+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Les catholiques sont-ils coupables de rabâchage?

Texte de Patrick Madrid (source : Catholic Exchange).

       Dans Mathieu 6:7, Christ dit : « Dans vos prières, ne rabâchez pas comme les païens : ils s’imaginent qu’en parlant beaucoup ils se feront mieux écouter. » (Bible de Jérusalem). La Bible protestante version Segond rend ce verset ainsi : « En priant, ne multipliez pas de vaines paroles, comme les païens, qui s’imaginent qu’à force de paroles ils seront exaucés. » La Bible protestante de Darby écrit : « Et quand vous priez, n’usez pas de vaines redites, comme ceux des nations, car ils s’imaginent qu’ils seront exaucés en parlant beaucoup. » La Bible du Semeur traduit ainsi : «Dans vos prières, ne rabâchez pas des tas de paroles, à la manière des païens ; ils s’imaginent qu’à force de paroles Dieu les entendra. » La Bible en français courant : «Quand vous priez, ne répétez pas sans fin les mêmes choses comme les païens: ils s’imaginent que Dieu les exaucera s’ils parlent beaucoup. La Bible de Chouraqui rend le texte de cette façon : «Quand vous priez, ne palabrez pas comme les goîm, qui croient : À force de paroles nous serons entendus ! Vous donc, ne leur ressemblez pas. » 

        Les anti-catholiques comprennent ces paroles de Jésus parlant de «rabâchage» comme des «répétitions» de paroles qui serait une condamnation des prières catholiques, tel le Rosaire! Toutefois est-ce bien cela que le Christ avait à l’esprit en parlant de prières rabâchées, comme en font les Catholiques, prétendent-ils ?

Non pas du tout ! Cependant, comment pouvons-nous en être certains ?

        Le Christ a condamné le «vain rabâchage», mais Il n’a jamais condamné la répétition elle-même. Lorsque Jésus parlait, Il évoquait les prières des païens (ne rabâchez pas comme les païens) qui invoquaient de faux dieux (par exemple. Zeus, Apollon, Diane, etc). Le verset (8) qui suit cette déclaration de Jésus est loquace à cet effet : « Ne les imitez pas (les païens), car Dieu, votre Père, sait déjà de quoi vous avez besoin avant que vous le lui demandiez ». De telles prières sont vaines parce que ces dieux n’existent pas. Les prêtres du faux dieu Baal faisaient justement ce type de prières «rabâchées» inutilement lors de leur «compétition» contre Élie et Yahvé rapportées dans 1 Rois 18:20-40. :

1 Rois 18:21 : « Élie s’approcha de tout le peuple et dit : « Jusqu’à quand clocherez-vous des deux jarrets ? Si Yahvé est Dieu, suivez-le ; si c’est Baal, suivez-le. » Et le peuple ne put rien lui répondre. (…) 1 Rois 18:26 : Ils prirent le taureau qu’on leur donna, et le préparèrent; et ils invoquèrent le nom de Baal, depuis le matin jusqu’à midi, en disant: Baal réponds-nous ! Mais il n’y eut ni voix ni réponse. Et ils sautaient devant l’autel qu’ils avaient fait. »

        Jésus n’a pas interdit de faire des prières répétitives en soi, puisque que dans Mathieu 6:9-15, immédiatement après l’interdiction du «rabâchage», Jésus nous donna la plus belle de toutes les prières, le «Notre Père». Il semble clair qu’Il la destinait à être répétée parce qu’Il a dit : « Voici donc comment vous devez prier».

Les encadrés de Biblia

Les prières juives :

Les demandes du Notre Père ressemblent à celles que l’on retrouve dans des textes de la liturgie juive autour du 1er siècle.

Ainsi, dans la prière du Qaddish :

Que soit magnifié et sanctifié son grand Nom, dans le monde qu’il a créé selon sa volonté. Qu’il établisse son Règne de votre vivant et de vos jours, et du vivant de toute la maison d’Israël, bientôt et dans un temps proche.

Et dans les dix-huit bénédictions (Shemoneh ‘esreh) :

Béni es-tu Seigneur, le Dieu saint ! Nous sanctifierons ton Nom dans le monde, comme on le sanctifie dans tes hauteurs célestes… (3e bénédiction)

Pardonne-nous, notre Père, car nous avons péché. Fais-nous grâce, notre Roi, car nous avons failli… (6e bénédiction)

La prière juive, Supplément aux Cahiers Évangiles, n° 68.

BIBLIA  N°5, Heureux êtes-vous !, p. 22

        Si le «Notre Père» ressemblait tant aux prières de la liturgie juive, il est assuré qu’il a été compris pas les Apôtres comme une prière à «réciter» comme c’était le cas de celles qu’ils entendaient et récitaient tout comme Jésus lors de la liturgie dans les synagogues,

        Ainsi lors de sa passion, lorsqu’Il était dans le Jardin de Gethsémani, le Christ a «répété» lui-même une prière à trois reprises pendant son agonie répétant les mêmes paroles : « Il les quitta, et, s’éloignant, il pria pour la troisième fois, répétant les mêmes paroles. » (Mathieu 26:44).

Cette prière que Jésus fit répétitivement était :

1.     Mathieu 26:39 : « (…) il se jeta sur sa face, et pria ainsi: Mon Père, s’il est possible, que cette coupe s’éloigne de moi ! Toutefois, non pas ce que je veux, mais ce que tu veux.» 

2.     Mathieu 26:42 « Il s’éloigna une seconde fois, et pria ainsi: Mon Père, s’il n’est pas possible que cette coupe s’éloigne sans que je la boive, que ta volonté soit faite !»

3.     Mathieu 26:43-44 : « Il revint, et les trouva encore endormis; car leurs yeux étaient appesantis. Il les quitta, et, s’éloignant, il pria pour la troisième fois, répétant les mêmes paroles. »

        Si il était mal d’inclure la répétition dans une prière et qu’il s’agissait là de «rabâchage», comment alors expliquer que le Christ aurait lui-même fait la faute qu’Il aurait demandée à ses disciples de ne pas commettre ?

        L’Esprit Saint même, inspira beaucoup de prières « répétitives » dans l’Écriture Sainte et il les a destinées à être non seulement «répétées» sous forme de prières mais également sous la forme de chants et cela très fréquemment par les fidèles. Nous en avons un exemple probant dans le chapitre de Mathieu ci-dessus cité :

« Après voir chanté les cantiques, ils se rendirent à la montagne des oliviers..» Mathieu 26:30

        Les cantiques ou les psaumes de l’ancien testament sont chantés et donc répétés. Le psaume 136 est particulièrement un bon exemple de prière répétitive car ce psaume fut inspiré par l’Esprit Saint lui-même, disions-nous ! L’expression: « car éternel est son amour » est «répétée» plusieurs fois dans ce Psaume. Des prières répétitives semblables sont présentes partout dans l’Ancien Testament. Considérons la répétition de « car éternel est son amour » du Psaume 136 :

Alleluia! Rendez grâce à Yahvé, car il est bon, car éternel est son amour!
Rendez grâce au Dieu des dieux, 
car éternel est son amour!
Rendez grâce au Seigneur des seigneurs, 
car éternel est son amour!
Lui seul a fait des merveilles, 
car éternel est son amour!
Il fit les cieux avec sagesse 
car éternel est son amour!
Il affermit la terre sur les eaux, 
car éternel est son amour!
Il a fait les grands luminaires, 
car éternel est son amour!
Le soleil pour gouverner sur le jour, 
car éternel est son amour!
La lune et les étoiles pour gouverner sur la nuit, 
car éternel est son amour!
Il frappa l’Égypte en ses premiers-nés, 
car éternel est son amour!
Et de là fit sortir Israël, 
car éternel est son amour!
etc…

Autre exemple, le Psaume 150 contient onze répétitions de la prière « louez » et cela en seulement cinq versets !

Alleluia! Louez Dieu en son sanctuaire, louez-le au firmament de sa puissance,
louez-le en ses œuvres de vaillance, louez-le en toute sa grandeur!
Louez-le par l’éclat du cor, louez-le par la harpe et la cithare,
louez-le par la danse et le tambour, louez-le par les cordes et les flûtes,
louez-le par les cymbales sonores, louez-le par les cymbales triomphantes!
Que tout ce qui respire 
loue Yahvé !

De la même façon Daniel 3:57-90 contient beaucoup de répétitions de «Célébrez-le, proclamez éternellement sa grandeur!» dans sa prière :

57«Remerciez le Seigneur, vous tous qu’il a créés!
Célébrez-le, proclamez éternellement sa grandeur!
58 Remerciez le Seigneur, vous, les cieux!
Célébrez-le, proclamez éternellement sa grandeur!
59 Remerciez le Seigneur, vous, ses anges!
Célébrez-le, proclamez éternellement sa grandeur!
60 Remerciez le Seigneur, vous, les eaux accumulées dans le ciell!
Célébrez-le, proclamez éternellement sa grandeur!
61 Remerciez le Seigneur, vous, toutes les puissances célestes!
Que toutes les puissances célestes remercient le Seigneur!

Célébrez-le, proclamez éternellement sa grandeur!

62 Remerciez le Seigneur, vous, le soleil et la lune!
Célébrez-le, proclamez éternellement sa grandeur!
63 Remerciez le Seigneur, vous, les étoiles!
Célébrez-le, proclamez éternellement sa grandeur!
64 Remerciez le Seigneur, vous toutes, les pluies et la rosée!
Célébrez-le, proclamez éternellement sa grandeur!
etc…

        Cette manière de «répéter», n’est-elle pas corroborée par la façon dont sont répétées en coeur par les fidèles, les intentions de prières dans les églises d’aujourd’hui à chaque messe ?

        Il est aisé par ces exemples de comprendre que la répétition par la prière était un usage fréquent dans la Bible elle-même. Les Psaumes ne sont vraiment pas des textes à lire, une simple lecture risque de passer à côté de leur beauté, de leur sagesse et de leur profondeur, mais ils sont d’abord des mots à prier, à méditer. La récitation attentive et priante des psaumes nous place immédiatement devant le Dieu d’Abraham, d’Isaac et de Jacob et nous révèle à la fois sa promesse envers l’humanité dans l’Ancien Testament, et son accomplissement dans le Christ Jésus, ainsi que la mission de l’Église et le rapport entre le chrétien et Dieu.

Finalement, considérons le livre de l’Apocalypse au chapitre 4:8-11 qui décrit également la répétition dans la prière :

Apocalypse 4:8 «  Les quatre Vivants, portant chacun six ailes, sont constellés d’yeux tout autour et en dedans. Ils ne cessent de répéter jour et nuit : « Saint, Saint, Saint, Seigneur, Dieu Maître-de-tout, «Il était, Il est et Il vient». » Et chaque fois que les Vivants offrent gloire, honneur et action de grâces à Celui qui siège sur le trône et qui vit dans les siècles des siècles, les vingt-quatre Vieillards se prosternent devant Celui qui siège sur le trône pour adorer Celui qui vit dans les siècles des siècles ; ils lancent leurs couronnes devant le trône en disant : « Tu es digne, ô notre Seigneur et notre Dieu, de recevoir la gloire, l’honneur et la puissance, car c’est toi qui créa l’univers ; par ta volonté, il n’était pas et fut créé. » »

Isaïe 6:1-3 indique que les anges, les séraphins, répètent cette prière devant le trône de Dieu :

« C’était l’année où mourut le roi Oziash. Dans une vision, j’aperçus le Seigneur assis sur un trône très élevé. Les pans de son manteau remplissaient le temple. Des anges flamboyants se tenaient au-dessus de lui. Ils avaient chacun six ailes: deux leur servaient à se cacher le visage, deux à se voiler le corps et deux à voler. Ils criaient l’un à l’autre:  « Saint, saint, saint,  le Seigneur de l’univers !  La terre entière est remplie de sa glorieuse présence. » »

        Les paroles du Christ ne signifiaient pas à l’évidence qu’il était interdit d’employer la répétition dans nos prières puisque après tout, Jésus l’a utilisé lui-même, la Bible l’utilise et les Saints et les Anges dans le ciel l’utilisent. La Bible est par conséquent claire à ce sujet et nous pouvons aussi l’utiliser.

        Gardons à l’esprit que ce que le Christ rejetait était plutôt les « prières» mécaniques, expressément celles faites par les païens dans l’invocation de l’aide de «dieux» qui n’existent pas, qui ne peuvent ni entendre et répondre à ces prières.

Versets additionnels à méditer :

Éphésiens 6:18 :

«Tout cela, demandez-le à Dieu dans la prière. Oui, priez en toute occasion, avec l’assistance de l’Esprit. À cet effet, soyez vigilants et continuellement fidèles. Priez pour l’ensemble du peuple de Dieu;»

Colossiens 1:9 :

«C’est pourquoi nous ne cessons pas de prier pour vous, depuis le jour où nous avons entendu parler de vous. Nous demandons à Dieu de vous faire connaître pleinement sa volonté, grâce à toute la sagesse et l’intelligence que donne son Esprit.»

1 Thessaloniciens 3:10 :

«Nuit et jour nous lui demandons, avec une extrême instance, de revoir votre visage et de pouvoir compléter ce qui manque encore à votre foi.»

1 Thessaloniciens 5:17 :

«Priez sans cesse.»

2 Timothée 1:3 :

«Je rends grâce à Dieu que je sers, à la suite de mes ancêtres, avec une conscience pure, lorsque, sans cesse, nuit et jour, je fais mémoire de toi dans mes prières.»

Sections du catéchisme à ce sujet, (cliquez sur : CCC 2759-2865) :

C’est pourquoi David dit très bien : « Louez le Seigneur, car le Psaume est une bonne chose : à notre Dieu, louange douce et belle ! » Et c’est vrai. Car le psaume est bénédiction prononcée par le peuple, louange de Dieu par l’assemblée, applaudissement par tous, parole dite par l’univers, voix de l’Église, mélodieuse profession de foi… (S. Ambroise, Psal. 1, 9 : PL 14, 924).

Patrick Madrid est auteur, conférencier et éditeur. Vous êtes invités à visiter son
site Internet en anglais à www.surprisedbytruth.com

Publicités

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 9 juin 2014 par dans Catholicisme, Etudes bibliques, Foi Catholique, Prières, Protestantisme, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :