+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Nous est-il interdit de juger ?

« Ne jugez pas, afin de n’être pas jugés » (Mt 7, 1). Qui ne s’est point vu rétorquer cette sentence biblique alors qu’il dénonçait l’erreur ou la prévarication ? Peut-être vous a-t-on encore cité le grand saint Paul : « Qui es-tu pour juger le serviteur d’un autre ? Pourquoi juger ton frère ? Pourquoi mépriser ton frère ? Tous, en effet, nous comparaîtrons au tribunal de Dieu » (Ro 14, 4).

Faudrait-il donc faire nôtre cette fausse candeur qui se refuse à discerner le bien du mal, le vrai du faux, et admirer en tous une sincérité supposée, subitement devenue reine de toutes les vertus ? La réponse de saint Jean Chrysostome est cinglante : « Si cette doctrine prévalait, tout serait bouleversé : dans les églises, dans les cités, dans les maisons. Si le maître ne juge pas son serviteur, la maîtresse sa servante, le père son fils, et même l’ami son ami, l’iniquité débordera. Si nous ne jugeons pas nos ennemis, jamais nous ne pourrons mettre un terme à leurs iniquités, et le désordre régnera partout sur la terre » (homélie 23 sur saint Matthieu, § 1). Voilà qui est dit et bien dit.

Comment Dieu pourrait-Il nous demander de suspendre tout jugement sur les actes, fussent-ils ceux d’autrui, lui qui par ailleurs réclame une attitude bien différente : « Si ton frère vient à pécher, va le trouver et reprends-le, seul à seul. S’il n’écoute pas, prends encore avec toi un ou deux autres, pour que toute affaire soit décidée sur la parole de deux ou trois témoins. Que s’il refuse de les écouter, dis-le à la communauté. Et s’il refuse d’écouter même la communauté, qu’il soit pour toi comme le païen et le publicain » (Mt 18, 15).

Comment Dieu pourrait-Il nous demander de suspendre tout jugement doctrinal, lui qui au contraire nous avertit solennellement : « Méfiez-vous des faux prophètes, qui viennent à vous déguisés en brebis, mais au-dedans sont des loups rapaces » (Mt 7, 15). En effet, continue le Christ un peu plus loin, « des faux prophètes surgiront nombreux et abuseront bien des gens. Celui qui aura tenu bon jusqu’au bout, celui-là sera sauvé » (Mt 24, 11 et 13).

Ne pas juger reviendrait en fin de compte à avilir l’homme, vu que le jugement est précisément, ainsi que l’explique saint Thomas d’Aquin, l’acte le plus noble de l’intelligence humaine.

Est-il pour autant permis de juger de tout, et plus encore de tous ? Certainement pas. Le jugement est nécessaire à la direction de sa propre conduite, ou encore à celle d’autrui dans la mesure où celle-ci relève de notre responsabilité. Aussi, juger de tout et de tous reviendrait à se croire responsable de tout et de tous, autrement dit à se mettre à la place de Dieu lui-même, qui seul est juge universel ; arrogance d’orgueil, bien vite remise à sa place par saint Jacques : « Un seul est législateur et juge, c’est celui qui peut sauver et perdre ; mais toi, qui es-tu, qui juges le prochain ? » (Jc 4, 12).

Pour en revenir au mot de Notre-Seigneur, comment alors l’interpréter ? Le Maître s’en explique lui-même, quelques versets plus loin. « Ne jugez pas » (Mt 7, 1), autrement dit : « Pourquoi regardes-tu la paille qui est dans l’œil de ton frère, et ne remarques-tu pas la poutre qui est dans le tien ? » (Mt 7, 3). Comme l’explique encore saint Jean Chrysostome, « Notre-Seigneur veut uniquement frapper ceux qui, chargés de vices sans nombre, se déchaînent contre les autres à l’occasion de leurs plus légers défauts. » En un mot, il condamne peut-être l’attitude de celui qui, il y a un instant, vous rétorquait : « Ne jugez pas ».

Abbé Patrick de La ROCQUE, Le Chardonnet n°323, décembre 2016, éditorial, page 1

Source: La Porte Latine

Advertisements

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 14 janvier 2017 par dans Etudes bibliques, Pères de l'Eglise, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :