+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Preuves bibliques du Purgatoire !

Texte de frère Peter, USA.

 

La Bible enseigne le Purgatoire

Il y a une preuve pour le Purgatoire dans la Bible. On la trouve dans 1 Corinthiens chapitre 3, verset 15. Examinons cette preuve biblique pour le purgatoire. J’utiliserai la version de la Bible Louis-Segond, une célèbre traduction protestante.

 

1 Corinthiens 3:15 est une preuve irréfutable pour le Purgatoire

 

purgatoire1 Corinthiens 3:11-15 – « Car personne ne peut poser un autre fondement que celui qui a été posé, savoir Jésus-Christ. Or, si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l’oeuvre de chacun sera manifestée; car le jour la fera connaître, parce qu’elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’oeuvre de chacun. Si l’oeuvre bâtie par quelqu’un sur le fondement subsiste, il recevra une récompense. Si l’oeuvre de quelqu’un est consumée, il perdra sa récompense ; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu. »

 

Maintenant, regardons à nouveau la dernière partie de ce passage. Dans 1 Corinthiens 3:15, on voit voyons: ‘Si l’oeuvre de quelqu’un est consumée, il perdra sa récompense; pour lui, il sera sauvé, mais comme au travers du feu’. Donc on a quelqu’un dont les œuvres ont été jugées. En fait, ses œuvres sont consumées ; et il perd sa récompense ; pourtant il est sauvé, mais par le feu. Il perd sa récompense, mais est sauvé par le feu.

 

Que signifie ‘perdra sa récompense’ dans ce passage ?

 

Le mot grec qui est traduit ici par ‘perdra sa récompense’, c’est zemiothesetai. Ça provient du mot grec zemioo. Les formes de ce même mot grec, zemioo – traduit par ‘perdra sa récompense’ dans 1 Cor. 3:15 – sont trouvées dans d’autres passages dans la Bible. Le mot est utilisé pour signifier punition / peine. Dans Exode 21:22, Proverbes 17:26 Proverbes 19:19 et ailleurs, ce mot de grec zemioo est utilisé pour signifier punition. Ça signifie que zemiothesetai, le mot traduit par ‘perdra sa récompense’ dans 1 Cor. 3 :15, peut signifier punition.

 

Donc, l’homme qui perd sa récompense et est sauvé par le feu peut signifier un homme qui est puni et est sauvé par le feu. Ça ne ressemble pas au Purgatoire ? Oui, ça sonne exactement comme le purgatoire, parce que c’est ce à quoi il se réfère. Mais il y a plus par rapport au contexte pour démontrer le point. Qui est cet homme, et pourquoi perd-t-il sa récompense ou est-il puni, et sauvé par le feu ?

 

Le contexte de 1 Cor. 3 concerne les chrétiens et certains péchés ou mauvaises œuvres

 

Le contexte de 1 Corinthiens 3 traite avec des membres de l’Eglise du Christ; elle traite de croyants chrétiens de Corinthe. 1 Corinthiens 3:3 nous dit que certains de ces chrétiens corinthiens tombaient dans des imperfections pécheresses et des délits contre Dieu. Certaines de ces mauvaises œuvres ou péchés sont identifiées dans 1 Corinthiens 3:3 comme des querelles, des divisions et la jalousie.

 

1 Corinthiens 3:3 – « … puisqu’il y a parmi vous de la jalousie et des disputes, n’êtes-vous pas charnels, et ne marchez-vous pas selon l’homme ? »

 

Donc, le contexte de 1 Corinthiens 3 traite des différents types d’œuvres des croyants ; certains d’entre eux ne sont pas si bons. Ces différents types d’œuvres ( bons et mauvais ) sont décrits dans 1 Corinthiens 3:12.

 

1 Corinthiens 3:12-13 – « Or, si quelqu’un bâtit sur ce fondement avec de l’or, de l’argent, des pierres précieuses, du bois, du foin, du chaume, l’oeuvre de chacun sera manifestée; car le jour la fera connaître, parce qu’elle se révèlera dans le feu, et le feu éprouvera ce qu’est l’oeuvre de chacun. »

 

Il y a de bonnes œuvres, qui sont appelés : or, argent et pierres précieuses. Celles-ci signifient une meilleure ou plus parfaite adhérence à l’Evangile du Christ. Ensuite il y a d’autres œuvres qui ne sont pas si bonnes. Ces œuvres mauvaises ou inutiles incluent querelles injustifiées, jalousies et divisions ( comme mentionné ci-dessus ). Elles sont décrites comme : du bois, du foin et du chaume. Ce sont les œuvres qui sont brûlés dans 1 Cor. 3 :15, pour lequel l’homme perd sa récompense ou est puni, mais il est sauvé, cependant par le feu.

 

Ce contexte correspond parfaitement à l’enseignement catholique sur le Purgatoire. Le Concile catholique de Lyon 2 a défini le Purgatoire de cette façon :

 

Pape Grégoire 10, Concile de Lyon 2 ; 1274 : « Que si, vraiment pénitents, ils sont morts dans la charité, avant d’avoir satisfait, par de dignes fruits de pénitence, pour ce qu’ils ont commis ou omis, leurs âmes sont purifiés après la mort par des peines purgatoires et purifiantes…»

 

Le Purgatoire n’est pas pour ceux qui sont morts en état de péché grave ( mortel ) . De telles personnes vont en Enfer, comme le dit très clairement Galates 5 :19-21, 1 Cor.6:9, et Ephésiens 5:5-8. Le Purgatoire c’est pour ceux de la vraie Foi qui ont été pardonnés pour leurs péchés, mais qui doivent malgré ça faire l’entière satisfaction pour les péchés qu’ils ont commis. ( plus en sera dit plus bas ).

 

Par conséquent, dans 1 Corinthiens 3:12, le bois, le foin et le chaume ( qui sont brûlés ) signifient les œuvres d’un homme qui est mort dans l’état de la justification et qui a été pardonné de tout péché mortel qu’il aurait commis. Il est donc sauvé, mais n’a pas fait satisfaction pour ses péchés commis après le baptême.

 

Le cas de David est un excellent exemple d’un homme qui a été pardonné de ses péchés,
mais n’en a pas fait la pleine satisfaction

 

Un grand exemple d’un homme pardonné pour ses péchés graves, mais qui n’a pas fait satisfaction pour ceux-ci , se trouve dans le cas de David. Dans 2 Samuel 11 ( 2 Rois 11 dans la Bible catholique Vulgate ), on lit que le roi David a commis l’adultère avec Bethsabée. David a également fait tué son mari . Ce sont des péchés mortels. Si David était mort dans cet état, il serait allé en Enfer. 1 Cor. 6:9 nous montre qu’aucun adultère ou meurtrier n’entrera au Ciel. Mais David s’était repenti de son péché quand il en fut reconnu coupable par Nathan dans 2 Samuel 12.

 

2 Samuel 12:13 – « David dit à Nathan : J’ai péché contre l’Eternel ! Et Nathan dit à David : L’Eternel pardonne ton péché, tu ne mourras point. »

 

Le Seigneur avait remis le péché de David, et Nathan disait qu’il ne mourrait pas. Ça signifie qu’il ne sera pas mort éternellement. La faute du péché a été pardonnée parce que David était vraiment repenti et s’en est tourné, mais était-ce la fin pour celui-ci ? Non, la satisfaction complète de ce péché mortel n’avait pas été faite. On lit dans 2 Samuel 12:14-15 que David dut souffrir de la perte de son enfant pour faire satisfaction pour son péché – un péché qui avait déjà été pardonné.

 

2 Samuel 12:14-15 – « … parce que tu as fait blasphémer les ennemis de l’Eternel, en commettant cette action, le fils qui t’est né mourra. Et Nathan s’en alla dans sa maison. L’Eternel frappa l’enfant que la femme d’Urie avait enfanté à David, et il fut dangereusement malade. »

 

Ça fournit la preuve indéniable que la faute du péché d’un croyant peut être pardonnée sans que la peine ne soit entièrement retirée. Le Concile de Trente l’a dit de cette façon :

 

Pape Jules 3, Concile de Trente, Session 14, chapitre 8, sur le sacrement de la Pénitence ; 25 novembre 1551 : «…qu’il est totalement faux et contraire à la Parole de Dieu de dire que la faute n’est jamais remise par le Seigneur sans que la peine entière soit aussi gracieusement remise. On trouve, en effet, dans la sainte Ecriture des exemples évidents et bien connus qui, en dehors de la tradition divine, réfutent très manifestement cette erreur ( voir Gn 3,16-19 ; Nb 12,14 ; Nb 20,11 ; 2S 12,13-14 ]. »

 

Dans cette citation du Concile de Trente, on voit des références à de nombreux endroits dans les Écritures où un péché est pardonné sans que la peine ne soit entièrement remis. L’exemple de Nombres 20 doit être cité.

 

Nombres 20:11-12 – « Puis Moïse leva la main et frappa deux fois le rocher avec sa verge. Il sortit de l’eau en abondance. L’assemblée but, et le bétail aussi. Alors l’Eternel dit à Moïse et à Aaron : Parce que vous n’avez pas cru en moi, pour me sanctifier aux yeux des enfants d’Israël, vous ne ferez point entrer cette assemblée dans le pays que je lui donne. »

 

Lorsque Moïse, en obéissance au commandement de Dieu, frappa le rocher pour y faire miraculeusement jaillir de l’eau, il y eu un certain niveau d’hésitation dans l’acte ou la manière dont lui et Aaron l’avait présenté à la population. Un commentaire catholique explique : «La faute de Moïse et Aaron, en cette occasion fut méfiance et faiblesse de la foi ; ne doutant pas de la puissance de Dieu ou de la véracité, mais appréhendant l’indignité de ce peuple rebelle et incrédule, et parlant donc avec une certaine ambiguïté. » ( Bible Douay-Rheims ).

 

En conséquence, Dieu dit à Moïse et Aaron qu’ils ne seraient pas ceux qui emmèneront le peuple vers la terre promise. Ce fut leur châtiment, même s’ils restèrent dans la faveur de Dieu. Cette peine a été remplie. Josué et Caleb ont conduit le peuple vers la terre promise.

 

Rien d’impur n’entre dans le Paradis

 

Ce genre de satisfaction pour la peine restante due aux péchés pardonnables se fait souvent sur Terre par de bonnes oeuvres et des prières, en souffrant des épreuves et des tribulations, et par une adhérence plus parfaite à la vraie Foi. Si une telle satisfaction n’est pas faite sur terre, elle est et doit être faite au Purgatoire – en assumant que la personne meurt en état de grâce ( Justification ). La satisfaction doit être faite parce que le livre de l’Apocalypse explique, de façon très claire, que rien d’impur n’entrera dans le Ciel.

 

Apocalypse 21 :27 – « Il n’entrera chez elle rien de souillé, ni personne qui se livre à l’abomination et au mensonge; il n’entrera que ceux qui sont écrits dans le livre de vie de l’agneau. »

 

On voit la même chose dans le livre des Hébreux.

 

Hébreux 12 :14 – « Recherchez la paix avec tous, et la sanctification, sans laquelle personne ne verra le Seigneur. »

 

Maintenant il faut souligner que le Purgatoire n’est pas pour ceux qui meurent en état de péché mortel ou en dehors de la Vraie Foi. C’ est seulement pour ceux qui meurent en état de grâce : la Justification. C’ est pour ceux qui meurent dans la grâce, mais n’ont pas satisfait pour la peine temporelle due à leurs péchés pardonnés, mortels ou véniels, ayant été commis après le Baptême.

 

La Bible enseigne qu’il y a des péchés mortels et légers ( véniels )

 

Les péchés mortels détruisent l’Etat de justification. C’est pourquoi Galates 5:19-21, 1 Cor. 6 :9, et Ephésiens 5:5-8 enseignent que les personnes qui commettent ces péchés mortels perdent leur ‘héritage’ dans le ciel ( justification ). Des exemples de péchés mortels sont la fornication, le meurtre, l’ivrognerie, la masturbation, regarder de la pornographie, donner le plein consentement aux pensées impures, l’homosexualité, l’hérésie, l’idolâtrie etc. Si les gens meurent en état de péché mortel, ils seront damnés. 1 Jean 5:16 fait la distinction entre les péchés qui conduisent à la mort et les péchés qui ne le font pas.

 

1 Jean 5:16-17 – « Si quelqu’un voit son frère commettre un péché qui ne mène point à la mort, qu’il prie, et Dieu donnera la vie à ce frère, il la donnera à ceux qui commettent un péché qui ne mène point à la mort. Il y a un péché qui mène à la mort; ce n’est pas pour ce péché-là que je dis de prier. Toute iniquité est un péché, et il y a tel péché qui ne mène pas à la mort. »

 

Dans leur consciences, les gens savent qu’il y a une grande différence entre le meurtre et des choses comme des explosions de colère ou d’impatience injustifiées. Le premier est clairement un péché mortel, tandis que le second est un péché véniel ( au fait, la colère peut aussi être justifiée ).

 

Les péchés véniels (c-à-d des infractions légères contre Dieu ) affaiblissent l’âme, et la rendent plus vulnérables au péché mortel. Les péchés mortels détruisent l’état de la justification et mettent une personne dans un état de damnation. Voilà pourquoi on lit ça immédiatement après le verset qui prouve le Purgatoire ( 1 Cor 3:15 ) :

 

1 Corinthiens 3:17 – « Si quelqu’un détruit le temple de Dieu, Dieu le détruira; car le temple de Dieu est saint, et c’est ce que vous êtes »

 

Ça parle de ceux qui meurent dans le péché mortel : injustifiés. Ils seront perdus. Le péché mortel ne peut être pardonné que par la confession auprès d’un prêtre valide, comme le prouve Jean 20:23. Il peut également être pardonné par la contrition parfaite, avec l’intention d’aller se confesser.

 

1 Corinthiens 3:17 est assez significatif pour cette discussion. Il démontre que le contexte de 1 Cor. 3 traite des péchés. C’est important. Si 1 Cor. 3:15 renvoie bien à un homme qui perd sa récompense ( puni ) pour ses péchés et qui est sauvé par le feu ( comme ça l’est ), alors ça ne fait aucun doute qu’il se réfère au Purgatoire.

 

Dans une tentative d’échapper à cette conclusion, certains non-catholiques niant le purgatoire affirment que le contexte de 1 Cor. 3 ne traite pas des péchés, mais seulement des mauvaises oeuvres. Ils fabriquent une dichotomie ( fausse) entre péchés et mauvaises oeuvres, comme s’ils étaient deux catégories distinctes. Ils disent qu’il y a des mauvaises oeuvres qui ne sont pas péchés. Mais cette tentative échoue lamentablement à la lumière de 1 Cor. 3 :17 ( ci-dessus ).

 

1 Cor. 3 :17 démontre que le contexte traite des péchés pour lesquels certains d’entre eux sont détruits (damnés). En plus, le Nouveau Testament n’enseigne pas qu’il y a une différence entre péchés et mauvaises oeuvres.

 

Tout ça établit que les péchés légers ou les satisfactions ou imperfections qui sont, pour certains, laissés de côté et brûlés dans 1 Cor. 3 :15, sont bien des punitions pour des péchés dans le Purgatoire.

 

Autres preuves indirectes du Purgatoire:
Matthieu 5:25 et Matthieu 12:32

 

D’autres preuves indirectes du Purgatoire se trouvent dans d’autres parties du Nouveau Testament. La parabole suivante de Jésus est un exemple.

 

Matthieu 5:25-26 – « Accorde-toi promptement avec ton adversaire, pendant que tu es en chemin avec lui, de peur qu’il ne te livre au juge, que le juge ne te livre à l’officier de justice, et que tu ne sois mis en prison. Je te le dis en vérité, tu ne sortiras pas de là que tu n’aies payé le dernier quadrant. »

 

On voit que Jésus raconte la parabole de l’homme qui, pour ses fautes, est jeté en prison jusqu’à ce qu’il paie ou satisfait sa dette. C’est exactement comme le Purgatoire.

 

Matthieu 12:32 est aussi très pertinent à ce sujet.

 

Matthieu 12:32 – « Quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné; mais quiconque parlera contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir. »

 

Pourquoi Jésus dirait que le péché contre le Saint-Esprit ne sera pas pardonné dans ce siècle ou dans le siècle à venir ? Un père de l’Eglise, comme le pape St Grégoire le Grand, a compris que ces paroles de Jésus indiquent que certains péchés seront pardonnés ou satisfaits dans l’au-delà : au Purgatoire.

 

Pape St Grégoire le Grand, Dialogues (4, 40) ; 593 après J-C : « Chacun est présenté en jugement tel qu’il est en quittant cette vie. Pour ce qui est de certaines fautes légères, il faut croire qu’il existe avant le jugement un feu purificateur, selon ce qu’affirme Celui qui est la Vérité, en disant que si quelqu’un a prononcé un blasphème contre l’Esprit Saint, cela ne lui sera pardonné ni dans ce siècle-ci, ni dans le siècle futur [ Matthieu 12 :32 ]. Dans cette sentence nous pouvons comprendre que certaines fautes peuvent être remises dans ce siècle-ci, mais certaines autres dans le siècle futur. Car si on refuse quelque chose à quelqu’un en particulier, l’intellect en déduit logiquement qu’on lui accorde pour d’autres. Mais comme je l’ai dit, il faut y croire comme une disposition possible pour les péchés petits et légers. »

 

Jean 15:2 et 1 Pierre 1:7: Dieu utilise le feu et la discipline pour purger ses enfants
– ce qui correspond au purgatoire –

 

La Bible enseigne aussi que Dieu utilise le feu et la discipline pour réformer et purger Ses enfants.

Jean 15:2 – « Tout sarment qui est en moi et qui ne porte pas de fruit, il le retranche; et tout sarment qui porte du fruit, il l’émonde , afin qu’il porte encore plus de fruit. »

 

1 Pierre 1:6-7 – « C’est là ce qui fait votre joie, quoique maintenant, puisqu’il le faut, vous soyez attristés pour un peu de temps par diverses épreuves, afin que l’épreuve de votre foi, plus précieuse que l’or périssable qui cependant est éprouvé par le feu, ait pour résultat la louange, la gloire et l’honneur, lorsque Jésus-Christ apparaîtra. »

 

Jésus discipline Ses enfants, pour les rendre plus parfaits et qu’ils portent plus de fruits. Si ce n’est pas fait jusqu’à satisfaction sur Terre, ça doit être fait dans le Purgatoire.

 

Mais les souffrances de Jésus sur la croix n’ont-elles pas tout compensées ?

 

Certains non-catholiques aiment penser que la passion et la mort de Jésus-Christ ont tout compensé, y compris la peine due à tous les futurs péchés. Ils disent ‘Pas de soucis pour une chose telle que le Purgatoire, parce que Jésus-Christ a tout payé’. Cet argument est faux pour beaucoup de raisons.

Premièrement, c’est prouvé faux dans Colossiens 1:24.

 

Colossiens 1:24 – « JE ME REJOUIS MAINTENANT DANS MES SOUFFRANCES POUR VOUS; ET CE QUI MANQUE AUX SOUFFRANCES DE CHRIST, JE L’ACHEVE EN MA CHAIR, POUR SON CORPS, QUI EST L’EGLISE. »

 

Ce verset pourrait choquer ceux n’y étant pas familiers. Paul dit qu’il achève, pour l’Eglise, ce qui manque aux souffrances du Christ. Les souffrances du Christ étaient parfaites et d’une valeur infinie, donc qu’est-ce-que ça signifie ?

 

Ce que saint Paul veut dire, c’est que de nombreuses souffrances sont encore manquantes et nécessaires aux membres de l’Eglise pour qu’ils oeuvrent leur salut, qui fut rendu possible par le sacrifice du Christ. Ce verset prouve que le sacrifice du Christ ne supprime pas toutes les inquiétudes quant à la possibilité d’une punition future à cause d’un péché. Si c’était vrai, alors Paul n’aurait jamais dit que ses souffrances achèvent ce qui manque au sacrifice du Christ pour les membres de l’Eglise ; Jésus n’aurait pas non plus parlé des punitions pour les péchés, ce qu’ Il a fait à répétitions. Ce verset, Colossiens 1:24, prouve aussi la doctrine catholique de la communion des saints, et l’effet de la prière et sacrifice d’intercession.

 

Deuxièmement, l’argument protestant mentionné ci-dessus est réfuté par ce qui suit : Si c’était vrai que le sacrifice de Jésus a tout compensé, y compris les peines futures dues aux péchés de chacun, alors plus personne ne devrait croire ou faire n’importe quoi pour être sauvé. Le Sacrifice de Jésus aurait tout racheté. Mais même les non-catholiques qui prétendent que Jésus a tout compensé, admettent que les hommes ne sont pas tous sauvés. Ils admettent que les gens doivent faire quelque chose pour être sauvés. Avec une telle admission, ils se contredisent et réfutent leur argument que les souffrances du Christ ont tout pris en charge.

 

Troisièmement, cet argument est fondé sur un grave malentendu de la Rédemption du Christ.

 

Quelle est la signification de la passion et de la mort de Jésus-Christ ? Jésus-Christ a racheté le monde et détruit les péchés des hommes, comme l’a défini le Concile de Florence.

 

Pape Eugène 4, Concile de Florence, Cantate domino ; 1442, ex cathedra : « Elle [ la sainte Eglise romaine ] croit fermement, professe et enseigne que jamais être conçu d’un homme et d’une femme n’a été délivré de la domination du diable, sinon par la foi en notre Seigneur Jésus Christ médiateur entre Dieu et les hommes, qui, conçu, né et mort sans péché, A SEUL PAR SA MORT ABATTU L’ENNEMI DU GENRE HUMAIN, EN DETRUISANT NOS PECHES, qui a de nouveau ouvert l’entrée du Royaume céleste que le premier homme avait perdue par son propre péché avec toute sa descendance … »

 

Ça signifie que tout péché qui est pardonné est pardonné par Jésus-Christ, et spécifiquement par le mérite de Sa passion et de Sa mort. On accorde cette rémission seulement à ceux qui le suivent et qui font ce qu’Il dit devant être fait, ce qui leur permet de bénéficier de Sa Rédemption. Ça ne signifie pas que Dieu ne punira pas des personnes pour des péchés futurs. Ça ne signifie pas que la peine aient été absous pour tous les péchés du monde entier.

 

L’Ancien Testament (le vrai) prouve le Purgatoire – 2 Macchabées 12:46

 

Il y a une autre preuve pour le Purgatoire ; elle provient du Second livre des Macchabées. Certains non-catholiques pourraient immédiatement penser : ‘ce livre n’est pas dans ma Bible’. C’est vrai que les livres de la Macchabées ne sont pas dans la Bible protestante. Ils ne sont pas dans la Bible protestante car Martin Luther, le premier protestant, les a retirés quand il s’était séparé de l’Église catholique. Il avait également rajouté le mot ‘seul’ dans Romains 3:28, et critiquaient d’autres livres laissés dans la Bible protestante, comme le livre de Jacques.

 

En tout, il manque sept livres de l’Ancien Testament dans la Bible protestante. Ces livres ont été retirés car ils contiennent des choses qu’enseigne le catholicisme mais que rejette le protestantisme. Même s’ils faisaient partie du canon ou collection de l’Écriture depuis l’époque de l’Eglise primitive, la Bible protestante les rejette. Le fait que les livres rejetés par les protestants (comme les livres de Macchabées ) fassent véritablement partie de l’Écriture, ça peut être prouvé par la Bible en elle-même.

 

La Septante

 

La Septante, c’est la célèbre traduction grecque de l’Ancien Testament , faite par 70 savants quelques siècles avant la naissance de Jésus-Christ. Vous pouvez lire beaucoup de choses sur la Septante sur internet. Cette fameuse traduction de l’Ancien Testament, de l’hébreu au grec , contient les sept livres que rejette la Bible protestante. Maintenant , voici la partie intéressante. Près de 350 citations de l’Ancien Testament dans le Nouveau Testament sont parvenus jusqu’à nous. Eh bien, près de 300 de ces citations sont tirées version Septante de l’Ancien Testament. En d’autres termes, le Nouveau Testament – même les protestants l’ont – cite la version de l’Ancien Testament, acceptant les livres catholiques de la Bible. Ça signifie que les écrivains du Nouveau Testament acceptaient la version de la Septante, et donc les sept livres que les protestants rejettent. Mais il y a plus : Dans le Hébreux 11:35 des bibles protestantes et catholiques, on voit une référence à un événement qui n’est enregistré que dans le chapitre 7 du Second Livre des Macchabées.

 

Hébreux 11:35 – « Des femmes recouvrèrent leurs morts par la résurrection; d’autres furent livrés aux tourments, et n’acceptèrent point de délivrance, afin d’obtenir une meilleure résurrection. »

 

Cette référence se trouve dans un seul endroit dans la Bible. On le retrouve dans 2 Macchabées 7, qui raconte l’histoire de la mère et de ses sept fils. Cette mère et ses sept fils ont refusé la délivrance face à la torture pour qu’ils puissent recevoir la résurrection des justes. Ainsi, dans Hébreux 11:35, St Paul fait référence au Second livre des Macchabées. Ça démontre que 2 Macchabées, que n’a pas la Bible protestante, fait partie du véritable Ancien Testament. 2 Macchabées chapitre 12 enseigne clairement la prière pour les morts et de ce fait le Purgatoire.

 

2 Macchabées 12:46 – « Elle est donc sainte et salutaire la pensée de prier pour les morts, afin qu’ils soient délivrés de leurs péchés. »

 

Ce verset enseigne le Purgatoire. Il dit que c’est une sainte pensée de prier pour les morts, afin qu’ils soient délivrés de leurs péchés. La Bible nous enseigne donc qu’ il y a un lieu après la mort où certains fidèles seront sauvés mais détenus, où ils peuvent être aidés par la prière. Ça correspond à l’enseignement de 1 Corinthiens 3:15 qu’on a déjà vu, disant que certaines personnes sont sauvées tandis qu’elles perdent leur récompense ( sont punies ) par le feu. Ce lieu c’est le Purgatoire, et ce verset le prouve clairement. Voilà pourquoi ce livre fut retiré de la Bible par ceux qui voulaient inventer une nouvelle version du christianisme – qui n’est pas conforme à la tradition ni à l’enseignement de la Bible.

 

Les Pères de l’Eglise croyaient au Purgatoire et aux prières pour les morts

 

En plus de toutes ces preuves bibliques, le Purgatoire est prouvé par le fait que les pères de l’Eglise chrétienne y croyaient tout autant que les prières pour les morts. St Augustin est un célèbre père de l’Église. Il est considéré avec honneur chez les catholiques, et plus généralement par des non-catholiques qui se disent chrétiens. Il croyait clairement au Purgatoire. [ndlr: les lecteurs sont invités à lire le chronologie que nous avions déjà. Réalisée sur le Purgatoire: cliquer ici].

Tertullien, la monogamie, Post 213 ap-JC – « En effet, elle [ l’épouse ] prie pour le repos de son âme [ de son mari ] ; elle demande pour lui le rafraîchissement; elle conjure Dieu de la réunir à lui au jour de la résurrection, et chaque année elle célèbre l’anniversaire de sa mort par l’oblation du sacrifice. »

Ça prouve que même au 3e siècle, la pratique de l’Eglise consistait à prier pour les fidèles défunts : ceux qui sont morts avec la vraie foi et apparemment libres de tout péché mortel.

St Cyrille de Jérusalem, Les Catéchèses ; 350 après J-C : « …nous faisons mémoire de ceux qui sont morts… car nous croyons que c’est un secours souverain pour toutes les âmes pour lesquelles la prière est offerte… »

Beaucoup d’autres pères pourraient être cités, mais en voici quelques autres : St Grégoire de Nysse, Sermon sur les morts ; 383 après J-C : « [ un homme ] … parce qu’il ne pourra pas prendre part à la vie divine sans être lavé par le feu purificateur de la souillure immiscée en son âme.»

St Jean Chrysostome, Homélie XLI sur 1 Corinthiens ; 392 après J-C : « Sachons donc leur porter secours, et célébrons leur commémoration. Si les fils de Job ont été purifiés par le sacrifice de leur père, pouvez-vous douter que nos offrandes pour ceux qui ne sont plus, leur apportent quelque consolation ? [ Job 1:5 ] … Empressons-nous de porter notre secours à ceux qui ne sont plus, et. d’offrir pour eux des prières : car le but commun de la terre entière c’est l’expiation. »

St Augustin d’Hippone, Sermons ; 411 après J-C : «… il ne fait aucun doute que les morts sont aidés, que le Seigneur les traite avec plus de miséricorde que ne méritent leurs péchés . L’Église tout entière observe cette pratique transmise par les Pères : qu’elle prie pour ceux qui sont morts dans la communion du Corps et du Sang du Christ … »

 

Notez que saint Augustin dit que toute l’église chrétienne prie pour les fidèles défunts: ceux qui sont morts en communion appropriée avec l’Eglise véritable.

 

St Augustin, Traité de la Foi, de l’espérance, et de la charité , chapitre LXIX ; 421 après J-C : « Y a-t-il dans l’autre monde une épreuve analogue ? Il n’y aurait là rien d’extraordinaire, et on peut se poser cette question. Par une loi plus ou moins mystérieuse, il peut y avoir des fidèles qui se purifient, dans les flammes, de leur attachement excessif aux choses d’ici-bas, et qui se sauvent en endurant un supplice dont la longueur est en rapport avec l’intensité de leurs désirs mondains… »

 

St Augustin, Traité de la Foi, de l’espérance, et de la charité , chapitre CX ; 421 après J-C : « Il est incontestable que les âmes des morts sont soulagées par la piété des vivants, quand on fait offrir pour elles le sacrifice du Médiateur ou qu’on répand des aumônes dans l’Eglise. »

 

On peut voir que le Purgatoire est enseigné dans l’Écriture et cru par les premiers chrétiens. Pourquoi les anciens chrétiens croyaient-ils au purgatoire et aux prières pour les morts ? Ça n’est évidemment pas parce que c’était une doctrine humaine, mais parce qu’ils voyaient clairement ce qui était enseigné dans la Bible et ce qui faisait partie de la Tradition reçue des Apôtres.

Publicités

11 commentaires sur “Preuves bibliques du Purgatoire !

  1. David Vincent
    27 avril 2014

    Bonjour Nicolas,

    Nous aurons certainement l’occasion d’en rediscuter plus en détail je publierai notamment une série d’articles pour montrer que le Purgatoire est contraire à la Tradition de l’Eglise, mais je me permets simplement une remarque.

    Le passage de Maccabées est souvent cité pour appuyer la doctrine du Purgatoire, c’est pourtant un contre-sens puisque ce passage contredit la doctrine du Purgatoire

    En effet, comme tu le rappelles, l’Eglise catholique distingue péchés véniels et péchés mortels, et le purgatoire ne permet la rémission que des péchés véniels.

    Or, pour quel péché Judas offre-t-il les sacrifices ? Pour un péché d’idolâtrie … qui est un péché mortel.

    • L'Apôtre des protestants
      27 avril 2014

      Bonjour David,

      Le purgatoire n’est nullement contraire à la Tradition de l’Eglise , je l’ai déjà montrée ans cet article: https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2013/12/16/le-purgatoire-une-invention-catholique/.

      De plus, dans Saint Matthieu 12:32, nous lisons: « Quiconque parlera contre le Fils de l’homme, il lui sera pardonné; mais quiconque parlera contre le Saint-Esprit, il ne lui sera pardonné ni dans ce siècle ni dans le siècle à venir. » : cette phrase prouve le Purgatoire sans aucun doute possible: le Christ parle d’un autre siècle que le nôtre où les péchés sont pardonnés, et on sait que ça ne peut pas être le Paradis car rien d’impur (donc aucun péché) n’y pénètre, et ça ne peut non plus être l’enfer car les peines de l’enfer sont éternelle (Saint Matthieu XV, 41): ça signifie qu’il y a un siècle autre que le nôtre et qui n’est ni la Ciel ni l’enfer où les péché sont remis: c’est la Purgatoire. À l’analyse, on s’aperçoit que si le Purgatoire n’existe pas, alors cette phrase du Christ n’a pas de sens…

      Enfin, les soldats de Judas Maccabées ont volés des objets voués aux idoles, il s’en le semble pas qu’ils les aient commit le péché d’idolâtrie. Sachant qu’il est permis de prier pour le repos de l’âme d’un idolâtre car entre son dernier acte d’idolâtrie et sa mort, il a peut être autre la contrition parfaite qui lui permet d’échapper à l’enfer…

      Nicolas.

      • David Vincent
        27 avril 2014

        As-tu lu le livre de Jacques Le Goff « La naissance du Purgatoire » ? Je te le conseille.

      • L'Apôtre des protestants
        27 avril 2014

        Je ne l’ai pas lu, mais il faut savoir que Jacques Le Goff n’est pas une référence absolu, il a par exemple dit « Clovis ne s’est pas fait baptisé catholique mais chrétien », ce que n’importe qui qui connait l’histoire de cette époque sait être faux: à l’époque, la majorité des chrétiens étaient ariens et il était politiquement très tentant pour un chef de peuple de sa convertir à l’arianisme plutôt qu’au catholicisme (comme l’ont fait tous les autres rois barbares ses voisins): http://www.christ-roi.net/index.php/Clovis.

        Je ne sais pas ce que dit ce livre mais s’il dit que c’est une invention tardive, je peut dire d’avance que c’est faux car 1) la phrase du Christ commentée dans mon dernier post prouve à elle-seule le purgatoire, 2) cet article de moi: https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2013/12/16/le-purgatoire-une-invention-catholique/, prouve que la prière pour les mort (qui est la conséquence du Purgatoire) existe depuis la plus haute antiquité chrétienne (depuis le Ier siècle en fait) et 3) le Purgatoire est dans la conscience collective de tous les peuples (aussi bien païens, que des églises séparées de l’Eglise Catholique dès les premiers siècles…): http://bibliothequedecombat.wordpress.com/2013/12/13/six-preuves-de-lexistence-du-purgatoire/

      • David Vincent
        27 avril 2014

        Prier pour les morts et croire au Purgatoire sont deux choses très différentes.

        Mais on pourra en rediscuter un peu plus tard, d’ailleurs je vais te répondre par mail.

        Bon dimanche à toi 🙂

      • L'Apôtre des protestants
        27 avril 2014

        Je ne vois pas quel peut-être l’intérêt de prier pour les morts sans croire au Purgatoire; Mais je verrai bien tes arguments.

        Bon dimanche à toi aussi.

  2. Pingback: Le Purgatoire est une vraie doctrine? | +†+Yesus Kristus azu+†+

  3. michel
    26 juin 2015

    St Augustin, Traité de la Foi, de l’espérance, et de la charité , chapitre LXIX ; 421 après J-C : « Y a-t-il dans l’autre monde une épreuve analogue ? Il n’y aurait là rien d’extraordinaire, et on peut se poser cette question. Par une loi plus ou moins mystérieuse, il peut y avoir des fidèles qui se purifient, dans les flammes, de leur attachement excessif aux choses d’ici-bas, et qui se sauvent en endurant un supplice dont la longueur est en rapport avec l’intensité de leurs désirs mondains… »

    il y en a qui se purifient dans les flammes du purgatoire ils sont courageux quand même c’est ce qu’on entend dire « on est catholique on est baptisé alors on s’arrangera avec Dieu »…Polnareff a raison on ira tous au paradis …on ira tous au paradis on ira qu’on soit béni qu’on soit maudit on ira…

    • Ressources Catholiques
      26 juin 2015

      N’importe quoi. Inobjectif. Purement calomniateur. Rien à voir avec la foi catholique.

  4. michel
    27 juin 2015

    Ce n’est qu’une chanson mais elle est très dangeureuse…et peut être avez vous jamais ententu « on s’arrangera bien avec Dieu »…

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :