+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Un peu d’humour autour de l’Eucharistie !

image (1)

Traduction:

Comment Jésus aurait dû prononcer les paroles de l’institution sinon est…

 – Catholique/Orthodoxe: ceci est mon corps.

 – Baptiste/Évangélique: ceci est un symbole de mon corps.

 – Luthérien: ceci contient mon corps.

 – Adventiste du septième jour: ceci est un emblème de mon corps.

 – Anglican: ceci peut être mon corps ou ne pas être mon corps, ça dépend si vous êtes de la Haute ou de la Basse Église.

 – Quaker: ceci est un symbole de mon corps et ce fut une seule fois.

 – Méthodiste: ceci est ma présence, mais est-ce mon corps?

 – Témoin de Jéhovah: ceci signifie mon corps quoi que cela signifie.

 – Presbytérien: ceci est en quelque sorte mon corps. Je veux dire, ça l’est mais ça ne l’est pas, vous comprenez?

 – Saints des derniers jours (mormons): ceci est du pain qui va vous aider à vous souvenir.

 

image

Traduction:

 – le Catholique: Alors permettez-moi… Vous parlez de l’Eucharistie à propos de laquelle, dans les Évangiles de Matthieu et Luc, Jésus proclame « ceci est mon corps »; et dans l’Évangile de Jean, Jésus dit en plus qu’il faut la manger pour obtenir la vie éternelle; et à propos de laquelle Paul met en garde de manger « le corps sans discernement » en I Corinthiens, les laissant être soumis au jugement. Et vous voulez faire croire que c’est juste un symbole?

– le Protestant: [il ne sait pas quoi répondre]

– le Catholique: [ironiquement il l’encourage quand même]  Bonne chance !

Publicités

12 commentaires sur “Un peu d’humour autour de l’Eucharistie !

  1. Christian Guie
    4 juin 2015

    😀

  2. Excellent 😉

  3. ironkiba93
    28 juin 2015

    Et paf ! Dans le mille !

  4. Lilly
    10 août 2015

    C’est très intéressant, mais ne connaissant pas les subtilités entre presbytérien, baptiste, adventiste, etc, j’ai pas saisi toutes les subtilités, juste 2 ou 3 grands traits.
    Quelqu’un peut me faire une petite explication de texte, comment les différents courants voient l’Eucharistie?
    Ma culture générale vous en remercierait beaucoup!

  5. Dan
    13 septembre 2015

    Donc si j’ai bien compris catholiques mangent réellement le corp, c’est a dire la viande de Jesus?

    Quelqu’un peut-il m’expliqué

    Ou va t’on seulement me répondre good luck?

    • ironkiba93
      13 septembre 2015

      II — JÉSUS-CHRIST EST TOUT ENTIER DANS L’EUCHARISTIE.

      Ici les Pasteurs auront à expliquer que l’Eucharistie ne contient pas seulement le Corps de Jésus-Christ avec tout ce qui constitue un corps véritable, comme les os et les nerfs, mais encore Jésus-Christ tout entier. Il faut enseigner que Jésus-Christ, c’est le nom d’un Dieu et d’un homme tout à la fois, c’est-à-dire d’une personne dans laquelle la nature divine et la nature humaine son ; réunies ; Jésus-Christ possède les deux substances et ce qui les caractérise, la divinité d’abord, puis la nature humaine tout entière avec l’âme, les parties du corps et le sang qui la composent. Nous devons donc croire que toutes ces choses se trouvent dans l’Eucharistie. Car de même qu’au ciel l’humanité de Jésus-Christ est unie à la divinité dans une seule personne, (et dans une seule hypostase). de même ce serait un crime de supposer que le Corps, présent dans l’Eucharistie, y est séparé de la divinité.

      Cependant les Pasteurs auront soin de faire observer que toutes ces choses ne sont point contenues de la même manière et par la même raison dans ce Sacrement. II en est qui s’y trouvent en vertu, et par la force même de la Consécration. Ces paroles en effet produisent ce qu’elles signifient, et les Théologiens disent qu’une chose se trouve dans le Sacrement, par la force du Sacrement, quand elle est exprimée par la forme des paroles. Selon eux, s’il pouvait arriver que les choses fussent détachées les unes des autres, il y aurait dans le Sacrement uniquement ce que sa forme signifie ; le reste ne s’y trouverait point. Au contraire, il est certaines choses qui sont renfermées dans le Sacrement, par cette seule et unique raison qu’elles. sont inséparablement liées avec celles que la forme exprime. Ainsi, comme la forme employée pour la Consécration du pain exprime le Corps de Notre-Seigneur, puisqu’on y dit : ceci est mon Corps, c’est donc par la force même du Sacrement que le Corps de Jésus-Christ est renferme dans l’Eucharistie. Mais parce que le Sang, l’âme et la Divinité sont inséparables du Corps, toutes ces choses seront aussi dans le Sacrement, non en vertu de la Consécration, mais par l’union qu’elles ont avec le Corps, ou comme disent les Théologiens, par concomitance. C’est de cette manière que manifestement Jésus-Christ est tout entier dans l’Eucharistie. Car lorsque deux choses sont absolument liées entre elles, il faut que l’une soit partout où l’autre se trouve. Il suit de là que Jésus-Christ est tellement tout entier, (si nous pouvons ainsi dire), et sous l’espèce du pain et sous l’espèce du vin, que, comme l’espèce du pain contient non seulement le Corps, mais le Sang, et Jésus-Christ tout entier, de même l’espèce du gyrin renferme non seulement le Sang, mais aussi le Corps et toute la Personne de Jésus-Christ.

      Quoique les Fidèles doivent avoir la certitude et la persuasion que les choses se passent ainsi, cependant l’Église a été très sage de faire séparément les deux Consécrations. D’abord cela exprime bien mieux la Passion du Sauveur, dans laquelle le Sang fut séparé du Corps. C’est même pour cette raison que l’on fait mention de l’effusion du Sang, dans la Consécration. Ensuite, comme ce Sacrement était destiné à nourrir nos âmes, il était convenable qu’il fût établi sous la forme de nourriture et de breuvage, puisque ces deux choses constituent évidemment l’aliment complet de nos corps.

      Il ne faut pas non plus oublier de dire que non seulement Jésus-Christ est tout entier dans chacune des espèces du pain et du vin, mais qu’Il est aussi tout entier dans la moindre parcelle de chaque espèce. « Chacun reçoit Jésus-Christ, écrivait Saint Augustin., et Jésus-Christ est tout entier dans la portion de chacun ; Il ne se divise pas entre tous, mais il se donne tout II tous. » nous avons d’ailleurs une preuve de cette vérité dans les Évangélistes Il n’est pas à croire en effet que Jésus-Christ ait consacré séparément chacun des morceaux de pain qu’Il distribua aux Apôtres ; il paraît au contraire qu’il consacra, en prononçant une seule fois les paroles de la forme, tout le pain qui était nécessaire, et qu’Il le distribua ensuite à chacun. C’est évidemment ce qui eut lieu pour le calice, c’est-à-dire pour l’espèce du vin, puisque Jésus-Christ lui-même dit: « prenez et partagez entre vous »

      Tout ce que nous avons dit jusqu’ici a pour but de faire enseigner par les Pasteurs
      que le vrai Corps et le vrai Sang de Jésus-Christ sont contenus dans l’Eucharistie.

      § III. — DE LA TRANSSUBSTANTIATION.

      Les Pasteurs enseigneront également — et c’était là notre second point, — qu’après la Consécration il ne reste absolument rien de la substance du pain et du vin dans le Sacrement. Si extraordinaire, si prodigieux que puisse nous paraître ce miracle, cependant il est une conséquence nécessaire de ce que nous venons de démontrer. En effet, si après la Consécration le Corps et le Sang de Jésus-Christ sont réellement présents sous les espèces du pain et du vin où Ils n’étaient pas auparavant, ce ne peut être que par changement de lieu, ou par création, ou par le changement d’une autre substance en la sienne. Or il est impassible que le Corps de Jésus-Christ soit présent dans l’Eucharistie, en y venant d’un autre lieu, puisque autrement Il devrait quitter le ciel, un corps ne pouvant être mis en mouvement sans s’éloigner du lieu d’où part le mouvement. Il est encore bien moins croyable que le Corps de Jésus-Christ soit dans l’Eucharistie par création, ou plutôt il n’est même pas permis de le penser. Que reste-t-il donc, sinon que le pain soit changé en son Corps, et par conséquent que la substance du pain soit totalement détruite par la Consécration ? Aussi les Pères du Concile général de Latran, et ceux du Concile de Florence ont-ils nettement enseigné cette vérité. Et après eux, le Concile de Trente l’a définie plus formellement encore en ces termes: « Si quelqu’un dit que dans le très saint sacrement de l’Eucharistie, la substance du pain et du vin demeure avec le Corps et le Sang de Notre-Seigneur Jésus-Christ, qu’il soit anathème ! » Il est très facile d’ailleurs d’arriver à la même conclusion par les textes mêmes de la Sainte Écriture Et d’abord Notre-Seigneur, en instituant ce Sacrement, s’exprime ainsi: « ceci est mon Corps »: Or la propriété du mot: ceci, est d’exprimer toute la substance de l’objet présent. Si donc la substance du pain était demeurée, Jésus-Christ n’aurait pas pu dire avec vérité: ceci est mon Corps. D’un autre côté, le Seigneur dit, dans Saint Jean « le pain que Je donnerai, c’est ma Chair pour la vie du monde » désignant ainsi sa Chair par le nom du pain ; puis un instant après, II ajoute « Si vous ne mangez la Chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son Sang, vous n’aurez point la vie en vous ; » et encore « ma Chair est véritablement une nourriture, et mon Sang est vraiment un breuvage » Or appeler en termes si clairs et si formels sa Chair un vrai pain, une véritable nourriture, et son Sang un vrai breuvage, n’est-ce pas évidemment pour nous apprendre que ni la substance du pain ni celle du vin ne demeurent dans ce Sacrement ?

      Ceux qui auront seulement parcouru les Saints Pères, reconnaîtront sans peine que telle a toujours été leur croyance unanime. Voici ce qu’écrit Saint Ambroise: « vous direz peut-être: ce pain est tout ordinaire. Oui c’est du pain ordinaire avant la Consécration ; mais aussitôt après la Consécration, ce pain devient la Chair de Jésus-Christ ». Puis, pour rendre ses preuves plus sensibles, il apporte plusieurs exemples et plusieurs comparaisons. Dans un autre endroit, en expliquant ces paroles du Psalmiste: « le Seigneur a fait dans le ciel et sur la terre tout ce qu’Il a voulu, il dit: quoique l’on voie la figure et la forme du pain et du vin, il n’y a cependant rien autre chose après la Consécration, que la Chair et le Sang de Jésus-Christ ». Saint Hilaire s’est servi presque des mêmes termes pour exprimer la même vérité, il enseigne que « le Corps et le Sang du Seigneur sont réellement dans l’Eucharistie, quoique, au dehors, on n’aperçoive que du pain et du vin »

      Ici les Pasteurs feront bien d’avertir les Fidèles qu’ils ne doivent pas s’étonner qu’on ait conservé le nom de pain à l’Eucharistie, même après la Consécration. La raison en est que l’Eucharistie garde les apparences du pain et même la propriété naturelle du pain, qui est de nourrir et de fortifier le corps. C’est d’ailleurs une coutume de la Sainte Écriture de nommer les objets d’après leurs formes extérieures. C’est ce qu’on voit dans la Genèse, où il est dit que trois hommes apparurent à Abraham, et cependant c’étaient trois Anges. De même nous lisons dans les Actes que deux hommes apparurent aux Apôtres, au moment où Notre-Seigneur Jésus-Christ venait de monter au ciel, et ces hommes étaient des Anges.

      § IV. — COMMENT S’OPÈRE LA TRANSSUBSTANTIATION

      L’explication de ce Mystère est extrêmement difficile. Cependant les Pasteurs tâcheront de faire comprendre à ceux qui sont assez avancés dans la connaissance des Vérités saintes, comment s’opère ce changement admirable. Car pour ceux qui sont encore faibles dans la Foi, il serait à craindre qu’ils ne fussent accablés sous le poids d’une Vérité si haute. Ce changement est tel que, par la puissance de Dieu, toute la substance du pain est convertie en la substance entière du Corps de Jésus-Christ, et toute la substance du vin en la substance entière de son Sang, sans aucun changement de la part de Notre-Seigneur Lui-même. En effet, Il n’y est ni engendré, ni changé, ni augmenté ; mais Il demeure intact dans sa substance. C’est ce qui a fait dire à Saint Ambroise, en parlant de ce Mystère : « vous voyez combien la parole de Jésus-Christ est efficace. Si elle a eu assez de force pour faire exister ce qui n’était pas, le monde, par exemple, combien ne lui en a-t-il pas fallu pour donner un nouvel être aux choses qui existaient déjà et pour les changer en d’autres ? »

      Plusieurs autres Pères très anciens, et d’une grande autorité, ont parlé dans le même sens. « nous le déclarons sans hésiter, dit Saint Augustin avant la Consécration, il n’y a que le pain et le vin formés par la nature ; mais après la Consécration, il n’y a plus que la Chair et le Sang de Jésus-Christ, rendus présents par les paroles sacrées. » — Le Corps de Notre-Seigneur , dit de son côté Saint Jean Damascène, « Celui-là même qui est né d’une Vierge, est véritablement uni dans l’Eucharistie à sa divinité ; non qu’Il descende du ciel où Il est monté, mais parce que le pain et le vin sont transsubstantiés au Corps et au Sang du Seigneur. »

      C’est donc avec beaucoup de raison et de justesse que l’Église catholique appelle ce merveilleux changement transsubstantiation, comme l’enseigne le Concile de Trente. En effet de même que la génération naturelle peut très bien s’appeler transformation, parce qu’il s’y fait un changement de forme ; de même le mot de transsubstantiation a été très convenablement créé par nos Pères, pour exprimer le changement d’une substance tout entière en une autre substance, tel que celui qui s’opère dans l’Eucharistie.

      Mais ainsi que les Saints Pères l’ont très souvent recommandé, il faut avertir les Fidèles de ne pas rechercher avec trop de curiosité comment un tel changement peut se faire. Il nous est impossible de le comprendre, et nous ne pouvons en trouver aucune image ni aucun exemple dans les changements naturels, ni même dans la création. La Foi nous apprend que la chose est ainsi, nous ne devons point chercher avec curiosité pourquoi ou comment la chose est ainsi.

      Il ne faudra pas moins de prudence aux Pasteurs, lorsqu’ils expliqueront comment dans ce Mystère le Corps de Jésus-Christ se trouve contenu tout entier dans chacune des plus petites parcelles du pain eucharistique. Autant qu’on le peut il faut éviter soigneusement ces sortes de discussions ; cependant, si la Charité chrétienne en-fait un devoir, qu’on n’oublie pas tout d’abord de prémunir et de fortifier l’esprit des Fidèles par ces paroles de l’Évangile « Rien n’est impossible à Dieu. » Après cela les Pasteurs pourront enseigner que Notre-Seigneur Jésus-Christ n’est point dans ce Sacrement comme dans un lieu. Les choses ne sont dans un lieu qu’autant qu’elles ont quelque étendue. Or, quand nous disons que Jésus-Christ est dans l’Eucharistie, nous ne faisons pas attention à l’étendue plus ou moins grande de son Corps, mais à la substance elle-même, considérée indépendamment de l’étendue. Car la substance du pain est changée en la substance, et non pas en la quantité, ni en la grandeur du Corps de Jésus-Christ. Or personne ne doute qu’une substance ne puisse être également renfermée dans un petit espace aussi bien que dans un grand. Ainsi la substance de l’air est aussi entière dans une petite partie d’air que dans une grande ; la nature (ou la substance) de l’eau n’est pas moins entière dans un petit vase que dans un grand. Et comme le Corps de Notre-Seigneur remplace la substance du pain dans l’Eucharistie, on est obligé de convenir qu’Il est dans le Sacrement de la même manière que la substance du pain y était avant la Consécration. Or la substance du pain était aussi bien et aussi entière dans la plus petite partie que dans le tout. Cela ne se discute même pas.

      • Dan
        13 septembre 2015

        Cher ironkiba93
        Bon soir
        Je trouve dommage le manque de références a la bible par contre vos autre référence sont citées mainte foi
        les pasteurs, les théologiens,et père anciens et autre

        Vous écrives
        de même ce serait un crime de supposer que le Corps, présent dans l’Eucharistie, y est séparé de la divinité.
        Mais lisez le passage que vous citez de la bible dans jean 6 jusqu’au bout est vous verrez que le corps et sang de christ n’ai pas présent dans le vin ni dans le pains
        Il des ces paroles sont esprit la chaire ne serre a rien.
        En sortant cette phrase du contexte vous ne pouvez bien la comprendre:

        Tout est possible à Dieu mais ce n’ai pas par ce que vous n’arrivez pas à explique réellement que forcément Dieu le ferai.

        Pour le reste ce sont paroles d’hommes. Et bon il y à perte de temps à débatre dans les discourts ou l’argumentation n’est pas biblique surtout quand ça concerne la foi

      • +++Yesus Kristus azu+++
        16 septembre 2015

        Cette série d’articles ne vous fera pas de mal : enfin, si vous en donnez les moyens de les lire et de les comprendre : https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/?s=transsubstantiation

        Encore une fois, nous avons déjà répondu à ces « arguments » et ils sont réfutés un par un, sur notre site. Vos répétitions sont vaines…

  6. Dan
    13 septembre 2015

    Voilà il me semble avoir compris avec wilkipedia

    La transsubstantiation est, littéralement, la conversion d’une substance en une autre. Le terme désigne, pour certains chrétiens (en particulier les catholiques), la conversion du pain et du vin en Corps et Sang du Christ lors de l’Eucharistie.

    Sur le plan religieux, les chrétiens catholiques romains, arméniens (catholiques) et maronites emploient le terme de « transsubstantiation » pour expliquer que, dans l’Eucharistie, le pain et le vin, par la consécration de la Messe, sont « réellement, vraiment et substantiellement » transformés ou convertis en Corps et Sang du Christ, tout en conservant leurs caractéristiques physiques ou espèces (texture, goût, odeur : les apparences) initiales.

    La bible enseigne autre chose il me semble

    A
    en mémoire
    1 corinthiens 11v23 et 24
    23 Car j’ai reçu du Seigneur ce que je vous ai enseigné; c’est que le Seigneur Jésus, dans la nuit où il fut livré, prit du pain, 24 et, après avoir rendu grâces, le rompit, et dit : Ceci est mon corps, qui est rompu pour vous; faites ceci en mémoire de moi. 25 De même, après avoir soupé, il prit la coupe, et dit : Cette coupe est la nouvelle alliance en mon sang; faites ceci en mémoire de moi toutes les fois que vous en boirez. 26 Car toutes les fois que vous mangez ce pain et que vous buvez cette coupe, vous annoncez la mort du Seigneur, jusqu’à ce qu’il vienne

    B
    Communion par l’esprit
    si vous lisez jusque au bout vous verrez que fort heureusement Jesus précise à ces disciples un peux choqué que ces paroles sont esprit est vie!! donc comme il dit au verset 63 la chair ne sert de rien donc pas besoins de transsubstantiation inutile

    Evangile de Jean 6 (32-36) (48 à 63)
    Nos pères ont mangé la manne dans le désert, selon ce qui est écrit : Il leur donna le pain du ciel à manger.
    32 Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, Moïse ne vous a pas donné le pain du ciel, mais mon Père vous donne le vrai pain du ciel ;
    33 car le pain de Dieu, c’est celui qui descend du ciel et qui donne la vie au monde.
    34 Ils lui dirent : Seigneur, donne-nous toujours ce pain.
    35 Jésus leur dit : Je suis le pain de vie. Celui qui vient à moi n’aura jamais faim, et celui qui croit en moi n’aura jamais soif.
    36 Mais, je vous l’ai dit, vous m’avez vu, et vous ne croyez point.

    En vérité, en vérité, je vous le dis, celui qui croit en moi a la vie éternelle.
    48 Je suis le pain de vie.
    49 Vos pères ont mangé la manne dans le désert, et ils sont morts.
    50 C’est ici le pain qui descend du ciel, afin que celui qui en mange ne meure point.
    51 Je suis le pain vivant qui est descendu du ciel. Si quelqu’un mange de ce pain, il vivra éternellement ; et le pain que je donnerai, c’est ma chair, que je donnerai pour la vie du monde.
    52 Là-dessus, les Juifs disputaient entre eux, disant : Comment peut-il nous donner sa chair à manger ?
    53 Jésus leur dit : En vérité, en vérité, je vous le dis, si vous ne mangez la chair du Fils de l’homme, et si vous ne buvez son sang, vous n’avez point la vie en vous-mêmes.
    54 Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang a la vie éternelle ; et je le ressusciterai au dernier jour.
    55 Car ma chair est vraiment une nourriture, et mon sang est vraiment un breuvage.
    56 Celui qui mange ma chair et qui boit mon sang demeure en moi, et je demeure en lui.
    57 Comme le Père qui est vivant m’a envoyé, et que je vis par le Père, ainsi celui qui me mange vivra par moi.
    58 C’est ici le pain qui est descendu du ciel. Il n’en est pas comme de vos pères qui ont mangé la manne et qui sont morts : celui qui mange ce pain vivra éternellement.
    59 Jésus dit ces choses dans la synagogue, enseignant à Capernaüm.
    60 Plusieurs de ses disciples, après l’avoir entendu, dirent : Cette parole est dure ; qui peut l’écouter ?
    61 Jésus, sachant en lui-même que ses disciples murmuraient à ce sujet, leur dit : Cela vous scandalise-t-il ?
    62 Et si vous voyez le Fils de l’homme monter où il était auparavant ?…
    63 C’est l’esprit qui vivifie ; la chair ne sert de rien. Les paroles que je vous ai dites sont esprit et vie.

    C
    Jesus a t’il coupez un de ces membre, ou c’êtes il ouvert les veines pour en donner a ces disciple?
    qu’est-il écrit
    Matthieu 26 v 26à28
    26 Pendant qu’ils mangeaient, Jésus prit du pain ; et, après avoir rendu grâces, il le rompit, et le donna aux disciples, en disant : Prenez, mangez, ceci est mon corps.
    27 Il prit ensuite une coupe ; et, après avoir rendu grâces, il la leur donna, en disant : Buvez-en tous ;
    28 car ceci est mon sang, le sang de l’alliance, qui est répandu pour plusieurs, pour la rémission des péchés

    Si on suit la logique de la transsubstantiation il aurai du donner son sang directement sinon cela n’a aucun sens il était présent Là avec eux!!
    pourquoi une substance qui change mais pas en matière il faut être un peut déranger vouloir faire croire que la bible soutien cela.

    Enfin bon encore un dogme sans réel fondement biblique !!

  7. Dan
    13 septembre 2015

    Jesus à aussi dit

     » Je suis la porte »:

    « C’est moi qui suis la porte. Si quelqu’un entre par moi, il sera sauvé; il entrera et sortira, et il trouvera de quoi se nourrir. » (Jean 10:9)

    est-il fait de bois, de fer, et ‘il vraiment une porte pour de vrai, avec une poignée
    Voilà un dogme de plus pour l’église Catholique

     » Je suis le vrai cep » :

    « C’est moi qui suis le vrai cep, et mon Père est le vigneron. » (Jean 15:1 )

    Jesus est-il un cep, une plante,pour de vrai on lui coupe les branche pour de vrai??
    Aie encore un nouveau dogme

    « Le chemin, la vérité, la vie » :

    Jésus lui dit: « C’est moi qui suis le chemin, la vérité et la vie. On ne vient au Père qu’en passant par moi. » (Jean 14:6)

    Un chemin donc tout le monde lui marche dessus, il doit en avoir des traçes de chaussures, sur lui

    Evidement et on est tous d’accord (enfin je l’espères) Quand Jesus dit je suis
    il parle d’une manière spirituel à l’homme pour révéler les vérité spirituel !

    Alors faire une théorie biscornu jamais développer dans la bible dur d’y croire pour un Croyant basé sur la bible.

  8. Pingback: POUR UNE FOI CATHOLIQUE BÂTIE SUR LE ROC (Mt.7, 25) | documentation.erlande

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 4 juin 2015 par dans Catholicisme, et est taguée , , .
%d blogueurs aiment cette page :