+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Les ‘Apocryphes’ catholiques nient-ils être inspirés?

Certes, je suis plus stupide que personne, Et je n’ai pas l’intelligence d’un homme ; Je n’ai pas appris la sagesse, Et je ne connais pas la science des saints. (Proverbes XXX, 2-3)

Comme ont pu le constater certains lecteurs et visiteurs du site Yesus Kristus azu, un site protestant d’obédience réformée est né dans le seul but de nous répondre. Bien que cela puisse nous paraître étrange, car avant même que site en question enseignât la doctrine protestante – son essence, celui-ci semble plus préoccupé à nous répondre. Bien que cela soit le cadet de nos soucis, nous voulons cependant répondre (lentement, quand le temps nous est donné), à chacun des arguments et non-sens que favorise le site ; ici, spécialement, nous voulons riposter en réfutant son argumentation concernant les livres deutérocanoniques, que les protestants considèrent comme « apocryphes ». L’argumentation adverse prétend que : Les « apocryphes dénient être inspirés », « certains auteurs étaient conscients que leurs écrits pouvaient contenir des erreurs » c’est le dernier argument de l’article suivant… cet article contient 3 arguments principaux, que nous traiterons séparément, afin de ne point alourdir les articles.

rouleau bibleSi nous nous basons sur la phrase : « certains auteurs étaient conscients que leurs écrits pouvaient contenir des erreurs », l’auteur du site protestant reconnaît donc qu’il s’agit d’une possibilité puisque les écrits « pouvaient » contenir des erreurs, mais ne dit point que les écrits « avaient vraiment » des erreurs. Nous voilà donc entrés dans la possibilité, et non dans la certitude. La fragilité de l’argumentation protestante est révélée. Mais, il est une chose que nous ne pouvons laisser passer : l’articulation argumentative protestante qui veut faire des deutérocanoniques des livres apocryphes sous prétexte que ceux-ci (donc, tous les sept livres du canon Catholique) nient être inspirés, cette argumentation, voulions-nous dire, repose sur le sophisme qu’est la généralisation abusive, et grotesque. Puisque, comme nous allons le voir, pour conclure que les livres deutérocanoniques dénient leur inspiration, l’auteur prend comme exemple deux textes seulement, sur sept. Et, à partir de deux seuls textes (Livre des Macchabées, Ben Sirach), il conclut que les livres (sous-entendus les sept livres) deutérocanoniques sont apocryphes.

Se basant sur la conclusion du second livre des Macchabées qui affirme ce qui suit : « Ainsi se passèrent les choses concernant Nicanor, et, comme à partir de ce temps la ville demeura en possession des Hébreux, moi aussi je finirai là mon récit. Si la disposition des faits en est heureuse et bien conçue, c’est aussi ce que j’ai voulu; si elle est imparfaite et médiocre, c’est tout ce que j’ai pu faire… » (II Macchabées 15, 38-39), l’auteur du site protestant conclue que celui qui a rédigé le Livre doutait lui-même de l’authenticité du texte. Or, ce n’est pas ici un aveu d’inauthenticité des dires de l’auteur du second livre des Macchabées, mais rien de plus qu’un aveu d’humilité. Il ne fait que demander la clémence des lecteurs, à cause d’un style narratif éventuellement pauvre. L’auteur ne se considérait certainement pas comme un Victor Hugo, un Platon, un Aristote et bien d’autres. L’objection contre l’authenticité n’a donc aucune valeur, voire aucun sens. De plus, lorsqu’on remarque, dans le Nouveau Testament ceux que Le Seigneur choisit, ce ne sont certainement pas de grands intellectuels – à l’exception, évidemment de Paul de Tarse. Ainsi, se basant sur un seul livre deutérocanonique, l’auteur du site protestant soutient, à partir de là, que certains auteurs ont nié être inspirés : pur sophisme, nous l’avons déjà relevé. Si l’objection était correcte – malheureusement elle ne l’est pas –, il faudrait conclure que seuls les livres des Maccabées et Ben Sirach sont inauthentiques, non pas tous les livres deutérocanoniques.

A ce stade de notre réponse, nous pouvons arrêter puisque nous avons montré que l’argument adverse est nul. Il ne vaut rien. Mais, n’étant point minimaliste, nous voulons montrer à quel point un tel argument est ridicule lorsqu’il est pensé jusqu’au bout. À ce propos, nous invoquerons les écrits de S. Paul. Nous lisons en I Corinthiens 7, 11-13+ :

« Quant aux personnes mariées, j’ordonne, non pas moi, mais le Seigneur, que la femme ne se sépare point de son mari ; – si elle en est séparée, qu’elle reste sans se remarier ou qu’elle se réconcilie avec son mari; pareillement, que le mari ne répudie point sa femme. Aux autres, je dis, moi, non le Seigneur: Si quelque frère a une femme qui n’a pas la foi, et qu’elle consente à habiter avec lui, qu’il ne la renvoie point ; et si une femme a un mari qui n’a pas la foi, et qu’il consente à habiter avec elle, qu’elle ne renvoie point son mari (…) ».

Suivant ces paroles de s. Paul, qu’est-ce qui doit être considéré comme « inspiré » ? Puisque, ici, nous avons clairement deux niveaux : ce que Le Seigneur ordonne, et ce que s. Paul (en son nom) ordonne. Devons-nous, dans ce cas précis, éliminer l’authenticité des paroles, voire de la Lettre de S. Paul ? Si on suivait la logique protestante, il le faudrait, puisque c’est l’homme Paul qui donne un jugement qui lui est propre et non du Seigneur ; mais force est de constater que ces textes sont bel et bien considérés comme « inspirés » chez les Protestants – à moins que nous nous trompions ? Ou encore, nous lisons II Corenthiens 8, 10 : « C’est un avis que je donne là-dessus, car cela vous convient, à vous qui non seulement avez commencé à agir, mais qui en avez eu la volonté dès l’année dernière » Mais, si nous poursuivons la logique du site protestant, que conclurons-nous, en lisant la fin du chapitre 7, de la même lettre de S. Paul qui nous dit : « Elle est plus heureuse, néanmoins, si elle demeure comme elle est: c’est mon avis ; et je crois avoir, moi aussi, l’Esprit de Dieu » (vers. 40) Cette phrase laisse entendre que S. Paul n’est pas vraiment certain d’avoir l’Esprit de Dieu : sauf que S. Paul a véritablement l’Esprit, mais il est modeste tout simplement. De même, lorsque vous lisez les mystiques catholiques, vous apprenez une chose que vous savez déjà : plus on se rapproche de Dieu, plus on se sent minuscule, car on prend conscience à quel point l’on est bien peu de chose. Et, en lisant l’Apôtre S. Paul, vous pourrez constater que ce dernier parle souvent à son nom, parlant d’instructions comme « ses propres » instructions. Il y a une manière simple de l’expliquer : cela s’explique par la notion de Causalité… Dieu est cause première, l’Homme est cause seconde (nous reviendrons sur ces notions capitales qui méritent d’être abordées).

Avant de conclure, nous voulons encore prendre un exemple pris par le site protestant. Celui-ci fait un contraste entre le prologue du Siracide avec quelques exemples du N. Testament. Nous allons aussi voir que l’argument est nul, voire nuisible. Ainsi, le site protestant oppose les derniers mots du second livre des Maccabées, aux mots de saints Luc, Jean (la première épître, qui affirme ce que nous avons vu, que nous avons contemplé…). Dans le début de son évangile, S. Luc nous dit :

« Comme plusieurs ont entrepris de composer une relation des choses accomplies parmi nous, conformément à ce que nous ont transmis ceux qui ont été dès le commencement témoins oculaires et ministres de la parole, il m’a paru bon à moi aussi, qui de longue date ai tout suivi avec soin, d’en écrire pour toi le récit suivi, noble Théophile, afin que tu reconnaisses la certitude des enseignements que tu as reçus » (S. Luc 1, 1-4)

Pour l’auteur du site protestant, ces paroles de Luc, confirme l’authenticité de ses dires. Et de fait, on ne comprend pas. Puisque ces paroles de Luc, pourraient nous pousser à dire que son texte n’est point inspiré, puisqu’il affirme avoir fait des recherches ! Au contraire, ce passage cité par l’auteur protestant semble récuser l’authenticité des dires de Luc, bien qu’il affirme la présence de « témoins oculaires » : St Irénée de Lyon ne tient-il pas un discours voisin dans Contre les Hérésies ? Par ailleurs, si ces paroles soutiennent l’authenticité du texte de S. Luc, comment donc, l’auteur du site protestant refuse l’authenticité au Ben Sirach, dans lequel nous lisons (dans le prologue) une description analogue (?) – trad. liturgique :

« LA LOI, les Prophètes et les livres qui leur font suite nous ont transmis de nombreuses et grandes leçons, et il faut, à ce sujet, louer Israël pour son enseignement et sa sagesse ».

En définitive, donc, ainsi, l’argumentation vaut pour l’Evangile de S. Luc, et non pour Ben Sirach – la même argumentation, signalons-le. Contradictions. Tissu de contradictions. Nous reviendrons sur les « autres » arguments présentés par le site contre les deutérocanoniques, mais aussi, contre la Foi catholique présentée sur notre site. Mais, il faut dire que si l’argumentation adverse s’articule comme ici, sur des illusions, alors, nous ne perdrons pas davantage de temps à  répondre…

P.-S: suite à cette réfutation ci-dessus, l’auteur du site protestant tente de nous répondre – stipulant que nous serions de ‘mauvaise foi’ – , en catastrophe, terminant son article sur un hors-sujet. Nous lui avons formulé une autre réponse dans l’article suivant, qui le réfute doublement…

Advertisements

3 commentaires sur “Les ‘Apocryphes’ catholiques nient-ils être inspirés?

  1. Christian Guie
    5 décembre 2014

    ouais, il faut que le dise Yesus kristos azu … tu as atteint un autre niveau

  2. Pingback: Les Deutérocanoniques nient leur inspiration? | +†+Yesus Kristus azu+†+

  3. Pingback: Les deutérocanoniques ne sont pas apocryphes! | +†+Yesus Kristus azu+†+

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :