+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Immortalité de l’âme – réponses aux objections

Le but du post présent est clair : il s’articule, en deux parties ! une première partie dans laquelle nous relevons une objection, et une seconde partie dans laquelle nous répondons à l’objection en question. Combien d’objections allons-nous traiter ? Nous verrons bien au fur et à mesure que nous avançons. Ce post nous permettra également d’asseoir de plus en plus, grâce à la réfutation, la doctrine de l’immortalité de l’âme, qui est, nonobstant les critiques et les commentaires de certains qui font d’elle une notion grecque platonicienne ayant « infiltré » le Christianisme d’abord avec s. Augustin, ensuite avec s. Thomas d’Aquin, bel et bien une doctrine biblique !

Objection : nous lisons en Ecclésiaste IX, 5 et 10 : « Les vivants savent au moins qu’ils mourront, mais les morts ne savent rien du tout (…) Tout ce que ta main trouve à faire, fais-le tant que tu en as la force, car il n’y a ni oeuvre, ni réflexion, ni savoir, ni sagesse dans le Shéol où tu t’en vas. » Ce verset montre clairement que les morts sont inconscients !

Le souci avec cet objection, qui est la plus répandue d’ailleurs, est qu’elle est non-comprise par les tenants de la mortalité de l’âme qui ont (volontairement) omis les versets suivants le verset 5 de l’Ecclésiaste. Deuxièmement, cette objection semble – sans étonnement, et pour ceux qui ne l’ont jamais remarqué – nier la mortalité de l’âme, puisqu’il y est dit que l’Homme VA DANS le Schéol ! c’est donc un lieu. Qu’est-ce qui va dans ce lieu ? C’est l’âme évidemment ! alors, dans ce cas, elle n’est pas mortelle. En effet, si l’âme mourait, comment serait-ce possible qu’elle se rende à un lieu ? Elle devrait tout simplement être anéantie, sans pouvoir se rendre à un lieu quelconque. C’est clair et net ! Nous sommes en effet d’accord sur le fait que les morts de ne savent rien – du moins avant la Rédemption – , toutefois il convient d’expliquer pourquoi les morts de savent rien. La réponse est aisée : les morts ne savent rien, car ils ne savent pas ce qui se passe sur la terre après leur mort ! « Ses fils sont-ils honorés, il n’en sait rien ; sont-ils méprisés, il ne s’en rend pas compte » (Job, XIV, 21). Si ceux qui nient l’immortalité de l’âme avaient fait preuve de bonne foi, ils auraient cité le verset 6 et 7 d’Ecclésiaste qui répond : « Il n’y a plus pour eux de salaire, puisque leur souvenir est oublié. Leur amour, leur haine, leur jalousie ont déjà péri, et ils n’auront plus jamais part à tout ce qui se fait sous le soleil. »

Y a t-il de l’activité dans le Schéol ? Les choses vont se compliquer pour ceux qui soutiennent la mortalité de l’âme. En effet, nous avons déjà souligner que le shéol était un lieu réel ! Un lieu vont les morts. Ces derniers y vont pour dormir, pour se reposer (Job, III, 11-19). Toutefois, des données scripturaires montrent qu’il y a une activité dans le shéol. Nous lisons : « Du milieu du shéol, les plus puissants héros, ses alliés, lui diront : « Ils sont descendus, ils se sont couchés, les incirconcis, victimes de l’épée ! » (Ezéchiel XXXII, 21). OUI ! Vous avez bien lu : on parle dans le séjour des morts ! Ce qui vient anéantir la thèse selon laquelle l’âme est mortelle, ou encore selon laquelle la mort serait synonyme d’inconscience. Mais encore : « … Le shéol a tressailli à ton sujet pour venir à ta rencontre, il a réveillé pour toi les ombres, tous les potentats de la terre, il a fait lever de leur trône tous les rois des nations.10  Tous prennent la parole pour te dire : « Toi aussi, tu es déchu comme nous, devenu semblable à nous. » (Isaïe XIV, 9-10). Dans le séjour des morts, on peut être en détresse. Ainsi, nous lisons : « De la détresse où j’étais, j’ai crié vers Yahvé, et il m’a répondu ; du sein du shéol, j’ai appelé, tu as entendu ma voix. » (Jonas II, 3). Oui ! Jonas était mort ! il faut donc déduire que Jonas avait été ressuscité ! c’est peut-être un article qui verra prochainement le jour. Car, beaucoup de personnes n’arrivent pas à expliquer, si ce n’est par le miracle, comment Jonas a pu vivre pendant 3 jours dans le ventre d’un poisson. Mais la Vérité est que Jonas était bel et bien mort, raison pour laquelle il s’en était allé dans le séjour des morts. Peu importe, retenons que, du séjour des morts, il y a de l’activité : on peut parler. L’exemple de Jonas est clair.

La mort est-elle l’inconscience ? La réponse est donc NON ! Il est cependant étrange car les partisans de la mortalité de l’âme soutiennent avec force que la mort est comparable, d’après les paroles du Christ, au sommeil. Mais le sommeil n’est pas la totale inconscience, mais simplement un repos. D’ailleurs on peut être réveillé d’un sommeil aussi profond soit-il. Ce qui va, une fois de plus, anéantir les thèse selon lesquelles l’âme est mortelle.

Il en est ainsi pour la majeure partie des passages tirés de l’Ancien Testament, on en profite souvent maladroitement pour conclure la mortalité de l’âme : relevons simplement qu’il existe un passage qui démantèle complètement le mythe de la mortalité de l’âme. C’est en I Samuel 28 : on apprend que Saül, pris de peur et d’angoisse car Yahvé Dieu ne répondait pas à ses appels conjugués alors qu’une guerre était en cours contre les philistins, est allé voir une nécromancienne afin que celle-ci  évoque Samuel – qui était déjà mort. Le chapitre nous apprend que Samuel est vraiment apparu et a même prédit la mort prochaine de Saül. Or, si Samuel est apparu, c’est bien parce, contrairement à ce que disent certains, l’âme est immortelle.

Objection : Ce n’était pas Samuel, car la nécromancie était formellement interdite (Lévitique 19, 31), mais un démon qui avait pris sa forme.

Cette objection relève de la mauvaise foi (en apothéose ici) : c’est le bien ce qui ressort d’une argumentation pareille, car, il n’est dit nulle part que c’est un démon qui apparut ! Au contraire, la Bible parle de la personne apparue comme étant Samuel… Lorsque la nécromancienne donna la description de celui qu’elle avait vu (« C’est un vieillard qui monte, il est drapé dans un manteau. »), on nous apprend que Saül sut que c’était Samuel et, aussitôt, s’inclina et se prosterna (I Samuel 28, 14). De plus, Celui (Samuel donc !) qui apparut prédit la mort de Saül lorsqu’il lui dit : « Demain, toi et tes fils, vous serez avec MOI – c’est à dire au Schéol (verset 19) ; et ces paroles de Samuel se réalisèrent, puisque Saül et ses fils périrent (I Samuel 31). Or, nous savons que la véracité d’un prophète de Dieu se trouve dans les paroles que ce dernier aura prononcées et leurs réalisations. « Mais si un prophète a l’audace de dire en mon nom une parole que je n’ai pas ordonné de dire, et s’il parle au nom d’autres dieux, ce prophète mourra. » Peut-être vas-tu dire en ton coeur : « Comment saurons-nous que cette parole, Yahvé ne l’a pas dite ?  » Si ce prophète a parlé au nom de Yahvé, et que sa parole reste sans effet et ne s’accomplit pas, alors Yahvé n’a pas dit cette parole-là. Le prophète a parlé avec présomption. Tu n’as pas à le craindre. (Deutéronome XVIII, 20-22). Ainsi, même si la nécromancie était interdite, DIEU a néanmoins permis que Samuel appraisse ! En effet, « c’est Yahvé qui fait mourir et vivre, qui fait descendre au shéol et en remonter«  (I Samuel II, 6). La thèse soutenant  la mortalité de l’âme est donc vaincue ! Car si c’est Samuel qui est réllement apparu – et c’est le cas – l’âme est bel et bien immortelle ! Le nier serait de la pure mauvaise foi.

Prochainement, nous trouverons d’autres « objections » à traiter. Mais il est vrai que la Principale a été traitée aujourd’hui. Le résultat ? L’âme n’est pas mortelle, au contraire ! La mort, d’après les quelques versets cités, n’est pas l’inconscience ! mais seulement un repos. Nous tenons à préciser que la Notion de mort a évolué depuis la Rédemption. Les chrétiens ne vont plus seulement dans le séjour des morts où ils attendent en dormant, mais ont la possibilité d’aller au Paradis, du moins leur âme – et ce, directement !

Advertisements

2 commentaires sur “Immortalité de l’âme – réponses aux objections

  1. Pingback: Le culte des saints est conforme à la Bible! | +†+Yesus Kristus azu+†+

  2. Pingback: Synthèse des preuves de l’immortalité de l’âme | +†+Yesus Kristus azu+†+

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :