+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Peut-on être un grand pécheur et infaillible en même temps?

La Chaire de Saint Pierre où Dieu protège l'enseignement du Vicaire de Son Fils !

La Chaire de Saint Pierre où Dieu protège l’enseignement du Vicaire de Son Fils !

Tout ce qu’il faut pour démontrer la doctrine de la papauté: ici

« Vous les catholiques êtes totalement hypocrites, comment pouvez-vous prétendre que le pape est infaillible alors qu’il y a eu parmi les Papes des débauchés, des meurtriers etc ? Même l’Apôtre a très gravement péché contre le Christ, il l’a renié trois fois, le Christ l’a traité de « satan » etc », c’est quelque chose que vous avez sûrement déjà entendu… Et bien à l’avenir, répondrez que si nous sommes hypocrites en disant cela, alors le Christ aussi est hypocrite :

Les docteurs de la Synagogue ancienne furent certes corrompus, mais néanmoins infaillibles.  De même qu’il y a eu, sous l’Ancien Testament, des préfigurations du Christ, de même il y a eu une préfiguration de l’infaillibilité pontificale. La chaire de Pierre est en effet préfigurée par la « chaire de Moïse ».

La « chaire de Moïse » de l’ancienne Synagogue était infaillible. Lorsqu’une question relevant de la religion ou de la morale était disputée ou pas assez claire, les juifs devaient soumettre leurs différends ou leurs doutes au verdict de la chaire de Moïse. La chaire de Moïse était un tribunal, qui tranchait avec une autorité souveraine et infaillible les questions religieuses ou morales. Les scribes et pharisiens assis sur la chaire de Moïse interprétaient la Loi, et ce sans aucune possibilité d’erreur mêmes s’ils étaient les pires pécheurs du monde par ailleurs; et le Christ dit Lui même de leur obéir pour cette raison peut important leurs actes:

« Alors Jésus s’adressant au peuple et à ses disciples leur dit: «Les scribes et les pharisiens sont assis sur la chaire de Moïse.  Observez donc tout ce qu’ils vous disent, mais ne faites pas ce qu’ils font.  Car, ils disent bien ce qu’il faut faire, mais ne le font point» » (Matthieu XXIII, 2 – 3).

Vous avez bien lu, le Christ ordonne d’obéir aux scribes et aux pharisiens dans un certains cadre de leur office religieux peut importe leur comportement par ailleurs. Il ne dirait pas cela s’ils n’étaient pas alors infaillibles car Il obligerait les gens à obéir à des erreurs, ce qui n’aurait aucun sens.

Commentaire de Saint Jean Chrysostome (Homélie 71, citée par St. Thomas d’Aquin dans sa Chaîne d’or):

« Afin que personne ne pût excuser sa négligence pour les bonnes oeuvres par les vices de celui qui enseigne, le Sauveur détruit ce prétexte en ajoutant: «Faites tout ce qu’ils vous diront » etc.. Car ce n’est pas leur propre doctrine qu’ils enseignent, mais les vérités divines dont Dieu a composé la loi qu’il a donnée par Moïse. »

Commentaire de Saint Augustin (Contre Fauste XVI, 29):

« Dans ces paroles du Seigneur, il y a deux choses à observer, d’abord l’honneur qu’il rend à la doctrine de Moïse, dans la chaire de qui les méchants même ne peuvent s’asseoir sans être CONTRAINTS d’enseigner le bien, puisque les prosélytes devenaient enfants de l’enfer non point en écoutant les paroles de la loi, de la bouche des pharisiens, mais en imitant leur conduite ».

Commentaire de Saint Augustin (De la doctrine chrétienne IV, 27):

« Le vrai et le juste peut être prêchés avec un cœur pervers et hypocrite. Cette chaire donc, qui n’était pas à eux mais à Moïse, les FORCAIT à enseigner le bien, même quand ils ne le faisaient pas.  Ils suivaient ainsi leurs propres maximes dans leur conduite; mais une chaire qui leur était étrangère, ne leur permettait pas de les enseigner [… ]. Ils sont nombreux ceux qui cherchent la justification de leurs désordres dans la conduite de ceux qui sont préposés pour les instruire, se disant intérieurement et parfois même s’écriant en public: « Pourquoi me commandes-tu ce que tu ne fais pas toi-même?».  Il arrive ainsi qu’ils [… ] méprisent à la fois LA PAROLE DE DIEU et le prédicateur qui la leur prêche ».

Saint François de Sales (1576 – 1622) raisonnait ainsi: si déjà la chaire de Moïse était infaillible quand elle enseignait sur la foi ou les mœurs, à plus forte raison la chaire de Pierre ne saurait errer.  Ce docteur de l’Église composa un livre remarquable sur l’infaillibilité, où l’on, peut lire ceci:

« L’Eglise a toujours besoin d’un confirmateur infaillible auquel on puisse s’adresser, d’un fondement que les portes de l’enfer, et principalement l’erreur, ne puissent renverser, et que son pasteur ne puisse conduire à l’erreur ses enfants: les successeurs de saint Pierre ont donc tous ces mêmes privilèges, qui ne suivent pas la personne, mais la dignité et la charge publique ».

Saint Bernard de Clairvaux (De consideratione, livre II, ch. 8) appelle le pape un autre

«Moïse en autorité »: or, combien grande fut l’autorité de Moïse il n’y a personne qui l’ignore car il s’assit et jugea de tous les différends qui étaient parmi le peuple et de toutes les difficultés qui survenaient au service de Dieu. Ainsi donc le suprême pasteur de l’Église est pour nous un juge compétent et suffisant en toutes nos plus grandes difficultés, autrement nous serions de pire condition que cet ancien peuple qui avait un tribunal auquel il pouvait s’adresser pour la résolution de ses doutes spécialement en matière de religion » (St. François de Sales : Les controverses, partie III, ch. 6 art. 14, in:  Œuvre de saint François de Sales, Annecy 1892, t. 1, p. 305. orthographe  française modernisée par nos soins)

Le grand prêtre des  juifs portait sur la poitrine un morceau d’étoffe carré appelé « rational ». Sur ce rational était écrit « doctrine et vérité » (Exode XXVIII, 30). « La raison pour laquelle le grand prêtre avait un rational sur sa poitrine « la doctrine et la vérité », était sans- doute […] «la vérité de son jugement» (Deutéronome XVII, 9) […] Je vous prie, si en l’ombre il y avait des illuminations de doctrine et des perfections de vérité en la poitrine du prêtre, pour en repaître et raffermir le peuple, qu’est ce que notre grand prêtre n’aura pas?  De nous, dis-je, qui sommes au jour et au soleil levé?  Le grand prêtre ancien […] présidait à la nuit, par ses illuminations, et le nôtre préside au jour, par ses instructions » (St François de Sales. p. 307).

Et puis si nous considérions qu’une faute, même grave, était incompatible avec l’autorité suprême ou un mandat divin, alors que dire de Noé qui fut le premier ivrogne de l’histoire (Genèse IX, 20-23) ? Dieu ne permit pas à Moïse et Aaron d’entrer en Terre promise à cause leur manque de foi dans le Seigneur (Nombres XX, 12), est-ce pour cela qu’il faut rejeter mes Dix Commandements rapportés par Moïse ? Le Roi David commis un adultère puis un meurtre pour cacher ce dernier (II Samuel XI), il dut d’ailleurs pour cela subir la mort prématurée de son fils (II Samuel XII, 14-15), est-ce pour cela que nous devrions rejeter environ la moitié des Psaumes qui sont de lui ? La roi Salomon, se laissant corrompre par des femmes étrangères offrit de l’encens aux idoles des faux dieux et pour cela, une partie de son royaume n’échut pas a ses descendants (I Rois XI, 1-13), est-ce pour autant qu’il faille rejeter ceux des Psaumes qui sont de lui ainsi que les livres des Proverbes, l’Ecclésiaste et le Cantique des Cantiques qu’il écrivit ? Que dire des Apôtres qui ont laissé Jésus seul pendant son agonie (Matthieu XXVI, 40; Marc XIV, 37, Luc XXII, 44-46) et qui se sont enfuit pendant sa Passion (sauf Judas qui vient de partir du groupe et saint Jean qui reste jusqu’au bout), faut-il rejeter les livres du Nouveau Testament qu’ils ont écrit ? Et enfin, que dire de saint Paul qui persécuta dans la violence et le sang l’Église de Dieu et qui même après sa conversion dira de lui-même qu’il « ne mérite pas d’être appelé apôtre » (I Corinthiens XV, 10) et qu’il est « le moindre de tous les saints » (Ephésiens III, 8) ?

Un Pape ne peut pas défaillir dans la foi, c’est ce qu’affirment Notre Seigneur, les Papes, les docteurs de l’Eglise et le Concile Vatican I. A l’inverse, il est possible qu’un mauvais Pape dirige l’Eglise ; cela s’est produit plusieurs fois au cours de l’histoire.

Mgr Louis-Gaston de SÉGUR

Mgr Louis-Gaston de SÉGUR

Mgr de SÉGUR, peu après le Concile Vatican I, écrivait ce qui suit dans son opuscule populaire intitulé Le Pape est infaillible au chapitre « Comment un mauvais Pape peut être et est infaillible, tout comme un bon »:

De même qu’un mauvais prêtre ne cesse pas pour cela d’être prêtre, de sorte que sa messe, ses absolutions, etc., sont valides; de même un Pape, qui aurait le malheur de n’être pas vertueux et saint, ne cesserait pas pour cela d’être Pape, et, comme tel, de jouir de tous les privilèges accordés par le bon Dieu à la Papauté. Quelque mauvais qu’on le suppose, il n’en serait pas moins le Pape, le représentant visible de Jésus-Christ, le Pasteur et le Docteur infaillible de toute l’Église. Méprisable comme homme, il serait toujours vénérable comme Pape, et Notre-Seigneur, dont les promesses sont immuables, le rendrait aussi facilement infaillible que s’il avait affaire à un homme saint et pur.

Dans la longue série des deux cent cinquante-huit papes qui, depuis saint Pierre jusqu’à ce jour, ont gouverné l’Eglise de Dieu, il y a eu deux Papes qui ont été notoirement indignes de leur sainte mission; et Dieu a permis que ces deux indignes n’aient eu à définir aucune vérité durant leur Pontificat.

Jamais un Pape ne s’est trompé en enseignant la foi, parce que le bon Dieu y a pourvu, en maintenant son Vicaire, quel qu’il fût, bon ou mauvais, au-dessus de l’infirmité naturelle de l’intelligence humaine, qui peut toujours se tromper, qui peut toujours faillir.

Ainsi, au point de vue de l’autorité et de l’infaillibilité, il importe très-peu que le Pape soit bon ou mauvais, juste ou pécheur.

Et dans le même ouvrage au chapitre « Si le Pape est impeccable parce qu’il est infaillible »

Tout en étant infaillible comme Vicaire de JÉSUS-CHRIST, le Pape ne cesse pas d’être peccable, parce qu’il ne cesse pas d’être homme. S’il eût été nécessaire au bien de l’Église et au salut du monde que le Chef de l’Église fût impeccable, qui doute que Dieu ne l’est fait impeccable comme il l’a fait infaillible. Cela n’était pas nécessaire: il ne l’a pas fait.

Que faut-il, en effet, à l’Église? Qu’elle ait une règle certaine et infaillible en matière de croyance; et elle l’a, au moyen de l’infaillibilité de son Chef; puis, qu’elle ait une autorité souveraine, indiscutable, certainement sainte, en matière de direction et de conduite; et cette autorité, elle la trouve dans la suprême autorité, à laquelle il n’est jamais permis de désobéir. Voilà ce qui est nécessaire à l’Eglise. Mais on ne voit pas à quoi lui servirait l’impeccabilité de son Chef. Si le Pape était impeccable, cette grâce lui serait certainement très-précieuse; mais elle ne servirait guère qu’à lui. Pour la conduite de l’Eglise, son infaillibilité et son autorité souveraine suffisent complètement.

Publicités

77 commentaires sur “Peut-on être un grand pécheur et infaillible en même temps?

  1. Pingback: Démonstration de la primauté de Pierre et de la Papauté | +†+Yesus Kristus azu+†+

  2. Christian Guie
    1 juin 2015

    Toujours édifiant !!!

  3. Daniel PIGNARD
    14 juillet 2015

    Ne pas se faire appeler Maître, Père, Directeur. (Mt 23:8-11)
    Pourquoi Jésus demande cela à ses disciples ?
    Mais parce qu’ils ne sont ni Maître, ni Père, ni Directeur mais que c’est le Christ qui est tel pour Maître et Directeur et c’est le Père seul qui est notre père.

    Si le Christ demande au peuple d’obéir aux Pharisiens, à plus forte raison , il demande au peuple d’obéir à Christ et Christ demande de ne pas se faire appeler Maître ou Directeur, de n’appeler personne sur la terre votre père.

    « Le plus grand parmi vous sera votre serviteur. Quiconque s’élèvera sera abaissé, et quiconque s’abaissera sera élevé. »
    Alors qui a le plus de chance d’être le plus grand d’après ces paroles : Le pape ou moi ?
    « Parce que tu as été fidèle en peu de choses ; Reçois le gouvernement de dix villes »
    « Celui donc qui supprimera l’un de ces plus petits commandements, et qui enseignera aux hommes à faire de même, sera appelé le plus petit dans le royaume des cieux; mais celui qui les observera, et qui enseignera à les observer, celui-là sera appelé grand dans le royaume des cieux. »
    « Mais pour vous qui craignez mon nom, se lèvera Le soleil de la justice, Et la guérison sera sous ses ailes; Vous sortirez, et vous sauterez comme les veaux d’une étable, Et vous foulerez les méchants, Car ils seront comme de la cendre Sous la plante de vos pieds, Au jour que je prépare, Dit l’Éternel des armées. » (Mal 4 :2-3)

    • Ressources Catholiques
      15 juillet 2015

      Ça ne réponds absolument pas à l’article.

      Ne pas avoir d’autre Maître, Père, Directeur que Dieu n’est pas contradictoire avec le fait d’appeler ainsi des humains. Pourquoi? Parce qu’il faut comprendre ce que cela signifie: tout remonte à Dieu et nous pouvons, en reconnaissant que ça vient de Dieu, appeler ainsi les personnes qui nous enseignent le vrai et nous donnent la vie etc.

      La preuve est que la Bible elle-même nous dit qu’il y en a d’autres que Dieu qui s’appellent « père » en soumission à Dieu: Ephésiens III: « 14 A cause de cela, je fléchis le genou devant le Père, 15 de qui tire son nom toute famille dans les cieux et sur le terre »

      De plus, le Christ dit « Je Suis le Bon Pasteur » (Jean X, 11) et pourtant, Il confie à saint Pierre le rôle de paître Ses brebis et Ses agneaux (Jean XXI, 15 à 17).

      https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2013/08/25/nappelez-personne-pere/

      http://gloria.tv/?media=103138&language=MnVpcnQGQh7

      • Daniel PIGNARD
        16 juillet 2015

        Mais si les personnes qui nous enseignent le vrai et nous donnent la vie, vous les appelez père, pourquoi n’appelez-vous pas les protestants pape une bible à la main alors qu’ils prétendent l’être ?

      • +++Yesus Kristus azu+++
        16 juillet 2015

        Vous avez parfaitement raison, je dirais. Un protestant est en quelque sorte son propre pape. Ce court texte vous éclairera : https://bibliothequedecombat.wordpress.com/2013/07/24/les-protestants-besoin-pape/

      • Daniel PIGNARD
        16 juillet 2015

        « Ça ne réponds absolument pas à l’article. »
        Bien sûr que si puisque je démontre que le pape et les ecclésiastiques sont faillibles en se faisant appelé Père par leurs fidèles alors que Jésus ne nous a pas permis d’appeler ces personnes nos pères.

      • Ressources Catholiques
        16 juillet 2015

        Ça prouve que vous n’avez pas lu ce que je viens de vous écrire !

        Si vous aller quelques commentaires plus haut, vous trouverez la réponse à cette objection que je vous ai déjà faite lors des discussions par commentaires interposés à la suite de nombreux articles mais que dans la grande patience je vais vous ré-indiquer ci-dessous:

        La preuve est que la Bible elle-même nous dit qu’il y en a d’autres que Dieu qui s’appellent « père » en soumission à Dieu: Ephésiens III: « 14 A cause de cela, je fléchis le genou devant le Père, 15 de qui tire son nom toute famille dans les cieux et sur le terre »

        De plus, le Christ dit « Je Suis le Bon Pasteur » (Jean X, 11) et pourtant, Il confie à saint Pierre le rôle de paître Ses brebis et Ses agneaux (Jean XXI, 15 à 17).

        D’ailleurs, je suis bien persuadé que vous désignez vous-même votre « Papa » comme étant votre « père », donc vous vous contredite…

        https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2013/08/25/nappelez-personne-pere/

        http://gloria.tv/?media=103138&language=MnVpcnQGQh7

      • Daniel PIGNARD
        18 juillet 2015

        Le diable a dit à la femme « Dieu a-t-il réellement dit ? » et la femme a chuté.
        Le diable dit à Ressources Catholiques : Dieu a-t-il réellement dit : « N’appelez personne sur le terre votre père ; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. » (Mt 23 :9)
        Et Ressources Catholiques trouve des bonnes raisons d’appeler les ecclésiastiques pères sur la terre.

        De même, Ressources Catholiques pense que quand Jésus dit « Je suis le bon pasteur » il prétend qu’il peut y voir une interdiction d’être soi-même bon pasteur, oubliant que l’écriture montre que les apôtres ont demandé aux évêques de paître l’église de Dieu (Ac 20 :28) ou le troupeau de Dieu (1 Pi 5 :2). Jamais ne m’était venu à l’esprit qu’en disant cela, Jésus nous interdisait d’être pasteur, et l’esprit qui voudrait y voir une interdiction serait à mon avis quelque peu perturbé. Mais Ressources Catholiques a vu une prétendue interdiction comparable à celle de n’appeler personne sur le terre notre père. « Dieu a-t-il réellement dit ? » Or Ressources Catholiques semble remplacer cette question par « L’Eglise Catholique a-t-elle réellement dit ? » ce qui vous en conviendrez n’est pas du tout la même chose.
        « Si quelqu’un entend mes paroles et ne les garde point, ce n’est pas moi qui le juge, … celui qui me rejette et qui ne reçoit pas mes paroles a son juge; la parole que j’ai annoncée, c’est elle qui le jugera au dernier jour. » (Jn 12:47-48)
        C’est donc la parole que Jésus a annoncée qui vous jugera au dernier jour.

      • Ressources Catholiques
        18 juillet 2015

        Preuve que vous êtes d’une malhonnêteté rare: vous n’avez rien lu de la réponse !

        Il faut se remettre dans le contexte mental et linguistique ! « Père » peut avoir plusieurs sens différents !

        La Bible nous dit elle-même qu’il y en d’autres qu’on doit appelé « Père » en soumission à paternité suprême qu’est celle de Dieu: Ephésiens III: « 14 A cause de cela, je fléchis le genou devant le Père, 15 de qui tire son nom toute famille dans les cieux et sur le terre »

        Relisez-donc ma réponse !

  4. Daniel PIGNARD
    15 juillet 2015

    Infaillible qu’ils disent ?
    « Car il y a un seul Dieu et aussi un seul médiateur entre Dieu et les hommes, Jésus-Christ homme, qui s’est donné lui-même en rançon pour tous.
    C’est le témoignage rendu en son propre temps, et pour lequel j’ai été établi prédicateur et apôtre.» (1 Tim 2 :5-7)

    Qui c’est qui ne sait pas compter ? Un seul, ça veut dire Jésus-Christ homme et c’est tout. Marie et les saints ne sont pas médiateurs.
    Alors vous pouvez faire intervenir tous les raisonnements incompréhensibles que vous voudrez, comme nous l’a dit un gars qui sait bien compter :
    « Si 1+1=2, forcément 2 est aussi égal à 1+1. C’est simple. »
    Et donc forcément 1+0 = 1.
    Allez, maintenant, place à la rigolade pour la réplique.

    • Ressources Catholiques
      15 juillet 2015

      Je ne rigole pas pour ma réponse mais je pleure sur votre bêtise et votre ignorance…

      Bah oui infaillible ! C’est la Christ même qui le dit !

      Que faites vous de « J’ai prié pour que ta foi ne défaille point. » (Luc XXII, 32), promesse du Christ à Saint Pierre ?!

      Pour ce qui est de Marie et des saints, je vous renvoie pour la 235986335790087522236ème fois à ces deux liens:

      https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2014/05/11/le-culte-des-saints-est-conforme-a-la-bible/

      https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2014/05/10/le-culte-de-marie-est-beni-par-dieu/

      • Daniel PIGNARD
        15 juillet 2015

        Prier pour Pierre que sa foi ne défaille point, ce n’est pas prier pour les papes. Vous faites un saut de raisonnement beaucoup trop long. Comment appelez-vous ça d’jà plus en langage afférant à l’expression ?

      • Ressources Catholiques
        18 juillet 2015

        Si parce que ce que le Christ confère à Pierre, Il le confère à tous les Papes ses successeurs.

        1° le Christ dit à Pierre: « sur cette pierre Je bâtirai Mon Église » et non pas « sur toi Je bâtirai Mon Église », ainsi, le Christ ne s’adresse pas seulement à Pierre mais à la nouvelle fonction qu’il occupe et qui doit continuer après lui, ce qui signifie qu’il aura des successeurs. Ainsi, de même que Pierre à pris l’initiative de remplacer Judas par saint Matthias et en parle comme d’une nécessité (Actes I, 20 et 21), il est donc nécessaire que les Apôtres soient remplacés, c’est ainsi que saint Lin dans sur le siège épiscopal de Rome dans ses fonctions de paître la troupeau du Seigneur (Jean XXI, 15 à 17) et dans son privilège de l’infaillibilité (Luc XXII, 32).

        2° au verset suivant, le Christ dit à Pierre « Je te donnerai les clefs du royaume des cieux : et tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et tout ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux. » (Mt XVI, 19), cela fait référence à Ésaïe XXII, 22: « Je mettrai sur son épaule la clef de la maison de David, il ouvrira, et personne ne fermera ; il fermera, et personne n’ouvrira. ».

        Vous remarquez que le langage reflète clairement Matthieu 16 :19 ? Dans l’Ancien Testament, Dieu a conclu une alliance avec David, afin d’établir un royaume. La monarchie davidique, le Royaume de Dieu sur terre, était censé être un prototype du Royaume de Dieu que Jésus-Christ établirait. C’est pourquoi Jésus est appelé le fils de David dans les Evangiles. C’est aussi pourquoi l’Evangile de Matthieu fait de ‘royaume’ l’un de ses principaux thèmes. C’est aussi pourquoi Pierre lui-même dit dans Actes 2:30 que Jésus est assis sur le trône de David. Luc 1:32 dit la chose suivante sur Jésus: « « Il sera grand et sera appelé Fils du Très-Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père. »

        Jésus est assis sur le trône de David. Mais le royaume de Jésus est spirituel; Son Royaume, c’est Son Eglise. Le Royaume de Jésus ne remplit pas seulement le prototype, le royaume de David…. Il le surpasse. Le fait est que le Royaume de Jésus est disposé de façons similaires.

        Jésus fit clairement de Saint Pierre son premier ministre.

        Dans le royaume de David, un roy ne régnait pas seulement sur tout le peuple ; il disposait d’ un Conseil royal, composé de ministres ou d’officiers royaux en chefs. Les références bibliques de ce Conseil royal – ses officiers- se trouvent dans 2 Samuel 8 (2 Rois 8 dans La Sainte Bible selon la Vulgate ) ; 1 Rois 4 (3 Rois 4 dans La Sainte Bible selon la Vulgate) ; et en d’autres lieux. On trouvait dans ce Conseil royal un ministre de la Défense, des ministres du commerces, des ressources, etc…

        Cependant, de tous les ministres du roi, il y en avait un qui, par son autorité, se démarquait du reste : c’était le Premier ministre, qui était au-dessus de la maison du roy. C’est là que la vérité fascinante d’Esaïe 22 devient pertinente à Matthieu 16.

        Dans Esaïe 22, nous lisons que le premier ministre avait la clef de la maison de David. Je le redis le premier ministre avait la clé de la maison de David. Cette clé représente l’autorité du premier ministre sur la maison du roy.

        Esaïe 22:20-22 – «En ce jour-là, J’appellerai mon serviteur Eliakim, fils de Hilkija; Je le revêtirai de ta tunique, je le ceindrai de ta ceinture [celle de Schebna] , Et je remettrai ton pouvoir entre ses mains; Il sera un père pour les habitants de Jérusalem et pour la maison de Juda. Je mettrai sur son épaule la clé de la maison de David : Quand il ouvrira, nul ne fermera; Quand il fermera, nul n’ouvrira. »

        Vous lisez bien ? Le premier ministre avait la clef de la maison de David. Nous voyons aussi qu’il a reçu la ‘pouvoir’ [gouvernement] , et qu’il sera ‘un père pour les habitants de Jérusalem’.

        Dans Esaïe 22, le premier ministre du Royaume était un homme du nom de Schebna. Esaïe 22 :15 dit que Schebna était ‘le préposé du temple’ – c’est-à-dire qu’il avait à charge la maison du roy. Puis, Schebna abandonna la fonction de premier ministre et fut remplacé par un homme du nom de Eliakim. Ensuite, nous lisons qu le roy Ézéchias donna la clé du royaume, celle qu’avait auparavant Schebna, à Eliakim. Il fit ça, car Schebna avait succédé Eliakim dans la fonction de premier ministre.

        Eliakim disposait maintenant de la clé de la maison de David. De ce fait, tout le monde le reconnaîtrait comme Premier ministre du roy..

        Songez à la ressemblance évidente avec Matthieu 16…Dans Esaïe 22:22, nous voyons clairement que la clef du royaume est léguée ; tout comme Jésus donna les clefs à St Pierre. De plus, la déclaration qui dit qu’ avec la clef ‘il ouvrira, et il n’y aura personne qui ferme ; et il fermera, et il n’y aura personne qui ouvre’ , est frappante de similarité avec ce que dit Jésus à St Pierre dans Matthieu 16 :19, quand Il lui donne les clefs de Son Royaume : ‘ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les cieux.’ La signification de tout ça devrait être plus qu’évidente.

        Jésus est assis sur le trône de David. Alors, quand Jésus vient établir Son Royaume (Son Église), qui est l’accomplissement du Royaume de David, Il nomme de même Son Conseil royal : Ses Apôtres. Cependant, un parmi ces ministres royaux (les apôtres) est premier ministre ; il est au-dessus de tous les autres ministres et de tous les membres du royaume. Ce premier ministre, c’est celui qui aura les clefs de Son Royaume, et qui recevra la primauté dans Son Eglise pour s’occuper les affaires de son royaume.

        Lorsque Jésus dit à Pierre ‘je te donnerai les clefs du royaume des cieux’ , c’était une claire indication faite aux juifs instruits, que Jésus allait faire de St Pierre Son premier ministre. Il déclarait que St Pierre sera le premier pape – le président, le gouverneur de Son Église. C’est une preuve puissante et irréfutable que Jésus disait vraiment que St Pierre serait le premier pape dans Matthieu 16:18-19.

        Ainsi, de même qu’Eliakim a eu un successeur, Pierre aussi en a; je rappelle que selon la doctrine catholique, le Pape, choisi pas des moyens humains fixés par le droit canonique défini par le Pape (il a ce pouvoir: « tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les Cieux ») mais il n’obtient des pouvoirs Papaux que parce que le Christ lui donne mandat (puisque ce dernier s’est lié en disant « tout ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les Cieux »).

      • Daniel PIGNARD
        22 juillet 2015

        « Si parce que ce que le Christ confère à Pierre, Il le confère à tous les Papes ses successeurs. » dites-vous.
        Ça, c’est vous qui le dites mais pas l’écriture, car d’une part, Jésus n’a nommé aucun successeur à Pierre, puisque en Mt 18 :18, il donne à tous les chrétiens en église le pouvoir de lier et de délier sur la terre. D’autre part, Jésus interdit aux hommes d’appeler quelqu’un sur la terre son père, donc Pierre ne peut être pape et de même aucun autre chrétien n’a reçu de Jésus le droit de se faire appeler père ni maître ni directeur.
        « N’appelez personne sur la terre votre père ; car un seul est votre Père, celui qui est dans les cieux. » (Mt 23 :9)
        Ce que Pierre a eu de plus que les autres apôtres, c’est le pouvoir d’ouvrir le royaume de Dieu (les clés du royaume) aux Juifs (Discours de Pierre à la Pentecôte), aux Samaritains (Ac 8 :14-17) et aux gentils (Discours de Pierre à Corneille).

        « Jésus fit clairement de Saint Pierre son premier ministre. » dites-vous.
        Non, Jésus ne fit pas de Pierre son premier ministre. Pierre au contraire montre clairement son rôle :
        « Voici les exhortations que j’adresse aux anciens qui sont parmi vous, MOI, ANCIEN COMME EUX, témoin des souffrances de Christ, et participant de la gloire qui doit être manifestée: Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde, non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu; non pour un gain sordide, mais avec dévouement; non comme dominant sur ceux qui vous sont échus en partage, mais en étant les modèles du troupeau.
        Et lorsque le souverain pasteur paraîtra, vous obtiendrez la couronne incorruptible de la gloire.
        De mêmes, vous qui êtes jeunes, soyez soumis aux anciens. Et tous, dans vos rapports mutuels, revêtez-vous d’humilité; car Dieu résiste aux orgueilleux, Mais il fait grâce aux humbles.
        Humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, afin qu’il vous élève au temps convenable; » (1 Pi 5 :1-6)
        Pierre est donc ancien comme eux et non pas au-dessus d’eux et il donne même des conseils pour que les anciens ne dominent pas sur ceux qui leur sont échus, mais qu’ils soient les modèles du troupeau. Voyez-vous Valls dire cela à ses ministres ?

      • Daniel PIGNARD
        22 juillet 2015

        Pierre se présente au début de son premier et de son second épître et il ne fait pas état de sa supériorité hiérarchique.

      • Ressources Catholiques
        22 juillet 2015

        En Mt XVIII, 18, le Christ donne le pouvoir de lier et délier non pas à tous les chrétiens mis seuls aux Apôtres. Et Saint Pierre se différencie des autres rapport par le fait que le Christ fonde Son Église sur lui (Mt XVI, 18), qu’il lui donne les clés du Royaume des Cieux (Mt XVII, 19), le rend infaillible (Luc XXII, 32) et lui confie la charge de paître Son troupeau (Jean XXI, 15-17).

        J’ai expliqué longuement dans deux commentaires précédents pourquoi il y avait succession du Rome de saint Pierre. Et aussi ce pourquoi les clés signifient bien que Pierre devient ma premier ministre du Christ en référence à Ésaïe XXII, 22.

        Saint Pierre se défini comme « ancien comme eux » mais d’une part ça ne peut pas effacer toutes les autres marque indéniables de primauté que le Christ lui donne et lisez ceci: https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2014/06/06/1-pierre-51-pierre-etait-il-pape-ou-sadressait-il-a-lui-simplement-comme-a-un-ancien-comme-eux/

        La différence entre Pierre et Valls est que le premier est un saint alors que le second est un suppôt de l’enfer…

        Et pour la dernier question, je vais finir par croire que vous êtes un troll !!!

        Je vous ai déjà expliqué 1000000000000 fois ce que signifiait « n’appeler personne père »! La revoici:

        La preuve est que la Bible elle-même nous dit qu’il y en a d’autres que Dieu qui s’appellent « père » en soumission à Dieu: Ephésiens III: « 14 A cause de cela, je fléchis le genou devant le Père, 15 de qui tire son nom toute famille dans les cieux et sur le terre »

        De plus, le Christ dit « Je Suis le Bon Pasteur » (Jean X, 11) et pourtant, Il confie à saint Pierre le rôle de paître Ses brebis et Ses agneaux (Jean XXI, 15 à 17).

        D’ailleurs, je suis bien persuadé que vous désignez vous-même votre « Papa » comme étant votre « père », donc vous vous contredite…

        https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2013/08/25/nappelez-personne-pere/

        http://gloria.tv/?media=103138&language=MnVpcnQGQh7

      • Daniel PIGNARD
        23 juillet 2015

        Veuillez alors nous expliquer pourquoi Jésus demande de n’appeler personne sur la terre notre père car un seul est notre père, celui qui est dans les cieux. Veuillez aussi nous expliquer pourquoi on ne doit pas se faire appeler Maître ou Directeur car seul le Christ l’est.
        Voilà un sujet de sermon très intéressant, n’est-ce pas ?

      • Daniel PIGNARD
        23 juillet 2015

        Ce que Jésus confie à Pierre de spécial par rapport aux autres,, c’est à lui seul qu’il le confie et non à des supposés successeurs. Si confier une charge à quelqu’un équivaut à confier cette charge à tous ceux qui se réclament son successeur, alors tous les gaullistes sont présidents de la République.
        « Voici les exhortations que j’adresse aux anciens qui sont parmi vous, MOI, ANCIEN COMME EUX, témoin des souffrances de Christ, et participant de la gloire qui doit être manifestée: Paissez le troupeau de Dieu qui est sous votre garde, non par contrainte, mais volontairement, selon Dieu; non pour un gain sordide, mais avec dévouement; non comme dominant sur ceux qui vous sont échus en partage, mais en étant les modèles du troupeau. » (1 Pi 5 :1-6)

        L’apôtre Paul ne dit-il pas : « Prenez donc garde à vous-mêmes, et à tout le troupeau sur lequel le Saint-Esprit vous a établis évêques, pour paître l’Eglise de Dieu. » (Ac 20 :28)
        Vous voyez donc que Pierre n’est pas seul à faire paître le troupeau de Dieu.

      • Ressources Catholiques
        23 juillet 2015

        Tout simplement parce qu’il faut bien comprendre la contexte dans lequel le Cheist a dit ça, ce que ça signifie en Hébreux et les différents sens du mot « Père ». Cela veut dire que Dieu est le seul Père et le seul docteur de qui vient toute paternité, toute science et tout pouvoir. On peut donc appeler « Père » ceux qui sont nos pères charnels ou spirituels car c’est de Dieu qu’ils tiennent ça; et à l’inverse, ceux qui professent des erreurs ne le peuvent pas. C’est confirmé par Ephésiens III: « 14 A cause de cela, je fléchis le genou devant le Père, 15 de qui tire son nom toute famille dans les cieux et sur le terre, ». Ça veut donc dire qu’il y en a qui doivent être appelés « Père » en participation de l’unique paternité divine.

        À votre tour, expliquez-moi comment on devrait interpréter Ephésiens III, 14-15si on ne peut appeler personne « Père »?

        D’ailleurs, je suis bien persuadé que vous désignez vous-même votre « Papa » comme étant votre « père », donc vous vous contredite…

        https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2013/08/25/nappelez-personne-pere/

        http://gloria.tv/?media=103138&language=MnVpcnQGQh7

        Pour expliquer les paroles de Pierre disant qu’il est un « ancien parmi les autres », je vous rappelle encore une fois cet article: https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2014/06/06/1-pierre-51-pierre-etait-il-pape-ou-sadressait-il-a-lui-simplement-comme-a-un-ancien-comme-eux/

        N’oubliez pas les mots de saint Paul: Saint Paul, comme saint Pierre, était humble lorsqu’il parlait de lui-même. Il était de loin le plus éminent et le plus prolifique écrivain du Nouveau Testament, responsable d’à peu près la moitié de celui-ci , mais il dit, « car je suis le moindre des apôtres : je ne mérite pas d’être appelé apôtre car j’ai persécuté l’Église de Dieu » (1 Cor. 15:10) et, « à moi, le moindre de tous les saints, il a été donné cette grâce » (Eph, 3:8). En de nombreuses occasions, il s’appelle un simple « diacre », le dernier des ministres ordonnés de l’Église (cf. 1 Cor. 3:5, 4:1; 2 Cor. 3:6, 6:4, 11:23; Eph. 3:7; Col. 1:23, 25). Mais Paul avait très clairement une autorité supérieure à celle d’un diacre.

        Pour Actes XX, 28, Pierre n’est pas le seul à faire paître le troupeau mis il est le seul chef. En effet, de nos jours, le Pape est le seul chef mais il n’est pas le seul à paître le troupeau, les évêques le font avec lui…

      • Daniel PIGNARD
        26 juillet 2015

        Désolé, quand Jésus dit qu’il ne faut appeler personne sur le terre notre père, il s’agit évidemment du père spirituel, le père charnel occupant cette fonction de droit mais non pas la fonction spirituelle de père car celui qui nous engendre spirituellement est seul notre Père du ciel. En effet, « nul ne vient au Père que par moi » nous dit Jésus, et donc le pape ou les prêtres ou ceux qui nous ont amené à Christ ne nous ont pas engendré, mais seul la foi au Christ nous engendre comme fils auprès du Père (Nouvelle naissance). C’est d’ailleurs pourquoi le baptême de bébé n’a pas de valeur spirituelle puisque non compris par le baptisé. Vous essayez de m’expliquer que Jésus ne voulait pas dire que personne ne doit être appelé sur la terre notre père afin que les ecclésiastiques et le pape se fassent appeler père et l’un même le saint père. Ceci est tout simplement une infamie devant l’autorité de la parole de Jésus.
        C’est donc bien vous qui contredisez la parole du Christ.

        Si pour vous, parce que toute famille tire son nom du père sur la terre, on a le droit d’appeler quelqu’un sur la terre notre père en violation du commandement du Seigneur, alors pourquoi est-ce que cela serait réservé aux papes et aux prêtres ? Pourquoi n’y aurais-je pas droit au même titre qu’eux ?

      • Ressources Catholiques
        26 juillet 2015

        Non, Jésus parle tant de père charnel que de père spirituel.

        Consultez ceci:

        https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2013/08/25/nappelez-personne-pere/

        http://gloria.tv/?media=103138&language=MnVpcnQGQh7

        Pour le baptême des petits-enfants, voyez ici: https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2014/02/16/bapteme-des-nouveaux-nes/ les premiers chrétiens la pratiquaient.

        Vous ne pouvez pas être appelez « père » car vous n’enseigne a pas la vérité.

    • +++Yesus Kristus azu+++
      15 juillet 2015

      Comme vous dites : « Alors vous pouvez faire intervenir tous les raisonnements incompréhensibles que vous voudrez, comme nous l’a dit un gars qui sait bien compter : « Si 1+1=2, forcément 2 est aussi égal à 1+1. C’est simple. »
      Et donc forcément 1+0 = 1. »

      Tous les « raisonnements incompréhensibles » ?
      Décidément le commentaire sur Marie mère de Dieu vous a fait passer une si mauvaise nuit ? Maintenant, je comprends mieux S. Paul :

      « C’est du lait que je vous ai donné, et non de la nourriture solide ; vous n’auriez pas pu en manger, et encore maintenant vous ne le pouvez pas… » (I Co., 3, 2)

      Du coup, j’hésite vraiment à vous parler comment l’homme par exemple est co-créateur avec Dieu… Ce serait trop ardu ?

      • Daniel PIGNARD
        16 juillet 2015

        Si la femme qui a permis que le verbe se fasse chair, vous l’appelez mère de Dieu, Alors l’homme que je suis, qui est co-créateur avec Dieu, comment allez-vous l’appeler sinon père de la création ?

        Dites-moi vite le titre auquel j’ai droit pour que le pape m’appelle ainsi.

      • +++Yesus Kristus azu+++
        16 juillet 2015

        On a un peu de mal à garder le sérieux. En même temps, vous parliez de « rigolade », donc… on doit aussi le prendre ainsi.
        Sinon, vous n’avez toujours pas compris. Oui, l’homme participe à l’acte créateur de Dieu : sauf la création dans les deux cas n’est pas sur le même plan. L’homme peut créer parce qu’il est image de Dieu, et a donc des prérogatives ; ainsi, il peut créer des choses comme des oeuvre d’art (peinture, musique (Mozart, Beethoven,… ce sont des créateurs, en tant que hommes..) etc.;

        Pour savoir comment on devrait vous appeler, vous pouvez toujours vous appeler : pape, ou alors faire comme les athées du XIXe siècle, dieu. Etant vous-même votre propre pape, et votre propre dieu. Après, je ne sais si vos enfants font la différence entre vous leur « père » biologique, et leur « Père » éternel ? Deux pères, c’est plutôt une bonne chose, non ?

        Enfin, la femme m’a pas permis (en tant que tel) que le Verbe se fasse chair, puisque l’Incarnation est une action de toute la Trinité ; sauf que cette Femme a fait la volonté de Dieu : étant en adéquation avec Sa Volonté. Comme pour dire, pour Son salut, Dieu a besoin de l’homme (de sa collaboration).

        « Dieu qui t’a créé sans toi, ne te sauvera pas sans toi » (S. Augustin)

  5. Daniel PIGNARD
    15 juillet 2015

    « Vous parlez donc du VATICAN. Seulement, vous soutenez encore l’interprétation des sept collines de Rome, pas du Vatican… étrange… Car, vous devrez suivre la logique… qui devrait suivre votre interprétation. Mais, vous ne le faites, car elle pèche quelque part : le Vatican, sauf erreur, est construite sur UNE SEULE colline ! »

    Attaçion, L’Aquinate sait compter : Une seule colline, c’est une seule colline, pas sept.

    Et un seul médiateur, combien ça fait ?

    • Ressources Catholiques
      15 juillet 2015
    • +++Yesus Kristus azu+++
      15 juillet 2015

      Alors, je vais essayer d’être simple, en espérant que cette-fois, vous comprendrez.
      Donc, il y a les collines et il y a les êtres humains, éventuellement, il y a un Dieu. Bon… Il y a sept collines… Okay ! Et un seul médiateur ça fait combien ? Oui, médiateur, sous-entend un homme. Jusque-là, tout va bien ?

      Les hommes ont ce que le collines n’ont pas. Ils ont une conscience, un esprit, une âme, etc.; les collines n’ont pas cela. De plus, les hommes peuvent donc vivre en société, s’entre-aider. Jusque là vous suivez ? Je pense…

      Ensuite, il y a, j’ai dit, éventuellement, un Dieu. Son Nom est Père. Et ce Père, de manière éternelle, ENGENDRE un Fils. D’accord ? Evidemment, il n’engendre pas comme des hommes. De même, les hommes peuvent (homme et femme) engendrer. Jusque-là, d’accord ? Alors, cela veut dire que une action divine est communiquée aux hommes. Jusque-là, d’accord ? Comme le Père peut engendrer, les hommes ont également la « force d’engendrer » : on parle de Fils-Père. Bon d’accord, les animaux également peuvent engendrer. C’est vrai. Mais, la Bible nous avertit que seul l’homme est à l’image de Dieu, donc surpasse les autres créatures par son Intelligence, sa conscience de soi, la raison etc.; Jusque là.. d’accord ? Bon, maintenant, la Seule médiation du Christ. Ce n’est pas très honnête de fausser la thèse adverse vous savez… La Foi catholique reconnaît bel et bien la Seule médiation du Christ, sauf qu’elle affirme que les Saints peuvent y participer… Je suis allé trop vite ? D’accord, plus explicite, il y a un Seul Père, de qui viennent toutes choses ( = Dieu Le Père), mais en tant que participation à l’oeuvre de la Création, l’homme peut également, l’homme et la femme, jouer le rôle de père, en engendrant. Mais, cela n’enlève rien à ce qu’il y a un Seul Père de qui découle toute chose, Source de toute paternité. Là, est-ce plus clair, pour la seule médiation. D’accord, je précise enfin que, j’espère être clair, que si le Christ est seul Médiateur, c’est également en vertu de son union hypostatique (Homme et Dieu). Mais comme Dieu, pour le Salut des hommes, ne fait rien sans la collaboration de ceux-ci, il y a souvent cette double vision des choses qu’il faut avoir à l’esprit. D’un côté, l’homme, de l’autre Dieu, les deux ne s’opposant pas. Au contraire, la finalité de l’un (homme) se trouve dans l’autre.

      Enfin, juste pour la « rigolade », rassurez-moi, vous valez bien plus qu’une colline ? Enfin, les hommes valent tout de même plus que des collines. Vous avez le droit de dire non . et de soutenir qu’il y a participation des collines (êtres vivants avec capacité d’engendrer de vivre en société, etc.;) les unes des autres, et même à l’essence de Dieu ! Bon d’accord, c’était juste pour la « rigolade ».

      • Daniel PIGNARD
        16 juillet 2015

        Ah ! ça y est, j’ai compris ! Comme j’ai pu avoir des enfants, j’ai le droit de m’appeler père de la création même si celle-ci me dépasse. Et tous ceux qui ont eu des enfants peuvent le faire. Ce que c’est que la dialectique tout de même !

        « La Foi catholique reconnaît bel et bien la Seule médiation du Christ, sauf qu’elle affirme que les Saints peuvent y participer » me dites-vous.
        Mais sur quelle parole de l’écriture se base-t-elle pour affirmer que les Saints peuvent y participer ?
        Peut-elle nous montrer des pratiques des apôtres qui prouveraient cela ? Un apôtre a-t-il prié Marie décédée ou un autre apôtre décédé (Etienne, Jacques, Jean-Baptiste)
        L’apôtre Paul appelle les chrétiens morts « ceux qui dorment » et s’ils dorment, ils ne peuvent agir comme tout dormeur qui se respecte.
        Cette affirmation de l’église catholique est donc un précepte d’homme non confirmé par l’Ecriture.

        Pourquoi l’église catholique ne reconnaît pas que tout Protestant est pape une bible à la main, car il participe bien à la diffusion l’autorité de la parole de Dieu comme le pape ?

      • +++Yesus Kristus azu+++
        16 juillet 2015

        « Comme j’ai pu avoir des enfants, j’ai le droit de m’appeler père de la création même si celle-ci me dépasse » = en tant que cause seconde. Dieu étant la cause première. Après, je conçois que si vous avez de la peine à comprendre, vous tombez un peu dans l’absurde. C’est très simple pourtant. Dieu créé l’homme, et demande à ce dernier de perpétuer l’espèce… Si c’est très difficile à comprendre la collaboration entre Dieu et l’homme. Bon c’est vrai, dans l’esprit protestant, en ce qui concerne l’homme, on reste souvent assez pessimiste – en mettant Dieu et l’homme en concurrence. En parlant de dialectique, merci à Marx qui reprend en quelque sorte la vision protestante de l’homme pour fonder son athéisme : le pauvre, comme les protestants, n’avait rien compris.

        Sur quelles bases? demandez-vous. On revient à l’argument sophistique selon lequel ce qui n’est pas écrit est faux. Des articles sur le sola scriptura, vous les trouverez sur ce site, par dizaines !

        Concernant S. Paul, c’est strictement faux, l’apôtre ne soutient en aucun cas ¨la théorie du psychopannychisme, puisqu’il affirme : « Je suis pressé des deux côtés: j’ai le désir de m’en aller et d’être avec Christ, ce qui de beaucoup est le meilleur » (Philippiens I, 23). C’est donc votre théorie qui est fausse, combattue même par l’hérétique Calvin !

        Pourquoi l’Eglise Catholique ne reconnaît pas que tout protestant est pape bible à la main ? Outre le fait qu’ils disent sans cesse des hérésies, et qu’on devrait les combattre, cet article pourrait peut-être vous éclairer :- En fait, oui, tout protestant est son propre pape: https://bibliothequedecombat.wordpress.com/2013/07/24/les-protestants-besoin-pape/

      • Ressources Catholiques
        16 juillet 2015

        Voici la démonstration biblique et philosophique de la prière aux saints:

        https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2014/05/11/le-culte-des-saints-est-conforme-a-la-bible/

        https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2014/05/10/le-culte-de-marie-est-beni-par-dieu/

        Et rappelez-vous bien que toutes les vérités ne se trouvent pas forcément dans la Bible: https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2014/03/12/sola-scriptura-est-une-imposture-la-tradition-et-lautorite-sont-indispensables/

        Les protestants font une prédication de la Bible contraire à la vérité, ça suffit pour l’interdire.

      • Daniel PIGNARD
        16 juillet 2015

        « Si quelqu’un entend mes paroles et ne les garde point, ce n’est pas moi qui le juge, … celui qui me rejette et qui ne reçoit pas mes paroles a son juge; la parole que j’ai annoncée, c’est elle qui le jugera au dernier jour. » (Jn 12:47-48)
        « Femme qu’y a-t-il entre toi et moi ? » (Jn 2 :4)
        « Voilà ton fils (en parlant de Jean)» (Jn 19 :26)
        « Tandis que Jésus parlait ainsi, une femme, élevant la voix du milieu de la foule, lui dit: Heureux le sein qui t’a porté! heureuses les mamelles qui t’ont allaité! Et il répondit: Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent! » (Lc 11 :27-28)

      • Ressources Catholiques
        16 juillet 2015

        Le verset « Femme qu’y a-t-il entre toi et moi ? » (Jn 2 :4) justifie justement le culte marial lorsqu’on y met tout le contexte: https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2014/03/24/le-culte-de-marial-est-biblique-57-lassomption-et-la-royaute-de-marie-au-ciel-dans-la-bible/

        Le verset « Voilà ton fils (en parlant de Jean)» (Jn 19 :26) ne signifie pas que Marie soit la mère de Jean mais au contraire, qu’elle n’eut pas d’autres enfants que Jésus: https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2015/03/28/demonstration-de-la-virginite-perpetuelle-de-marie-synthese/

        Quant au verset suivant: « Tandis que Jésus parlait ainsi, une femme, élevant la voix du milieu de la foule, lui dit: Heureux le sein qui t’a porté! heureuses les mamelles qui t’ont allaité! Et il répondit: Heureux plutôt ceux qui écoutent la parole de Dieu, et qui la gardent! » (Lc 11 :27-28), en voici l’explication qui prouve au contraire qu’il faut vénérer Marie car elle n’a pas le simple mérité d’avoir engendrer Jésus mais d’avoir entièrement obéis à Dieu: https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2015/03/08/heureux-ceux-qui-ecoutent-la-parole-et-la-vierge-marie/

      • Daniel PIGNARD
        18 juillet 2015

        Quand le diable dit à Jésus :
        « Qu’y a-t-il entre moi et toi, Jésus, Fils du Dieu Très-Haut? Je t’en supplie, ne me tourmente pas. » (évangile)
        Cela justifie-t-il un culte à faire au diable ?

        « Malheur à ceux qui appellent le mal bien, et le bien mal, Qui changent les ténèbres en lumière, et la lumière en ténèbres, Qui changent l’amertume en douceur, et la douceur en amertume!
        Malheur à ceux qui sont sages à leurs yeux, Et qui se croient intelligents!
        Malheur à ceux qui ont de la bravoure pour boire du vin, Et de la vaillance pour mêler des liqueurs fortes; » (Es 5 :20-22)

      • Ressources Catholiques
        18 juillet 2015

        Non car ici le diable ment, n’oublions pas qu’il est le père du mensonge (Jean VIII, 44) et que le pouvoir est donné par Dieu: « Vous les établirez princes sur toute la terre ; ils se souviendront de votre nom, de génération en génération. » (Psaumes 43, 17-18).

        Et lisez bien le lien que j’ai indiqué, ce passage prouve que Marie est la Reine-Mère du Royaume des Cieux… https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2014/03/24/le-culte-de-marial-est-biblique-57-lassomption-et-la-royaute-de-marie-au-ciel-dans-la-bible/

      • Daniel PIGNARD
        21 juillet 2015

        Apocalypse 12:1 – « Un grand signe parut dans le ciel : une femme enveloppée du soleil, la lune sous ses pieds, et une couronne de douze étoiles sur sa tête.»
        Cette femme dont il est parlé n’est pas Marie car elle n’est pas enveloppée du soleil ni n’a la lune sous ses pieds ni n’a une couronne de douze étoiles sur sa tête. Il s’agit de l’Eglise qui est enveloppée du nouveau testament (le soleil), qui a l’ancien testament sous ses pieds (la lune) et qui a les douze apôtres sur sa tête, (les douze étoiles).
        Cette femme donne naissance à l’enfant mâle qui doit paître les nations avec une verge de fer. Il s’agit du Roi des rois et du Seigneur des seigneurs, c’est à dire du grand monarque qui doit venir.

        Voir les équivalences suivantes :
        L’Agneau est le Seigneur des seigneurs et le Roi des rois (Apo 17 :14)
        Le Roi des rois et Seigneur des seigneurs paîtra les nations avec une verge de fer ; (Apo 19 :15-16)
        Celui qui paîtra les nations avec une verge de fer sera un vainqueur dans l’église de Thyatire. (Apo 2 :26-27)
        Comment a été engendré spirituellement celui qui paîtra les nations avec une verge de fer ? Eh bien, cela nous est révélé dans Apo 12 :1-6. Et c’est un enfant mâle et non femelle.
        Quel sera sa manière de travailler ? Eh bien cela nous est révélé dans Esaïe 11 :1-5.
        Aura-t-il de l’autorité ? Un peu mon neveu. Cela nous est révélé dans le Psaume 2.

      • michel
        21 juillet 2015

        « Cette femme donne naissance à l’enfant mâle qui doit paître les nations avec une verge de fer. Il s’agit du Roi des rois et du Seigneur des seigneurs, c’est à dire du grand monarque qui doit venir « …

         » le Roi des rois » qui paîtra les nations avec l’autorité absolue…

        ev St Luc
        1.31
        Et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus
        1.32 Il sera grand et sera appelé Fils du Très Haut, et le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David, son père.
        1.33 il règnera sur la maison de Jacob éternellement, et son règne n’aura point de fin…

        Prophète Isaïe 11:1″Puis un rameau sortira du tronc d’Isaï, Et un rejeton naîtra de ses racines l’Esprit de l’Eternel reposera sur lui Esprit de sagesse et d’intelligence, Esprit de conseil et de force, Esprit de connaissance et de crainte de l’Eternel… Esaïe 53 « qui a cru à ce qui nous était annoncé »…Esaïe53:12 « à cause du travail de son âme il rassasiera ses regard » …livre du Prophète Isaîe…

        … évangile… »et Jésus commença son ministère étant comme on le croyait fils de Joseph »…

        Joseph lui même était descendant du roi David et Marie était sa bien aimée,…à cause de cela Marie reçu la visite de L’ange Gabriel… »ne crains pas Marie et voici, tu deviendras enceinte, et tu enfanteras un fils, et tu lui donneras le nom de Jésus »…

        Ap 12:1 cette femme c’est Marie mais c’est aussi l’église ascensionnée au ciel
        ‘l’église revêtue du soleil l’éclat éclatant de la nouvelle alliance l’église portant sur sa tête une couronne de 12 étoiles qui sont les douze apôtres…la lune sous ses pieds , la lune le reflêt bien pâle de l’ancienne et imparfaite alliance…

        éphésiens 1:3 « en Lui y compris Marie Dieu nous a « élus » avant la fondation de Monde…

        … ma vision des choses je ne crois pas me tromper…

      • Daniel PIGNARD
        22 juillet 2015

        Lettre de Paul dans Romains 15 :12 : « Il sortira d’Isaï un rejeton, qui se lèvera pour régner sur les nations ; Les nations espéreront en lui. »
        Voici les mots prononcés par Saint Rémy à la fin de la cérémonie du baptême de Clovis : « Vers la fin des temps, un descendant des Rois de France règnera sur tout l’antique empire romain. Il sera le plus grand des rois de France et le dernier de sa race. » Or les rois de France descendent de David.
        http://catholiquedu.free.fr/2012/AscendanceDavidiqueDeFrance.pdf

        Dans Apo 12 :10, il est dit : « Maintenant le salut est arrivé, ainsi que la puissance, le règne de notre Dieu et l’autorité de son Christ » (son Roi).
        Apo 11 :15 dit « Le royaume du monde est remis à notre Seigneur et à son Christ. » (son Roi)
        Ceci prouve que ce Roi est différent de notre Seigneur.

      • michel
        23 juillet 2015

        « Or les rois de France descendent de David » ne serait ce pas plutôt  » les rois de France ont des ancêtres qui étaient des ancêtres du roi David ».des ancêtres qui seraient venus (semble t’il déjà ça voyageait dur) jusqu’au nord de la France ? là peut être ce serait possible que les ancêtres des rois de France aient pour encêtres des ancêtres du Roi David ,mais que les rois de France aient pour ancêtres des « descendant du roi David » ça n’est pas possible ….
        Pour certains la folie des grandeur ça existait déjà.

      • Ressources Catholiques
        24 juillet 2015

        Vous avez raison Daniel: la femme entourée du soleil d’Apocalypse XII représente en effet l’Église mais aussi la Très Sainte Vierge Marie. N’oublions pas que c’est elle qui est la mère de celui qui fait paître les nations.

  6. michel
    23 juillet 2015

    voila un très bel intéressant article et puisqu’on peut faire un copier collé …

    Pratique du Judaïsme

    Etude & Valeurs

    Communauté & Famille

    Inspiration & Divertissement

    + Plus

    Chavouot
    Guide
    Histoire
    Le Baal Chem Tov
    La Torah
    Etude
    Récits
    Pratique du Judaïsme » Fêtes juives » Chavouot » Histoire
    Le roi David
    Le roi David
    par Nissan Mindel

    Imprimer
    E-mail Discuter (2)

    Les ancêtres du roi David

    Lorsque David naquit à Bethléem dans le pays de Juda, en 2854 après la Création du Monde, il appartenait seulement à la dixième génération de la lignée de Juda, un des fils de Jacob.

    David appartenait à la noble famille de la tribu qui donnait à Israël des princes et des chefs.

    Un des premiers ancêtres de David, Na’hchon fils d’Aminadav, se distingua lors de la traversée de la Mer Rouge, après la libération d’Égypte des enfants d’Israël. C’est lui qui se jeta le premier à l’eau et tout de suite après, la mer se divisa pour laisser un passage libre aux enfants d’Israël. Depuis, Na’hchon était le plus honoré parmi les princes d’Israël. Il fut le premier à apporter des offrandes au Michkane (sanctuaire) qui fut installé dans le désert un an après la traversée de la Mer Rouge.

    L’arrière-grand-père de David, Boaz ou Ivtzan, était le dixième juge d’Israël. Les juges étaient les chefs du peuple d’Israël pendant la période qui s’écoula entre Josué et le roi Saül. Boaz, le successeur de Jephté, était le dixième juge et il régna sept ans (2787-2793). Il comptait parmi les hommes les plus savants et les plus pieux de sa génération. Il possédait une grande fortune et sa générosité était célèbre.

    A travers tous les siècles, la grande tradition de la noble descendance de Juda et Jacob fut maintenue par la famille de Jessé, le père de David. Les qualités insignes de cette dynastie étaient l’érudition, la piété, la gentillesse, la générosité et la richesse. Mais c’est David qui de tous les membres de cette grande famille, se distinguait par les traits les plus nobles.

    L’auteur des Psaumes

    Ce n’est pas en tant que guerrier ou puissant roi que David gagna l’amour éternel de notre peuple, et de tous les peuples de la terre, mais plutôt en sa qualité d’auteur du Livre des Psaumes (les Téhilime), la poésie israélite la plus douce.

    Le roi David continuait à suivre les études traditionnelles de la Torah. En effet, c’était lui le successeur spirituel du prophète Samuel. Il s’entoura d’un groupe de prophètes et de savants et ils étudiaient la Torah tous ensemble. Il se moquait de la vie confortable que son palais royal aurait pu lui offrir et, contrairement aux habitudes de tous les autres rois, il se levait avant le lever du soleil pour dire des prières et chanter les psaumes à la louange de D.ieu, le Roi des rois.

    Les psaumes sont des hymnes de louanges, adressées au Tout-Puissant, le Créateur du Monde. Ils parlent de la grandeur de D.ieu, de Sa bonté et de Sa miséricorde, de Sa puissance et de Sa justice. David met tout son cœur dans ces Psaumes et nous assure de sa croyance la plus sincère et la plus sûre en D.ieu seul. Nombre de ces psaumes sont des prières et des supplications adressées à D.ieu et que David récita dans les périodes difficiles. D’autres psaumes contiennent de bons conseils et montrent la voie du vrai bonheur par la vertu et le respect des commandements de D.ieu. Ainsi, les psaumes expriment tous les événements qui peuvent se produire dans la vie individuelle, ainsi que dans la vie de la nation juive. En effet, dans l’histoire de David, son exil, sa persécution, ses luttes et son triomphe final, le peuple juif trouve un exemple et une prophétie de sa propre vie. Il n’est donc pas surprenant que le Livre des Psaumes ait servi à travers tous les siècles de source inépuisable d’inspiration, de courage et d’espérance.

    Les Psaumes ne furent pas tous composés par David. Quelques-uns avaient déjà été composés par Adam, Chem, Abraham et Moïse. Le roi David les rassembla tous, et y ajouta les psaumes qu’il avait composé lui-même, inspiré par D.ieu.

    Le Livre des Psaumes est divisé en cinq parties, parallèlement aux Cinq Livres de la Bible. Il est, de plus, subdivisé en sept parties, une pour chaque jour de la semaine, et également en trente autres parties, pour chaque jour du mois. De nombreux Juifs ont coutume de réciter une partie de ces psaumes chaque jour après les prières du matin, les récitant ainsi tous en une semaine ou en un mois.

    David, le roi d’Israël, est vivant et éternel

    David mourut le Chabbat qui tomba le jour de la fête de Chavouot en 2924 (837 avant l’ère commune). Son règne dura quarante ans (2884-2924). Les sept premières années il régna à Hébron comme chef de la tribu de Juda et les trente-trois autres années, il régna à Jérusalem sur tout Israël. Cependant, durant la révolte qui eut Absalom pour instigateur, il fut en exil pendant six mois.

    Pour le peuple juif, David n’est pas mort. Son souvenir est vivant à jamais dans le Livre des Psaumes et dans l’espoir messianique du peuple juif, car nos prophètes nous ont promis que le Messie serait un descendant de David, roi d’Israël.

    PAR NISSAN MINDEL

  7. michel
    23 juillet 2015

    « les Psaumes ne furent pas tous composés par David. Quelques-uns avaient déjà été composés par Adam, Chem, Abraham et Moïse. Le roi David les rassembla tous, et y ajouta les psaumes qu’il avait composé lui-même, inspiré par D.ieu ».Nissan Mindel.

    Bien sur Jésus est appelé premier né parce que tout premier né appartient à Dieu et Jésus le premier né de Marie et de Joseph est venu pour accomplir à la perfection la loi de Dieu, normalement d’après la loi de Dieu pour être premier né il faut que d’autres enfants suivent, après Jésus qu’il n’y ait pas eu après lui d’autres enfants de Marie et de Joseph ce n’est peut être pas vraiment le souci des évangiles ,qu’il n’y ait pas eu après lui d’autres enfant ce n’est pas ce qui pourrait « déxacer »oui mais il y a le témoignage formel des gens de Nazareth qui pendant 30 ans ont vécu et partagé le voisinage de Joseph de Marie et de leur maison(marc ch3:21) … »il est né comme un simple homme »(phil 2:8)ça peut laisser la pensée qu’après la naissance de Jésus d’autre enfants de Marie et de Joseph sont venus, il y a quand même ce que nous rapporte l’évangile de St Jean « ses frères eux non plus ne croyaient pas en lui « le zèle de ta maison me dévore », et cette inspiration du roi David quand dans sa détresse il priait Dieu « je suis un étranger pour mes frères un inconnu pour les fils de ma mère » …vraiment ces paroles rapportées « les fils de ma Mère » ç’est pour nous comme un coup d’arrêt une grande réflexion Jésus qui est Dieu peut t’il avoir des frères et des soeurs ?… »je suis un étranger pour mes frères un inconnu pour les fils de ma mère »…c’est quand même l’interrogation « les fils de ma Mère » même si un homme normal pourrait prononcer ces mots « les fils de ma Mère »…quelle n’ont pas été les souffrances de Jésus comme cela aussi nous est rapportés dans Esaie 53…et dans le Psaume 22…et jusque dans le jardin d’édén où cette fois le nouvel Adam était vraiment seul…A tous les deux il leur dit « ne saviez vous pas qu’il faut que je m’occupe des affaires de mon Père »…

    Bien à vous cher Ressourcecaths…et Henry Saker…

    • michel
      23 juillet 2015

      ci dessus c’est la réponse du 10 juillet 2015 à « démonstration de la virginité perpétuelle de Marie synthèse »…

    • Ressources Catholiques
      23 juillet 2015

      Je vais répéter pour la énième fois ce que j’ai déjà dis.

      Le mot « frère » dans la Bible ne signifie pas forcément avoir le même père et la même mère. Ce fait ainsi que toute la do stationne de la Virginité Perpétuelle de Marie sont explosé dans cet article: https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2015/03/28/demonstration-de-la-virginite-perpetuelle-de-marie-synthese/

      Et j’extrais un lien déjà indiqué dans cet article et qui explique le Psaume qui parle des « fils de ma mère »: https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2015/02/17/le-psaume-69-et-les-freres-du-seigneur/

      • michel
        24 juillet 2015

        Si il était écrit « ses cousins eux non plus ne croyaient pas en lui » ce ne serait pas très choquant et ne mériterait même pas que ce soit raconté dans l’évangile de Saint-Jean, ce qui est choquant et raconté en effet c’est « ses frères « eux aussi »ne croyaient pas en lui, ces frères là sont ses frères ils vivaient avec Jésus dans la maison familiale, « car ses frères « eux non plus ne croyaient pas en lui »…car ses frères « eux » non plus ne croyaient pas en lui ce eux non plus » apparait bien dans les versions anciennes….
        Dans l’ev de St Marc 3;20  » ils sont vraiment très familiés de Jésus ces parents là pour essayer de se saisir de lui car disaient t’ils « il est hors de sens »…si familiers que Jésus s’est laissé faire…
        Dans le récit du voyage au temple de Jérusalem… « ils le cherchèrent parmis « leur parents » et connaissances quand ils le virent assis avec les docteurs du temple « ses parents » furent saisis d’étonnement, et « sa mère » lui dit « mon enfant pourquoi as tu agis ainsi ? « ton père et moi » nous te cherchions…dans ce récit du voyage au temple la différence entre parents et proches parents est bien faite, pour le retrouver, les parents de Jésus ont dû demandé à leur connaissances et proches parents qui eux aussi étaient du voyage…Souvent quand les enfants parlent de leur père et de leur mère les enfants disent « mes parents » les parents ça peut être aussi des frères et des soeurs. Ses « parents » viennent pour se saisir de lui car ils disaient « il est hors de sens » ces parents là ça ne peut pas être comme au temple de Jérusalem son père et sa mère; ces parents là qui viennent pour se saisir de Jésus lui le frère ainé, ces parents là pour oser se saisir de Jésus il faut qu’ils soient vraiment très familiers et pas des cousins,des cousins ne seraient là que comme des badaux, c’est donc ses frères et peut être ses soeurs aussi qui viennent pour se saisir de lui car ils disaient « il est hors de sens…ce jour là à Nazareth devant la maison des parents de Jésus une grande foule s’assemble c’ést vraiment difficile ça crie de tous les côtés…

      • Ressources Catholiques
        24 juillet 2015

        En hébreux, il n’y a qu’un seul mot pour dire free et cousin.

        Il était dans l’ordre social juif que dans une fratrie, les moins âges ne faisaient et ne disaient rien contre les plus âges. Donc votre explication ne tient pas.

  8. michel
    24 juillet 2015

    Admettez le ce jour là à Nazareth l’atmosphère est survoltée la foule est impatiante, surgissent ses cousins ils veulent se saisir de lui ils clament leur colère « il est hors de sens » …évidemment si ces cousins ne sont pour Jésus que des cousins il n’est pas question de respect dû à l’ainé…ainsi ce jour là à Nazareth devant la maison de ses parents jésus est maitrisé par ses cousins …Marie sa mère quand elle le cherche est toujours accompagnée de ses cousins …ses cousins eux aussi ne croyaient pas en lui …voici ta mère et tes cousins te cherchent. Ressourcecaths vous dites qu’en hébreux il n’y a pas de mot pour dire frère ou cousin, quand Caïn s’est jeté sur Abel pour le tuer qui donc Caïn a t’il tué?…

  9. Ressources Catholiques
    24 juillet 2015

    Je ne comprends pas l’intérêt de ce commentaire puisqu’il confirme tout à fait ce que je n’arrête pas de dire… Même s’il est vrai que vos commentaires sont souvent nébuleux et difficilement compréhensibles…

    Au passage: Caïn était le frère aîné…

  10. michel
    25 juillet 2015

    « En hébreux, il n’y a qu’un seul mot pour dire frère et cousin » c’est donc un mot qui veut dire frère ou cousin, puisqu’il y a deux alternatives vous choisissez « cousin » soyez gentil je sais que vous l’ètes, dites le moi qu’el est en hébreux ce mot qui peut vouloir dire frère ou cousin?… « ses frères » eux non plus ne croyaient pas en lui  » ,à la place du mot frère , on pourrait écrire ses « cousins » eux non plus ne croyaient pas en lui, ne trouvez vous pas que si on écrivait « ses cousins eux non plus »ça grince?, je trouve qu’écrit avec « ses frères eux » non plus ne croyaient pas en lui ça passe bien…oui mais pour vous Jésus après sa naissance n’a pas eu des frères et des soeurs,vous préférez donc cousins… mais des cousins Jésus en avait beaucoup et forcément il y en avait beaucoup qui ne croyaient pas en lui…on ne pourrait donc pas désigner un tout petit groupe de cousins « eux »,eux non plus »ne croyaient pas en lui….

    vous ne comprenez jamais l’intérêt de mes commentaires et puis parfois c’est nébuleux,oui bien sûr…Pour réponse à un de vos articles je vous demande pourquoi Jésus ést tout seul dans le jardin de Gethémané dans une solitude terrible au point que des gouttes de sang perlent sur son front, je vous demande puisque Marie est la nouvelle Eve pourquoi elle n’est pas? dans le jardin de Gethsémané avec son fils comme l’était Eve dans le jardin d’éden avec Adam son époux. …J’ai insisté pour avoir votre réponse vous dites « Marie n’était tout simplement pas là »…ah bon Marie la nouvelle Eve n’était pas dans le jardin de Gethsémané c’est triste elle n’a pas participé et encouragé son fils… la première Eve elle,elle y était dans le jardin d’Eden avec Adam son époux elle y était et dans ce jardin elle lui a fait gôuter le fruit défendu…

    c’était dans ces deux jardins que s’est joué notre sort éternel …Jésus est seul dans le jardin de Géthémané ,tout seul Jésus a triomphé et a effacé la malédiction qui tombait sur nous …le châtiment qui nous donne la paix est tombé sur lui esaïe 53…

    en espérant n’être pas trop nébuleux pour vous Ressourcecaths…

    Dans le récit du voyage au temple de Jérusalem… « ils le cherchèrent parmis « leur parents » et connaissances… sa mère » lui dit « mon enfant pourquoi as tu agis ainsi ? « ton père et moi » nous te cherchions…dans ce récit du voyage au temple la différence entre parents et proches parents est bien faite, pour le retrouver les « PARENTS » de Jésus ont dû demander, à leur connaissances et « PROCHES PARENTS » qui eux aussi étaient du voyage si ils savaient où est Jésus ou si ils l’ont vu quelques part..

    je reviens un peu sur mon commentaire j’ai l’impression que vous n’avez pas lu
    ce que vous nous reprochez souvent…

    Dans les traductions du nouveau testament comme dans l’ancien il y a bien frères au sens large, frères au sens de deux enfants d’une même mère, et cousins au sens de proches parents…si les théologiens se sont plantés dans leur travaux de traduction il n’y a plus qu’a ne plus lire et sonder sa bible mettre les téhologiens au rancard et mettre sa bible dans sa bibliothèque …

    Versets utilisés pour rejeter la virginité perpétuelle de Marie (cathobiblique)

    « Celui-là n’est-il pas le fils du charpentier ? N’a-t-il pas pour mère la nommée Marie, et pour frères Jacques, Joseph, Simon et Jude ? » Mt 13, 55…

    Avec la traduction segond « n’est t’il pas » c’est très doux…mais plus dur avec cette traduction(que je n’ai pas trouvé) citée ci dessus « celui la » c’est comme si les gens de Nazareth désignent Jésus seul en le pointant de l’index et ensuite le remettent dans le même sac avec ses frères et ses soeurs, avec cette traductionc omme une question « celui la n’est til pas » pour les gens de Nazareth, Jésus a des frères et des soeurs…

    Versets utilisés pour rejeter la virginité perpétuelle de Marie

    « Celui-là n’est-il pas le fils du charpentier ? N’a-t-il pas pour mère la nommée Marie, et pour frères Jacques, Joseph, Simon et Jude ? » Mt 13, 55

    Ni l’hébreu, ni l’araméen n’a de mot pour « cousin » de cathobiblique

    cousin (n.) (fils de oncle ou tante)
    דּוֹדָן, דּוֹדָנִית, בֵּן דוֹד רִאשוֹן
    cousine (n.)
    דּוֹדָן, דּוֹדָנִית, בֵּן דוֹד רִאשוֹן
    petit cousin (n.) (petit-fils de oncle ou tante)
    בֵּן דוֹד שֵׁנִי
    petite cousine (n.)
    בֵּן דוֹד שֵׁנִי

    apparemment sur internet la traduction de cousin en hébreux existe on traduit bendod ce qui signifie cousin en français…

    bendod en hébreux est un mot qui signifie cousin… google

    • Ressources Catholiques
      26 juillet 2015

      Je me suis permis de rassembler vos quatre commentaires en un seul.

      Vos commentaires ne sont pas inutiles la plupart du temps mais parfois ils sont difficiles à comprendre.

      Les mots d’hébreu que vous citez ne montrent pas la différence frère/cousin mais cousin/petit-cousin, ou voulez-vous donc en venir?

      Rappelons qu’il est probable que ces paroles furent dites en araméen et non en hébreux…

      Pour Matthieu XIII : pour la plupart, aucun doute ! En effet, le verset nous apprend clairement que Jésus a quatre frères et même des sœurs. Mais, attention à ne pas se hâter… Soulignons d’emblée que la phrase utilisée ici est à la forme interrogative. Pourquoi, vouloir faire d’une interrogation une affirmation ? Ne faisons pas fi du fait que, si pour certains, ce verset affirme l’existence des frères (de sang) du Christ, il faudra également reconnaître dans ce cas qu’il affirme également que ce dernier a un père : puisque le Christ est présenté comme « le fils du charpentier »…Or, d’après les récits évangéliques, Joseph n’est pas le père biologique du Christ, ce dernier fut conçu du Saint-Esprit. La contradiction nous montre que ce verset ne doit pas être pris au sens strict. D’ailleurs, on ne fait qu’émettre une hypothèse (« Celui-là n’est-il pas… »). Le verset ne dit pas : « Celui-là est… ». Si ces frères sont effectivement les frères de sang de Jésus, il nous faudrait accepter que Joseph est le père biologique de Jésus. Or, comme déjà dit, Jésus n’est pas appelé père de Jésus parce ce qu’il fut réellement son père, il était plutôt à ce qu’on croyait, le fils de Joseph [Luc III, 23]. On croyait que son père était Joseph. De là, nous déduisons également qu’on croyait que ces frères et sœurs étaient des frères de sang, d’autant plus que ces « frères » ne sont jamais appelés « Fils ou filles de Marie », alors que Marie est toujours spécifiée comme la « Mère de Jésus-Christ ».

      Simon et Judes sont des cousins du Seigneur : Simon était « le fils d’un oncle du Seigneur », « fils de Cléophas, frère de Saint Joseph », selon Hegesippe, originaire d’Orient, probablement de Syrie-Palestine, qui écrivit vers 150-200 des « mémoires » dont Eusèbe de Césarée rapporte plusieurs extraits (Eusèbe, Histoire ecclésiastique III,11-12 et 19-20). Après le martyre de Jacques, Simon fut nommé évêque à « parce que c’était un second cousin du Seigneur »: « second » est à comprendre en lien avec Jacques, qui devait donc être aussi le cousin de Jésus (et non pas son frère au sens strict).

      Pour Marie Nouvelle Ève, votre argument est léger, convenons-en. Lisez ceci:

      https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2014/03/20/marie-est-la-nouvelle-eve-17/

      http://cathobiblique.wordpress.com/2008/03/07/marie-est-la-nouvelle-eve/

      https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2015/06/21/marie-nouvelle-eve-chez-les-premiers-peres/

      • Daniel PIGNARD
        28 juillet 2015

        Tout vrai docteur de l’écriture s’interdit d’aller plus loin que l’écriture.

        Col 4 :10 est traduit dans les bibles catho :
        « Marc aussi, le cousin de Barnabé. » (Bible Maredsous, bible de Jérusalem)

        Mt 13 :55 est traduit dans les bibles cathos :
        « C’est bien le fils du charpentier ! Marie n’est-elle pas sa mère ? Jacques, Joseph, Simon et Jude ne sont-ils pas ses frères ? » (Bible Maredsous)
        « N’est-ce pas le fils du charpentier ! N’a-t-il pas pour mère la nommée Marie et pour frères Jacques, Joseph, Simon et Jude ? » (Bible de Jérusalem)

        Conclusion : Les bibles cathos utilisent bien cousin quand il s’agit de cousin pour Marc cousin de Barnabé et utilisent bien frères quand il s’agit des frères de Jésus.
        Pourquoi les bibles cathos n’ont pas osé traduire « cousin » pour les frères de Jésus ?
        Parce qu’ils n’ont pas la force pour combattre les autres traductions où ils se feraient laminer et éliminer des gens compétents.

      • Ressources Catholiques
        5 août 2015

        Comme je l’ai déjà dis mille fois: le mot ‘frère’ peut signifier ‘cousin’ donc c’est indifférent.

        De plus, dans Mt XIII,55, il ne s’agit pas forcément de cousin, en effet, le mot frère peut signifier cousin mais aussi bien d’autres choses:

        Ni l’hébreu, ni l’araméen n’a de mot pour « cousin ». Bien que le texte du Nouveau Testament que nous avons est en grec, qui a un terme pour cela, la traduction littérale de l’hébreuach, utilisé par Jésus et les disciples, est de faitadelphos en grec, que nous traduisons par « frère ». Or ce terme dans la Bible est utilisé dans de multiples circonstances (comme c’est le cas encore aujourd’hui) pour désigner :un enfant mâle ayant les mêmes parentsdes hommes descendants d’un même parents Ac 7, 23.26; Heb 7, 5des membres d’un même peuple Ac 3, 17.22; Rm 9, 3 …un voisin, un homme quiconque Lc 10, 29; Mt 5, 22; 7, 3des personnes unis dans un intérêt commun Mt 5, 47des personnes unies dans un appel commun Ap 22, 9des membres de l’humanité Mt 25, 40; Heb 2, 17les disciples et par implication tous les croyantsMt 28, 10; Jn 20, 17les croyants, sans distinction de sexe, Mt 23, 8; Ac 1, 15; Rm 1, 13; 1 Th 1, 4; Ap 19, 10 (le mot «sœurs» est utilisé pour désigner les croyantes uniquement en 1 Tim 5, 2Dans la Bible hébraïque, Gn 14, 14 désigne Lot comme le « frère » d’Abraham, alors qu’il est son neveu (Gn 11, 26-28). De même en Gn 14,14Jacob est appelé le « frère » de son oncle Laban (Gn 29, 10). On retrouve d’autres endroits où les mots « frère » ou « frères » sont utilisés pour désigner des membres d’une même famille (Dt 23, 7 ; 2 S 1, 26 ; 1R9, 13 ; 20, 32 ; 2R 10, 13-14 ; Jer 34, 9 ; Am 1, 9

        https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2015/03/28/demonstration-de-la-virginite-perpetuelle-de-marie-synthese/

  11. michel
    25 juillet 2015
    • michel
      26 juillet 2015

      …qui l’exposent. Puis nous verrons ce que les Pères de l’Eglise ont enseigné. Et enfin nous verrons que mêmes les Réformateurs (qui ont inventé la sola scriptura) ont affirmé vigoureusement que cette doctrine est biblique…extrait de cathobiblique

      …suite…Versets utilisés pour rejeter la virginité perpétuelle de Marie »…cathobiblique

      extrait suite de cathobiblique « Celui-là n’est-il pas le fils du charpentier ? N’a-t-il pas pour mère la nommée Marie, et pour frères Jacques, Joseph, Simon et Jude ? » Mt 13, 55 …extrait de cathobiblique…

      mon commentaire
      Avec la traduction segond « n’est t’il pas » c’est très doux…mais plus dur avec cette traduction(que je n’ai pas trouvé) citée ci dessus « celui la » c’est comme si les gens de Nazareth désignent Jésus seul en le pointant de l’index et ensuite le remettent dans le même sac avec ses frères et ses soeurs, avec cette traductionc omme une question « celui la n’est til pas » pour les gens de Nazareth, Jésus a des frères et des soeurs…

      voici mon commentaire revu et corrigé ( la traduction Louis-Segond matthieu 13: 55 Marc 6:3 disent pareil)…

      Avec la traduction Louis-Segond « n’est ce pas Marie qui est sa mère » c’est très très doux…mais bien plus dur avec cette traduction(que je n’ai pas retrouvé) citée ci dessus de cathobiblique « celui la n’est t’il pas le fils du charpentier? » c’est comme si les gens de Nazareth désignent Jésus seul en le pointant de l’index et ensuite le remettent dans le même sac avec ses frères et ses soeurs, dans cette traduction comme en questions « celui la n’est t’il pas le fils du charpentier? » « n’a t’il pas pour mère la nommée Marie? et pour frères Jacques Joseph Simon et Jude?les gens de Nazareth se posent des questions… ils sont tellement surpris les gens de Nazareth, pour eux depuis 30 ans qu’ils sont voisins de la famille Joseph Marie et leur enfants, pour eux Jésus est l’aîné, ils sont dans la stupéfaction en l’écoutant parler, les gens disaient « jamais homme n’a parlé comme cet Homme »… les gens de Nazareth ne pouvaient pas savoir qui est réellement Jésus, dans ce récit des évangiles à ce moment là à Nazareth qui donc était Jésus ?…Joseph et Marie eux le savaient très bien…

      • michel
        27 juillet 2015

        Comme vous ressourssecaths nous le savons Jésus est Dieu, ce que vous n’arrivez pas à admettre c’est qu’envers Joseph l’époux de Marie,Dieu n’a posé aucun interdit, Joseph et Marie on pu s’aimer librement comme ils en avaient le droit,et sûrement bien au dela de la naissance de Jésus, de Joseph et de Marie cette fois, sont venus d’autres enfants qui ne peuvent pas être frères de sang de Jésus puisque Jésus est Dieu…les gens de Nazareth ne pouvaient pas comprendre pour eux Jésus était l’aîné….

      • Ressources Catholiques
        5 août 2015

        C’est là une hypothèse que vous ne prouvez pas. Or, moi j’ai des preuves du contraire: https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2015/03/28/demonstration-de-la-virginite-perpetuelle-de-marie-synthese/

        En effet, même si la Bible ne dit nulle part « Marie et Joseph n’avaient pas le droit d’avoir e relations conjugales » qu’ils en avaient le droit. Il y a un grand nombre d’éléments qui nous donnent la certitude qu’ils n’en ont pas eu.

    • Daniel PIGNARD
      27 juillet 2015

      Votre traduction non retrouvée est celle de Darby :
      http://djep.hd.free.fr/LaReferenceBiblique/?Livre=40&Chap=13&Vers=55

  12. michel
    26 juillet 2015
    • Ressources Catholiques
      27 juillet 2015

      Voici la traduction de Louis Second que j’ai pu trouver: « N’est-ce pas le fils du charpentier? n’est-ce pas Marie qui est sa mère? Jacques, Joseph, Simon et Jude, ne sont-ils pas ses frères? »

      Je ne peut strictement pas prouver qu’il ne s’agissent pas de ses frères de sang mais simplement de la possibilité qu’il ne s’agisse pas de ça.

      En revanche, voici deux arguments en faveur de la Virginité Perpétuelle de Marie:

      A) La réponse de Marie à l’ange dans Luc I indique qu’elle fit vœu de virginité perpétuelle

      Luc I:30-34- « L’ange lui dit : « Ne craignez point, Marie, car vous avez trouvé grâce devant Dieu. Voici que vous concevrez en votre sein, et vous enfanterez un fils, et vous lui donnerez le nom de Jésus. Il sera grand, on l’appellera le Fils du Très-Haut ; le Seigneur Dieu lui donnera le trône de David son père ; il régnera éternellement sur la maison de Jacob, et son règne n’aura point de fin. » Marie dit à l’ange : » Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d’homme ? » »

      L’ange apparaît à Marie et lui dit qu’elle va concevoir et enfanter un fils. Marie répond en disant: ‘Comment cela se fera-t-il, puisque je ne connais point d’homme ?’ La signification réelle c’est : ‘Comment cela se fera-t’il ? puisque je suis vierge’. Et pourquoi ça ? Eh bien parce que Marie comprenait comment les enfants étaient conçus. Ainsi, sa réponse n’a de sens que si elle avait fait vœu de virginité à vie ; elle se demandait comment elle pouvait concevoir tout en étant vierge. En effet, si Marie comprenait que la conception de l’enfant se ferait par miracle, elle ne poserait pas la question ‘Comment cela se fera-t’il’, en outre, si son futur mariage avec Joseph était un mariage « normal » où les époux ont des rapports charnels, elle ne serait pas étonnée de l’annonce de l’ange et ne dirait pas non plus ‘ je ne connais point d’homme‘. Ainsi, la seule explication logique de sa réponse à l’ange est qu’elle s’était vouée à la virginité, ce qui n’est pas contraire à son engagement Joseph: le comportement moral à l’époque dictait que les vouées à la virginité devaient avoir un protecteur masculin, qui garderait et respecterait le vœu. Voilà quel fut le rôle de Joseph.

      Une preuve historique solide de ce que la théologie catholique affirme depuis des siècles a récemment été découvertes : «La conception virginale était aussi peu crédible à l’époque qu’aujourd’hui. Elle allait à contre-courant du contexte culturel du Premier Testament, où la virginité était perçue de manière négative. C’est la raison pour laquelle on a longtemps considéré que le vœu perpétuel de virginité prononcé par Marie, tel qu’il découle du texte de Luc, était incompatible avec la mentalité juive, cantonnant la femme dans son rôle de procréateur. On avait de bonne raisons de penser qu’il s’agissait là d’une invention tardive, jusqu’au jour où, sur un rouleau de Qumrân, on trouva mention de ces vœux de continence, pour des raisons d’oblation religieuse, même à l’intérieur du mariage. Ce texte réagissait à certain excès, ce qui laisse entendre que les cas n’étaient pas si rares: «Si une jeune fille a fait un vœu de virginité sans que son père en soit averti, il peut là relever de son vœu. Dans le cas inverse, lui et sa fille sont tenus par ce vœu. Si une femme marié prononcé un tel vœu sans que si mari le sache, il peut déclarer ce vœu nul. Si toutefois il est d’accord avec une telle mesure, les deux sont dans l’obligation de le garder.» (Jean-Christian PETITFILS, Jésus, Fayard, 2011)

      Notons que Daniel RAFFARD de BRIENNE, disait: « ‘On suppose parfois que la question de Marie signifie : je ne veux pas connaître d’homme; on admet alors chez elle la volonté de garder sa virginité, mais le présent du verbe indique un état non une volonté’. On remarque le balancement du texte : on suppose parfois … on admet alors … mais…, avec in causa un argument négatif et inexact: Le présent (grec, latin ou français) correspond ici à l’imparfait du texte hébraïque original. L’imparfait hébreu désigne une action inachevée et recouvre à la fois notre présent et notre futur: il peut indiquer à la fois l’état et la volonté. » En d’autres termes: la réponse que Marie fit à l’ange en araméen peut littéralement être traduite au présent au futur. Ainsi, ce qui fut traduit en grec à partir du texte araméen original par ‘je ne connais pas d’homme‘ aurait pu et aurait dû être traduit par ‘je ne connaîtrai pas d’homme‘, ce qui prouve le voeu de virginité qu’elle fit.

      Notons par ailleurs qu’il est souvent cru que les Evangiles furent initialement écrit en grec: c’est faux: nous avons des preuves (en annexe: bas de document) qu’au moins l’Evangile selon saint Matthieu (celui qui nous intéresse ici) fut initialement écrit en araméen…

      Les objections contre cette affirmation sont exposées à la fin de cet article: http://www.icrsp.org/Calendriers/Mois-St-Joseph/Textes/St-Joseph-St-Thomas-Virginite-B-Vierge-Marie.htm. Et comme il est démontrer dans celui-ci: http://www.mariedenazareth.com/qui-est-marie/le-voeu-de-virginite-de-joseph-avec-marie-0, ce voeu fut fait antérieurement au mariage mais ultérieurement aux fiançailles.

      B) Jean XIX: 26 prouve que Marie n’a pas eu d’enfant autre que Jésus

      En mourant sur la croix, Jésus confie sa mère à la garde de Saint Jean l’Apôtre.

      Jean 19:26-27 – «Jésus, voyant sa mère, et auprès d’elle le disciple qu’il aimait [ Jean ], dit à sa mère : Femme, voilà ton fils. Puis il dit au disciple : Voilà ta mère. Et, dès ce moment, le disciple la prit chez lui.»

      Des érudits soulignent que ce fut un acte formel de mandatement. (Gerry Matatics, Biblical Foundations International, Dunmore, PA.) Jésus confia Sa mère à St Jean afin qu’il prenne soin d’elle. Si Marie avait eu d’autres enfants, Jésus n’aurait pas dit à St Jean de prendre Marie pour mère. Elle aurait été mise sous la garde d’un autre de ses enfants si elle en avait eu comme c’était l’usage chez les juifs. Le fait que Jésus ait confié Marie à St Jean prouve qu’elle n’avait pas d’autres enfants.

      Certains tentent de répondre à cela en affirmant que les ‘frères’ de Jésus ne sont pas croyants et c’est pourquoi Jésus l’a confié à St Jean. Eh bien, c’est réfuté dans Actes 1:14, où il est dit que les ‘frères’ de Jésus étaient des croyants. Jésus savait qu’ils étaient ou deviendraient croyants, et donc il ne l’aurait pas confié à St Jean s’ils étaient Ses vrais frères et sœurs. D’autre tentent encore de dire que l’Apôtre Jean serait le dernier des fils de Marie, mais c’est réfuté par les Evangiles qui disent qu’il était le fils de Zébédée (Mat X, 2 et Mc XVI, 17) et de Salomé.

      Rappelons de plus qu’en Matthieu XV, le Christ tance les pharisiens qui ne prennent pas soin de leurs parents…

      • michel
        27 juillet 2015

        27 juillet 2015

        Comme vous ressourssecaths nous le savons Jésus est Dieu, ce que vous n’arrivez pas à admettre c’est qu’envers Joseph l’époux de Marie,Dieu n’a posé aucun interdit, Joseph et Marie on pu s’aimer librement comme ils en avaient le droit,et sûrement bien au dela de la naissance de Jésus, de Joseph et de Marie cette fois, sont venus d’autres enfants qui ne peuvent pas être frères de sang de Jésus puisque Jésus est Dieu…les gens de Nazareth ne pouvaient pas comprendre pour eux Jésus était l’aîné…

      • Ressources Catholiques
        5 août 2015

        C’est là une hypothèse que vous ne prouvez pas. Or, moi j’ai des preuves du contraire:https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2015/03/28/demonstration-de-la-virginite-perpetuelle-de-marie-synthese/

        En effet, même si la Bible ne dit nulle part « Marie et Joseph n’avaient pas le droit d’avoir e relations conjugales » qu’ils en avaient le droit. Il y a un grand nombre d’éléments qui nous donnent la certitude qu’ils n’en ont pas eu.

      • michel
        29 juillet 2015

        2. Selon S. Jérôme  » la généalogie du Sauveur est amenée jusqu’à Joseph d’abord parce que ce n’est pas l’usage des Écritures de constituer une généalogie par les femmes. Ensuite parce que Marie et Joseph étaient de la même tribu. Aussi était-il obligé par la loi de l’épouser « . Et comme dit S. Augustin  » Il fallait faire aboutir la série des générations jusqu’à Joseph pour ne pas déprécier, à propos

        de ce mariage, le sexe masculin qui est le plus fort, et la vérité n’y perdrait rien, puisque Joseph et Marie descendaient tous deux de David.  »

        Non l’ange Gabriel n’est pas un étourdit il ne dit pas que Marie aussi est descendante du roi David… seul Joseph était de la descendance du roi David, le roi David a reçu cette promesse dans sa descendence viendra le sauveur

        Ecoutez donc, maison de David! Est-ce trop peu pour vous de lasser la patience des hommes, Que vous lassiez encore celle de mon Dieu? 14C’est pourquoi le Seigneur lui-même vous donnera un signe, Voici, la jeune fille deviendra enceinte, elle enfantera un fils,ésaïe 7:14

        Au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
        1.27
        auprès d’une vierge fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph. Le nom de la vierge était Marie.

        …22puis, l’ayant rejeté, il leur suscita pour roi David, auquel il a rendu ce témoignage: J’ai trouvé David, fils d’Isaï, homme selon mon coeur, qui accomplira toutes mes volontés. 23C’est de la postérité de David que Dieu, selon sa promesse, a suscité à Israël un Sauveur, qui est Jésus.actes 13:22-23…

        Joseph, son époux, qui était un homme de bien et qui ne voulait pas la diffamer, se proposa de rompre secrètement avec elle.
        1.20
        Comme il y pensait, voici, un ange du Seigneur lui apparut en songe, et dit: Joseph, fils de David, ne crains pas de prendre avec toi Marie, ta femme, car l’enfant qu’elle a conçu vient du Saint Esprit

        Au sixième mois, l’ange Gabriel fut envoyé par Dieu dans une ville de Galilée, appelée Nazareth,
        auprès d’une vierge fiancée à un homme de la maison de David, nommé Joseph. Le nom de la vierge était Marie.
        L’ange entra chez elle, et dit : Je te salue, toi à qui une grâce a été faite ; le Seigneur est avec toi.
        Marie est la bien aimée de Joseph le charpentier de Nazareth c’est donc elle Marie qui donnera à la descendance du roi David le sauveur promis depuis les temps anciens…

        Joseph aussi monta de la Galilée, de la ville de Nazareth, pour se rendre en Judée, dans la ville de David, appelée Bethléhem, parce qu’il était de la maison et de la famille de David,
        2.5
        afin de se faire inscrire avec Marie, sa fiancée, qui était enceinte…

      • Ressources Catholiques
        5 août 2015

        Je ne vois pas où vous voulez en venir avec ce commentaire.

        Je ne dirai que deux choses:

        1° même si Marie n’était pas de la descendance de David, je ne vois pas ce que ça peut bien faire quant à sa Virginité Perpétuelle.

        2° elle est bel et bien descendante de David: Jésus est « issu de la lignée de David selon la chair » (Rom 1,3). Or s’il l’est par la chair, c’est Qu’il l’est par Marie car Joseph est son père adoptif et non biologique.

        http://www.mariedenazareth.com/qui-est-marie/les-ancetres-de-marie

    • Daniel PIGNARD
      27 juillet 2015

      La bible ne se contredisant pas parce que parole de Dieu, ce que Jésus dit à Jean « Voici ta mère » ne veut en aucun cas dire que Jésus n’a pas eu de frère puisque contredisant les nombreux passages qui disent qu’il a eu des frères et sœurs.
      Tout vrai docteur de l’écriture s’interdit d’aller plus loin que l’écriture.

  13. michel
    26 juillet 2015
  14. michel
    5 août 2015

    …Une signification spirituelle au silence sur les ancêtres de Marie…
    Ce serait le cas de Jésus si l’on admet l’hypothèse d’une ascendance lévitique pour Marie. Jésus n’a certes pas besoin de cela pour être le Grand Roi et le Grand Prêtre que notre foi confesse (cf. He3,1) mais cela conviendrait à sa messianité. Reste qu’il est impossible de trancher la question de l’appartenance de la Vierge à
    telle ou telle tribu. Même saint Luc qui se plait pourtant à souligner l’enracinement judaïque des personnages (Elisabeth fille d’Aaron, Joseph, fils de David, Anne fille de Phanuel de la tribu d’Aser…) ne nous dit rien à ce sujet .http://www.mariedenazareth.com/qui-est-marie/les-ancetres-de-marie

    …là c’est honnète,c’est bien dit, impossible de savoir d’où vient Marie…ça confirme bien la prophétie d’Isaïe 7:14… »voici la jeune fille deviendra enceinte elle enfantera un fils »…

    Peut-être faut-il voir une signification spirituelle à ce silence ? Marie n’est d’aucune tribu en particulier parce qu’elle est la Mère de tous les vivants ; elle n’est ni de la maison de David ni de la maison de Lévi parce qu’elle est tout simplement de la maison de Dieu [4]. Aussi ne reçoit-elle pas de bénédiction particulière comme chacune des 12 tribus (cf Genèse 49). Elle est simplement « bénie entre toutes les femmes » …http://www.mariedenazareth.com/qui-est-marie/les-ancetres-de-marie

    oui c’est vrai Marie est bénie entre toutes les femmes c’est parce que Marie est promise à un homme de la descendance du roi David, l’ange Gabriel qui sait ce qu’il dit par ce qu’envoyé envoyé par Dieu dit bien à Joseph « Joseph fils de David »…. l’ange Gabriel n’est pas un étourdit il dit simplement à Marie « surprise d’une telle visite » « je te salue Marie » le Seigneur est avec toi tu es « bénie entre toutes les femmes »…oui « bénie entre toutes les femmes » parce que Marie est la bien aimée d’un descendant du roi David… »Marie surprise » à ce que lui expliquait l’ange Gabriel, Marie à n’en pas douter ne s’attendait pas à une telle grâce de la part de Dieu…

  15. michel
    6 août 2015

    Une première hypothèse, la plus simple, voudrait que Marie, épouse de Joseph, fût, elle aussi, d’ascendance davidique. En ce cas Jésus serait incontestablement « issu de la lignée de David selon la chair » (Rom 1,3) – See more at: http://www.mariedenazareth.com/qui-est-marie/les-ancetres-de-marie#sthash.0ZTENqjU.dpuf

    Je ne dirai que deux choses:

    1° même si Marie n’était pas de la descendance de David, je ne vois pas ce que ça peut bien faire quant à sa Virginité Perpétuelle.

    2° elle est bel et bien descendante de David: Jésus est « issu de la lignée de David selon la chair » (Rom 1,3). Or s’il l’est par la chair, c’est Qu’il l’est par Marie car Joseph est son père adoptif et non biologique.

    Jésus est Dieu, il ne peut pas être de la descendance du roi David Jésus est le sauveur vient dans la descendance du roi David … Marie est l’épouse de Joseph lui même descendant du roi David, c’est donc elle Marie qui donne à la descendance du roi David le sauveur promis…Quelle grâce quelle bénédiction merveilleuse dont a été recouverte Marie elle porte en son sein l’enfant né du Saint-Esprit,Marie est la mère du Sauveur promis dès les temps anciens le sauveur vient dans la descendance du roi David…c’est Joseph qui est la clé du mystère parce qu’il est lui même descendant du roi David…

    Généalogie(St Matthieu)…Joseph l’époux de Marie de laquelle est né Jésus appelé le Christ…
    commentaire…on l’appelle « fils de David » mais en réalité Jésus est le fils de Dieu parce ce que né du Saint-Esprit

    …vers 30 ans Jésus commença son ministère étant à ce qu’on croyait fils de Joseph…Jésus a provoqué un terrible émoi à Nazareth à tel point que les gens disaient »mais celui ci n’est t’il pas le fils du charpentier ? n’a t’il pas pour mère la nommée Marie ?(Joseph et Marie ont à ce moment là 30 ans de plus) et ses frères et soeurs ne sont t’ils pas tous parmis nous ? …depuis le temps les gens de Nazareth qu’ils sont voisins de la famille Joseph le charpentier Marie son épouse et leurs enfants…les gens de Nazareth ont du pleurer en écoutant Jésus ils disaient de lui « Jamais homme n’a parlé comme cet homme »…ils disaient en le désignant parmis ses frères et soeur « mais celui ci n’est t’il pas le fils de charpentier »

    extrait de cathobiblique « mais celui la n’est t’il pas »version Darby…d’autres versions « n’est ce pas le fils du charpentier »… »celui ci n’est ‘il pas le fils de charpentier »…

  16. michel
    6 août 2015

    Catholiques
    5 août 2015

    C’est là une hypothèse que vous ne prouvez pas. Or, moi j’ai des preuves du contraire: https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2015/03/28/demonstration-de-la-virginite-perpetuelle-de-marie-synthese/

    En effet, même si la Bible ne dit nulle part « Marie et Joseph n’avaient pas le droit d’avoir e relations conjugales » qu’ils en avaient le droit. Il y a un grand nombre d’éléments qui nous donnent la certitude qu’ils n’en ont pas eu

    ouais comme « Joseph fils de David ne crains pas de prendre chez toi Marie ta femme…
    comme Joseph fit ce que l’ange lui avait ordonné il prit sa femme avec lui…je ne met pas la suite… et la suite que ça donne…je ne veux pas vous faire fâcher…

    • Ressources Catholiques
      24 août 2015

      Lisez le premier argument du lien !

  17. michel
    26 août 2015

    « démonstration de la virginté perpétuelle de Marie » .

    commentaire » Comment cela se fera-t-il, puisque (je suis vierge)je ne connais point d’homme ? cette réponse de Marie veut t’elle vraiment dire que subitement elle a décidé de faire voeux de virginité perpétuelle? et ne veux pas connaître un
    homme alors qu’elle se sait de son plein gré promise, Marie se rétracte ? envers et contre tout elle ne veux plus entendre parler noce normale? l’ange Gabriel n’était t’il pas encore informé? de ce changement subit radical de Marie quand il a dit « Joseph fils de David ne crains pas de prendre Marie ta femme ce qui est en elle vient du Saint-Esprit. Et quelle est la réaction de Joseph bien au point pour faire tout ce que l’ange lui a bien recommandé, qu’elle est sa réaction?, à ce que lui dit Marie,(ça ce n’est pas écrit),toi aussi Joseph mon aimé il faut que tu restes vierge à perpétuité…Alors Joseph par amour se soumet à sa bien aimée… quand même il aurait été respectable de la part de Marie qu’elle demande à l’ange Gabriel d’informer Joseph de son radical et immuable changemet…ça lui aurait bien atténué ce nouveau chagrin …

    extrait « Un passage de Saint Ambroise commente la loi citée par l’Évangile ( Lc 2, 23 ) : « Tout mâle qui ouvre le sein maternel sera consacré au Seigneur. » C’est ainsi, explique Saint Bède le Vénérable, « qu’on parle d’une naissance ordinaire ; il ne faudrait pas en conclure que le Seigneur, après avoir sanctifié cette demeure en y entrant, lui ait fait perdre, en en sortant, sa virginité ». Aussi » ouvrir le sein » ne signifie pas comme d’ordinaire que le sceau de la pudeur virginale est brisé, mais seulement que l’enfant est sorti du sein de sa mère.

    commentaire : si l’ange dit à Joseph « ne crains pas de prendre Marie ta femme ce qui est en elle vient du Saint-Esprit » si l’ange Gabriel lui dit qu’il peut la reprendre c’est qu’en effet il peut la reprendre, Marie est toujours vierge Dieu la lui rend intacte…

    Mais oui il faut toujours aller au delà essayer de voir ce qu’il ne nous est pas dit
    Marie subitement fait voeux de virginité perpétuelle et sans doute par ce que Marie le lui a dit, Joseph le charpentier lui aussi doit faire voeux de virginité perpétuelle attention pas trop de câlins pas trop de doux mots pas trop de mots d’amour ce qui risquerait d’affoler Marie sa bien aimé….tous deux risquerait de s’affoler pensez donc à dixhuit ou vingt ans Joseph le charpentier et Marie la jeune fille de Gallilée…

    pensez donc pour être encore plus près de Dieu il faut rester vierge, et puis Marie bénie comme elle l’est il est insoutenable qu’elle et son bien aimé puisse se rapprocher…

    Démonstration de la Virginité Perpétuelle de Marie: synthèse

  18. Pingback: Saint Augustin et la fondation de l’Eglise sur Saint Pierre | +†+Yesus Kristus azu+†+

  19. Pingback: POUR UNE FOI CATHOLIQUE BÂTIE SUR LE ROC (Mt.7, 25) | documentation.erlande

  20. Pingback: Les fondements bibliques de la Papauté (3): Luc XXII, 32: le Christ donne à saint Pierre le charisme d’infaillibilité | +†+Yesus Kristus azu+†+

  21. Pingback: Comment Pierre peut-il être le chef de l’Église malgré son triple reniement ? | +†+Yesus Kristus azu+†+

  22. Pingback: L’incident d’Antioche – Saint Paul était-il supérieur à Saint Pierre ? | +†+Yesus Kristus azu+†+

  23. Pingback: De quand date la Papauté ? | +†+Yesus Kristus azu+†+

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :