+†+Yesus Kristus azu+†+

« Il n’est pour l’âme aliment plus suave que la connaissance de la vérité » (Lactance)

Fondements bibliques de la Tradition sainte

Toutes les preuves de l’autorité de la Tradition: ici

Catholique, on a vous a sans doute reproché le fait de suivre la tradition. Vous avez déjà fait face à tous ces sales et insultants discours qui sont prononcés autour de la tradition catholique. Comme vu récemment, dans un autre article, le sola scriptura est une imposture contre la raison humaine ; mais aussi un enseignement non soutenu par la Bible (Ce qui est d’ailleurs cntradictoire…) Lorsque les non-catholiques parlent de la [T]radition, ils lancent clairement des invectives contre notre Foi et le verset qu’ils citent souvent est celui de Matthieu 15,6-9 : « Et vous avez annulé la parole de Dieu au nom de votre tradition. Hypocrites ! Isaïe a bien prophétisé de vous, quand il a dit : Ce peuple m’honore des lèvres, mais leur cœur est loin de moi. Vain est le culte qu’ils me rendent : les doctrines qu’ils enseignent ne sont que préceptes humains » Il est évident que les catholiques par ce verset sont traités d’hypocrites et leurs doctrines, de « préceptes humains ». En citant ce verset, les non-catholiques pensent notamment aux dogmes catholiques telles l’Immaculée conception, le salut par la foi et les œuvres ; et des pratiques telles que la représentation des images… Que répondre à telles mauvaise compréhensions ? Je vais essayer de faire vite…

Avant toute chose, il est convenable de définir ce qu’est la tradition. Il s’agit d’une chose qui est transmise d’une génération à une autre. Le dictionnaire de la langue française nous dit Le mot « tradition » (en latin traditio, « acte de transmettre ») vient du verbe tradere, « faire passer à un autre, livrer, remettre ». Littré en a distingué quatre sens principaux : « Action par laquelle on livre quelque chose à quelqu’un » ; « transmission de faits historiques, de doctrines religieuses, de légendes, d’âge en âge par voie orale et sans preuve authentique et écrite » ; « particulièrement, dans l’Église catholique, transmission de siècle en siècle de la connaissance des choses qui concernent la religion et qui ne sont point dans l’Écriture sainte » ; « tout ce que l’on sait ou pratique par tradition, c’est-à-dire par une transmission de génération en génération à l’aide de la parole ou de l’exemple ». Voilà donc qui pourrait aider plus d’un.

Revenons à Matthieu 15, 6-9, il faut relever que Le Christ ne condamnait pas toutes les traditions. Il les condamnait lorsque celles-ci étaient vides de sens par rapport à la Parole de Dieu. Le début du chapitre de Matthieu nous informe que Jésus reproche aux pharisiens de « transgresser le commandement de Dieu au nom de leur tradition » (Matthieu 15,3). Ce verset – celui de Matthieu 15,6-9 – utilisé dans le seul et unique d’avilir l’Église catholique tombe en désuétude, puisque dans le même Évangile,  le Christ recommande à ses disciples de garder les traditions qui ne transgressent pas les commandements de Dieu (Matthieu 23, 2-3). Ce qui est malheureux est de constater que certains soutiennent que le mot « tradition » utilisé en Matthieu 15, 3, a toujours une connotation péjorative. Ce qui est archi-faux ! Et nous allons voir pourquoi dans les lignes qui vont suivre…

Il est évident que la tradition a tout autant de valeur que la Bible. L’apôtre Jean dit que le Christ avait accompli d’autres prodiges qui ne sont pas marqués dans son Livre (Jean 20, 30). Le même apôtre dit – et il s’agit bien de la tradition – dans une de ses lettres : Ayant beaucoup de choses à vous écrire, j’ai préféré ne pas le faire avec du papier et de l’encre. Mais j’espère vous rejoindre et vous parler de vive voix, afin que notre joie soit parfaite. [II Jean,12]; il appert que ce que Jean a dit de « vive voix » n’est pas marqué dans nos Bible, mais il a tout de même enseigné, et s’il l’a enseigné, cela fut forcément utile… Il faut donc bien avoir en tête que la Bible est l’enseignement écrit, tandis que la Tradition est l’enseignement qui est généralement oral, mais peut aussi être mis par écrit. On remarque dans ce verset que l’apôtre s’abstient d’écrire – peut-être en avait-il marre d’écrire ? – et espère aller enseigner de vive voix ! Après tout, c’est ce qu’a demandé le Christ : d’aller de toutes les Nations, prescrivant ses commandements et baptisant au Nom du Père, du Fils et du Saint-Esprit (Matthieu 28,19); il ne demanda point de mettre les enseignements par écrit (ceci fut un choix que fit les disciples), mais d’aller proclamer (de vive voix)!

Luc, l’évangéliste au début de son Évangile parle également de la tradition – finalement, on ne peut pas s’en passer ! Il dit : Puisque beaucoup ont entrepris de composer un récit des évènements qui se sont accomplis parmi nous, d’après ce que nous ont transmis ceux qui furent dès le début témoins oculaires et serviteurs de la Parole [Luc I, 1-2], relevez ici la définition même du mot tradition, lorsque l’évangéliste utilise le verbe transmettre… C’est quoi, la tradition ? N’est ce pas la transmission généralement orale des choses à travers des générations ? Hé bien, nous sommes « en plein dedans » !

Ceux qui attaquent la Tradition catholique  se heurtent à une contradiction tout à fait inextricable ! Vous voulez savoir pourquoi ? Tout simplement parce que ces personnes qui nient avec force la Tradition catholique, l’acceptent de manière tacite. S’en rendent-ils compte ? Ou alors font-ils seulement preuve d’hypocrisie ? Le canon Biblique du Nouveau Testament, comment nous a t-il été transmis ? Tombé du ciel ou alors donné par la Tradition ? Il va de soi que le deuxième choix est le bon. Il est assez risible de voir ceux qui dénigrent la Tradition catholique utilisent le même canon du Nouveau Testament que les Catholiques. Mais comment cela se fait-il ? N’est pas un illogisme manifeste ? Bien sûr que si ! Nous savons que celui qui fonda le protestantisme – l’ « ex moine » Martin Luther – avait « banni » plusieurs livres du Nouveau Testament et pour cause, il ne trouvait en eux point d’inspiration. Par conséquent, le Livre de l’apocalypse de Jean, la lettre de Jude, l’épître de Jacques, la lettre aux Hébreux de Paul…furent rejetés par Luther. Logiquement, ces livres ne devraient pas figurer dans le canon des non-catholiques, mais ils (les chrétiens non catholiques) ont, d’après nos courtes observations, décidé d’adopter le Canon catholique du Nouveau Testament, fruit de la Tradition catholique. Là, il faut savoir : soit la tradition catholique est bonne, soit elle est mauvaise. C’est un faux dilemme que je propose et je le conçois…;)

Prenons un autre exemple : les Évangiles de S. Jean et S. Matthieu. Rien, Absolument rien, ne nous indique que ce sont ces apôtres qui les ont écrits. Nulle part, dans ces écrits, ils ne se désignent comme auteurs de ces écrits. Mais alors, qu’est ce qui certifie que ces personnes sont bel et bien auteurs de ces écrits, étant donné que la Bible ne donne pas d’indices ? La tradition, c’est la tradition…. C’est S. Irénée de Lyon, disciple de Polycarpe (lui même disciple de l’apôtre S. Jean) qui pour la première fois, dans son oeuvre Contre les Hérésies, certifia l’authenticité des quatre évangiles que nous reconnaissons comme inspirés de nos jours. Voulez-vous savoir pour quelles raisons nous pouvons être sûrs et certains que les autre évangiles (Matthieu, Marc, Luc et Jean) certifiés par Irénée de Lyon sont inspirés ? C’est par la Tradition mes amis… c’est par la Tradition… Nous avons vu que la Tradition c’est le fait de transmettre des idées ou des enseignements à des générations futures…, c’est un bel exemple ici ! La transmission s’est faite ainsi : Irénée était un disciple de Polycarpe; Polycarpe quant à lui, était un disciple de l’apôtre Jean (en personne), on déduit logiquement que l’apôtre Jean a donné des enseignements à Polycarpe, qui a ensuite transmis à Irénée etc. D’un coup, la Tradition prend une importance énorme n’est ce pas ? D’autres exemples peuvent être pris à volonté… Il en ressort que la Tradition est divinement inspirée au même titre que la Bible, raison pour laquelle, Paul nous encourage fortement à les garder : Dès lors, frères, tenez bon, gardez fermement les traditions que vous avez apprises de nous, de vive voix ou par lettre. [II Thessaloniciens II, 15]

Paul va même plus loin en affirmant que nous devons nous tenir à distance de ceux qui ne respectent pas la Tradition, car du fait qu’il ne la respecte pas, ils mènent une vie anarchique, désordonnée… Et qui sont les chrétiens, de nos jours qui sont plongés dans un désordre [théologique] déplorable ? Ce sont les chrétiens non catholiques, et pourquoi le désordre ? Paul est clair : Car, ils ne respectent pas la Tradition, si bien que nous lisons : Or nous vous prescrivons, frères, au nom du Seigneur Jésus Christ, de vous tenir à distance de tout frère qui mène une vie désordonnée et ne se conforme pas à la tradition que vous avez reçue de nous. [II Thessaloniciens 3, 6]; alors que le Catholicisme se plaît dans la vraie Tradition transmise par les apôtres du Seigneur, le Protestantisme la rejette. Résultat des courses : un désordre théologique sans appel ! Remarquons, soulignons également que Paul le fait « au Nom du Seigneur Jésus-Christ » ; la Tradition prend tout d’un coup une grandeur inestimable n’est-ce pas ? Toujours Paul, ce dernier va même jusqu’à féliciter les frères qui gardent et respectent la Tradition qu’il leur a laissé : Je vous félicite de ce qu’en toutes choses vous vous souvenez de moi et gardez les traditions comme je vous les ai transmises. [I Corenthiens XI, 2]

Et comme déjà dit, ces traditions étaient orales ! Donc, elles sont aussi importantes. Celui qui dit le contraire est un menteur. Puisque , la Bible elle-même est une tradition ! Je reviens toujours avec mon argument qui soutient qu’à la base, rien n’aurait dû être écrit : Jésus a envoyé ses disciples vers les Nations non pas pour leur donner ou distribuer des bibles, mais pour enseigner, et donc de vive voix (Matthieu 28, 19), et cette forme d’enseignement n’est rien d’autre que la tradition comme le dit Paul en I Corenthiens XI, 2., le même Paul dit encore : « Ce que tu as appris de moi sur l’attestation de nombreux témoins, confie-le à des hommes sûrs, capables à leur tour d’en instruire d’autres » (II Timothée II, 2)…Tout n’est par conséquent qu’une suite d’enseignements au fil de l’Histoire. Dans le même élan de raisonnement, la Bible, comme je l’ai souligné précédemment, est elle même une pure Tradition qui remonte à bien des siècles. On peut ainsi penser que S. Jean l’évangéliste a confié ses enseignements à Polycarpe, qui lui-même les a confié à Irénée de Lyon et etc.

Le protestant Lessing dit : « Le Christianisme était déjà répandu avant qu’aucun des Évangélistes se mît à écrire la vie de Jésus. »[1] Il est également évident qu’on disait déjà le Notre Père avant qu’il fût écrit dans saint Matthieu, car Jésus-Christ lui-même l’avait appris à ses disciples, qui, à leur tour, l’avaient transmis aux premiers chrétiens… On baptisait au Nom du Père et du Fils et du Saint Esprit avant que la formule du baptême eût été écrite par le même saint Matthieu dans son Évangile, car Jésus-Christ l’avait prescrite verbalement à ses apôtres.

En définitive, la Tradition est l’enseignement orale (I Pierre I, 25 ; Matthieu 28, 19-20) et la Bible est l’enseignement écrit ! Les deux nous sont importants pour notre édification. Ceux qui ne respectent pas la Tradition, comme le dit Paul, mènent une « vie désordonnée » (II Thessaloniciens III, 6) ; et c’est ce qui se passe de nos jours avec nos amis protestants : en niant la Tradition, ils mènent une vie désordonnée et fructueuse en d’innombrables mouvements.

Concluons avec cette remarquable affirmation du Seigneur : « Qui vous écoute m’écoute, qui vous rejette me rejette, et qui me rejette rejette Celui qui m’a envoyé. »[Luc X, 16]

_____________

[1] Beitrage für Geschichte und Litteratur, tome IV, page 182

Publicités

3 commentaires sur “Fondements bibliques de la Tradition sainte

  1. Jean
    28 août 2012

    Bonjour henry

    si notre seule autorité n’est pas bible (puis que de toute évidence la bible ne l’enseigne pas) et que selon la Bible elle même les traditions orales des Apôtres ont même autorité que les Écritures, alors pourquoi de même les traditions orales de leur successeurs n’auraient-elles pas autorité sur le peuple chrétien lorsqu’elles concernent la foi surtout si on garde à l’esprit ce que le Seigneur disait à ses Apôtres en Jn 16. 12-15 ?

    Ce n’est pas parce que la Révélation (différentes des révélations privées) est close avec la mort du dernier apôtre que Dieu a cessé de nous parler . C’est une grave erreur d’opposer l’ECRITURE et TRADITION car La sainte Tradition et la Bible ne sont pas des révélations différentes ou concurrentes.

    C’est vrai que Dieu a tout dit car Dieu ne peut plus rien dire qui ne se trouve déjà inscrit dans le dépôt révélé. mais cela ne veut pas dire que nous ayons tout compris et C’est l’Eglise inspiré de l’Esprit Saint qui nous aident à comprendre. Car en effet Si l’on s’en tient à la lettre seule des Ecritures, alors on peut leur faire dire tout et et le contraire de tout en un mot ou peut leur faire dire quoi n’importe quoi aux Écritures, (la preuve en est que, Satan au désert, à tenter Jésus avec la Bible). Pour éviter donc cela il faut nous rattacher à une école d’interprétation. Cette école ne peut être que celle de l’Eglise car nous savons que l’Esprit de Dieu a été répandu sur les disciples (donc sur l’Eglise) au jour de la Pentecôte. et le Pape Benoit VI a bien raison quand il dit : « Dans l’Eglise, l’Ecriture Sainte, dont la compréhension s’accroît sous l’inspiration de l’Esprit Saint, et le ministère de l’interprétation authentique, conféré aux apôtres, appartiennent l’une à l’autre de façon indissoluble. Là où l’Ecriture Sainte est détachée de la voix vivante de l’Eglise, elle tombe en proie aux discussions des experts. » Et cela l’histoire en témoigne , quand on voit toutes ces « églises » et sectes qui se disent inspirées de l’Esprit Saint et qui branle la Bible comme seul autorité et qui pourtant ont des enseignement contradictoire et qui n’ont ni la capacité ni la volonté de se tenir dans l’unité. Mon chers Henry nous sur d’une chose l’Esprit Saint n’est pas l’auteur de cette confusion et de cette « des-union » (1 Co 14,33).

    On ne peut donc pas se livre une lecture l’Ecriture sans écouter ce qu’en dit l’Eglise c’est à dire sans interroger sa Tradition dont l’Ecriture émane.

    Merci henry pour ce merveilleux article
    Dieu nous bénisse
    union de prière
    Jean

  2. Pingback: ‘Sola scriptura’ est une imposture! La Tradition et l’Autorité sont indispensables! | +++Yesus Kristus azu+++

  3. Pingback: Pourquoi donner de l’autorité à la Tradition? | +†+Yesus Kristus azu+†+

Réagir à l'article

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :