+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Découverte d’une lettre prouvant l’inexistence de Jésus

Il y a quelques jours, une lettre a été découverte dans les catacombes de Rome. Et, celle-ci concernait l’Eglise catholique. Il semblerait que tout soit faux depuis le départ. En fait, la Bible ne serait qu’un ensemble de textes qui ont été compilés par des auteurs anonymes – mais donc, qui n’ont rien de vrais. Depuis la découverte de ladite lettre, des questionnements notamment au sein du Vatican n’ont cessé de faire surface. Et la lettre permet également de comprendre certaines paroles de Papes tels que Léon X, qui affirmait déjà que l’hisotire du Christ n’est qu’une fable. Mais que cela permettrait certainement de manipuler les masses, car, en maintenant une menace sur un peuple, cela le tiendrait loin d’une certaine et éventuelle révolte. A ce propos, c’est également la question de l’existence de Dieu qui a été mise en cause. Mais, pour le moment, il est prévu que le Vatican fasse une annonce après la célébration de Pâque. Sur ce, nous verrons bien ce qu’il a à dire sur cette question.

Les premières lignes de la lettre

Les premières lignes de la lettre

D’autres parts, il faut relever qu’une lettre citée par de nombreux Pères de l’Eglise a souvent été mentionnée, sans que celle-ci n’ait été retrouvée. On a souvent supposé que la lettre se trouvait vraisemblablement dans la Bibliothèque d’Alexandrie – et qu’elle aurait été brûlée en même temps que l’incendie qui avait touché cette Bibliothèque célèbre de l’Antiquité. Par exemple, Basile de Césarée notait déjà que : <L’existence d’une telle ouevre [parlant de la lettre] ne doit être révélée, car ce serait la fin de tout le travail qu’on aura fourni jusqu’à présent>. On a toujours recherché de quelle lettre il s’agissait là, mais jamais, aucune réponse satisfaisante n’avait été donnée. Dès lors que la fracassante lettre a été découverte, les hypothèses semblent converger vers la même fin, à savoir qu’il s’agit là de la lettre récemment découverte (qu’on identifie donc à celle citée par certains Pères et écrivains ecclésiastiques). Basile de Césarée n’est pas le seul à avoir fait une remarque. Chez Arius, qui est considéré comme hérétique, à cause de l’arianisme, qui disait que le Fils n’est pas de la même substance que le Père, on peut lire ce qui suit : <Cette lettre doit impérativement être mise de côté; non seulement parce qu’elle contredit la foi, mais également parce que, si elle venait à être découverte, alors, il faudrait se rendre à l’évidence que tout ce que nous avons cru jusqu’à présent n’était que pure fantaisie>. On comprend d’ailleurs, pour quelles raisons, il y a quelques années, le Vatican avait voulu changer le Notre Père… Pour ce qui concerne cette mystérieuse lettre, vous pouvez trouver les références chez d’autres auteurs tels que le plus grand Père de l’Eglise – S. Augustin, dans son traité contre les donatistes (Livre I, chapitre 4) ; ou encore dans De Trinitate (Livre VI, chapitre 1) , chez Athanase d’Alexandrie, Eusèbe de Césarée ; Origène d’Alexandrie dans son Traité des Principes (Tome 4, aux éditions Sources Chrétiennes), saint Jean Chrysostome quant à lui disait clairement que : <Il est évident que tout n’est forgé que sur le mensonge, et que, Dieu, il est certain, n’est pas ; or, ce qui importe à tous, c’est de faire croire au peuple que tout cela est vrai et ainsi, tous éviteront une quelque révolte.> ; et également chez la plupart des médiévaux, par exemple S. Anselme dans son Proslogion, lorsqu’il énonce la fameuse preuve ontologique de l’existence de Dieu, affirme en fin du chapitre II, qu’il serait vain de prouver Dieu, car une certaine lettre soutient que tout n’a été forgé que sur des mensonges ; Thomas d’Aquin, le docteur angélique, relève également une certaine lettre dans son De ente et essentia ; mais également dans sa Somme contre les Gentils (Livre I, chapitre 43) ; Saint Bernard de Clairvaux parle également de cette lettre ; mais très discrètement. On peut encore citer des auteurs, plus tard dans l’histoire, tels que saint Bonaventure, Sainte Thérèse de Lisieux, Sainte Thérèse d’Avila

Les premières pages de la lettre, écrites en grec ancien, laissent entendre que, dans les premiers siècles, il y a des hommes qui seseraient mis à écrire une histoire totalement délirante au sujet d’un personnage qui faisait des miracles ; et qu’ensuite, tous ceux qui avient découvert la supercherie avaient été tués par ces hommes qui se nommaient des Chrétiens ; alors que, dans la ville, personne n’avait jamais entendu parler d’un personnage nommer Jésus. On comprend d’ailleurs pourquoi certains évêques avaient recommandé au pape Jules III ce qui suit : <La lecture de l’Évangile ne doit être permise que le moins possible surtout en langue moderne et dans les pays soumis à votre autorité. Le très peu qui est lu généralement à la messe devrait suffire et il faudrait défendre à quiconque d’en lire plus>. Le contenu, les premières pages de la lettre sont les suivantes :

<Mon cher Théophile, il est important que tu saches ce qui s’est passé dans les premiers siècles. Des personnes, certainement mal intentionnées ont inventé une histoire de toute pièce, afin de soumettre le peuple. Ils affirment qu’un personnage du nom de Jésus aurait existé ; or, aucune trace n’a été trouvé jusqu’à présent. Moi qui suis originaire de Nazareth, et ayant vécu en ces lieux, je puis te certifier que rien de tel n’a jamais eu lieu. C’est pourquoi, j’ai absolument besoin que tu répandes la nouvelle afin de dénoncer l’imposture. Car, tous ceux qui essayent de dénoncer l’imposture, sont tués par ces personnes se disant et se nommant  « Chrétiens ». Leur seul but n’a été que de soumettre le peuple. C’est pourquoi d’ailleurs, nous sommes combattus. Nous connaissons d’ailleurs celui qu’ils appellent Jean, qui est notre frère ; mais celui-ci nous a clairement certifié qu’un personnage de Yeshoua n’était pas né aux environs ; ou même que, rien, dans les textes des Juifs, qui eux également ne sont qu’une pure invention, ne certifiait la venue d’un prétendu Messie…>

Ces quelques lignes sont certes fracassantes, raison pour laquelle la lettre doit être examinée avec soin. Les premières analyses au Carbonne 14 ont montré que la lettre provient du premier siècle ; et qu’elle a été probablement écrite par Polycarpe qui, d’ailleurs comme le reconnaît la tradition de l’Eglise, était un disciple de Saint Jean. Or, dans cette lettre il affirme que Saint Jean ne connaît aucun Jésus, et donc que Jésus n’a jamais existé. Pour lire les quelques extraits en grec, et les avancées sur ce sujet, veuillez-consulter et cliquer sur le lien suivant.

Advertisements

10 commentaires sur “Découverte d’une lettre prouvant l’inexistence de Jésus

  1. Bousquet
    1 avril 2015

    en avril, méfie-toi du premier !

  2. victoria
    2 avril 2015

    J’ai senti mon cœur s’arrêter quelques secondes!!!!!

  3. laela
    2 avril 2015

    Salutations!
     »A QUI » profite cette  »lettre »……Au DIABLE! Il est très INTELLIGENT! Depuis le temps, qu’il veut  »détruire » l’oeuvre de Dieu. et L’ÉGLISE…et surtout dans ce temps de  »RÉSURECTION »……Soyons plus  »FUTÉS » et laissons-le  »s’étouffer » avec SON mensonge……RIEN n’arrête Satan…….RÉVEILLONS-NOUS! Apprenons à CONNAÎTRE l’ennemi…..pour le  »déjouer ». C’est un COMBAT entre le  »BIEN » et le  »Mal »…et LUI ne lâche JAMAIS! Et nous?
    Miche

    • Ressources Catholiques
      2 avril 2015

      Du calme Laela, c’est un poisson d’avril! Lisez bien l’article jusqu’au bout…

      • Lilly
        10 août 2015

        C’est une blague, mais la réalité rattrape la fiction, cf au texte du soit-disant mariage de Jésus.
        Un texte minuscule qui ne contient quasiment, comme par hasard, la phrase « ma femme dit Jésus… » qui commence pile au bon endroit, et s’arrête pile également au bon endroit, avec la phrase bien au milieu, pour qu’on ne la manque pas, si jamais des fois… Comment les gens peuvent être si naïfs? Je crois que la réponse c’est qu’ils cherchent des confirmations car s’ils se mettaient à avoir des doutes sur leur non-croyance, ce serait un trop grand chambardement dans leurs vies.
        Y aura encore d’autres blagues gnostiques du genre mariage de Jésus malheureusement…

  4. Lilly
    10 août 2015

    Juste une petite remarque: méfiez-vous, ils sont capables de reprendre ce texte hors contexte, pour « prouver » la non-existence de Jésus, leur mauvaise foi est abyssale.

    • Michelyne Laflamme
      11 août 2015

      Satan est le père du Mensonge…..et il a des enfants……. Michelyne

    • +++Yesus Kristus azu+++
      18 août 2015

      C’est vrai ; s’ils renvoient à la source d’origine, on constatera bien qu’il s’agit d’un poisson d’avril.

  5. Pingback: POUR UNE FOI CATHOLIQUE BÂTIE SUR LE ROC (Mt.7, 25) | documentation.erlande

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 1 avril 2015 par dans Foi Catholique.
%d blogueurs aiment cette page :