+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

s. Anselme, Allocution sur l’Existence de Dieu

CHAPITRE II

Anselm_of_CanterburyMon Dieu, vous qui donnez l’intelligence à la foi, faites que je comprenne, autant que vous le jugez utile, que vous existez comme nous le croyons, et que vous êtes tel que nous vous croyons. La foi nous dit que vous êtes l’être par excellence, l’être au-dessus duquel la pensée ne peut rien concevoir. « L’insensé a dit dans son cœur : II n’y a point de Dieu ; » a-t-il dit vrai ? la foi nous trompe-t-elle quand elle affirme l’existence de la divinité ? non, certes. L’insensé lui-même, en entendant parler d’un être supérieur à tous les autres et au-dessus duquel la pensée ne peut rien concevoir, com-prend nécessairement ce qu’il entend ; or, ce qu’il comprend existe dans son esprit, bien qu’il en ignore l’existence extérieure. Car autre chose est l’existence d’un objet dans l’intelligence, autre chose la notion de l’existence de cet objet. Ainsi quand un peintre médite un tableau qu’il va bientôt jeter sur la toile, ce tableau existe déjà dans son esprit ; mais l’artiste n’a pas encore l’idée de l’existence réelle d’une œuvre qu’il n’a pas encore enfantée; il ne peut avoir cette idée que lorsque l’œuvre conçue dans son imagination prend une forme et s’incarne, pour ainsi dire, sous son pinceau. Dès lors cette œuvre existe à la fois et dans l’esprit de l’artiste et dans la réalité. L’insensé lui-même est donc forcé d’avouer qu’il existe, du moins dans l’intelligence, quelque chose au-dessus de laquelle la pensée ne peut rien concevoir, puisqu’on entendant parler de cet être suprême, quel qu’il soit, il comprend ce qu’il entend, et que tout ce qui est compris existe dans l’intelligence. Or, cet être suprême au-dessus duquel la pensée ne peut rien concevoir ne saurait exister dans l’intelligence seule ; car, en supposant que cela soit, rien n’empêche de le conce-voir comme existant aussi dans la réalité, ce qui est un mode d’existence supérieur au premier. Si donc l’être suprême existait dans l’in-telligence seule, il y aurait quelque chose que la pensée pourrait concevoir au-dessus de lui ; il ne serait plus l’être par excellence, ce qui implique contradiction. Il existe donc sans aucun doute, et dans l’intelligence et dans la réalité, un être au-dessus duquel la pensée ne peut rien concevoir.

CHAPITRE III

Cet être suprême existe si bien qu’il est impossible de concevoir sa non-existence. En effet, on peut avoir l’idée de quelque chose qui existe nécessairement et d’une manière absolue; or ce mode d’existence est supérieur à celui qui caractérise les êtres contingents. Si donc on pouvait concevoir la non-existence de l’être suprême et faire de lui un être contingent, la pensée serait libre de concevoir au-dessus de lui quelque chose dont l’existence serait nécessaire ; par conséquent il ne serait plus l’être par excellence, ce qui implique contradiction. Il existe donc un être suprême, et cet être suprême existe si bien que la pensée ne peut concevoir sa non-existence. C’est vous qui êtes cet être par excellence, mon Seigneur et mon Dieu; et vous existez avec tant de plénitude et de vérité qu’il est im-possible de comprendre que vous n’existiez point; et c’est justice. Si la pensée humaine pouvait avoir l’idée d’un être supérieur à vous, la créature s’élèverait au-dessus du Créateur et le jugerait du haut de son orgueil, conséquence absurde et monstrueuse qui détruit la supposition dont elle est née. Tous les êtres, excepté vous, n’ont qu’une existence accidentelle et incomplète, puisque la pensée peut les sup-poser anéantis ; seul vous avez la pleine et véritable existence, puis-que vous êtes l’être nécessaire et absolu. Pourquoi donc « l’insensé » a-t-il dit dans son cœur : « Dieu n’existe point, » quand la raison affirme que vous êtes le seul être qui possédiez l’existence véritable et complète ? Pourquoi, si ce n’est parce qu’il est privé de raison, parce qu’il est « insensé ?»

CHAPITRE IV

Mais comment l’insensé a-t-il dit dans son cœur ce qu’il n’a pu penser, ou comment n’a-t-il pu penser ce qu’il a dit dans son cœur, puisque c’est une seule et même chose de dire dans son cœur et de penser ? Pour expliquer cette contradiction, remarquons qu’il y a deux manières de penser ou de dire dans son cœur, et ces deux manières sont bien différentes. Autre chose est de penser à un objet en pensant au mot qui l’exprime, autre chose est de penser à ce même objet en ne songeant qu’à ses propriétés essentielles. On peut concevoir de la première façon la non-existence de Dieu, mais il est impossible de la concevoir de la seconde. Personne, en songeant aux propriétés essentielles du feu et de l’eau, ne peut penser réellement que le feu soit l’eau, bien qu’il le puisse verbalement. Ainsi personne, en songeant aux attributs de Dieu, ne peut concevoir sa non-existence, bien qu’il puisse l’affirmer dans son cœur en rapprochant à sa fantaisie deux idées incompatibles, savoir, celle de Dieu et celle du néant, et en établissant entre-elles, par la parole, un rapport de convenance qu’elles n’ont pas dans la réalité.

Je dis que l’idée de Dieu exclut l’idée de néant, car Dieu est l’être suprême, l’être au-dessus duquel la pensée ne peut rien concevoir. Or l’idée d’un être suprême renferme celle d’une existence nécessaire et absolue. L’idée du néant est incompatible avec l’idée d’une pareille existence ; elle est donc incompatible avec l’idée d’un être suprême, et par conséquent avec l’idée de Dieu. Je vous rends grâces, ô mon Dieu ! Je vous rends grâces de m’avoir donné d’abord la foi et d’avoir ensuite éclairé mon intelligence, en sorte que si je ne voulais pas croire à votre existence, je serais encore forcé de la comprendre.

CHAPITRE V

 Qu’êtes-vous donc, mon Seigneur et mon Dieu, être suprême au-dessus duquel la pensée ne peut rien concevoir ? Qu’êtes-vous, sinon la cause première, nécessaire et absolue qui a tiré toutes choses du néant? Toute créature n’a qu’une existence incomplète et bornée ; mais vous êtes la cause créatrice de tout ce qui est, vous avez donc seul la plénitude de l’existence ; or, quel bien peut manquer à celui qui est le souverain bien et par qui tout bien existe ? Vous êtes donc juste, vrai, heureux ; vous êtes tout ce dont l’existence est préférable au néant ; or il vaut mieux être juste que d’être privé de la justice, heureux que d’être privé du bonheur.

[…]

s. Anselme de Canterbory, Proslogion ou Allocution sur l’Existence de Dieu, chapitres II à V

______________

Ce texte de s. Anselme a suscité une polémique, des plus ravageuses ! Plus tard, l’argument utilisé par s. Anselme, sera réfuté par Emmanuel Kant, philosophe des Lumières, qui nommera l’argument utilisé par Anselme, l’Argument ontologique ! Rappelons encore qu’ne variante dudit argument verra le jour avec René Descartes, qui utilisera l’Argument : c’est à lui qu’on doit d’ailleurs le fameux cogito ergo sum, un cogito, qui s’inspire fortement, pour ceux qui auraient lu le Discours sur la Méthode, ou encore les Méditations métaphysiques de Descartes, de la tradition augustinienne. Bien que l’argument ontologique ait été réfuté par Kant – qui semble d’ailleurs être nominaliste – , il suscite toujours la fascination, certains acceptent la critique de Kant, mais d’autres, soutiennent qu’il est facile de critiquer l’argument ontologique que de voir où repose précisément l’erreur. Pour ne pas faire très long, nus nous arrêtons là, et reviendrons, dans les jours prochains, sur l’argument ontologique : en proposant la réfutation de Kant, et en présentant les différentes variantes qu’a connu l’argument en question.

Publicités

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :