+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Quand l' »Express » déraille…

Dans l’Express n° 2782 du 25 au 31 octobre 2004, sous la plume partisane de Claire Chartier, on peut lire un article particulièrement acide sur l’Eglise Catholique.

Claire Chartier a pleinement le droit de penser et dire ce qu’elle veut. Mais ce qu’elle n’a pas le droit de faire, c’est de se dire journaliste, et qui plus est journaliste compétente sur un tel sujet, alors que son article n’est qu’une suite d’imprécisions, de liens fumeux, et surtout de lacunes documentaires graves.

1 – Claire Chartier relie les propos de Mr Rocco Buttiglione (le fameux Commissaire européen ayant qualifié l’homosexualité de péché) avec la pensée du Vatican

Comme raccourci « bête et méchant » on ne peut faire mieux ! Claire Chartier montre ici une incompétence crasse. En effet, l’Eglise n’a JAMAIS considéré l’homosexualité comme un péché, et elle ne la considèrera JAMAIS comme telle. Pour une raison fondamentale : l’homosexualité est un « état », un péché ne peut exister que s’il y a « volonté » du péché, et « être » homosexuel ne provient pas d’une volonté. Autrement dit, Mr Buttiglione dit n’importe quoi, et Claire Chartier tombe dans le panneau comme une débutante ! La belle experte que voilà !!!

2 – Le cardinal Renato Martino dénonce une « inquisition anti-chrétienne »

Merci à Claire Chartier de nous prouver aussi simplement ses propres contradictions. L’Eglise serait ridicule de crier à l’inquisition laïcarde, mais elle-même écrit un article qui est exactement cela : avec quatre fois rien, Claire Chartier imagine un véritable scandale, et s’acharne à déconsidérer le Vatican aux yeux du public. C’est très exactement ce que faisaient les inquisiteurs des temps passés à l’égard de leur victimes. Il y a des fois où il vaudrait mieux resté couché plutôt que d’écrire n’importe quoi.

3- Claire Chartier : « Quel message l’Eglise catholique renvoie-t-elle aux millions de citoyens qui se reconnaissent dans ces fameuses valeurs du Vieux Continent ? Celui d’une institution rétrograde, crispée sur le dogme, incapable de s’adapter à la modernité. »

« Rétrograde » : voici un jugement de valeur qui n’éclaire en rien le lecteur. Il ne fait qu’exprimer l’opinion de l’auteur. Et en quoi cette appréciation serait-elle supérieure au jugement d’un lecteur ordinaire ? En quoi est-elle un valeur sûre ? Voilà bien la tentation du journaliste débutant : « j’ai raison, je ne le prouve pas, mais croyez-moi et ne croyez pas les autres ». On ne savait pas c’était ça le vrai journalisme ! « Crispée sur le dogme » : Claire Chartier ne sait pas ce que c’est qu’un dogme. Voici un dogme : « Jésus Christ est Fils de Dieu ». Et les Chrétiens dans leur ensemble maintiendront forcément ce dogme pour l’éternité, puisqu’il est la racine d’où ils proviennent. Alors appeler ça « être crispé », c’est être complètement à côté. D’autre part Claire Chartier ignore que quand le Pape se dit contre le divorce, là ce n’est pas un dogme. Mais elle reste persuadée que c’en est un. Elle est donc elle-même… crispée sur sa propre ignorance. « Incapable de s’adapter à la modernité » : il ne faut pas avoir peur du ridicule pour écrire ceci. Exemple : la modernité nous apporte la pollution : Claire Chartier, qui sait, elle, s’adapter à la modernité, ne peut donc qu’approuver la pollution ! En effet, qu’est-ce que « s’adapter à la modernité » ? Prendre tout ce qui en vient sans discernement ? Faut-il que les messes deviennent des rave-parties ? Que les prêtres s’habillent en fluo ? Faut-il subir la mode et les moeurs pour être une religion ? Se relier ensemble à Dieu (vrai sens du mot « religion ») implique-t-il de suivre l’homme ou suivre Dieu ? Il faudra tout de même expliquer comment les modes humaines peuvent devenir supérieures à l’enseignement divin qui fonde la religion. Il faudra expliquer aussi comment une religion pourrait remodeler le principe qui lui a donné naissance ! Mais on est loin d’une réflexion aussi profonde…

4- Claire Chartier (suite de la citation précédente) : « Comme si des milliers de chrétiens ‘laïques’ ne démontraient pas, par leur engagement au jour le jour sur le terrain, que leur approche de l’homosexualité, du couple et de la famille est beaucoup plus ouverte que les propos de Jean-Paul II. »

Qui sont ces « milliers de chrétiens » ? Et pourquoi Claire Chartier ne mentionne pas les « milliers » de catholiques qui eux sont entièrement d’accord avec Jean-Paul II ? Ainsi fait-elle valoir aux lecteurs l’existence des contestataires avec qui elle s’identifie, mais occulte dans la même phrase ceux qui ne pensent pas comme elle ! Joli tour de passe-passe ! Et ça aussi, ce serait du journalisme ?

Et pourquoi ce serait seulement CES chrétiens-là qui auraient une approche respectueuse des homosexuels, qui auraient une conception intelligente de la famille et du couple ? Si on en croit Claire Chartier, les autres sont d’horribles homophobes, incapable d’avoir une vie de couple harmonieuse, et fondant des familles de déséquilibrés. Subjectivité, ostracisme et partialité, voilà la trame de cet article.

5- « Pendant ce temps, Jean-Paul II exhorte les chrétiens à « ne pas avoir peur de porter haut les signes de la foi (…) l’appel n’aurait rien de choquant s’il ne se lisait comme une réponse à peine dissimulée à la France, dont la loi sur le port des signes religieux à l’école passe fort mal auprès de la Curie ».

Amalgame volontaire ou maladroit ? Dans les deux cas, voilà qui ne sied guerre à une journaliste professionnelle. Car Claire Chartier est en fait une « fondamentaliste » qui s’ignore. Elle croit que Jean-Paul II parle de « signes ostentatoires » selon la loi française sur les signes religieux à l’école. Elle croit que Jean-Paul II parle de « matériel », alors qu’il parle de « spirituel ». Car Jean-Paul II ne parle ici que d’être catholique sans crainte, en n’ayant pas peur de se montrer croyant, franc, altruiste aux yeux de tous, tandis que le reste de la société pousse à l’athéisme, au mensonge et à l’égoïsme. Claire Chartier croit dur comme fer que Jean-Paul II répond à la loi française… Quelle vision courte et pitoyable !

Conclusion

Forte de ses convictions erronnées et de ses lectures tronquées, Claire Chartier mène sa croisade à elle, tout autant jusqu’au-boutiste que ceux qu’elle dénonce, se plaçant parmi ceux qui sont tolérants et ouverts aux différences mais incapable de l’être dans la pratique, croyant tout comprendre des propos de l’Eglise alors que sa lecture superficielle.

Celui qui ne sait pas lire les propos de l’Eglise, qu’il ne les commente pas non plus.

Source: de Ecclesia (de l’Eglise)

Publicités

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :