+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

La conversion de Clovis, un calcul politique ?

image

On entend souvent dire que la conversion de Clovis au christianisme fut un calcul politique. Rien n’est plus faux. En effet, sa conversion au christianisme catholique, et non arien le mettait en grande difficulté politique avec les pays voisins.

Tous les peuples vaincus de l’Empire romain étaient catholiques, mais toutes les nations barbares et victorieuses étaient ariennes, en Gaule, en Espagne, en Italie, en Afrique. Il fallait donc au Roi se séparer de tous les peuples amis, issus de la même origine, pour adopter la religion des peuples de race étrangère et ennemie ! C’était la vraie difficulté. Elle était si grande que le prince avait vu s’introduire l’arianisme jusque dans sa propre famille. Sa sœur Alboflède, qu’il aimait beaucoup, et qui sans doute exerçait une grande influence sur son esprit était arienne. Aussi sommes-nous convaincu que Rémi ménagea le mariage de Clotilde et de Clovis pour combattre avec plus de succès auprès du roi l’influence de sa sœur. Car non seulement, Clotilde était catholique, mais elle était de plus l’ennemie personnelle des ariens qui avaient assassiné ses parents et ses frères… Si Clovis avait été astucieux et rusé [comme certains historiens le prétendent…] il aurait feint la conversion, se réservant de revenir plus tard à ses convictions, quand sa domination eût été assurée; il ne le fit pas: lui aussi préféra rester impuissant, plutôt que de se mentir à lui-même. Dieu pour fonder la France avait préparé deux grandes âmes, nobles toutes deux, dignes de s’entendre, de s’estimer et de s’aimer…

Aussi à partir du baptême du roi, l’intimité devint plus grande (encore), Remi prit part aux affaires de la nouvelle royauté; tous deux de concert s’appliquèrent à réaliser l’unité religieuse et territoriale des Gaules. Dans toutes les guerres de Bourgogne et d’Aquitaine, Saint Remi était intervenu, les avait approuvées et pratiquement dirigées, en plein accord avec Clovis. Le pape saint Hormisdas – le zélé défenseur de l’orthodoxie contre les euthychéens fit signer par l’empereur Justin, le formulaire de foi qui proclamait l’infaillibilité de l’Église en matière de foi, institua saint Rémi légat avec pleins pouvoirs pour toute l’ancienne Gaule, toute la France:

« nous vous donnons tous nos pouvoirs pour tout le royaume de notre cher Fils spirituel Clovis, que par la grâce de Dieu vous avez converti avec toute sa nation, par un apostalat et des miracles dignes du temps des Apôtres. » (Hincmar, Vita Sancti Remigii, chap. LIV)

C’est qu’au moment du baptême de Clovis, à la fin du Ve s., l’Eglise et les fidèles sont opprimés de tous côtés par des princes hérétiques…

« L’empereur Anastase, en Orient, est livré aux Eutychiens; Theodorick, roi d’Italie, Alaric, roi des Wisigoths en Espagne et en Aquitaine, Gondebald, roi des Burgondes, Trasamond, roi des Vandales en Afrique, professent les erreurs d’Arius. » (C. GUENOT, Le Fils aîné de l’Eglise, Épopées de l’histoire de France, Vve H. Casterman, Tournai 1883, p. 77)

Il faut aussi se rappeler que:

« Clovis croyait aux dieux des anciens Germains: Wotan, dieu des batailles, Thor, le génie de la guerre armé d’un marteau, Thunar, le dieu du tonnerre, Frea, l’épouse de Wotan et la mère de tous les demi-dieux personnifiant les forces de la nature. […] Il croyait aux devins et aux sorciers. Il croyait aussi à lui-même, puisqu’il avait une origine divine. Pouvait-il concevoir que ce Jésus-Christ qui parlait d’amour, de pardon et de résignation fût un dieu, c’est-à-dire pour Clovis l’équivalent d’un prince ? Un prince se fût-il laissé capturer, fouetter, enchaîner? Eût-il accepté de subir le supplice le plus infamant, celui de la croix ?

En outre, en abjurant les croyances germaniques, Clovis abjurait sa propre identité, anéantissait le prestige que ses origines réputées divines lui valaient. Il perdait le caractère sacré que lui reconnaissaient les Francs. Il courait le risque d’offenser gravement ceux-ci, de se voir abandonné par une partie de ses fidèles… » (Georges BORDONOVE, Les Rois qui ont fait la France, Clovis, J’ai lu, Edition illustrée, Paris 2001, p. 91).

On est donc très loin d’une conversion par calcul politique telle qu’on l’enseigne aujourd’hui dans nos écoles et universités…, puisque cette conversion entrainait mécaniquement un effet contraire au calcul politique: l’hostilité de tous les rois barbares alentour, la probable hostilité même des soldats avec le risque d’une sécession, et, à terme une guerre contre toute l’Europe…! le calcul politique prêté à Clovis est une absurdité!

Pour surmonter ces inconvénients, il fallut donc que se trouve chez Clovis une véritable foi.

Il reste vrai néanmoins que la Gaule des campagnes était, déjà à ce moment, largement acquise au catholicisme. La conversion lui ouvrit probablement des portes dans les provinces et affermit davantage son autorité. Mais, il reste qu’à l’extérieur, et même tout prêt des frontières du royaume franc (Burgondie, Espagne, Allemagne, Italie), les autres princes ne partageaient pas la même foi…

Notons enfin qu’en se convertissant, Clovis mettait fin à la légitimité du pouvoir temporel que les évêques avaient acquis dans le laps de temps que couvrit l’effondrement de l’empire romain de l’établissement des royaumes germaniques. Il devint ainsi leur concurrent.

C’est ainsi que tombe la légende inventée par les anticléricaux pour gommer le caractère intrinsèquement chrétiens de la nation française: en devenant catholique, Clovis n’avait politiquement non seulement rien à gagné, mais même tout à perdre !

Advertisements

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :