+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Le Pape et le préservatif

 

PROPOS DU PAPE SUR LE SIDA

LE DECHAINEMENT DES SOTS ET DES INCULTES : Les Médias, Le Quai d’Orsay, Roselyne Bachelot, Alain Juppé… ET LEUR MEPRIS POUR LE PEUPLE AFRICAIN !

Le Pape parle du préservatif ? Soyez certain d’une chose : les médias vous livreront des citations tronquées et tirées de leur contexte. Et pour que cela ne paraisse pas trop vide, il y rajouteront juste ce qu’il faut pour que vous entendiez quelque chose de cohérent et surtout accusateur. C’est facile, mais c’est surtout très bête, dévoilant un manque de logique et de culture qui, à la longue, n’est plus très surprenant.

Mais le pire, et ce qui fait honte à toute la France, c’est la réaction officielle du Quai d’Orsay, qui emboîte le pas aux médias pour aller dans le sens du vent, alors qu’il est évident que les propos du Pape a été lus dans leur intégralité, donc sans la coupure opérée par les médias. Le texte :

« La France exprime sa très vive inquiétude devant les conséquences des propos de Benoît XVI condamnant l’usage du préservatif . S’il ne nous appartient pas de porter un jugement sur la doctrine de l’Eglise, nous estimons que de tels propos mettent en danger les politiques de santé publique et les impératifs de protection de la vie humaine. »http://www.diplomatie.gouv.fr le 18/03/2009.

AINSI, LE QUAI D’ORSAY LUI-MEME NE LIT QUE CE QUI LUI CONVIENT !!!! Quelle honte de voir un organe aussi prestigieux du Gouvernement français adopter lui-même des méthodes de lecture et d’interprétation dignes des plus lamentables méthodes d’intox ! Car comme les médias, le Quai d’Orsay tire les propos hors du contexte, et prend soin d’oublier le fond de la logique de l’Eglise. Dans cette déclaration, le Quai d’Orsay a menti, car il affirme que l’abstinence hors mariage et la fidélité conjugale « mettent en danger les politiques de santé publique », ce qui est IMPOSSIBLE.

UN MEPRIS SCANDALEUX A l’EGARD DE L’AFRIQUE ET DES AFRICAINS

Dans le Cameroon Tribune du 24 mars, la journaliste Marie-Claire Nnana écrit :

« Le Cameroun et l’Afrique ont vécu quatre jours si intenses et si magiques, qu’ils peinent encore à en jauger l’insondable portée ».

« On ne décrira jamais assez le rapt inélégant et la parfaite imposture des médias européens et en particulier français sur cette visite (…) L’Afrique n’aspirait qu’à la communion spirituelle et à la fête. Nos confrères se sont évertués à ne mettre en lumière que les aspects les plus anecdotiques de cette visite, les chiens écrasés, l’écume des jours (…) Pas un mot sur le synode des évêques africains à venir, ni sur le document préparé à cet égard par le pape (…) Ils ont parasité les ondes avec une polémique qu’ils ont créée de toute pièce. Car en sortant de son contexte la déclaration du pape sur le préservatif, ils en ont dénaturé la substance ».

« Parfaite imposture des médias européens et en particulier français ». C’est une journaliste qui l’écrit. Mais elle est africaine. Les journalistes français oseront-ils dire qu’elle ne sait pas ce qu’elle dit ? Non. Mais ils le penseront très fort, tellement l’orgueil les étouffe.

CE QU’OUBLIENT LES CONTRADICTEURS

Les médias ne ratent pas une occasion de traiter le pape – Jean-Paul II d’abord puis Benoît XVI ensuite – de « retrograde » à chaque fois qu’il dit « Le préservatif n’est pas la solution contre le sida ». La critique, comme on va le voir, est d’une faiblesse assez extraordinaire.

1 – une solution contre le sida, ça ne peut être que : a) un traitement médical qui guérisse réellement les malades ; b) un moyen qui empêche de manière absolue et sans faille la transmission de la maladie. Depuis quand les préservatifs ont-ils le pouvoir de guérir ? Depuis quand sont-ils infaillibles, alors qu’on sait qu’une mauvais utilisation peut laisser passer le virus, et que la contamination pour cette raison n’est pas rare ? Depuis quand le seul fait de proposer des préservatifs protège de la maladie, alors que beaucoup, dans la réalité, renoncent à l’utiliser ? De plus le préservatif reste un artifice qui romp le caractère naturelle de la relation, et de ce fait il est désagréable, et c’est précisément pourquoi il est n’est pas et ne sera jamais apprécié.

2 – le Pape est-il le seul à refuser le recours au préservatif ? Certainement pas ! En effet l’Islam et le Judaïsme considèrent que seule la relation conjugale est acceptable, et que les relations hors mariage sont un péché. Ainsi, ce n’est donc pas seulement le christianisme qui rejette la relation extraconjugale, mais bien LES TROIS RELIGIONS MONOTHEISTES. Aucune des ces trois religions ne peut donc accepter l’usage du préservatif, et chacune considère que la relation intime seulement dans le cadre du mariage est la seule à être 100% efficace contre les MST. On peut noter au passage que les contradicteurs sont dans l’incapacité totale de contredire ce dernier argument. Et d’ailleurs ils se gardent bien de l’aborder !

Aussi, puisque l’Eglise a tort d’être contre le préservatif, et qu’elle est le seule critiquée à ce sujet, voyons donc ce qui se dit en dehors du catholicisme.

CE QUE DISENT LES MUSULMANS

Coran 17-32 « Evitez la fornication, c’est une abomination et une voies pleine d’embûches… ». Coran 25-70  » Ceux qui assassinent sans légitime défense et ceux qui commettent l’adultère seront comptables devant Dieu au jour de la Résurrection ». Coran 24-2 « La débauche des hommes et des femmes est interdite ». Hadith « Musulmans, évitez la fornication car elle présente six inconvénients. Trois en ce monde : perte de la beauté du visage, raccourcissement de la vie, pauvreté permanente. Et trois dans l’au-delà : le courroux de Dieu, une mauvaise conscience, et la déchéance infernale ». Sagesse « La fornication éloigne le croyant de la religion lorsqu’il la commet, mais s’il renonce, la Foi lui reviendra ».

« Les docteurs de l’Islam ont vu d’un mauvais œil l’usage du préservatif en tant que contraceptif dans des rapports extraconjugaux ». « C’est dire l’embarras des médecins musulmans pour conseiller un préservatif pour un usage non strictement conjugal et seulement comme préventif du SIDA (…) Dans les autres cas les rapports extra-conjugaux relèvent de l’adultère condamné dans la Bible et le Coran. » (Dalil Boubakeur, Recteur de l’Institut Musulman de la Mosquée de Paris, Toulouse, 3 juil. 1998).

CE QUE DISENT LES JUIFS

Quand à la religion juive, elle proscrit également la relations intime hors mariage, et proscrit aussi le fait d’empêcher son accomplissement naturel. « Le préservatif ne doit pas, dans la loi juive, représenter un moyen de contraception » (Rabbin Gabriel Farhi, sur http://www.col.fr 18/03/2009).

CE QUE DISENT LES ORTHODOXES

« Le patriarcat de Moscou est solidaire avec la position du pape Benoît XVI sur les moyens de lutter contre le Sida et le fait que les préservatifs ne peuvent pas être considérés comme un remède contre cette maladie » (site de l’Eglise orthodoxe russe en France).

« La propagation du Sida ne peut être arrêtée que par une éducation éthique de la population concernée et non par le recours aux préservatifs » (communiqué de l’Eglise orthodoxe).

Selon Interfax, l’archiprêtre a souligné que certaines organisations tentent actuellement de préserver à la fois l’idéal de la liberté sexuelle et la lutte contre le Sida.

Ce dernier commentaire est très juste : ben souvent, une idéologie libertaire est promue en même temps que le préservatif par certaines ONG.

CE QUE DIT UN GRAND DIRIGEANT AFRICAIN

« Il y a souvent un gouffre entre ce que disent les médias et ce qui se passe sur le terrain. En Afrique, nous vivons avec le sida au quotidien. Le débat sur le préservatif, tel que vous le présentez, ne nous concerne pas. Les Français aiment la polémique, c’est leur côté gaulois ! Certains critiquent la position de l’Eglise en prétendant défendre les Africains. Soit. Mais la plupart n’ont jamais mis les pieds chez nous ! » – Blaise Compaoré, Président de la République du Burkina, Président du Comité National de lutte contre le sida.

REFLECHISSONS UN PEU…

Reprenons d’une autre manière à ce qui vient d’être exposé : les trois religions monothéistes promeuvent l’abstinence de toute relation sexuelle avant le mariage. Puis, une fois mariés, les époux doivent rester fidèles et ne pas commettre l’adultères (précision : l’Islam conseille d’avoir une seule femme).

Va-t-on demander à ces trois religions de dire quelque chose qui est contraire à leur code moral ? Même si on se dit agnostique, ont doit bien convenir que ça n’est pas pensable. Quand on est sur un terrain de foot, ce n’est pas pour jouer avec les mains. Ici, c’est pareil.

Et quand on parle de préservatif, on sait très bien que l’argument essentiel de la campagne de distribution c’est essentiellement de donner la liberté à tous de faire et vivre n’importe quoi avec n’importe qui. Cette incitation au « n’importe quoi sexuel » est une véritable culture libertaire.

Elle vient d’une certaine idéologie, mais aussi – on l’oublie trop – de l’industrie des laboratoires para-pharmaceutiques qui a créé un marché qui rapporte très, très gros. Et lorsqu’on sait comment ces laboratoire influencent les milieux médicaux par un « entrisme » très appuyé, et surtout au plus haut niveau, on ne s’étonne pas du résultat.

L’argument médical visant à protéger ceux qui ont le droit d’avoir une relation intime (couples mariés) lorsque l’un des deux est infecté, n’est quasiment jamais utilisé. Pas surprenant, puisqu’il n’est développé que par les trois religions monothéistes !

On ne peut donc pas demander à ces trois religions de soutenir un préservatif qui ne fait qu’inciter à la débauche. Demander cela est une idiotie. Surtout quand on constate que le message de ceux qui le prône donne d’abord le sentiment qu’il FAUT avoir une vie sexuelle « libre » pour être dans la norme courante. En terme de prophylaxie en tout cas, le résultat est ridicule, et il ne reste de tout celà une plus grande augmentation du désordre de vie personnelle que de la protection en elle-même.

Et là, les trois religions monothéistes refusent de cautionner un moyen qui est inacceptable pour elles, ainsi que tout le marketing qui y est associé. Et on peut mettre au défi qui que ce soit de trouver cela incohérent.

Enfin il est logique que les trois grandes religions monothéistes promeuvent l’abstinence hors mariage et la fidélité, non seulement pour des raisons intrinsèques aux religions, mais aussi parce que c’est médicalement parfait : si tout le respectait ces principes, le sida disparaîtrait en très peu de temps. Le préservatif, lui, montre qu’il est non seulement inefficace pour atteindre cet objectif, mais qu’en plus il véhicule une attitude libertaire qui est, elle, LE moyen de propagation.

LES ACCUSATIONS INEPTES

Selon certains, lorsque le Pape refuse le préservatif comme solution anti-sida, il se rendrait coupable de « non assistance à personne en danger ». Voilà un argument qui ne résiste pas une minute à un examen attentif.

D’abord il faut pointer du doigt le trucage lamentable qui consiste à dire « le Pape est contre le préservatif en tant que moyen de lutter contre le sida ». Car le Pape dit aussi « le meilleur moyen, c’est la fidélité ». Donc :

1 – si une personne n’est pas contaminée, et que le Pape lui conseille de ne pas utiliser le préservatif, mais plutôt de recourir à la fidélité, il propose bel et bien un moyen alternatif qui est encore plus sûr. On cherche vainement ici une « mise en danger » quelconque.

2 – si une personne est contaminée, il y a deux cas figure. Premièrement la personne est célibataire : dans ce cas, de toute manière, elle ne doit pas avoir de relations intimes. Donc pour le premier cas la question ne se pose pas. Deuxièmement la personne est mariée : dans ce cas, le devoir de ne pas contaminer son conjoint est clairement une nécessité. Pour ce deuxième cas la question est réglée également.

Certains diront : et pour ceux qui ont des relations intimes en dehors du mariage ? L’Eglise pourrait répondre sans difficulté « Evitez la fornication, c’est (…) une voie pleine d’embûches… » (Coran (!) 17-32). En gros : on vous a dit que c’était mauvais, on vous a prévenu que ça ne poserait que des problèmes, mais vous le faites quand même… alors prenez vos responsabilités. Il est tout de même curieux que des contradicteurs puissent demander à une religion des solutions à des problèmes que cette religion voulait justement leur éviter (!!!).

Sur un plan logique, on peut aussi voir les choses sous un autre angle : le Pape indique une méthode pour ne courir aucun risque, certains de ceux qui entendent le message veulent adopter une autre méthode, et ensuite ils disent : « le pape nous met en danger ». Mais qui a choisi ? Qui est responsable des actes commis ? Chacun est libre de faire comme il le veut. Mais il est malhonnête de refuser sa propre responsabilité pour essayer de la faire endosser par un autre. Le médias excellent à ce jeu chaque fois qu’ils abordent ce thème.

UN ARGUMENT IDIOT PARMI D’AUTRES

« Le Sida, ça n’arrive pas qu’aux autres ». Eh bien si, justement ! Ça peut arriver à ceux qui ne suivent pas les préceptes de la religion, mais ça ne peut pas arriver à ceux qui les suivent ! Les chrétiens, musulmans et juifs qui appliquent leur religion de manière authentique ne seront jamais des « populations à risque » ! Et inversement, les populations à risques sont constituées de personnes qui refusent toute forme de spiritualité religieuse. Leur risque est le prix de leur indépendance obstinée, tandis que les vrais pratiquants récoltent la sécurité.

Alors oui, celui qui pratique les préceptes de l’une des trois religions monothéiste peut dire : « Le Sida, ça arrivera peut-être aux autres, mais pas à moi ! ». Et tant pis si ces autres en sont jaloux, cela ne fait que démontrer que les préceptes religieux sont une sécurité enviée.

UNE MANIPULATION DE GRANDE AMPLEUR

En dehors du fait que le préservatif est une industrie qui rapporte gros aux industriel de la pharmacie, il faut considérer un fait probablement plus grave.

Le préservatif diffusé massivement encourage la débauche sexuelle. Ce que les religions préconisent, c’est que les populations soient éduquées à éviter le sida par une véritable responsabilisation et un changement de comportement. Ceci implique pour chacun une meilleure éducation. Or peut-on dire que le préservatif permet une meilleure philosophie de vie ? Certainement pas ! Le discours ne promouvant que le préservatif participe au maintien des populations dans une sous-éducation, dans une culture matérialiste et édoniste.

A qui cela profite-t-il ? Qui serait dérangé par une population dotée d’une meilleure éducation sociale et civique et par voie de conséquence d’un esprit bien plus critique sur cette néo-colonisation ? Les organisations qui promeuvent le Sida et la liberté sexuelle y perdraient à coup sûr en terme d’influence dans le tiers-monde. C’est une hypothèse à ne pas quitter des yeux !

COUARDISE MEDIATIQUE

Comme nous l’avons vu, Chrétiens (catholiques, orthodoxes, protestants, anglicans), Musulmans et Juifs tiennent un discours identique sur le préservatif : c’est non !

Mais qui a entendu un journaliste s’en prendre à un pope orthodoxe, un pasteur protestant ou anglican, à un imam, ou encore un rabbin ? Personne n’ose !

Les journalistes (et le public qui suit sans se poser de question) ne s’en prennent qu’à Benoît XVI ! Ont-il traité un imam ou un rabbin de « rétrograde » ? Non. Pourquoi, parce qu’ils considèrent que dans le premier cas ce serait de l' »islamophobie », et dans le second de l' »antisémitisme ». Alors on tire à vue sur le Pape, on est assuré d’avoir la majorité de la population avec soi, car du moment qu’on soutient la liberté sexuelle contre les catholiques (comme s’ils étaient les seuls !), le succés est facile et sans risque.

« La facilité est la maigre pitance miséricordieusement allouée à la médiocrité ». Rabindranath Tagore (XXe s.).

– – –

Note : que penser du fait qu’après une semaine d’agressivité ouverte envers Benoît XVI, TF1 par la voix de Claire Chazal, en date du 23 mars 2009, décide de faire un sujet de reportage sur le mariage des prêtres, avec un temps de parole très favorable aux contestataires ? Coïncidence ?… Allons-donc ! Le calcul est évident ! Ce qui démontre qu’il ne s’agit pas là d’information, mais d’un opération de démolition prévue et organisée. Nous sommes face à du pseudo-journalisme

Source: de Ecclesia (de l’Eglise)

Publicités

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 28 avril 2014 par dans Papauté, et est taguée , .
%d blogueurs aiment cette page :