+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

1 Pierre 5;1 : Pierre était-il ‘Pape’?

Texte de Patrick Madrid

petrusArgument anticatholique: « Pierre n’était pas le premier “Pape”. Il n’avait aucune primauté ou compétence spéciale sur les autres apôtres ou les premiers chrétiens. En fait, ceci est démenti en se référant au fait qu’il s’adressait à lui simplement comme à «un ancien comme eux » ( 1 Pierre 5;1 ) – un serviteur mineur plutôt qu’un responsable (évêque ). Combien même l’autorité de Paul était supérieure à celle de Pierre. »

Bien que saint Pierre ne se soit jamais appelé lui-même « Pape » dans les Écritures, il possédait cependant une primauté apostolique et une compétence spéciale. La preuve par les Écritures est considérable et explicite.

Des 12 apôtres, saint Pierre est de loin le plus mentionné dans l’Écriture, à 195 occasions. Juste après vient saint Jean avec 29 occurrences ! saint Jacques le Grand est mentionné 19 fois, saint Philippe 15 fois, et la fréquence des autres diminue rapidement. Est-ce que cela suffit seul à prouver la primauté de saint Pierre ? Non, mais cela éclaire considérablement sur son importance. Qu’est-ce que ces éclaircissements nous révèlent ?

Nous voyons entre autres que les apôtres sont cités par leurs noms (Math 10 , 2-5; Marc 3, 16-19 ; Luc 6, 14-17 ; Actes 1-13). saint Pierre est toujours nommé le premier et Judas Iscariote en dernier. Bien plus commodément, le Nouveau Testament se réfère simplement à « Pierre et les douze » comme pour montrer que l’impétueux pécheur représentait en lui-même l’unité du collège apostolique.

Il y a bien d’autres signes bibliques de la prééminence de saint Pierre sur les apôtres. Il est le seul à recevoir du Christ un nouveau nom. Il était Simon mais le Christ l’appelle « Pierre » (Math 16 :18) Dans l’Écriture, les changements de noms par Dieu ont une grande signification et impliquent une importance nouvelle et une mission spéciale ( ainsi de Abram à Abraham ou de Jacob en Israël). Le Christ le met aussi à part pour lui donner les clefs du Royaume des Cieux et lui promettre que : « Quoique tu lies sur la Terre sera tenu pour lié dans les cieux et tout ce que tu délieras sur Terre le sera dans les Cieux » (Math 16 :19)

Saint Pierre est l’unique apôtre auquel le Christ demande de sortir du bateau et marcher sur l’eau (Math 1 :28-29). Arrivé au tombeau du Christ, Jean attend Pierre afin de la laisser entrer en premier (Jean 20 :6). Et c’est lui, parmi les apôtres, à qui Dieu révèle la Résurrection le premier (Marc 16 :7). Le Christ ressuscité lui apparaît avant les autres ( Luc 24 : 34 ) et prêche l’évangile depuis son bateau ( Luc 5 :3) . Le Christ dit d’ailleurs à Pierre « Simon Simon, voici que Satan vous a réclamé pour vous cribler comme le froment; mais j’ai prié pour toi, afin que ta foi ne défaille pas .Toi donc, quand tu sera revenu, affermis tes frères » (Luc 22 : 31-32)

Le Christ fait de saint Pierre le berger de son Église ( Jean 21 : 15-17 ). Dans les Actes, (1 :13-26) Pierre guide les autres apôtres dans le choix de Mathias comme successeur de Judas, il les guide aussi lors de sermon de la pentecôte (Actes 2 : 14 ) et accomplit le premier miracle de la pentecôte (Actes 3). Il parle au nom de tous les apôtres et de l’Église entière quand les douze sont amenés devant le Sanhédrin pour y être jugés. C’est à saint Pierre seul que Dieu envoie la révélation que les Gentils aussi doivent pouvoir intégrer l’Église ( Actes 10 ) et il est d’ailleurs l’apôtre qui les accueillera le premier dans l’Église ( Actes 11). La déclaration dogmatique de saint Pierre au concile de Jérusalem fait cesser toutes controverses (Actes 15). Après sa conversion et son recouvrement de la vue, saint Paul rend visite à saint Pierre pour qu’il confirme et entérine ce qu’il enseigne (Gal 1 :18).

Ayant précisé cela, que pouvons-nous dire de la référence de saint Pierre à lui-même comme « simple ancien » (1P 5 :1). Est-ce que cela signifie qu’il n’était pas conscient de son rôle spécial comme chef des apôtres ? La réponse se trouve dans le même passage (1P5
,5), « revêtez-vous tous d’humilité dans vos rapports mutuels, car Dieu résiste aux orgueilleux ,mais c’est aux humbles qu’il donne sa grâce » il dit aussi « humiliez-vous donc sous la puissante main de Dieu, pour qu’il vous élève au bon moment ». Vu qu’il exhortait son public chrétien à être humble, il semble tout à fait logique et approprié qu’il en donne l’exemple dans ses propres conseils et, montrant l’exemple, parlerait de lui-même de façon humble. Et ce faisant, il suivait le commandement du Christ « celui qui voudra être grand parmi vous, sera votre serviteur et celui qui voudra être le premier d’entre vous sera votre esclave » ( Math 20, 26-27). Mais cette humilité ne doit pas masquer l’ensemble considérable de preuves bibliques montrant qu’il a reçu une autorité et une prééminence apostolique spéciale du Christ – preuves que les critiques de la papauté ignorent souvent ou tentent de repousser.

Saint Paul, comme saint Pierre, était humble lorsqu’il parlait de lui-même. Il était de loin le plus éminent et le plus prolifique écrivain du Nouveau Testament, responsable d’à peu près la moitié de celui-ci , mais il dit, « car je suis le moindre des apôtres : je ne mérite pas d’être appelé apôtre car j’ai persécuté l’Église de Dieu » (1 Cor. 15:10) et, « à moi, le moindre de tous les saints, il a été donné cette grâce » (Eph, 3:8). En de nombreuses occasions, il s’appelle un simple « ministre », le dernier des ministres ordonnés de l’Église (cf. 1 Cor. 3:5, 4:1; 2 Cor. 3:6, 6:4, 11:23; Eph. 3:7; Col. 1:23, 25). Mais Paul avait très clairement une autorité supérieure à celle d’un ministre.

Comme pour saint Pierre, ces exemples de l’humilité de saint Paul sont équilibrés, saint Paul avait une autorité bien plus grande que celle de pouvoir ordonner de faire ce qui est correct, « Ainsi, bien que dans la communion avec le Christ j’ai toute liberté de t’ordonner ce que tu dois faire, je préfère t’adresser une demande au nom de l’amour. » (Philémon, 8-9), et, « alors que nous pouvions, étant apôtres du Christ, vous faire sentir tout notre poids. Au contraire, nous nous sommes faits tout aimables au milieu de vous. Comme une mère nourrit ses enfants et les entoure de soins », (1 Thess. 2:7).

Saint Pierre s’appelant simple “ancien” ne réfute pas plus sa primauté que l’habitude de saint Paul de s‘appeler « diacre » ne prouve pas qu’il n’ait d’autorité supérieure à celle-ci.

Source : Envoy magazine

Publicités

8 commentaires sur “1 Pierre 5;1 : Pierre était-il ‘Pape’?

  1. Pingback: Démonstration de la primauté de Pierre et de la Papauté | +†+Yesus Kristus azu+†+

  2. Pingback: Démonstration de la primauté de Pierre et de la Papauté | +†+Yesus Kristus azu+†+

  3. Pingback: Les manifestations de la primauté de saint Pierre dans le Nouveau Testament | +†+Yesus Kristus azu+†+

  4. Pingback: Réponses aux dernières objections contre la primauté et l’infaillibilité de Saint Pierre | +†+Yesus Kristus azu+†+

  5. Giron francois
    3 novembre 2016

    Bonjour, je reprends votre argumentation paragraphe par paragraphe

    1/ Pierre est un personnage important du nouveau testament. Il est cité souvent. Mais Marie n’est cité que très peu, comment donc accordez vous une telle place à Marie et une telle place à Pierre sur ce critère ? L’argument est donc irrecevable.

    2/ Galates 2:9 « et ayant reconnu la grâce qui m’avait été accordée, Jacques, Céphas et Jean, qui sont regardés comme des colonnes,[…] »
    Selon votre argument, cela prouverait que Pierre (Céphas) n’a pas de prééminence, puisque Jacques est cité avant lui et que le sens du texte lui-même indique que Jacques, Jean et Pierre ont la même aura dans l’Eglise primitive.

    3/ Marc 3:17 « Jacques, fils de Zébédée, et Jean, frère de Jacques, auxquels il donna le nom de Boanergès, qui signifie fils du tonnerre ; »
    Jésus renomme Jean aussi. Argument irrecevable donc.
    Lier ou délier est aussi une promesse qui a été faites aux autres apôtres pas seulement à Pierre.Matt 18:18

    4/ Oui Pierre est un personnage souvent présent dans le récit du nouveau testament.

    5/ Christ fait de Pierre un berger (il le relève trois fois dans son ministère comme Pierre a renié 3 fois le Christ). Il ne fait pas de Pierre LE berger.
    Jacques ouvre les premier concile, les autres apôtres et chrétiens font des miracles aussi.
    C’est Pierre aussi qui renie la révélation qui lui a été faite à propos des gentils et force les chrétiens à judaïser (enseignement hérétique donc). Paul doit le reprendre à ce propos.(galates 2:11)
    L’écriture ne nous informe pas de la nature de la visite de Paul à Pierre sinon qu’il souhaitait faire sa connaissance.

    6/ Oui Pierre est modeste, la bible dit aussi qu’aucun ne doit se faire appeler Père (cad pape) et qu’il ne doit pas être comme chez les païens parmi les chrétiens, on ne doit pas chercher à dominer l’église. matt 20:25 et suivant
    Ces témoignages attestent que vos papes ne sont pas voulus de Dieu puisque c’est précisément ce qu’ils ont fait constamment: chercher les honneurs (opposé à l’humilité de Pierre), la puissance et la domination. Ce qui entraîna le schisme avec l’orthodoxie.

    7/ Comment donc Paul dit il:
    Galates 2:8 « car celui qui a fait de Pierre l’apôtre des circoncis a aussi fait de moi l’apôtre des païens »
    Ignorait il que PIerre était le chef de l’église terrestre ? Comment donc Pierre dans la tradition (non hérité des apôtres) romaine est il le chef de l’église occidentale si il est en fait l’apôtre des circoncis. Cela devrait être Paul…

    Tous vos points sont donc visiblement inconsistants.

    La vérité vous rendra libre, encore faut il l’accepter.

  6. francois
    3 novembre 2016

    Je vous invite à prendre connaissance du discours de l’évêque catholique Strossmayer au concile Vatican I.
    http://bible.free.fr/histoire/strossma.pdf
    Cet érudit expose tous les arguments nécessaires avec honnêteté.
    Il était catholique donc on ne peut pas le soupçonner de ne pas être objectif.

    Ce concile où l’on décréta l’infaillibilité pontificale est d’ailleurs marquant en ce que 55 éveques ont quitté le concile pour ne pas voter et un prêtre historien s’est fait excommunier à cause de son refus d’adhérer à cette mascarade d’un point de vue chrétien et historique.
    Je cite:
    Le 28 mars 1871, Döllinger refuse, et affirme dans une lettre adressée à son évêque : « En tant que chrétien, en tant que théologien, en tant qu’historien et en tant que citoyen, je ne peux accepter cette doctrine. » En réponse, l’archevêque de Munich l’excommunie.

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :