+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse

La rédaction de Yesus Kristus azu vous souhaite à tous une sainte fête de Notre Dame de la Médaille Miraculeuse!

En 1830, la Sainte Vierge apparu à Paris (rue du Bac, VIIème arrondissement) à la religieuse et futur sainte Catherine Labouré. Elle lui dit des prophéties qui se réalisèrent: 

– elle a dit que le trône serait renversé lors de sa première apparition le 18 juillet 1830, et en effet, le Roi Charles X de France a abdiqué le 2 août suivant.

– elle a dit que l’Archevêque de Paris serait tué; et il se trouve qu’au XIXème siècle, pas moins de trois archevêques de Paris ont été tué: Mgr Denys AFFRE : tué en 1848 sur une barricade alors qu’il voulait calmer les révoltés, Mgr Marie-Dominique-Auguste SIBOUR : poignardé alors qu’il disait la messe par un ancien prêtre déséquilibré en désaccord avec la définition du dogme de l’Immaculée Conception par le Pape Pie IX, et Mgr Georges DARBOY: fusillé en 1871 par la Commune de Paris.

– elle a aussi prédit que les rue de Paris seraient pleines de sang, et en effet, elles le furent en 1830, lors de la révolte qui chassa Charles X, et encore plus, en 1848 lors de celle qui chassa Louis-Philippe et encore plus en 1871 lors de la Commune: la rébellion contre le pouvoir légal.

Elle lui donna le 30 novembre les instructions pour faire frapper une Médaille. Elle lui assura que ceux qui la porteraient au cou avec confiance en disant régulièrement l’invocation « Ô marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. », se verraient accorder de grenades grâces par Dieu. La médaille regorge de symboles forts en voici une explication: cliquez ici.
Voici un rapide historique: deux ans après l’apparition, la médaille fut frappée avec l’approbation de Mgr De Quelen, Archevêque de Paris. Sa diffusion fut accompagnée de guérisons nombreuses et de conversions retentissantes. La médaille connut immédiatement une diffusion prodigieuse. D’innombrables grâces de conversion, de protection et de guérison furent obtenues. Devant tous ces faits extraordinaires, l’Archevêque de Paris, Mgr de Quélen ordonna une enquête officielle sur l’origine et les effets de la Médaille de la rue du Bac. En voici la conclusion: « La rapidité extraordinaire avec laquelle cette médaille s’est propagée, le nombre prodigieux de médailles qui ont été frappées et répandues, les bienfaits étonnants et les Grâces singulières que la confiance des fidèles a obtenus,  paraissent vraiment les signes par lesquels le Ciel a voulu confirmer la réalité des apparitions, la vérité du récit de la voyante et la  diffusion de la médaille. »

À Rome même, en 1846, à la suite de la conversion retentissante du juif Alphonse Ratisbonne, le Pape Grégoire XVI confirmait de toute son autorité les conclusions de l’Archevêque de Paris. L’endurci Ratisbonne fut converti grâce à une vision de la Vierge qu’il eut grâce à la médaille qu’il avait accepté de porter pour faire plaisir à un ami, il n’eut pas besoin de suivre le catéchisme pour adulte avant son baptême car Notre-Dame lui infusa toute la doctrine chrétienne instantanément lors de l’apparition; il devint prêtre. Si donc vous aimez la Vierge et si vous avez confiance en sa puissante intercession: Portez toujours sur vous la médaille pour vivre dans la grâce de Dieu et jouir de la protection de la Vierge Immaculée; Dites chaque jour l’invocation de la Médaille. La Vierge a voulu être ainsi saluée et invoquée: « Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous » Propagez autour de vous la Médaille; donnez-la particulièrement aux malades et aux affligés.

Saine Catherine Labouré a passé toute sa vie au service des pauvres vieillards, à l’Hospice d’Enghien (77, rue de Neuilly, à Paris), où elle est morte en odeur de sainteté le 31 décembre 1876. Elle a été béatifiée le 28 mai 1933 et canonisée le 27 juillet 1947.

L’invocation de la Médaille: « Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous » partout diffusée par la Médaille Miraculeuse, a suscité l’immense mouvement de foi qui a porté le Pape bienheureux Pie IX à définir, en 1854, le dogme de l’Immaculée Conception.

Quatre ans plus tard, l’apparition de Massabielle (Lourdes) confirmait cette définition romaine d’une manière inattendue. De même que Lourdes est une source intarissable de Grâces, la Médaille Miraculeuse est toujours l’instrument de l’inlassable bonté de Notre-Dame pour tous les pêcheurs et tous les malheurs de la terre.

Si vous voulez aller plus moi au sujet de la médaille, voici de la documentation:
 
 
 
Au sujet de la conversion de juif Alphonse RATISBONNE: http://www.marypages.com/ratisbonneFrancais.htm
 
Livre écrit par ce dernier, une fois devenu prêtre: http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k55265b
 
Trois autres explications des événements:
 
 
 

Extrait du récit de l’apparition à Sainte Catherine Labouré :

En ce moment, je sentis l’émotion la plus douce de ma vie, et il me serait impossible de l’exprimer. La Sainte Vierge m’expliqua comment je devais me conduire dans mes peines, et, me montrant de la main gauche le pied de l’autel, elle me dit de venir me jeter là et d’y répandre mon coeur, ajoutant que je recevrais là toutes les consolations dont j’aurais besoin.

Puis elle me dit encore :

 » Mon enfant, je veux vous charger d’une mission ; vous y souffrirez bien des peines, mais vous les surmonterez à la pensée que c’est pour la gloire du Bon Dieu. Vous serez contredite, mais vous aurez la grâce, ne craignez point ; dites tout ce qui se passe en vous, avec simplicité et confiance. Vous verrez certaines choses ; vous serez inspirée dans vos oraisons, rendez-en compte à celui qui est chargé de votre âme. »

Je demandai alors à la Sainte Vierge l’explication des choses qui m’avaient été montrées. Elle me répondit :

 » Mon enfant, les temps sont très mauvais ; des malheurs vont fondre sur la France ; le trône sera renversé, le monde entier sera bouleversé par des malheurs de toutes sortes. (La Sainte Vierge avait l’air très peinée en disant cela). Mais venez au pied de cet autel : là, les grâces seront répandues sur toutes les personnes qui les demanderont, sur les grands et sur les petits. »

 » Un moment viendra où le danger sera grand ; on croira tout perdu. Je serai avec vous, ayez confiance ; vous reconnaîtrez ma visite, la protection de Dieu et celle de saint Vincent sur les deux communautés. Ayez confiance, ne vous découragez pas, je serai avec vous ! »

Il y aura des victimes dans d’autres communautés. (La Sainte Vierge avait les larmes aux yeux en disant cela). Dans le clergé de Paris, il y aura des victimes, Monseigneur l’Archevêque mourra (à ces mots, ses larmes coulèrent de nouveau). Mon enfant, la croix sera méprisée, on la jettera par terre, on ouvrira de nouveau le côté de Notre Seigneur ; les rues seront pleines de sang ; le monde entier sera dans la tristesse. »

(…) Je ne saurais dire combien de temps je suis restée auprès de la Sainte Vierge ; tout ce que je sais, c’est qu’après m’avoir parlé longtemps, elle s’en est allée, disparaissant comme une ombre qui s’évanouit.

Le 27 novembre 1830, qui était un samedi et la veille du premier dimanche de l’Avent, à cinq heures et demie du soir, faisant la méditation dans un profond silence, j’ai cru entendre, du côté droit du sanctuaire, comme le bruit d’une robe de soie.

J’aperçus alors la Sainte Vierge auprès du tableau de saint Joseph ; sa taille était moyenne et sa figure si belle, qu’il me serait impossible d’en décrire la beauté. Elle était debout, vêtue d’une robe blanc-aurore, de la forme qu’on appelle  » à la Vierge « , c’est-à-dire montante et à manches plates. La tête était couverte d’un voile blanc qui descendait de chaque côté jusqu’aux pieds. Elle avait les cheveux en bandeaux, et, par-dessus, une espèce de serre-tête garni d’une petite dentelle posée à plat sur les cheveux. La figure était assez découverte, et les pieds reposaient sur un globe, ou mieux, une moitié de globe ; du moins, je n’en vis que la moitié. Ses mains, élevées à la hauteur de la poitrine, tenaient d’une manière très aisée un autre globe. Elle avait les yeux élevés vers le ciel, et sa figure s’illumina pendant qu’elle offrait le globe à Notre Seigneur.

Tout à coup, ses doigts se sont remplis d’anneaux et de pierres précieuses très belles … Les rayons qui en jaillissaient se reflétaient de tous côtés, ce qui l’enveloppait d’une telle clarté, que l’on ne voyait plus ni ses pieds, ni sa robe. Les pierreries étaient plus ou moins grosses, et les rayons qui en sortaient étaient proportionnellement plus ou moins éclatants.

Je ne saurais dire ce que j’éprouvai, ni tout ce que j’ai appris en si peu de temps.

Comme j’étais occupée à la contempler, la Sainte Vierge abaissa les yeux sur moi et une voix me dit au fond du coeur :

 » Ce globe que vous voyez représente le monde entier et particulièrement la France et chaque personne en particulier. »

Et la Sainte Vierge ajouta :

 » Voilà le symbole des grâces que je répands sur les personnes qui me les demandent, me faisant entendre ainsi combien elle est généreuse envers ceux qui la prient. »

Dans ce moment, j’étais ou je n’étais pas … je ne sais … je jouissais ! Il se forma alors, autour de la Sainte Vierge, un tableau un peu ovale, sur lequel on lisait, écrites en lettres d’or, ces paroles :

 » Ô Marie conçue sans péché, priez pour nous qui avons recours à vous. »

Alors une voix se fit entendre qui me dit :

 » Faites, faites frapper une médaille sur ce modèle, toutes les personnes qui la porteront recevront de grandes grâces ; en la portant au cou, les grâces seront abondantes pour les personnes qui la porteront avec confiance. »

A l’instant le tableau m’a paru se retourner où j’ai vu le revers de la médaille ; inquiète de savoir ce qu’il fallait mettre du côté du revers de la médaille, après bien des prières, un jour, dans la méditation, il m’a semblé entendre une voix qui me disait :

 » L’M et les deux coeurs en disent assez. »

Advertisements

Un commentaire sur “Notre-Dame de la Médaille Miraculeuse

  1. Pingback: L’immaculée conception, une invention ? 2/2 | +†+Yesus Kristus azu+†+

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 27 novembre 2014 par dans Catholicisme, Foi Catholique, Le Salut, Papauté, Sainte Vierge Marie.
%d blogueurs aiment cette page :