+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Mon récit de conversion

 

DeoGratias.tifJe me prénomme Nicolas, j’ai 19 ans, je suis un ancien protestant et voici le récit de ma conversion.

Je suis né d’un père protestant luthérien et d’une mère athée. À ma naissance, je n’ai pas été baptisé car, ma mère, ne s’opposant pas à ce baptême ne voulait cependant pas y assister. Mon père (ne connaissant visiblement pas l’importance et le réel sens du baptême) préféra me laisser sans baptême plutôt que de le faire en l’absence de ma mère.

C’est sur ces bases que mon père m’a parlé de Dieu dès que j’ai eu 7 ou 8 ans. Il me parlait du christianisme en général et du luthéranisme en particulier. Il m’expliquait alors par des arguments qu’à l’époque je ne pouvais que recevoir comme vrais car je n’avais aucun recul, que le Catholicisme commettait certaines erreurs (surtout sur la Présence Réelle, le culte des saints, le sacerdoce, le célibat sacerdotal et la hiérarchie ecclésiastique) et que le luthéranisme était « la meilleure façon de voir le christianisme ». Cependant, il m’affirmait aussi que toutes les « branches » du christianisme étaient valables et menaient au Ciel, et même qu’en définitive, toutes les religions sauf l’islam étaient bonnes et salvatrices (sa répulsion viscérale et justifiée envers l’islam lui a fait considérer que tant qu’on était pas musulman, tout était bon, même l’athéisme). Il est important de noter à ce stade du récit que sans comprendre pourquoi et même tout en acceptant ce que me disait mon père comme parole d’Evangile (c’est le cas de le dire !), j’étais comme fasciné, attiré par le catholicisme et plus particulièrement, mon cœur me faisait déjà sentir que Marie (et la prière lui étant adressée) était importante, mais je ne savais pas encore pourquoi.

J’ai toujours adhéré à ce qu’il me disait et vers 10 ou 11 ans, je me suis senti profondément luthérien ! Lorsque mon père me parlait, il me disait aussi que la confirmation luthérienne (qui n’est pas vraiment l’équivalent de Confirmation Catholique ; ce serait plutôt un trois en un de la première communion, de la communion solennelle et de la Confirmation, même si les trois s’en trouvent absolument invalides) se faisait à 14 ans, il me disait aussi qu’un de ses amis, pasteur, n’avait pas été baptisé enfant et le fut quelques instants avant sa « confirmation ». C’est ainsi qu’à 13 ans (dans la semaine suivant le jour de mes 13 ans si les souvenirs sont bons), je réclamais à mon père de connaître « le même sort » que son ami pasteur et d’être le même jour baptisé et « confirmé » à l’âge de 14 ans.

C’est ainsi que nous avons pris rendez-vous avec un pasteur d’une paroisse luthérienne parisienne vers le mois d’avril 2008 pour organiser tout cela. Il fut conclu que je suivrais le catéchisme pendant huit mois et que je serai baptisé et « confirmé » à la Pentecôte suivante (le dimanche 31 mai 2009). À ce moment-là, une voix intérieure me disait déjà que je ne resterais pas longtemps dans cette église et que ce ne serait qu’une étape vers le Catholicisme. Mais je repoussais cette pensée en me disant qu’elle était idiote et que je serai luthérien jusqu’à la mort ! Je suis donc allé enthousiaste, suivre le catéchisme dès le mois de septembre suivant.

Tout le long de cette année-là, j’ai beaucoup consulté internet sur les sujets religieux, j’ai alors vu des vidéos de l’abbé Pagès et d’autres, dont certaines mises en ligne par un ancien musulman expliquant la nécessité d’être Catholique en raison de la promesse faite à Pierre le premier pape… Ces vidéos ne me laissaient pas indifférent mais je préférais les ignorer en me disant « qu’il suffisait d’être chrétien » (j’étais œcuméniste à l’époque, j’ai bien changé…).

Et c’est comme cela que (pas tout à fait tranquille avec ma conscience tout de même), j’ai été baptisé et « confirmé » le dimanche 31 mai 2009: c’était mon entrée dans l’église luthérienne !

Dans les semaines qui ont suivies, la pensée que j’avais peut être commis une erreur se faisait de plus en plus grande en moi mais je me répétais sans cesse « le luthéranisme renferme la vérité, je ne me convertirais jamais ! » Mais au bout de trois mois, la pensée d’une conversion au catholicisme a réussi à s’installer dans mon esprit comme possible et à étudier.

En décembre 2009, un membre de ma famille a décédé. J’ai été amené dans les semaines suivantes à aller dans sa maison. En fouillant dans ses affaires, je suis tombé sur un petit ouvrage intitulé Le petit paroissien romain, approuvé par Mgr Meignan, un cardinal-archevêque de Tours du XIXème siècle. J’en ai lu quelques pages, c’était un livre de prières. Comme à l’époque, je ne savais plus du tout où me situer, ne sachant plus quoi faire, j’ai décidé de dire chaque soir, en plus de mes prières du soir habituelles, un Je Vous salue Marie et de réciter une page de prière de ce livre (a posteriori, je me dis que c’est ça qui a causé ma conversion: j’ai dû ouvrir mon âme à la grâce « sans en avoir l’air », surtout en priant avec confiance Notre Bonne Mère du Ciel !).

J’ai peu de temps après recommencé à lire Mgr Louis-Gaston de SÉGUR que j’avais un peu lu auparavant sur le sujet de la papauté ; et là, « miraculeusement », tout devint clair, évident, limpide: la Chaire de Rome, celle du pape est depuis 2000 ans, l’enseignante de la vérité: Jésus-Christ par l’Esprit Saint l’assiste, le monde entier peut tomber en ruine, rien n’affectera l’évêque de Rome, ce dernier peut être le pire des pécheurs, il ne peut enseigner l’erreur… C’était comme un torrent qui s’abattait sur moi et j’admettais enfin ce qui m’avait été rabâché et que j’avais toujours refusé.

J’ai dans les mois qui suivirent, vu les deux contradictions fondamentales du luthéranisme qui ont mis le coup de grâce au faible sentiment luthérien qui restait en moi. Les contradictions sont les suivantes:

1) L’autorité de la Bible seule: les protestants disent ‘sola scriptura’, c’est à dire ‘seule l’Ecriture’. Cette thèse affirme qu’il n’y a pas d’autre autorité que la Bible en matière de foi (surtout pas celle de l’Eglise). Or, cette thèse est schizophrène et anachronique ! Schizophrène d’abord car la Bible elle-même relate le don de pouvoirs religieux à des humains (et donc l’obligation de leur obéir): « Tu es Pierre et sur cette pierre, Je bâtirai mon Eglise contre lesquelles les portes de l’enfer ne prévaudront en rien, je te confierai les clefs du Royaume des Cieux, ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les Cieux, et  ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les Cieux ». (Évangile selon saint Matthieu, chapitre XVI, versets 18 et 19).

« Celui qui n’écoute pas l’Eglise, qu’il soit pour vous comme un païen et un publicain » (Évangile selon saint Matthieu, chapitre XVIII, verset 17).

« Qui vous écoute, m’écoute, et qui vous méprise me méprise ; mais qui me méprise, méprise celui qui m’a envoyé. » (Évangile selon saint Luc, chapitre X, verset 16).

 « Mais le consolateur, l’Esprit Saint, que le Père enverra en mon nom, vous enseignera toutes choses et vous rappellera tout ce que je vous ai dit » (Évangile selon saint Jean, chapitre XIV, verset 26).

« Recevez l’Esprit Saint. Ceux à qui vous remettrez les péchés, ils leur seront remis ; ceux à qui vous les retiendrez, ils leur seront retenus ». (Évangile selon saint Jean, chapitre XX, versets 22 et 23)

« […] Pais mes agneaux […] Pais mes brebis » (Évangile selon saint Jean, chapitre XXI, versets 17 à 19).

Anachronique ensuite car l’Eglise existait plusieurs décennies avant la fin de la rédaction des livres qui composent le Nouveau Testament. Et même après la fin de cette rédaction, il a fallu plusieurs siècles pour que le canon Néotestamentaire (i.e. la liste des livres du Nouveau Testament) ne soit fixé. Cela implique plusieurs choses: d’abord si on s’en tient à ‘sola scriptura’, entre l’Ascension de Notre Seigneur et cette fixation du canon, les chrétiens ne pouvaient pas connaître la vérité (sinon celle enseignée par des hommes) et ensuite ce canon a été fixé en vertu d’une autorité exercée par des humains, et, comble de l’ironie, cette autorité qui a fixé le canon Néotestamentaire c’est celle de l’Eglise. Donc le fait de dire: « la Bible oui, mais l’Eglise non », est un non-sens, une absurdité absolue, ça revient à dire « la  Bible qui est ma seule autorité, n’a aucune valeur car composée par une autorité illégitime ».

On pourrait ajouter à cela que ‘sola scriptura’ est en pratique impossible à appliquer car il y a autant d’interprétations de la Bible seule qu’il y a de protestants, or, il n’y a qu’une seule vérité, alors comment savoir laquelle de ces interprétations est la vraie ? C’est impossible ! D’autant plus que chacune de ces interprétations ne peut pas exister avant que le protestant qui la tient n’ait atteint l’âge de raison et est condamnée à mourir avec lui…

2) Le Symbole de Nicée: l’église luthérienne reconnaît le symbole de Nicée, ce qui est en soi une contradiction car il émane de l’autorité de l’Eglise… Mais au-delà de ça, ce Symbole dit, ‘Je crois en […] l’Eglise une […] et apostolique […]’, or, le concile de Nicée, en même temps d’édicter ce Symbole, définit aussi les termes d’unité et d’apostolicité:

a) L’unité: l’Eglise est une car elle a l’unité de foi, de culte et de gouvernement 

L’église luthérienne a-t-elle l’unité de foi ? Non plus, car chaque luthérienne s’invente sa propre religion et en change dix fois dans la journée si ça lui chante…

A-t-elle ensuite l’unité de gouvernement ? Non: de ce point de vue, elle avait une relative unité sous Luther, mais elle l’a totalement perdue à sa mort. Aujourd’hui, un luthérien pourra vous répondre que l’église luthérienne a un chef unique. En effet, il y a un président de la fédération luthérienne mondiale, mais ce président ne satisfait pas au critère d’unité car cette fédération et cette fonction de président n’ont été créées qu’en 1947 (prenant la succession des Convents luthériens mondiaux qui n’existaient eux-mêmes que depuis 1923, qui ont eux-mêmes été créés sur la base d’une organisation autocéphalique totale) donc l’unité n’est pas ininterrompue depuis Luther. De plus, cette fédération n’a même pas sous son autorité toutes les églises autocéphales luthériennes (et celles qui y sont peuvent à leur guise s’en retirer sans que cela n’affecte leur caractère parfaitement luthérien). Enfin, ce président de fédération est un fantoche qui n’a aucun pouvoir, d’ailleurs, en dehors des pasteurs et de quelques laïcs particulièrement instruits, personne ne le connait !

 b) L’apostolicité: l’Eglise est apostolique par sa doctrine et son ministère

La doctrine luthérienne vient-elle des apôtres ? Non car elle a été créée de toutes pièces par Luther et on ne trouve aucune trace d’une telle doctrine avant lui.

Et a-t-elle l’apostolicité de ministère ? Non plus car le système sacerdotale et épiscopal qui existait dès les apôtres (voir: http://www.christ-roi.net/index.php/Catacombes) est étranger aux luthériens, leur système clérical n’a rien à voir avec celui qui existe depuis le Ier siècle et qui perdure dans l’Eglise Catholique.

Après avoir vu ces contradictions, la Providence m’envoyait des flots de preuves irréfutables que toutes les croyances catholiques récusées par les protestants (Présence Réelle, culte des saints, sacerdoce, Purgatoire etc) d’une part avaient des fondements bibliques et d’autre part je comprenais avec une facilité déconcertante, comme si cela m’était évident les relations nécessaires entre l’Ecriture et l’enseignement ultérieur passant par la Tradition et le magistère de l’Eglise et ayant pour conséquence que les enseignements catholiques sont tous nécessairement vrais. J’aurai énormément de mal à décrire comment toute cette logique s’est mise en place dans ma tête, comment j’ai compris que la foi catholique ne pouvait être que vraie; ce fut une expérience formidable que je ne saurai exposer. De plus, je découvrais que pour chacun de ces enseignements et pratiques, on trouvait un nombre incroyable de citations des Pères des premiers siècles à l’appui, tout devenait évident… Ma décision était prise: je me convertirai au catholicisme dès que je le pourrais !

C’est ainsi qu’après deux ans et demi de lutte face à mon père qui m’empêchait de faire ce que je voulais, j’ai remis mon abjuration le samedi 31 mars 2013 !

Unam, Sanctam, Catholicam et Apostolicam Ecclesiam… Semper !

Publicités

11 commentaires sur “Mon récit de conversion

  1. Pingback: De quand date la Papauté ? | +++Yesus Kristus azu+++

  2. Pingback: A présent, deux rédacteurs ! | +++Yesus Kristus azu+++

  3. Pingback: Ils se sont convertis! | +++Yesus Kristus azu+++

  4. Pingback: Qui se cache derrière « Yesus Kristus azu » ? | +++Yesus Kristus azu+++

  5. Dan
    5 avril 2014

    Cher Deux rédacteur

    une simple question
    Tu es Pierre et sur cette pierre, Je bâtirai mon Eglise contre lesquelles les portes de l’enfer ne prévaudront en rien, je te confierai les clefs du Royaume des Cieux, ce que tu lieras sur la terre sera lié dans les Cieux, et ce que tu délieras sur la terre sera délié dans les Cieux

    Comment peux être sur que les pape, l’Eglise catholique, sont d’une manière légale,
    les descendants direct de Pierre ?

    Merci Dan

  6. Théodore
    26 avril 2014

    Je ne sais dans quelle Église luthérienne vous fûtes élevé, mais :
    – la Présence réelle est un trait distinctif du luthéranisme,
    – l’organisation de certaines Églises luthériennes est épiscopale, tout comme l’est l’organisation de l’Église catholique,
    – le luthéranisme considère comme essentielle la continuation avec la tradition ancienne de l’Église, et énonce qu’on ne doit pas accepter une interprétation de la Bible qui irait à l’encontre de la foi transmise par l’Église, et que la continuation de la foi transmise par les Apôtres passe avant tout par l’Église. Il se considère comme l’expression fidèle de la foi transmise par l’Église, et voue n grand respect aux discours des Pères et aux Confessions anciennes et de la Réforme.
    – Les saints, et la bienheureuse Mère de notre Sauveur, sont honorés.

    Je suis membre de l’Église évangélique luthérienne de France, qui est imprégnée de pensée réformée jusqu’aux os, et cet aspect très « high church » de la foi luthérienne y est souvent occulté (quelle honte !), mais il demeure.

    Il me semble que la foi « luthérienne » que vous connaissiez (était-elle, du reste, vraiment luthérienne ?) est effectivement celle qui ne résiste pas à l’examen patristique.
    Sauf qu’elle n’est pas celle de Luther :p

    • Théodore
      26 avril 2014

      Je suis prêt en discuter plus longuement avec vous, si vous le désirez.
      Je suis inscrit sur le forum de la Cité Catholique, sous le nom de Théodore ; vous pourrez m’y contacter par message privé 😉
      Je précise ; j’ai 17 ans 😉

  7. Théodore
    26 avril 2014

    Je rajoute (excusez-moi pour le multi-post) que tout ce que votre père condamnait comme erreurs du catholicisme est parfaitement compatible avec le luthéranisme. Quelle honte, vraiment, que nos paroissiens connaissent si mal la doctrine !

    • L'Apôtre des protestants
      26 avril 2014

      Théodore,

      – la Présence Réelle n’est pas crue par l’église luthérienne, à moins que le pasteur m’ait mal informé. Dites-moi qu’elle est votre définition pour que je la compare avec la conception catholique s’il-vous plait?

      – pour ce qui est de l’épiscopat, ce n’est pas satisfaisant car: 1) les évêques luthériens (sauf peut être quelques uns) ne dont pas validement évêques par l’ordre, 2) la conception luthérienne de l’épiscopat n’est pas la même que la catholique, 3) il ne suffit pas que ce soit « certaines églises luthériennes », il faut que ce soit partout et 4) les évêques doivent tenir leur juridiction du successeur de Saint Pierre.

      – le fait que « le luthéranisme considère comme essentielle la continuation avec la tradition ancienne de l’Église, et énonce qu’on ne doit pas accepter une interprétation de la Bible qui irait à l’encontre de la foi transmise par l’Église, et que la continuation de la foi transmise par les Apôtres passe avant tout par l’Église. Il se considère comme l’expression fidèle de la foi transmise par l’Église, et voue n grand respect aux discours des Pères » est étrange car la foi qu’il – le luthéranisme – prêche n’y est pas conforme.

      – les saints sont honorés il est vrais mais pas comme dans l’Eglise Catholique et pas partout (il me semble).

      J’étais membre de la même église que vous.

      La foi luthérienne que j’avais n’étais peut être pas en effet très « luthérienne », en effet, mon père est assez fantaisiste sur la doctrine et mon pasteur n’était as réellement solide. Aussi n’ai-je pas une connaissance profonde de la réforme, mais j’en sais assez pour savoir qu’elle n’est pas la vérité, ne serait-ce que parce qu’elle s’est séparée de la Chaire indéfectible de Saint Pierre… Ma conversion est à la base plus fondée sur la vérité du catholicisme que sur l’erreur du luthéranisme.

      Autre remarque: la seule Église qui passe avec succès l’examen patristique, c’est la catholique, je pourrai en dire plus mais à ce sujet je vous invité à consulter largement le blog. Il y a d’ailleurs une anecdote à ce sujet: j’ai un ami qui connais une protestante convertie et elle lui racontait que dans ses cours de religion à l’école protestante (lycée je crois), le professeur a dit un jour « si on se met à étudier la théologie, c’est les catholiques qui ont raison depuis le début… ».

      Il est vrai que la doctrine de Luther lui-même est moins hétérodoxe que celle de beaucoup de luthérien, mais elle reste dans l’erreur.

      Pour ce qui est de mon père, il a sa religion à lui, il se dit luthérien mais ne sais pas ce que sa veut dire. Et si ça peut vous consoler, chez les catholiques, nous avons le même problème: la majorité des fidèles ne connait plus rien à rien.

      Je ne suis pas inscrit sur le forum de la Cité Catholique. Vous pouvez en revanche me contacter par courriel: Nicolas.catholique@gmail.com. Si vous vivez à Paris, nous pouvons aussi nous voir en face à face.

      Désolé de répondre de façon rapide, c’est à cause de l’heure et qu’il n’est pas facile d’exprimer toutes ces idées en commentaires…

      À très vite!

      Nicolas.

  8. Pingback: Trois ans déjà, merci à tous ! | +†+Yesus Kristus azu+†+

  9. oscar
    9 octobre 2016

    Une religion est t-el
    le tombée du ciel?
    La vraie est celle qui touche tous les aspects de la vie,
    Et celle qui a cette fonction n’est rien d’autre l’Eglise Mère.

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :