+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

La vie de Thérèse de Lisieux

Nous vous présentons brièvement celle qui est, selon le pape Pie X, la plus grande sainte des temps modernes. Cette biographie est celle proposée par le site du Vatican.


theresia-van-lisieux.largeTHÉRÈSE MARTIN naquit à Alençon, en France, le 2 janvier 1873. Elle fut baptisée deux jours plus tard en l’église Notre-Dame, recevant les noms de Marie Françoise Thérèse. Ses parents étaient Louis Martin et Zélie Guérin. Après la mort de sa mère, le 28 août 1877, Thérèse s’installa avec toute sa famille à Lisieux.

Vers la fin de 1879, elle s’approche pour la première fois du sacrement de la Pénitence. Le jour de la Pentecôte 1883, elle reçoit la grâce insigne de la guérison d’une grave maladie, par l’intercession de Notre-Dame des Victoires. Formée par les Bénédictines de Lisieux, elle fait sa première communion le 8 mai 1884, après une préparation intense, couronnée par une expérience très vive de la grâce de l’union intime avec le Christ. Quelques semaines après, le 14 juin de la même année, elle reçoit le sacrement de la confirmation, accueillant en toute conscience le don de l’Esprit Saint dans une participation personnelle à la grâce de la Pentecôte.

Elle avait le désir d’entrer dans la vie contemplative, comme ses soeurs Pauline et Marie, au Carmel de Lisieux, mais son jeune âge l’en empêchait. Pendant un voyage en Italie, après avoir visité la Maison de Lorette et la Ville éternelle, au cours de l’audience accordée par le Pape aux pèlerins du diocèse de Lisieux le 20 novembre 1887, elle demanda à Léon XIII avec une audace filiale de pouvoir entrer au Carmel à l’âge de quinze ans.

Le 9 avril 1888, elle entra au Carmel de Lisieux. Elle prit l’habit le 10 janvier de l’année suivante et fit sa profession religieuse le 8 septembre 1890, en la fête de la Nativité de la Vierge Marie.

Au Carmel, elle s’engage sur le chemin de perfection tracé par la Mère fondatrice, Thérèse de Jésus, avec une ferveur et une fidélité authentiques, par l’accomplissement des divers services communautaires qui lui sont confiés. Éclairée par la Parole de Dieu, éprouvée très vivement par la maladie de son père bien-aimé, Louis Martin, qui meurt le 29 juillet 1894, elle avance vers la sainteté, inspirée par la lecture de l’Évangile, plaçant au centre de tout l’amour. Dans ses manuscrits autobiographiques, Thérèse nous a laissé non seulement les souvenirs de son enfance et de son adolescence, mais aussi le portrait de son âme, la description de ses expériences les plus intimes. Elle découvre et communique aux novices qui lui sont confiées la petite voie de l’enfance spirituelle; elle reçoit comme un don spécial la charge d’accompagner par le sacrifice et la prière deux « frères missionnaires ». Elle pénètre toujours plus le mystère de l’Église et sent croître en elle sa vocation apostolique et missionnaire, pour attirer tout le monde à sa suite, saisie par l’amour du Christ, son unique Époux.

Le 9 juin 1895, en la fête de la Très Sainte Trinité, elle s’offre en victime d’holocauste à l’Amour miséricordieux de Dieu. Elle rédige alors le premier manuscrit autobiographique qu’elle remet à Mère Agnès le jour de sa fête, le 21 janvier 1896.

Quelques mois après, le 3 avril, dans la nuit entre le jeudi et le vendredi saints, elle souffre d’une hémoptysie, première manifestation de la maladie qui la conduira à sa mort et qu’elle accueille comme une mystérieuse visite de l’Époux divin. Elle entre alors dans une épreuve de la foi qui durera jusqu’à sa mort et dont elle donnera un témoignage bouleversant dans ses écrits. Au mois de septembre, elle achève le manuscrit B qui illustre de manière impressionnante la maturité dans la sainteté à laquelle elle est parvenue, en particulier par la découverte de sa vocation au coeur de l’Eglise.

Alors que sa santé se dégrade et que le temps de l’épreuve se poursuit, elle commence au mois de juin le manuscrit C dédié à Mère Marie de Gonzague; de nouvelles grâces l’amènent à une plus haute perfection et elle découvre de nouvelles lumières pour la diffusion de son message dans l’Église au profit des âmes qui suivront sa voie. Le 8 juillet, elle est transférée à l’infirmerie. Ses soeurs et d’autres religieuses recueillent ses paroles, tandis que s’intensifient ses souffrances et ses épreuves, supportées avec patience, jusqu’à sa mort dans l’après-midi du 30 septembre 1897. «Je ne meurs pas, j’entre dans la vie», avait-elle écrit à son frère spirituel missionnaire, l’Abbé M. Bellier. Ses dernières paroles, « Mon Dieu…, je vous aime!», scellent une existence qui s’éteint sur la terre à l’âge de vingt-quatre ans pour entrer, suivant son désir, dans une phase nouvelle de présence apostolique en faveur des âmes, dans la communion des saints, pour répandre une pluie de roses sur le monde.

Elle fut canonisée par Pie XI le 17 mai 1925 et proclamée Patronne universelle des missions, en même temps que saint François Xavier, par le même Pape, le 14 décembre 1927.

Sa doctrine et son exemple de sainteté ont été reçus par toutes les catégories de fidèles de ce siècle avec un grand enthousiasme, et aussi en dehors de l’Église catholique et du christianisme.

De nombreuses Conférences épiscopales, à l’occasion du centenaire de sa mort, ont demandé au Pape qu’elle soit proclamée Docteur de l’Église, à cause de la solidité de sa sagesse spirituelle, inspirée par l’Évangile, à cause de l’originalité de ses intuitions théologiques où brille sa doctrine éminente, et à cause de l’ universalité de la réception de son message spirituel, accueilli dans le monde entier et diffusé par la traduction de ses oeuvres dans une cinquantaine de langues.

Accueillant ces requêtes, le Saint-Père Jean-Paul II a voulu que soit étudiée l’opportunité de déclarer Thérèse de Lisieux Docteur de l’Église universelle par la Congrégation pour les Causes des Saints, compétente en la matière, avec l’avis de la Congrégation pour la Doctrine de la Foi en ce qui concerne sa doctrine éminente. Le 24 août, au terme de la célébration eucharistique de la XII Journée mondiale de la Jeunesse à Paris, en présence de centaines d’Évêques et devant une immense foule de jeunes du monde entier, Jean-Paul II a annoncé son intention de proclamer Thérèse de l’Enfant-Jésus et de la Sainte-Face Docteur de l’Église universelle le 19 octobre 1997, le dimanche où l’on célèbre la Journée mondiale des Missions.

Source

Publicités

6 commentaires sur “La vie de Thérèse de Lisieux

  1. Christine
    1 octobre 2014

    Juste excusez mon ignorance. Je me pose une question par rapport à ce que vous dites en début d’article.
    Mais comment saint Pie X peut parler de « plus grande sainte des temps modernes » si c’est Pie XI qui canonise Thérèse ?
    Merci de votre réponse

    • L'Apôtre des protestants
      1 octobre 2014

      Votre il pg ira ce est excusez.

      C’est bien simple: Pie IX l’a canonisée mais saint Pie X a parlé d’elle comme d’un grande sainte. Par exemple, François pourrait demain faire l’éloge de saint Padre Pio alors que c’est Jean-Paul II qui l’a canonisé.

      • Christine
        1 octobre 2014

        Justement ! C’est Pie XI qui l’a canonisé,pas Pie XI non?
        Mais comment Pie X peut parler ainsi AVANT que la future sainte ne soit canonisée ?

      • Christine
        1 octobre 2014

        Pas Pie IX, je voulais dire. Car vous dites que c’est Pie IX qui l’a canonisée

      • L'Apôtre des protestants
        2 octobre 2014

        D’abord, je m’excuse pour le première phrase de mon précédent message, qui ne veut rien dire: c’est mon clavier intuitif qui me joue des tours 😉 . La vraie phrase était « Cotre ignorance est toute excusée. »

        En effet, c’est pue XI (et non Pie IX comme je l’avais écris) qui a canonisée sainte Thérèse, mais avant cette canonisation, saint Pie X parlait déjà d’elle comme d’une belle âme. Il arrive fréquemment qu’on parle de quelqu’un comme d’un « saint » à cause de leur vie édifiante sans qu’il soit déjà canonisé. C’est cela qu’à fait saint Pie X.

  2. +++Yesus Kristus azu+++
    7 octobre 2014

    Christine,
    Je n’en suis pas certain mais je crois que le pape avait reçu en cadeau l’édition française L’histoire d’une âme de Thérèse, ensuite il y eut la traduction italienne. C’est dans ces circonstances qu’il a prononcé ces mots. D’ailleurs, il me semble également que le premier acte du pape Pie X avait été d’engager très rapidement la béatification de Thérèse (justement après ces pages lues de son œuvre) et ce nonobstant le fait que Thérèse n’était pas très appréciée les années qui ont suivi sa mort. Simplement parce que sa doctrine insistait beaucoup sur la Grâce, et la Foi catholique à cette époque était très imprégnée de jansénisme, d’où les réticences de certains vis-à-vis de la doctrine de Thérèse, et aussi voilà pourquoi il paraissait ‘audacieux’ de la part de pape de vouloir sa béatification… Mais vous avez parfaitement raison, cette remarque aurait dû apparaître en explication. Disons simplement que le pape Pie X était un ‘visionnaire’. Et puisque tous les deux sont saints (à présent) on peut penser que le Seigneur a fait connaître à Pie X ce qui existait déjà dans Sa préscience 🙂

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :