+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Au Nigéria, l’homosexualité est interdite !

Il faut bien croire qu’en Afrique, ‘ça ne rigole pas’ ! Ainsi en est-il de la récente décision du président du Nigéria, qui a condamné l’homosexualité de manière explicite ! Le Figaro rappelle :

 »INFOGRAPHIE – Le texte prévoit une peine de 14 ans d’emprisonnement en cas de mariage gay et de 10 ans contre les personnes affichant publiquement une relation homosexuelle.

Les droits des homosexuels reculent un peu plus au Nigeria. Le président nigérian, Goodluck Jonathan, a promulgué cette semaine une loi interdisant explicitement les unions entre personnes de même sexe. Celle-ci a été adoptée à l’unanimité par les parlementaires nigérians en mai dernier. La loi prévoit une peine de 14 ans de prison en cas de mariage homosexuel et de 10 ans d’emprisonnement contre les personnes de même sexe affichant publiquement leur relation. Le texte «correspond aux croyances culturelles et religieuses» des Nigérians, dont « plus de 90% sont opposés au mariage entre personnes de même sexe », justifie le porte-parole de la présidence. Les relations homosexuelles sont déjà sévèrement réprimées dans ce pays le plus peuplé d’Afrique, dont la société est très religieuse.

La décision du président a provoqué de vives critiques sur la scène internationale. Cette loi « restreint dangereusement la liberté d’association, de rassemblement et d’expression des Nigérians », déplore le secrétaire d’État américain John Kerry. Le premier ministre britannique David Cameron avait, lui, déjà averti que son pays envisageait de restreindre les aides aux pays qui ne reconnaissent pas les droits des personnes de même sexe. En décembre, l’ONG Amnesty International avait considéré que si cette loi était adoptée, elle ferait «de la société nigériane une des sociétés les moins tolérantes au monde». Le gouvernement « a légalisé la violence, la stigmatisation et la discrimination. Notre situation ne fait qu’empirer », réagit un homosexuel de Lagos contacté par l’AFP.

Le Nigeria, premier producteur de pétrole africain, apparaît cependant peu enclin à céder aux pressions des Occidentaux. Il reçoit moins d’aides financières de ces pays que d’autres États du continent.

Bon nombre de pays africains disposent également de législations interdisant ou réprimant l’homosexualité. En Ouganda, où l’homophobie est très répandue et où la législation réprimait déjà fortement l’homosexualité, le parlement a adopté en décembre un texte qui criminalise la promotion publique de l’homosexualité, y compris les discussions de groupes militants. La loi prévoit la prison à perpétuité pour les récidivistes. Le texte ougandais, qui doit encore être ratifié par le président, prévoyait la peine de mort dans sa première version. Au Cameroun voisin, l’homosexualité est considérée comme un délit pénal et les homosexuels risquent jusqu’à 5 ans de prison ferme. L’Afrique du Sud fait figure d’exception. Il s’agit du seul pays africain à reconnaître les unions entre personnes de même sexe.

L’homosexualité est illégale dans 78 pays et punie de mort dans sept pays. »

Face à cette décision, l’ONU s’en mêle…  évidemment. Dans ces conditions, L’ONU, elle, condamne à son tour la décision du Nigéria ; et pour cause, cette loi est homophobeLe centre d’actualités de l’ONU nous révèle :

drapeau homosexuel »14 janvier 2014 – La Haut-Commissaire des Nations Unies aux droits de l’homme, Navi Pillay, a exprimé mardi sa consternation concernant l’adoption au Nigéria d’une nouvelle loi « draconienne » contre les mariages homosexuels en soulignant que cette loi est une violation grave de plusieurs droits humains fondamentaux.

La loi qui a été validée par le Président du Nigéria, Goodluck Jonathan, au début du mois, prévoit une peine de 14 ans d’emprisonnement pour quiconque conclut une union homosexuelle et 10 ans de prison pour ceux qui officient, servent de témoins ou aident à un mariage ou union civile homosexuel.

« Même avant l’adoption de cette loi, les relations homosexuelles consensuelles étaient proscrites au Nigéria, ce qui constitue une violation au droit à la vie privée et à la protection contre la discrimination, qui sont inscrits dans la constitution nigériane, ainsi que dans le Pacte international relatif aux droits civils et politiques, auquel le Nigéria est État partie », a rappelé Mme Pillay.

« Cette nouvelle loi draconienne aggrave une situation déjà mauvaise. La loi va bien plus loin que l’interdiction des unions homosexuelles, puisqu’elle qualifie de criminels tous ceux qui participent à une telle union, en tant que témoins ou en aidant à les organiser. La loi prévoit des sanctions contre tous ceux qui affichent des signes d’affection envers des personnes de même sexe. En interdisant les organisations homosexuelles, la loi met en péril le travail primordial des défenseurs des droits de l’homme qui parlent pour les lesbiennes, gays, bisexuels et transgenres (LGBT) », a-t-elle ajouté.

La Haut-Commissaire a souligné qu’elle a rarement vu une loi qui contient autant de violations des droits humains fondamentaux. « Les droits à la vie privée, à la non-discrimination, la liberté d’expression, d’association et de rassemblement, la protection contre les détentions arbitraires sont tous enfreints par cette loi. En plus, la loi risque de renforcer les préjugés contre les personnes LGBT, et provoquer la multiplication des actes de violence et de discrimination ». a-t-elle dit en exprimant son espoir que la Cour suprême du Nigéria examine au plus vite la constitutionalité de la nouvelle loi.

De leur côté, l’ONUSIDA et le Fonds mondial de lutte contre le sida, la tuberculose et le paludisme ont exprimé leur crainte que cette nouvelle loi empêche les personnes LGBT d’avoir accès aux services de protection et de lutte contre le VIH, ce qui risquerait de saper les chances de succès du plan d’action présidentiel contre le VIH/Sida lancé il y a moins d’un an par le Président Jonathan.

« Le Nigéria est le deuxième pays au monde avec le plus fort taux d’infections du VIH. En 2012, il y avait selon les estimations 3,4 millions de personnes séropositives au Nigéria. En 2010, le taux de prévalence national du VIH était de 4% de la population, et de 17% des hommes qui ont des relations sexuelles avec d’autres hommes », ont affirmé l’ONUSIDA le Fonds mondial dans un communiqué de presse, en rappelant qu’en 2011 tous les États membres de l’ONU s’étaient engagés à supprimer les obstacles judiciaires dans la lutte contre le VIH/Sida. »

De toute évidence, tous ceux qui s’opposent au mariage homosexuel, sous n’importe quelle forme, ceux-là sont des homophobes ! On obtient donc un beau sophisme : ‘Vous êtes contre le mariage homosexuel, DONC vous êtes homophobes’ !

P.-S : Ci dessus, le drapeau arc-en-ciel, symbole international des droits de gays, lesbiennes, bisexuels et transgenres.

Advertisements

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :