+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

‘Sola scriptura’ démoli par Mgr de Ségur

Tiré de: http://www.christ-roi.net/index.php/Protestantisme

Mgr_de_SegurComment la sainte Bible n’est pas et ne peut pas être la règle de notre foi

C’est du pape que nous tenons la Bible (Luther)

« Mais alors, dit Luther, niez aussi la Bible, car c’est du Pape que nous la tenons. Nous sommes bien obligés d’avouer, tout protestants que nous sommes, que dans le papisme il est des vérités de salut, oui, TOUTES les vérités du salut, et que c’est de lui que nous les tenons, car c’est dans le papisme que nous trouvons la vraie Ecriture sainte, le vrai baptême, le vrai Sacrement de l’autel, les vraies clefs qui remettent les péchés, la vraie prédication, le vrai catéchisme, les vrais articles de foi. J’ajoute, en outre, que dans le papisme se trouve le VRAI CHRISTIANISME. » (Luther, Oeuvres, édition protestante d’Iéna, p. 408-409).

[…] La Bible est véritablement la Parole de DIEU: nous le savons tous aussi bien et même beaucoup mieux que les protestants. Tout ce qui est dans la Bible est d’enseignement divin; et cependant la Bible n’est pas et ne peut pas être la règle de notre foi, dans le sens que prétendent les protestants.

Pourquoi ? La Bible ne peut pas être la règle de notre foi parce que JESUS-CHRIST n’a pas dit aux apôtres: Allez et colportez des Bibles; mais bien: « Allez et enseignez toutes les nations; qui vous écoute, m’écoute »

Que le christianisme était déjà répandu avant qu’aucun des Evangélistes se mît à écrire la vie de Jésus.

– « Le christianisme, dit le protestant Lessing (Beitrage für Geschichte und Litteratur, t. IV, p. 182.), était déjà répandu avant qu’aucun des Evangélistes se mît à écrire la vie de JESUS. On disait le Pater avant qu’il fût écrit dans saint Matthieu, car JESUS-CHRIST lui-même l’avait appris à ses disciples, qui l’avaient transmis aux premiers chrétiens… On baptisait au nom du Père et du Fils et du Saint Esprit avant que la formule du baptême eût été écrite par le même saint Matthieu dans son Evangile, car JESUS-CHRIST l’avait prescrite verbalement à ses apôtres. »

Cette première preuve, qui est une preuve de fait, en vaut bien une autre, et les protestants n’ont jamais rien trouvé de raisonnable à y opposer »

La Bible ne peut pas être la règle de notre foi parce qu’elle renferme une foule de passages difficiles qui échappent aux intelligences les plus lumineuses.

« Les efforts des docteurs de l’Eglise pour en pénétrer le sens, efforts souvent déçus, montrent assez combien les saintes Ecritures sont difficiles à comprendre. « Approfondir le sens des Ecritures, dit Luther lui-même, est chose impossible; nous ne pouvons qu’en effleurer la superficie; en comprendre le sens serait merveille. Que les théologiens disent et fassent tout ce qu’ils voudront, pénétrer le mystère de la Parole divine sera toujours une entreprise au-dessus de notre intelligence. Ses sentences sont le souffle de l’Esprit de DIEU: donc elles défient l’intelligence de l’homme » (Voir Audin, Vie de Luther, t. II, p. 339.)

Que faut-il donc penser d’une règle de foi qui, de l’aveu de Luther et d’une foule de protestants, au lieu d’expliquer la foi, a besoin elle-même de difficiles et longues explications? Du reste, les protestants ne seraient pas bien venus à nier les difficultés de l’interprétation de la Bible; leurs interminables disputes et dissidences sur presque tous les textes de ce saint Livre parlent assez haut. Il est même remarquable de voir que ce sont les passages les plus simples et les plus clairs des Ecritures qui ont soulevé parmi eux le plus de disputes et de divisions. On a compté plus de deux cents interprétations protestantes de la parole de Notre-Seigneur à la sainte Cène: « Ceci est mon corps! »(.)

Enfin, la parole de DIEU dans la Bible n’est pas et ne peut pas être la règle de la foi des chrétiens parce que si cela était, la religion chrétienne ne serait pas faite pour les pauvres et les petits, c’est-à-dire pour ceux que JESUS a déclarés les enfants privilégiés de son amour.

« Ce point vaut la peine d’être traité à part. »

Que le protestantisme n’est pas et ne peut être la religion du peuple. Que le peuple sache ou ne sache pas lire, il est absolument impossible que la Bible soit la règle de sa foi.

Non, le protestantisme n’est pas fait pour le peuple. JESUS aime les pauvres et les humbles; or le protestantisme, en donnant la lecture de la Bible comme règle fondamentale de la foi chrétienne, exclut le peuple du christianisme. En effet, les pauvres ou bien ne savent pas lire, et qu’est-ce qu’un livre pour qui ne sait pas lire? (Or, il est à noter que pendant quinze siècles, c’est-à-dire jusqu’à l’invention de l’imprimerie, presque personne ne savait lire dans le peuple. Tous ces pauvres gens auraient donc vécu sans moyen d’arriver à la foi! C’est absurde.)

Si le protestantisme a raison, si pour faire son salut il faut lire la Bible, « alors, dit encore le luthérien Lessing, combien je vous plains, vous tous qui êtes nés dans des pays dont la langue ne sait point parler la Bible; vous qui, nés dans les conditions de société où l’on manque de toutes connaissances, ne savez pas lire la Bible! Vous croyez être chrétiens parce que vous êtes baptisés? Malheureux: ne voyez-vous pas qu’il est aussi nécessaire au salut de savoir lire que d’avoir reçu le baptême? Et encore j’ai grand’ peur qu’il vous faille apprendre l’hébreu, si vous voulez être bien assurés de sauver votre âme. »

Lors même que tous les pauvres sauraient lire, en seraient-ils beaucoup plus avancés pour cela? ne se verraient-ils pas arrêtés à chaque verset, comme nous le disions tout à l’heure? Et qu’on ne dise pas qu’il suffit au peuple que les pasteurs lisent et expliquent une fois par semaine l’Ecriture sainte dans leurs prêches! Ces explications ne sont que des opinions personnelles, qui ne reposent sur aucune autorité et qui varient suivant le caprice de chacun… Ce n’est plus la parole de DIEU, c’est la parole de M. X ou de M. Z; ce qui est bien différent.

Que le peuple sache ou ne sache pas lire, il est donc absolument impossible que la Bible soit la règle de sa foi. DIEU, en donnant la Bible comme règle de foi, aurait exclu de son Eglise et du salut éternel presque tous les hommes; ce qui est une impiété, et ce que personne ne croira jamais.

Donc le protestantisme qui vient nous dire: « Prenez et lisez la Bible ; passez-vous de l’Eglise et des prêtres, contentez-vous de la seule Parole de DIEU contenue dans l’Ecriture », ne peut pas être la religion du peuple, et par conséquent ne peut pas être et n’est pas le vrai christianisme, la religion de tous. »

Que l’Eglise catholique seule respecte la Bible. Que l’Eglise ne défend pas la lecture de la Bible mais qu’elle l’entoure de certaines précautions que la foi et l’expérience prescrivent à sa prudence maternelle.

(L’Eglise) se souvient que Satan s’est servi de l’Ecriture sainte pour tenter le Christ au désert, et que les Scribes et les pharisiens ne combattaient JESUS et ses apôtres qu’au nom de la parole de DIEU…

Elle se rappelle que son Premier Pontife, le Prince des Apôtres, parlant des épîtres de Saint Paul, enseignait « qu’il s’y rencontre des passages difficiles à comprendre, que des hommes sans doctrine et à l’esprit changeant dépravent, ainsi que le reste des Ecritures, pour leur propre ruine » (IIe Ep. de S. pierre, ch. III, v. 16.)

Et c’est l’Ecriture elle-même qui oblige l’Eglise à donner avec prudence l’aliment divin à ses enfants. L’expérience se joint à la foi, en cette matière si grave; et l’exemple de tous les hérétiques, en particulier des hérétiques modernes, lui a fait voir que cette lecture de la Bible pourrait, dans de certaines conditions, et spécialement dans les traductions en langue vulgaire, être fort dangereuse. Elle a donc tracé des règles très-simples et très-sages destinées non pas à empêcher cette lecture sanctifiante, mais à en écarter les dangers.

La première de ces règles est de recevoir des Pasteurs légitimes de l’Eglise, et d’eux seuls, le texte et l’interprétation de l’Ecriture, de peur, comme l’ajoute l’Apôtre saint Pierre, que « ballotés par l’erreur des faux docteurs, les chrétiens ne déchoient de cette solidité de doctrine qui est leur bien propre: ne insipientium errore traducti excidatis à proprâ firmitate. »

Puis l’Eglise ordonne que l’on se serve de certaines traductions de l’Ecriture sainte, examinées et annotées avec soin et approuvées par l’autorité ecclésiastique; ainsi les fidèles sont assurés que ce qu’ils lisent est bien la Parole de Dieu, et non pas la parole humaine de quelque traducteur ignorant ou perfide. L’Eglise veut en outre que l’on consulte cette même autorité qui seule peut juger si l’on est dans les dispositions convenables d’esprit et de coeur pour tirer profit de cette sainte lecture. Le simple énoncé de ces règles pratiques suffit pour en faire comprendre la profonde sagesse. Elles ne sont pas seulement sages, elles sont nécessaires.

L’Eglise montre par là combien elle a plus de souci de la sainte Parole de DIEU que ces téméraires novateurs qui, sous prétexte de la mettre à portée de tous, l’ont jetée dans la boue et l’ont indignement profanée. L’Eglise catholique seule respecte la Bible, parce que seule elle comprend la sainteté et le véritable usage.

[…] Les saints prêtres et les vrais chrétiens ont pour le livre des Ecritures des respects et u namour qui ne se peuvent dire. Saint Charles Borromée, le grand archevêque de Milan, le réformateur du clergé d’Italie au seizième siècle, ne lisait la Bible qu’à genoux, la tête nue; et on l’a vu demeurer quatre heures de suite absorbé dans ce divin travail. Saint Philippe Néri baignait de ses larmes les pages sacrées, qu’il savait par coeur. Il en était de même de saint François de Sales et de saint Vincent de Paul.

M. Olier, le réformateur de la discipline ecclésiastique en France, entourait le livre de la Bible d’une vénération merveilleuse. Il l’avait magnifiquement relier en argent massif, et il ne le posait jamais à côté des autres livres. Avant de l’ouvrir il se revêtait de son surplis, et, comme saint Charles, ne la lisait qu’à genoux, malgré ses infirmités. La pieuse compagnie de Saint-Sulpice, qui dirige une grande partie de nos Séminaires de France, inspire ces mêmes sentiments de religion aux jeunes ecclésiastiques qu’elle a mission de former, et qui s’empressent de suivre une direction aussi catholique.

JESUS est la manne cachée des Ecritures. Bienheureux est celui qui l’y cherche et l’y trouve! Bienheureuse est l’âme fidèle qui, à la lumière de la sainte Eglise et de la vraie foi, et dans un esprit de piété, d ‘amour et de sanctification, scrute l’adorable parole de DIEU, et en fait, avec le Sacrement de l’Autel, l’aliment substantiel d’une vraie et solide piété! (Mgr de Ségur, Causeries sur le protestantisme d’aujourd’hui)

Publicités

12 commentaires sur “‘Sola scriptura’ démoli par Mgr de Ségur

  1. Béréenne attitude
    10 mars 2014

    « Allez et enseignez toutes les nations; qui vous écoute, m’écoute ». Oui, c’est pourquoi, les apotres ont fait écrire les évangiles ou les ont écrit eux-mêmes, pour qu’on puisse les écouter.

    Irénée de Lyon et ses coauteurs explique bien que le ministère des apotres a été de transmettre l’évangile et que l’évangile a été écrit et qu’il n’existe plus de ministère apostolique après les apotres.

    Les lettres des apotres ont été canonisées par l’église catholique elle-même qui depuis les années 400 n’a plus lu dans chaque ville, les lettres ‘suivantes’, c’est à dire les lettres des églises aux églises, des chrétiens d’une ville aux chrétiens d’une autre ville. Ces lettres, comme celles de Polycarpe ou de Clémen de Rome ou encore la didachè ne furent plus lue dans les églises et ‘disparurent’.

    Donc, c’est l’église catholique elle-même qui a choisi de mettre dans la Vulgate uniquement les 4 évangiles recommandées par Irénée et ses coauteurs et uniquement les lettres des apotres (et encore pas de tous). Ils ont repris la Septante pour l’AT, ce que les hébreux (et les protestants) avaient repris eux aussi. Les livres deutérocanoniques ont fait partie de la Bible protestante jusqu’en 1835, époque où il fut décider de rendre la Bible plus légère et moins couteuse …

    L’église catholique elle-même a fait le canon biblique : la Vulgate.

  2. Béréenne attitude
    10 mars 2014

    2) La Bible ne peut pas être la règle de notre foi parce qu’elle renferme une foule de passages difficiles qui échappent aux intelligences les plus lumineuses

    – les chrétiens ont toujours très bien compris la Bible. Par contre, les non-chrétiens ne l’ont jamais comprise. C’est pourquoi, lorsque les théologiens non-chrétiens n’ont jamais pu la comprendre. Pour comprendre la Bible, comme le disait Augustin, il faut premièrement croire. Les croyants comprennent la Bible ………

    Après, c’est une question de traductions et de langues. L’hébreu compote plus de 8000 mots, le grec plus de 5000 et généralement, les francophones instruits connaissent 1200 mots en français, les un peu moins instruit, 600 et j’écoutais l’autre jour, le prêtre Guy-Gilbert qui disait qu’il utilisait lui-même 200 mots en français pour se faire comprendre de tous.

    La Bible se comprenait en fait très facilement au départ. Les évangiles ont exprès été écrites pour certains et un autre évangile pour d’autres. Mais beaucoup l’ont ‘compliqué’, décortiqué, analysée, et surtout découpée en morceau …

  3. Béréenne attitude
    10 mars 2014

    Enfin, la parole de DIEU dans la Bible n’est pas et ne peut pas être la règle de la foi des chrétiens parce que si cela était, la religion chrétienne ne serait pas faite pour les pauvres et les petits, c’est-à-dire pour ceux que JESUS a déclarés les enfants privilégiés de son amour.

    Les catholiques bien plus que les protestants appellent la Bible entière : la Parole de Dieu. Et même avant les protestants.

    Pour les enfants oui, oui, oui, tout à fait. Sauf que les catholiques ont gardés des siècles ‘la culture et le savoir’ pour le haut de la pyramide, parlant à tous en latin (que personne ne comprenait, souvent pas même les curés et les prêtres) . Ils ont gardé précieusement ‘le savoir’ afin d’avoir du pouvoir sur le ‘petit peuple’.

    La première chose qu’on fait les protestants, c’est de traduire la Bible dans la langue que les gens comprenaient, et d’apprendre à tous à lire et à écrire. Les protestants ont écrits de très nombreuses langues qui auparavant n’existaient qu’oralement et ont tout fait pour que tous aient une bible dans sa propre langue.

    les catholiques interdisaient de traduire la Bible dans une autre langue que le latin. Comme personne ne savait le latin …

    En très peu de temps, La Bible a été traduite en plus de 2000 langues et encore de nos jours, lorsque les protestants découvrent, en Chine par exemple, qu’il existe toute une population qui n’a pas de Bible dans sa propre langue, les protestants la traduisent …

    (Ceci dit, ces 30 dernières années, le protestantismes a énormément changé et de plus en plus, les théologiens protestants se mettent eux aussi à garder ‘le savoir’ pour eux et font facilement de la rétention d’informations ce que je déplore vivement)

    • Non !
      C’est complètement inexcat de soutenir que l’Eglise catholique a gardé le ‘Savoir’ pour pouvoir avoir le Pouvoir sur le peuple. Cette affirmation est carrément un a priori infondé ! Car, l’Eglise avait des réticences, à cause des falsifications éventuelles ! Et, il n’a pas fallu mille et un siècles pour voir ses craintes confirmées. Puisque c’est Luther qui va falsifier la Bible – commençant par Romains 3, 28, en formant un canon dans le canon… accordant moins d’importance à certains livres qu’à d’autres. Au sujet de l’Apocalypse, il affirmait que le Saint-Esprit n’avait pu produire un tel livre… etc. Après lui, d’autres ont suivi évidemment…

  4. Béréenne attitude
    10 mars 2014

    3) Non, le protestantisme n’est pas fait pour le peuple. JESUS aime les pauvres et les humbles; or le protestantisme, en donnant la lecture de la Bible comme règle fondamentale de la foi chrétienne, exclut le peuple du christianisme.

    Oui pour ces dernières années, oui. Mais lorsque vos parents étaient jeunes, c’était le contraire. Et depuis presque 2000 ans.

    Les catholiques parlaient en latin à tous, les messes étaient dites le dos tourné, et personne ne comprenait la messe. Les protestants ont fait le contraire.

    Actuellement, il y a beaucoup d’intellectuel parmi les protestants et ils prennent le chemin du catholicisme.

    Mais il y a bien d’autres protestants, par exemple les anabaptistes (et les petites églises régionales) qui leur ont succédé qui font tout pour rendre la Bible (l’évangile) compréhensible des enfants.

    Le clergé imite le protestantisme depuis Vatican II, c’est à dire imite le protestantisme d’il y a 50 ans.

    Et de mon coté, je trouve souvent les catholiques plus CROYANTS, plus ouvert à DIEU, déjà à l’existence de Dieu et même à la mort et à la résurection de Jésus que les NOUVEAUX protestants.

    Il suffirait de supprimer les idoles et le système pyramidal et l’institution catholique deviendrait une ‘super église’. Idem pour les protestants, en se mettant à CROIRE la Bible et en supprimant eux aussi leur système pyramidale ! 🙂

    Les premiers évêques et prêtres ont tous été élus par les assemblées entières. Ils n’avaient pas de pouvoir. C’était des guides spirituels, comme on en retrouve dans d’autres religions (en Inde par exemple).

    Mais l’argent et le pouvoir et l’orgueil de plusieurs ……..

    Si l’église catholique vendait toutes les cathédrales, chapelles, églises, cures et autres bâtiments et autres ‘oeuvres d’art’ et mobilier qu’elle possède dans le monde, elle pourrait construire des écoles, des hôpitaux, former des médecins, des ingénieurs agronomes, etc, afin de trouver des solutions pour l’eau, les matières premières, les énergies, etc, etc, etc

    • Attention lorsqu’on parle d’idolâtrie dans l’Eglise Catholique, car la position de l’Eglise est très subtile à ce sujet. Et elle évite vraiment l’idolâtrie, sachant évidemment que seul Dieu peut être adoré.

      Pour ce qui est de savoir si les Catholiques croient plus en l’Existence de Dieu que les protestants, c’est simplement parce que l’Eglise catholique INSISTE comme toute la Bible d’ailleurs sur la connaissance de Dieu, par la Raison ! Alors que chez Luther, et d’autres protestants, tout ce qu’on peut savoir de Dieu est uniquement dans la Bible (erreur fatale). Pourtant, Romains 1, 19-21 dit clairement qu’on peut connaitre Dieu à partir des réalités sensisbles, ce que maintiendra l’Eglise catholique… Elle maintient ce lien entre Foi et raison, et n’admet pas d’antinomies entre ces deux propriétés, ce que fera Luther par exemple.

      Je vous conseille cet article rapide sur la connaissance de Dieu et la raison :
      https://philosophieduchristianisme.wordpress.com/2013/12/04/la-connaissance-de-dieu-par-lintelligence/

      Après évidemment, j’ai plutôt l’impression que les Catholiques deviennent de plus en plus comme les protestants, ils croient moins ! Ils n’insistent pas assez sur la Raison. C’est certainement à cause de la modernité, et le sens que le système donne aux mots, aux valeurs etc.

      Enfin, je ne crois pas que vendre les chapelles est une solution. Car, et même les cathédrales, tout cela fait partie de oute une culture, une tradition. Toutefois, l’Eglise catholique travaille beaucoup pour la Charité dans le monde. On ne le note pas souvent, mais, il semblerait qu’elle soit l’institution la plus charitable au monde – en tout cas, dans certains pays. Certaines données le disent.

      • Béréenne attitude
        13 mars 2014

        Bonjour,
        Pour votre phrase ici : Après évidemment, j’ai plutôt l’impression que les Catholiques deviennent de plus en plus comme les protestants, ils croient moins ! Ils n’insistent pas assez sur la Raison.

        Je n’ai pas compris votre phrase.

    • Désolé pour le doublon,

      Mais il s’agit de la messe traditionnelle. Juste pour préciser qu’elle existe TOUJOURS et est (encore) pratiquée dans l’Eglise

    • Par la phrase : ‘Après évidemment, j’ai plutôt l’impression que les Catholiques deviennent de plus en plus comme les protestants, ils croient moins ! Ils n’insistent pas assez sur la Raison’, je voulais dire que, de mon côté, je n’ai pas l’impression que les catholiques croient beaucoup en Dieu… Ils commencent plutôt à tomber dans le Libéralisme.. Ce qui est très dangereux ! Après bien sûr, croire en un être transcendant, je crois qu’ils gardent quand même cela. Mais, il faut juste rappeler que, que ce soit pour le catholique ou le Protestant, la fadeur est condamnée par la Bible… Et il faut être strict ! et éviter les ‘a peu près’ 🙂
      Parlant de Raison, j’entends évidemment la capacité à réfléchir, et à connaître Dieu par les moyens de l’Intelligence humaine, comme cela est indiqué dans l’article auquel je te renvoie.
      Salutations 🙂

  5. Pingback: ‘Sola scriptura’ est une imposture! La Tradition et l’Autorité sont indispensables! | +++Yesus Kristus azu+++

  6. Pingback: ‘Sola scriptura’ est une imposture ! La Tradition et l’Autorité sont indispensables ! | +†+Yesus Kristus azu+†+

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 10 mars 2014 par dans Foi Catholique, La Bible, Protestantisme, Saints, et est taguée .
%d blogueurs aiment cette page :