+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Le signe de Croix dans les trois premiers siècles

Voir aussi, la réfutation de toutes erreurs doctrinales des protestants et apparentés: ici

La propagande anticatholique affirme que le signe de la Croix aurait été inventé par l’Eglise vers l’an 300.

Avant de démontrer le contraire, je soulignerai que les anticatholiques se contredisent souvent eux-mêmes en disant ça car beaucoup d’entre eux affirment que l’Eglise catholique romaine aurait été fondée en 325 au concile de Nicée  (mensonge que j’ai déjà réfuté: cliquer ici); donc pour eux, l’Eglise catholique romaine n’existait pas avant l’an 325, mais elle aurait quand même été là pour inventer le signe de Croix en 300… ça n’a pas de sens!

Je conseille de regarder ces deux vidéo de l’abbé Pagès sur le gêne de Croix: cliquer ici et ici.

Nous devons déjà signaler que le signe de la croix était déjà préfiguré dans l’Ancien Testament. Bien des siècles avant Jésus, on a l’habitude en terre d’Israël de tracer sur le front un signe de bénédiction divine en forme de + , ancienne graphie du tav, la dernière lettre de l’alphabet hébraïque désignant le T de Torah.

La Torah est bienfaisante dans la vie des hommes. Or, que dit la prophétie messianique d’Ezekiel ? (Ez 9.4-6) : « Passe par le milieu de la ville et marque d’un tav le front des hommes ! »

Ainsi, le lettre hébraïque tav, en forme de croix était marquée sur le front des hommes… N’oublions pas l’affirmation initiale de Jésus lui-même : « Je ne suis pas venu abolir la Torah, mais l’accomplir » (Mt 5.17). Et c’est ainsi que les premiers chrétiens continuèrent à se signer du signe la Croix comme nous allons le voir. Ce qui suit est principalement inspiré de l’ouvrage intitulé La Foi de nos pères, ou perpétuité du catholicisme (pour le lire, cliquer ici) qui réfute ce mensonge:

signe-de-croix03Ceux qui nous blâment d’invoquer les anges et les saints, d’honorer leurs reliques et leurs images, ont dû aussi nous reprocher de rendre un culte religieux à la croix… Cette croix, signe sacré de notre rédemption, n’a point été épargnée non plus. Lorsqu’éclata la réforme : elle a été violemment arrachée des églises, brisée, foulée aux pieds et brûlée. L’on a voulu défendre à des chrétiens de s’humilier devant ce sublime étendard, en présence duquel l’idolâtrie est tombée ; on leur a interdit de le tracer sur eux-mêmes dans les moments de tentation, et dans les instants solennels ou critiques de la vie. Suivant saint Paul (Philip. II. 8.) : « Dieu veut que tout genou fléchisse au nom de Jésus-Christ, parce qu’il s’est rendu obéissant jusqu’à la mort, sur la croix. »

Je ne saurais comprendre, en vérité, la différence qu’il peut y avoir entre fléchir le genou au nom sacré du Rédempteur, et le fléchir à la vue de l’instrument sur lequel il a opéré notre rédemption ; les deux démonstrations de respect, se rapportent l’une comme l’autre à la personne de Jésus-Christ. Quant au signe de la croix, c’est une profession de christianisme, dont nous trouvons l’usage établi parmi les fidèles de la primitive Église.

L’auteur du Pasteur d’Hermas (vers 140), disciple de l’Apôtre saint Jean, parle de « porter le Nom de Dieu », il signifie « être marqué au front du tav », donc du signe de la croix ou, autrement dit, être baptisé (Pierre Erny, Le signe de la croix : Histoire, ethnologie et symbolique d’un geste « total », éd. L’Harmattan, 2007, p. 54-56). Cela laisse supposer que le tav était lié au nom même de Jésus-Christ, incarnation de la Parole de Dieu (Ibidem).

Saint Justin Martyr (vers 100-165): « À l’heure de la prière, nous tournons la face vers l’orient, et aussitôt de notre main droite nous nous marquons au nom de Jésus-Christ du signe qui nous est si nécessaire. » (Quaest. 118)

A l’époque des persécutions romaines de juifs et de chrétiens qui étaient mis à mort pour leur refus de diviniser le pouvoir impérial, l’Inscription d’Abrcius, datée des premières années de la décennie 190 évoque cette résistance de tout « un peuple qui a le sceau brillant au front »

Dans Minutius Félix, qui paraît avoir écrit vers la fin du IIe siècle, le payen Cécilius dit en parlant des chrétiens: « Leur culte consiste dans l’adoration d’un homme puni du dernier supplice…. et du funeste bois de sa croix. » (Octavius)

Saint Hyppolite de Rome (vers 165-235) : « Efforce-toi en tous temps de te signer dignement le front, car c’est le signe connu et éprouvé de la passion contre le diable, si tu le fais avec foi et non pour te faire voir des hommes, mais en l’opposant avec science comme un bouclier. L’adversaire, en effet, voyant la force qui vient du coeur, dès que l’homme montre représentée extérieurement la ressemblance spirituelle, s’enfuit, non parce que toi tu l’effraies, mais l’Esprit qui souffle en toi. C’est en représentant cela dans l’agneau qui était immolé que Moïse aspergea le seuil de sang et enduisit les montants de la porte. Il désignait la foi, qui est maintenant en nous, dans l’Agneau parfait. En nous signant le front et les yeux avec la main, écartons celui qui essaie de nous exterminer. » (Tradition Apostolique XXXVI)

Tertullien (vers 155-vers 230) parle déjà de l’habitude de se signer comme d’une pieuse coutume consacrée par la tradition, ce qui la fait remonter aux temps des apôtres : « Nous formons la croix  sur notre front, dit-il, à toutes nos actions lorsque nous entrons dans nos maisons ou que nous en sortons, lorsque nous  prenons nos habits ou nos souliers, que nous allons au bain, à table ou au lit, lorsque nous nous asseyons, ou que nous allumons nos lumières. Ces sortes de pratiques ne sont point commandées par une loi formelle de l’Écriture ; mais la tradition les enseigne, la coutume les confirme, et la foi les observe. » (De corona.) Il écrivait encore à sa femme pour la détourner d’épouser un païen en secondes noces : « Lui cacherez-vous votre foi lorsque vous ferez le signe sur votre bouche et sur votre corps ? » (Livre IIème à sa femme). Il dit aussi: « À chaque pas, à chaque mouvement, en rentrant et en sortant, en revêtant nos vêtements ou en mettant nos chaussures, au bain, à table, quand on allume les lampes, en nous couchant, en nous asseyant, à toute occupation, nous marquons nos fronts du signe de la croix. » (De corona mil., c. III.)

Origène (vers 185-vers 254) : « La puissance de la croix est telle, qu’en la plaçant devant les yeux, et en y fixant l’attention, de manière à considérer avec les yeux de l’esprit la mort de notre Sauveur, il n’y a ni concupiscence, ni luxure, ni envie qui puisse l’emporter ; et à la vue de ce signe, toute la troupe charnelle du péché prend la fuite. » (Homélie VI sur l’Épitre aux Romains). Il dit encore que les chrétiens se signent sur le front avant de débuter toute tâche, particulièrement avant la lecture des Écritures ou la prière (Andrew Cain, Jerome’s Epitaph on Paula : A Commentary on the Epitaphium Sanctae Paulae with an Introduction, Text, and Translation, éd; Oxford University Press, 2013, p.395)

L’empereur Julien l’Apostat (331 ou 332-363) s’adressant aux chrétiens: « Vous adorez le bois de la croix, vous formez ce signe sur votre front, vous le gravez sur la porte de vos maisons. » Ainsi, l’empereur apostât témoigne du culte que les chrétiens rendent un culte à la Croix et en font le signe. Cependant, il commet l’erreur de dire que ce culte est d’adoration, c’est la même erreur que celle des protestants aujourd’hui, nous lui répondons avec saint Cyrille de Jérusalem et saint Athanase d’Alexandrie:

Saint Cyrille (vers 315-387): « La Croix nous fait souvenir que Jésus-Christ, en mourant sur elle, a racheté, converti et sanctifié le monde; nous honorons la Croix car elle nous avertir que nous devons vivre pour celui qui est mort pour nous. » (Contre Julien I. IV. p. 194)

Saint Athanase (vers 395-373): « Si les gentils nous disent de porter notre adoration au bois, nous pouvons séparer devant eux les deux pièces qui forment la croix, et après en avoir détruit l’image Jeter les deux pièces à terre, les fouler aux pieds, preuve que notre vénération ne s’adresse pas au bois, mais à la figure qui nous rappelle le Crucifié. » (quœst. ad Antioch)

Cette doctrine est encore celle que nous professons ; et en dépit de nos dénégations, nos adversaires persistent de leur côté à soutenir que nous adorant le bois de lu croix, que nous faisons un acte d’idolâtrie en nous marquant de son signe. On pourrait s’écrier à ce propos avec Bossuet : « En vérité, cela fait pitié, et quand on songe que ces chicanes ont été poussées jusqu’à rompre l’unité, cela fait horreur ! »

Saint Ephrem le Syrien (vers 306-373): « Munissez-vous du signe de la Crois comme d’un bouclier, non seulement à la main, mais encore à l’esprit. » (Sur l’armure spirituelle)

Saint Ambroise de Milan (vers 340-397) dit dans son quarante-cinquième sermon: « Le signe du Christ est sur notre front et dans notre cœur, sur notre front afin de le confesser toujours, dans notre cœur afin de l’aimer. »

Saint Jean Chrysostome (vers 344-407) disait dans sa démonstration contre les gentils: « Cet objet de malédiction et d’abomination, la Croix, symbole du dernier supplice, est devenu plus illustre que les diadèmes et les couronnes. » Plus bas, il ajoute « Vous le trouvez chez les princes et le sujets, chez les femmes et les hommes, chez les vierges et les épouses, chez les esclaves et les libres. Tous retracent ce signe sur la partie le plus auguste de la face humaine, car il est inscrit journellement sur notre front, comme sur une colonne… Partout la Croix éclate et partout elle est honorée, dans les maisons, sur les places publiques, dans les déserts, sur les chemins et les montagnes, sur les collines et dans les vallons, sur la mer et les vaisseaux, sur nos vêtements, nos lits, nos armes, nos vases d’or et d’argent, sur les murailles de nos maisons. »

Saint Jérôme (347-420): « Tenez la porte de votre cœur fermé, et munissez souvent votre front du signe de la Croix, afin que l’exterminateur de l’Egypte n’ait point prise sur vous. » (Lettre à Demetrius)

Saint Augustin (354-430): « Le signe de la Croix est un rempart pour les amis, et un obstacle pour les ennemis… Et afin de tout dire en un mot, il n’est point de sacrement de l’Église qui ne soit conféré par la vertu mystérieuse de ce signe. » (Sermon sur les saints)

Saint Cyrille de Jérusalem (vers 315-387) répète à peu près les paroles de Tertullien citées plus haut : « Point de honte de la croix ; si quelqu’un la cache, tracez-la manifestement sur votre front… Faites sur votre front le signe de la croix avec confiance, en mangeant, en buvant, en entrant, en sortant, avant de dormir et à votre lever…. Le Christ a triomphé des démons par la croix : montrez-en le signe avec hardiesse ; en le voyant, ils se souviendront du Crucifié ; ils le craignent, lui qui a brisé sous ses pieds la tête du dragon. » (Leçons aux catéchumènes)

Qu’importent au reste ces accusations insensées, ces reproches qui ne tendent à rien moins qu’a prononcer anathème contre une pratique aussi ancienne que l’Église, qu’à proscrire le signe de la rédemption du genre humain, le signe distinctif du christianisme, le signe par lequel le monde a été sauvé, et par lequel il sera jugé. Continuons à imiter les chrétiens des premiers siècles, et disons toujours avec l’apôtre (Galat. VI, 14. ) : « A Dieu ne plaise que je mette ma gloire en autre chose que dans la croix de notre Seigneur Jésus-Christ.»

Advertisements

3 commentaires sur “Le signe de Croix dans les trois premiers siècles

  1. Pingback: Réfutations des erreurs doctrinales « chrétiens » anti-catholiques | +†+Yesus Kristus azu+†+

  2. Lilly
    10 août 2015

    Les chrétiens comme les musulmans se tournaient vers un point précis de l’espace pour prier? L’orient? Est-ce que vous avez un article sur l’orientation des Eglises et des synagogues,

  3. Pingback: Chronologie des inventions et hérésies catholiques | +†+Yesus Kristus azu+†+

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 31 mars 2014 par dans Foi Catholique, Le Salut, Papauté, Pères de l'Eglise, Protestantisme, Sainte Vierge Marie, Saints, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :