+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Des érudits non-catholiques reconnaissent que Pierre est la pierre

Toutes les preuves de la Papauté: ici

imageEn Matthieu XVI, alors que saint Pierre qui vient de confesser que le Christ est « le Messie, le Fils du Dieu vivant », le Christ Lui répond: « 17  » Tu es heureux, Simon, fils de Jean, car ce n’est pas la chair et le sang qui te l’ont révélé, mais c’est mon Père qui est dans les cieux. 18 Et moi je te dis que tu es Pierre, et sur cette pierre je bâtirai mon Eglise, et les portes de l’enfer ne prévaudront point contre elle. » C’est principalement sur ce verset de Matthieu XVI, 18 que l’Église catholique fonde la Papauté: l’Église a été fondé sur la personne de saint Pierre et se continue dans les personnes des évêques de Rome ses successeurs: les Papes.

Les églises chrétiennes non-catholiques, pour justifier leur refus de la Papauté, rejettent cette interprétation et affirment que la pierre sur laquelle est fondé l’Église n’est pas la personne de l’Apôtre Pierre, mais, alternativement, soit la confession de la vérité que vient de faire ce dernier, soit la personne du Christ Lui-même. Ces théories sont fausses, comme nous le démontrons bibliquement dans la première section de cet article, il y est aussi démontre que les premiers chrétiens avaient l’interprétation catholique.

Il est fort intéressant de noter qu’au termes de leurs études de nombreux érudits non-catholiques en sont venus à reconnaître l’évidence que Pierre est la pierre, et ce en parfaite contradiction avec les théologies traditionnelles de leurs dénominations respectives. En voici quelques exemples:

[Nous rappelons que « Pierre » en araméens se dit « Céphas » ou « Kephas » selon certaines traductions anglaises, lorsque vous lirez ces mots, sachez donc qu’il s’agit de l’Apôtre Pierre.]

L’église orthodoxe est une des dénominations à nier que Pierre soit la pierre, or un livre intitulé La Primauté de Pierre dans l’Église orthodoxe, édité en 1960 par le célèbre éditeur orthodoxe Jean MEYENDORFF, rassemble des sentences de deux érudits orthodoxes que sont le Père Nicholas AFANASIEV (professeur d’histoire de l’Église et de droit canonique à l’Institut de théologie orthodoxe à Paris) et le Père Alexander Schmemann. Ci-dessous, la traduction en français de phrases avec numéros de pages correspondants de l’édition en anglais intitulée The Primacy of Peter: Essays in Ecclesiology and the Early Church, St Vladimir’s Seminary Press, 1992:

« Il existe bien une identité formelle et réelle, entre Pierre et la pierre. Jésus construira Son Eglise sur Céphas. » (page 48)

« En confessant sa foi en la divinité du Sauveur, Pierre est devenu le Rocher de l’Eglise. » (page 72)

« L’Apôtre Pierre est la pierre sur laquelle est bâtie l’Eglise, et elle le restera jusqu’à la venue du Seigneur.» (page 122; aussi pages 63-65, etc…)

Les érudits protestants, alors même que ceux-ci seraient censés être encore plus anti-pétriniens que les orthodoxes, ne sont pourtant pas en reste…

David HILL, ministre presbytérien et maître d’études bibliques à l’Université de Sheffield a écrit: «C’est sur Pierre lui-même, le confesseur de de son activité messianique , que Jésus construira son Eglise… Les tentatives d’attribuer ‘la pierre’ à autre chose que Pierre en personne (sa foi, la vérité qui lui fut révélée) sont dûs à l’ inclinaison protestante, et au fait d’introduire à la déclaration un degré de subtilité hautement improbable. » (Cité dans ‘Gospel of Matthew’, New Century Bible Commentary, p 261)

Dans Theological Dictionary of the New Testament, une oeuvre protestante éditée par les protestants Gerhard KITTEL et Gerhard FRIEDRICH, se trouve un article du célèbre protestant Oscar CULLMAN. On le trouve dans le Vol. 6 :108 de Theological Dictionary. CULMMAN y déclare : « Mais que souhaite signifier Jésus lorsqu’Il dit : ‘Sur cette pierre je bâtirai mon Eglise’ ? L’idée des réformateurs, qu’Il se réfère à la foi de Pierre, est inconcevable dans le contexte de l’histoire. Car il n’y a pas de référence à la foi de Pierre dans ce passage. Plutôt, les similitudes de ‘Tu es Pierre’ et ‘sur cette pierre, je bâtirai‘ montre que la seconde pierre ne peut seulement être que la même que la première. Il est donc évident que Jésus se réfère à Pierre, qui reçut le nom de ‘Pierre’. Il a assigné Pierre… pour être la fondation de son ecclesia. Dans cette mesure, l’exégèse catholique romaine a raison et toute tentative pour échapper à cette interprétation doivent être rejetées. »

L’érudit bibliste Dr. John BROADUS (1886), un baptiste réformé, fut forcé d’admettre : « Puisque ‘Pierre‘ veut dire ‘pierre’, l’interprétation naturelle est que ‘sur cette pierre’ signifie ‘sur lui’. Aucune autre explication telle que celle-ci ne peut être abordée à l’heure actuelle… Mais il y a un jeu de mots…C’est empiré en un jeu de mots farfelu et rude, si l’on comprend la pierre comme étant le Christ : et un jeu de mots fragile et vide de sens, si la pierre est la confession de Pierre… Qu’on veuille bien remarquer que Jésus ne pouvait pas ici s’identifier lui-même par ‘la pierre’, en consistance avec l’image, parce qu’il est le bâtisseur. Dire ‘je bâtirai’, serait une image confuse. La suggestion de certains, qu’en disant ‘Tu es Pierre, et sur cette pierre’, Jésus parlait de Lui, implique une artificialité, repoussante pour certaines personnes.» (John A. BROADUS, Commentary on the Gospel of Matthew, Valley Forge, PA Judson Press, 1886, p. 356) …

Le Baptiste Donald Arthur CARSON, professeur de Nouveau Testament au Trinity Evangelical Seminary, fut aussi forcé de reconnaître que : « Bien qu’il soit véridique que petros et petra peuvent respectivement signifier en grec récent ‘pierre’ et ‘rocher’, la distinction est largement confinée à la poésie. Par ailleurs, l’araméen sous-jacent est dans ce cas indiscutable, et kephas fut certainement utilisé dans les deux clauses (‘tu es kephas et sur cette kephas’), puisque le mot fut à la fois utilisé pour un nom et pour une pierre…. Le grec ne fait la distinction entre petros et petra que pour essayer de préserver le jeu de mots; et en grec, le féminin petra ne pourrait pas être correctement employé pour un nom masculin. » (Cité dans The Expositor’s Bible Commentary, Volume 8, p. 368).

Publicités

7 commentaires sur “Des érudits non-catholiques reconnaissent que Pierre est la pierre

  1. Pingback: Démonstration de la primauté de Pierre et de la Papauté | +†+Yesus Kristus azu+†+

  2. Bousquet de Rouvex
    7 novembre 2015

    Certes, et Paul aurait dû le savoir ou s’en souvenir à temps quand il s’est opposé à Pierre ! Et a finalement fait fléchir cette pierre dans le sens de sa volonté !! L’Eglise catholique et ensuite les Protestants, ont trop accordé de crédit aux opinions de Paul en négligeant les positions de Pierre, et cela dure jusqu’à aujourd’hui. Jésus apparaissant à Damas à Paul en songe lui a demandé : « pourquoi me persécutes-tu ? » Il ne lui a pas dit ; « Tu auras pièces sur Képhas qui n’est qu’un bon à rien »…

  3. Marion Marechal Rachid
    10 décembre 2015

    SVP signez la petition pour interdire les cds scatophiles de MORSAY dans les grandes surfaces Edouard Leclerc et Magasins U 29 https://stopliberalisme.wordpress.com/2015/09/27/des-cds-pedopornographiques-dans-les-grandes-surfaces/

  4. Pingback: POUR UNE FOI CATHOLIQUE BÂTIE SUR LE ROC (Mt.7, 25) | documentation.erlande

  5. Pingback: Les fondements bibliques de la Papauté (1): Matthieu XVI, 18: le Christ fait de Pierre la pierre de fondement de son Église | +†+Yesus Kristus azu+†+

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :