

  1. Pingback: Réfutations des erreurs doctrinales des chrétiens anti-catholiques | +†+Yesus Kristus azu+†+

  2. Pingback: Démolition des mensonges historiques sur le Catholicisme | +†+Yesus Kristus azu+†+

  3. Carlito
    14 septembre 2018

    Merci mon ami pour cette éclairage sur les indulgences et ce qu’en pensait réellement Luther !
    Loué soit Jésus-Christ !

  4. Pingback: L’Église a-t-elle interdit de lire la Bible ? | +†+Yesus Kristus azu+†+

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 13 septembre 2018 par dans Foi Catholique.
%d blogueurs aiment cette page :