+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

L’avortement est un crime !

On a déclamé que les Noirs n’étaient point des « personnes », des peuples furent asservis à l’esclavage ; Hitler et son nazisme reconnurent les Juifs comme inférieurs, le résultat fut holocauste ; et, en 1975, Simone Veil décréta qu’un embryon n’était pas une « personne », alors commença l’un des pires génocides que l’Humanité n’ait jamais connu, pire que les autres car il s’agit d’un infanticide ! et ce génocide, c’est l’avortement.

Le plus déplorable dans l’avortement est de constater que bon nombre de personnes considèrent que l’embryon n’est pas [encore] un être humain, et, ce sujet est devenu matière à débat, foutaises ! Ce n’est pas tout, n’est-ce pas assez pitoyable de voir que même des Chrétiens soutiennent l’avortement ? N’est-ce pas tout à fait misérable que de tels débats soient entretenus ? En effet, tenir comme débat : l’embryon est une personne, revient aussi à se demander si le Noir, le Juif est une personne. Quelle différence ! A mon avis, la question ne doit même être posée, un tel débat ne doit pas avoir lieu ! Si, comme le définit Aristote, l’être humain est un animal raisonnable, doit-on éradiquer les nouveaux-nés, les enfants, sous prétexte que ceux-ci ne sont pas encore en âge d’user de leur Raison ? La réponse est on ne peut plus claire : Non ! Car, exercer leur Raison est un acte progressif au fil du temps. Il serait donc inadmissible de placer enfants et animaux au même pieds d’égalité… Bref, ceci n’est pas le point central de notre travail : c’est, avant toute chose, de montrer à ceux qui se disent Chrétiens et qui, toutefois, soutiennent l’avortement, que l’Écriture sainte considère l’embryon comme un être Humain, et par conséquent, l’avortement est un crime !

Avant même de te former au ventre maternel, je t’ai connu ; avant même que tu sois sorti du sein, je t’ai consacré, dit le Tout-puissant au prophète Jérémie – voir Jérémie I, 5; un exemple semblable peut être pris dans le Nouveau Testament : alors que Marie se rendait chez Élisabeth, qui, elle aussi se trouvait enceinte grâce à la puissance divine, elle la salua ! La salutation de Marie, avoue Élisabeth, a fait tressaillir l’enfant (Jean Baptiste) qu’elle portait. N’est-ce pas assez explicite que de reconnaître que, peu importe le stade dans lequel se trouve l’embryon, il est considéré comme être humain… Si, pour des raisons inconnues nous n’avions pas été reconnus comme tels, et bien, nous ne serions pas ici, tout simplement. De plus, qui des Chrétiens ignorent que la Vie est un don de Dieu ? Dieu n’est-il pas le Dieu des Vivants ? (S. Marc XII, 27); toutes ces évidences nous permettent de conclure une seule chose : l’avortement est un crime ! Or, les saintes Écritures condamnent le meurtre («Tu ne tueras point !» déclame la voix du Très-Haut…). Non seulement, il s’agit d’une recommandation du Tout-Puissant, il nous dit encore, et nous certifie en même temps que l’embryon est bel et bien un être humain ! Pour cela, lisons ensemble ces quelques lignes – ces cris de l’embryon – extraites du livre des Psaumes :

C’est toi qui m’as formé les reins, qui m’as tissé au ventre de ma mère ; je te rends grâce pour tant de prodiges : merveille que je suis, merveille que tes œuvres. Mon âme, tu la connaissais bien, mes os n’étaient point cachés de toi, quand je fus façonné dans le secret, brodé au profond de la terre. Mon embryon, tes yeux le voyaient ; sur ton livre, ils sont tous inscrits les jours qui ont été fixés, et chacun d’eux y figure. [1]

Je pense que, plus explicite, dans les saintes Écritures, on ne trouvera pas ! La vie est une merveille du Seigneur, l’embryon est une merveille, une œuvre du Créateur. D’ailleurs, une merveille, d’après le centre national des ressources textuelles et lexicales, est une chose qui suscite l’étonnement et l’admiration en raison de sa beauté, de sa grandeur, de sa perfection, de ses qualités exceptionnelles. Seuls les mots utilisés dans cette définition nous permette de nous faire une petite idée (« étonnement », « admiration », « beauté », « grandeur », « perfection », « qualités », «  exceptionnel ») ==> Des choses à ajouter ? Pas vraiment ! si ce n’est le vocabulaire dithyrambique qui sert de définition pour le mot merveille. Le psalmiste nous informe ici que l’embryon, les yeux du Très-haut le voyaient, et si les yeux du Très-Haut le voyaient, il est évident que cet embryon est une personne, une personne connue, dès sa conception, de Yahvé ! Et le prophète Isaïe ne dit pas le contraire, il ne fait que confirmer ce que nous disions ci-haut; nous pouvons en effet lire : « Îles, écoutez-moi, soyez attentifs, peuples lointains ! Yahvé m’a appelé dès le sein maternel, dès les entrailles de ma mère il a prononcé mon nom.» (49, 1); à partir de maintenant, tout ce qui pourra être dit, n’est que balivernes. La Bible montre clairement que l’embryon est un être humain, et ceux qui se disent Chrétien qui viendront avec des « Oui, mais…»; n’auront qu’à argumenter: sur le plan biblique, ils sont d’avance perdants; sur le plan philosophique, pas plus gagnants ! L’on connaît l’argumentation pro-avortement, souvent tenu des Chrétiens, qui, souvent dans l’incompréhension, se demandent pourquoi l’avortement ne devrait pas être autorisé dans les cas de viol, ou dans les cas où la mère se trouve en danger de mort… Ce sont en effet des questions difficiles, des questions qui restent non abordées par la Bible… Mais, relevons néanmoins que le viol est acte misérable, mais qu’on se le dise bien : un crime ne peut en effacer un autre ! Et, bien qu’il y ait eu viol – acte condamnable d’ailleurs –, cela n’empêche qu’un être a été conçu… Dans les cas de la mère en danger de mort, l’exemple est également difficile, mais nous relevons, dans ce cas également, que la plupart des avortements qui sont faits, les mères le font pour préserver leur beau corps. Les avortements qui mettent en relief le danger de la mère, restent tout de même minoritaires…

En définitive, l’avortement est un infanticide condamnable par l’Écriture Sainte ! Pour les Chrétiens, pas « d’à peu près »; il faut se tenir à ce la sainte Lettre nous dit ! Retenons également que le Tout-Puissant pardonne tout péché, du moment où la repentance est sincère. De grâce, ne nous laissons pas berner par cette philosophie désastreuse qui refuse de voir en l’embryon, un être humain; ou alors qui choisit à quel moment il peut être considéré comme tel.

___________________

[1] Bible de Jérusalem, livre des Psaumes, Chapitre 139, des versets 13 à 16

Publicités

2 commentaires sur “L’avortement est un crime !

  1. Pingback: Seize astuces pour ne jamais devenir catholique | +++Yesus Kristus azu+++

  2. Pingback: Seize astuces pour ne jamais devenir catholique | +†+Yesus Kristus azu+†+

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :