+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Le parcours de Miguel Morin

Je me suis finalement décidé à publier mon parcours personnel après plusieurs semaines de réflexions. Je le fait en toute humilité, afin d’aider ceux qui ont passé par le même questionnement ou qui le vive présentement. J’ai au départ écris ce témoignage il y a quelques mois pour une personne avec qui je suis entré en contact grâce à ce blogue et que je voulais le partager avec vous. Afin d’alléger la lecture, je l’ai divisé en trois partie qui sont : le questionnement, la recherche et la réponse.

Le questionnement

Je suis né en 1979 dans un petit village de la Beauce et j’ai grandis dans une famille catholique. Au début de mon adolescence, comme une bonne partie des personnes de cet âge à notre époque, je me suis désintéressé de la religion. Non pas que je reniais ma foi, mais disons que cela ne me préoccupait tout simplement plus.

Vers l’âge de 15 ans, en 1995, un accident d’automobile a changé ma façon de voir les choses. Je n’ai eu aucune réelle blessure durant cet accident, mais il m’a fait beaucoup réfléchir. La voiture était une perte totale, il y avait 4 personnes à bords, j’étais le passager avant et ma ceinture de sécurité n’était pas bouclée. La chaussée était glissante, nous avons frappé de coté une boite à lettre en métal solidement ancré au sol. L’auto a tournée par-dessus bord une ou deux fois. En sortant de l’auto, je vis la boite aux lettres plusieurs mètres plus loin. En regardant l’auto de plus près, je me suis rendu compte que la boite aux lettres avait frappé très fort sur juste un peu au-dessus du pare-brise du côté passager et avait fait un ricochet sur la carrosserie pour aboutir quelques mètres plus loin. Si elle avait passé seulement quelque centimètre plus bas, je l’aurais eu en plein visage au travers du pare-brise.

C’est à cette période que j’ai commencé à me poser des questions sur le sens de la vie. Bien sûr, il m’est revenu à l’esprit les enseignements catholiques que j’avais reçu au cours de mon enfance, mais cela ne me suffisait pas. Je voulais aller au fond des choses avec aucune idée préconçue à l’avance. Je voulais en quelque sorte réexaminer tout ce que j’avais appris avec un regard neuf et aussi explorer les autres avenues tant au point de vue religieux que scientifique. Je m’étais fait la promesse que j’allais rechercher avant tout la Vérité, et pas nécessairement quelque chose de plaisant à entendre ou de commode. C’est alors qu’ont commencé mes recherches.

Comme on venait d’avoir un ordinateur et internet à la maison, c’est l’outil que j’ai le plus utilisé pour obtenir des informations. Je me mis à lire plusieurs des textes sacrés majeures des grandes religions et de divers mouvement religieux. Pour être tout à fait honnête, je n’ai pas tous lu les livres sacrés que j’avais trouvés car j’avais exclus dès le départ de relire la Bible. Je me disais que j’étais né catholique et que j’en savais déjà suffisamment sur le christianisme. Je me suis donc mis à lire des textes Bouddhistes, des textes Védiques, le Coran, les talmuds juifs, des textes de grandes traditions religieuses asiatiques, des écrivains humaniste et athées, de grands philosophes grecs, des livres Nouvel-Âge, des livres ésotériques et plusieurs autres.

La recherche

Après environ 1 an de lecture, j’en suis ressorti à la fois fasciné, confus et désillusionné. Tous ces livres disaient offrir la voie qui mène à Dieu ou affirmait qu’il n’y avait pas réellement de Dieu. Cela m’a un peu découragé, car comment un ado de 16 ans allait trouver la réponse à une question dont bien des gens n’avaient pas vraiment de réponse ou alors offraient des réponses contradictoires ? C’est alors que je me suis dit que la solution devait être d’oublier les religions et simplement s’entendre sur certaines valeurs communes. Je me suis donc mis à fouiller, toujours sur internet, s’il y avait des gens qui partageaient cet avis. C’est alors que je suis entré en contact avec des gens qui étaient franc-maçon. Leur philosophie, me disaient-ils, est qu’il existe peut-être un être suprême mais qu’en loge, on ne parlait jamais de religion ou de politique, car cela ne causait que des divisions. Je voyais en cela la solution à ma question sur Dieu et les religions : Une sorte de philosophie de l’amour fraternel universel purement humaniste qui serait au-dessus de toute religion ou idée religieuse. Non seulement, je croyais que cela était la solution pour moi, mais j’en étais même venu à croire que cette solution était celle qui devait être imposée aux autres car elle était le seul moyen d’arriver à la « paix » universelle.

À ce moment, le problème pour moi était résolu. J’avais alors presque 17 ans et je continuais mes recherches sur la franc-maçonnerie car je commençais à évaluer la possibilité d’y adhéré pour faire avancer cet idéal. Il me fallait patienter car celle-ci n’est ouverte qu’à des personnes d’âge majeur, ce qui est 18 ans dans ma province. J’allais en ce temps commencer mon secondaire 5 et j’ai décidé de prendre quand même le cours d’enseignement religieux catholique plutôt que celui de morale même si j’étais devenu agnostique ou même ce que j’appelle un athée pratique. Je dois dire que l’année qui allait suivre a été pleine de rebondissements intellectuels pour moi. Pendant cette année, je lisais beaucoup d’ouvrages maçonniques célèbres. Cependant, au cours d’enseignement religieux, j’étais captivé par ce professeur qui parlait de la Foi d’une façon avec laquelle je n’étais pas familier. Il parlait de la Foi comme quelque chose de logique, de rationnelle, de réelle … de vrai ! Je ne fais pas cette remarque pour blâmer personne, mais l’éducation religieuse de plusieurs personnes de ma génération a été composée en bonne partie de bricolages et de comptines réalisés pendant l’enfance sans avoir été suivi de réel contenu intellectuel par la suite. Sa façon de présenter la Foi m’a donc fait réagir et m’a poussé à remettre en doute mes conclusions.

J’ai alors décidé de relire la Bible, chose que j’avais choisi d’exclure au début de mes recherches. J’ai alors été touché par le message de Jésus. Je me suis rendu compte, après avoir lu beaucoup de textes sacrés d’autres religions, que le christianisme possède réellement plusieurs caractéristiques qu’aucune autre religion ne possède. Je ne les énumérerai pas car cela allongerais trop ce texte, mais je vous les partagerai dans des articles futurs. Cela n’empêcha cependant pas que je voulais aussi approfondir ma connaissance sur la franc-maçonnerie et je lisais donc en ce temps à la fois la Bible et des ouvrages maçonniques. C’est alors que je me suis rendu compte que la franc-maçonnerie n’était pas réellement agnostique et que, dans ses grades plus avancés, elle affirmait certaines doctrines qui étaient réellement religieuse et très contraire au message que je lisais dans la Bible. J’avoue que cela m’a un peu contrarié au début, car cela me faisait revenir au point de départ dans mes réflexions sur Dieu et la franc-maçonnerie ne m’intéressait plus. Plus ma lecture de la Bible avançait, plus ce Jésus que je découvrais me fascinait. J’ai donc fait des recherches pour voir si la Bible était un document fiable et authentique et aussi sur la façon dont ses livres ont été écris et assemblés. Car, même si je redevenais chrétien, je ne voulais pas revenir aveuglément au catholicisme sans avoir préalablement examiné les autres religions chrétiennes. À cette époque, j’avais un ami catholique qui s’était converti à une église protestante pentecôtiste. Je suis donc allé avec lui assister à une célébration à son église pour voir comment cela se passait.

La réponse

Comme toutes les églises chrétiennes prétendaient avoir la vérité, je me suis demandé si ma méthode pour trouver la vérité était bonne. Je n’allais quand même pas aller célébrer avec chacune des communautés chrétiennes de la planète. Même si j’y parvenais, allais-je baser ma décision uniquement sur le « feeling » que j’avais eu lors de ces rencontres ? Tout cela se bousculait dans ma tête. Je me disais que je devais baser mes recherches sur quelque chose de plus tangible, de vérifiable… de plus scientifique. Je savais que Dieu ne pouvait se démontrer par une expérience scientifique, mais il devait bien y avoir une science qui pouvait m’aider. Cette science qui allait m’aider était l’histoire. Les chrétiens ont, de toutes les religions que j’avais étudiées, l’affirmation la plus audacieuse que l’homme a jamais formulée : Dieu lui-même s’était incarné et était venu sur Terre. Si cela était vrai, ils devaient nécessairement y avoir une trace de ce fait dans l’histoire. Je me suis donc mis à étudier l’histoire du christianisme pour trouver d’un point de vue purement historique ce qu’étaient et faisaient les premiers chrétiens, c’est-à-dire, ceux dont les enseignements étaient authentiques et « fraîchement reçus » par Jésus-Christ. Cette Église devait donc non seulement exister dès le départ, n’avoir jamais changé ses doctrines et exister encore aujourd’hui. J’avais donc la certitude de ne pas me tromper si je retrouvais l’Église chrétienne qui correspondait à ces trois critères.

J’avais alors presque 18 ans et faisait mon entrée au cegep. Plus mes recherches avançaient, plus je me rendais compte que l’Église Catholique concordait avec ces trois critères. Aussi, plus j’en apprenais sur les premiers chrétiens et les premiers Pères de l’Église, plus tous ces gens ressemblaient beaucoup plus aux Catholiques qu’aux autres églises chrétiennes. Ce qui au départ, je dois l’avouer, ne me plaisait pas beaucoup. Cela ne me plaisait pas car j’avais l’impression d’avoir perdu 3 ans de ma vie à chercher pour quelque chose que j’avais déjà sous le nez. Mais, d’un autre côté, je me disais qu’au moins j’aurai sorti de cette expérience plus convaincu que je ne l’étais avant mes recherches. J’essayais donc encore de tout retourner les faits et les scénarios dans ma tête et de voir s’il ne pouvait pas y a voir une autre église qui pouvait concorder à ces trois critères, mais je n’en ai pas trouvé d’autre. Comprenant alors ce que cela impliquait, je me mis à retourner graduellement à la messe, chose que je ne faisais avant environ qu’une ou deux fois par année à Noël ou Pâques.

Au cours de mon cégep ma foi grandissait. J’ai rencontré un ami avec qui je pouvais partager ma foi et qui m’a aidé à avoir un emploi pour travailler à l’église de ma ville comme sacristain la fin de semaine. J’étais alors un peu plus impliqué dans l’église et cela m’apportait beaucoup spirituellement. À la fin des mes études comme programmeur-analyste, je suis allé au JMJ à Rome en 2000. Comme j’ai alors commencé à considérer la vocation de prêtre, je suis entré au Grand Séminaire de Québec en automne 2000 pour en faire le discernement. Après quelques mois, je me suis rendu compte que cela n’était pas réellement ma vocation. Je dois avouer que le célibat, ce qui signifiait aussi l’absence de famille proche, était la principale raison si ce n’était au fait que la seule raison.

Je suis alors revenu dans ma ville où j’ai commencé à travailler comme programmeur-analyste dans une entreprise et j’ai eu la chance de pouvoir retourner à mon emploi de sacristain de fin de semaine quelques mois plus tard. Quelques années plus tard je me suis marié avec une femme qui partageait la même Foi que moi, ce qui est très important pour moi. J’ai aussi participé à une chorale d’adolescent pour faire l’animation musicale une fois par mois pour la messe des jeunes pendant quelques années. Je suis maintenant père d’un petit garçon de 9 mois. Depuis quelques mois, j’écris un blogue Catholique sur internet dans l’espérance d’aider les gens qui sont, comme je l’ai été, en recherche spirituelle ou qui veulent tout simplement approfondir leur Foi.

Alors voilà qui résume mon parcours spirituel. Il faut dire qu’écrit ainsi le parcours semble assez linéaire, mais souvent, en période de recherche, je faisais deux pas en avant et un pas en arrière. Merci d’avoir pris le temps de me lire.

__________

Miguel Morin est désormais auteur d’un site que vous pouvez visiter : Foi, Bible et Apologétique catholique

Publicités

7 commentaires sur “Le parcours de Miguel Morin

  1. Eliane
    21 juillet 2013

    Je te remercie beaucoup de ton témoignage!
    C’est très encourageant pour les chercheurs de Vérité!

    Je peux te donner l’adresse de mon blog?
    Je l’ai fait sur la recherche de la vérité au plan humain et aussi chrétien…
    J’espere que tu aimeras!

    http://intelligence-foi.over-blog.com

    Amitiés
    Eliane

    • +++Yesus Kristus azu+++
      22 juillet 2013

      Salut Eliane,

      Merci pour le partage de ton blog. Mais si tu souhaite t’adresser à Miguel, j’ai mis le lien vers son blog à la fin de son témoignage. Moi, je me nomme Henry. Et je suis l’auteur du blog Yesus Kristus azu…

      Je suis allé jeter un coup d’œil à ton blog : cool ! bien qu’il soit récent. Et j’a aussi profité de l’occasion pour regarder ton témoignage sur youtube.

    • Michel Bernatchez
      10 mai 2017

      Votre lien Éliane conduit sur une page d’erreur…

  2. Baert
    22 juillet 2013

    Si vous désirez connaître la vérité regardez le site suivant :

    http://sites.google.com/site/labibleparolededieu

    • +++Yesus Kristus azu+++
      22 juillet 2013

      Un site Jéhoviste !!!

      Non non ! Vous saurez qu’une organisation qui CHANGE ses doctrines ne vient pas de DIEU ! Car s’il y a changement, c’est bien que Dieu n’a jamais accompagné un tel groupe, puisqu’IL ne change pas !

  3. Pingback: Ils se sont convertis! | +++Yesus Kristus azu+++

  4. Antoine
    22 avril 2015

    Bref!

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Information

Cette entrée a été publiée le 21 juillet 2013 par dans Foi Catholique, Témoignages, et est taguée , , .
%d blogueurs aiment cette page :